AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B07J4B5K1S
89 pages
(06/10/2018)
3.71/5   7 notes
Résumé :
Richard Bachman, 67 ans, est l'écrivain le plus riche et célèbre de sa génération. Une terrible maladie neurodégénérative le condamne hélas à une totale invalidité et à une mort prochaine. Le but de Bachman, avant de mourir : terminer sa saga mystique, Le peuple des Sept Feux. Alors qu'il pense ne plus avoir qu'une ou deux années à vivre, il reçoit une étrange proposition de la part d'un de ses fans ; celui-ci aurait la solution à son plus gros problème.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Julitlesmots
  16 février 2019
Ce que j'aime avec certains auteurs, c'est le sentiment de plaisir qu'ils ont pris lors de l'écriture.
J'ose espérer, que Frédéric Soulier a pris son pied, en tout cas moi oui… A modeler la vie de Richard Bachman (alias Stephen King, pour ceux qui ne le savent pas).
C'est la troisième fois que je lis du Soulier et à chaque fois, je suis bluffée par la qualité de sa plume.
Trois lectures aux intrigues très différentes, au rendu très différent, mais à la qualité littéraire irréprochable.
Avec « la chambre de lactation », l'auteur explore la bête humaine et sa perversité, mais après plusieurs mois, je peux dire que l'auteur s'est bien fendu la poire en proposant une intrigue complètement barge et décalée… Comme un pied de nez… Vous voulez du crade, des vomissures ? Tenez mangez-en ! Et ça match… La plume au service de l'ironie…
Avec « Pétrichor : l'odeur de la terre mouillée », on est dans une sphère à part. Une nouvelle de 57 pages d'une qualité, que je peux qualifier de diamant brut aux reflets les plus sombres. le talent ne se mesure pas au nombre de pages.
Avec « Les régressions de Richard Bachman », le registre est très différent, puisque nous sommes en présence de science-fiction, adaptant la vie de Stephen King.
Richard Bachman, pseudo de Stephen King, prend vie sous la plume de Frédéric Soulier, qui va utiliser les références kinguiennes les plus connues. L'auteur, modifie le continuum espace-temps, en parsemant son récit de références culturelles et d'humour. Un humour cynique et jouissif, celui qui fait grincer des dents, mais qui fait passer les instants déplaisants…
Un récit court de 89 pages, à la qualité littéraire irréprochable, mais rien d'étonnant à cela, c'est la marque de fabrique de l'auteur. Je ne sais pas si cela est dû au thème plus léger, même si Richard Bachman est atteint de la maladie de Charcot, mais j'ai trouvé la plume plus chantante. L'auteur se plaît à faire virevolter les mots avec une syntaxe irréprochable, l'utilisation d'une conjugaison soutenue et variée, loin du sempiternelle présent et passé simple… le tout donne un ton chatoyant et chantant. Certains mots, pourraient rebuter le lecteur par leur complexité, mais ont rendu ma lecture pleine de luminosité et de plaisir.
En bref et moins bref… Je me suis éclatée ! Non seulement, je veux connaître la suite des aventures de Richard Bachman mais, j'ai aimé redécouvrir de la complexité dans un récit. Les belles-lettres et leur utilisation à bon escient, ne supplantent pas l'intrigue, bien au contraire, elles mettent en valeur un récit déjà original, qui prend encore plus de valeur.
Au prix du numérique, vous ne risquez pas grand chose, sauf celui de vous faire plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Chrichrilecture
  23 octobre 2018
Bof
Je ne suis pas arrivé a rentrer dans l'histoire malgré la maladie du héros je n'ai pas été touché par les personnages. Il y a trop de descriptions et manque de peps Vous pouvez le télécharger gratuitement pour vous faire une idée
Commenter  J’apprécie          210
Diabolau
  31 décembre 2019
Après plusieurs lectures d'auteurs "professionnels" m'ayant laissé un sentiment pour le moins mitigé, je retourne donc vers un auteur "amateur" qui ne m'a quasiment jamais déçu, et encore une fois, je mesure à quel point être un "amateur" ou un "professionnel" ne veut pas dire grand-chose dans le milieu de l'écriture, si tant est que l'on sache trouver les bons "amateurs".
La dernière oeuvre que j'ai lue de Soulier, c'était son deuxième recueil de nouvelles, que, bien que très bon, j'avais trouvé un peu en deçà du premier, et je me souviens que j'avais conclu qu'il avait fait le tour de certaines outrances, qu'il n'avait pas besoin de ça pour être excellent, et qu'il était temps de passer à autre chose (ce qui était déjà fait avec "galeries", d'ailleurs, que j'avais lue avant alors qu'elle était postérieure, non, rien à voir avec le cul).
Je suis très heureux de constater qu'il a persévéré dans cette direction, même si bien loin de moi l'idée de penser que c'est parce qu'il aurait suivi mon conseil, restons modeste.
Car oui, Soulier sans trash, Soulier sans scatophilie, Soulier sans pornographie, c'est non seulement excellent, mais c'est encore meilleur qu'avec.
J'ai lu ici et là que pour pleinement apprécier cet opus, il faut vraiment pouvoir y repérer les clins d'oeil et hommages répétés à Stephen King. Je confesse ne pas être Kingophile, et j'ai pourtant pris un pied de dingue. Je me suis enfilé le machin à vitesse grand V, ne le quittant que pour les obligations quotidiennes. le personnage de Richard Bachman tient le haut de l'affiche, et l'on comprend pourquoi il fascine autant ses fans qu'il suscite l'amour et le respect de ses proches. Loin du connard abject et capricieux coutumier du show biz, il garde simplicité, orgueil (bien placé) et faconde qu'il met à profit pour des envolées de cynisme, d'humour noir et d'autodérision qui emportent aussitôt l'adhésion, voire l'admiration.
Si un jour j'étais affligé de cette saloperie de SLA, alias maladie de Charcot, – le sort m'en préserve – j'aimerais crever avec autant de panache.
Plus qu'à espérer que la suite soit à l'avenant, et je vais le vérifier sans tarder !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Annicklecture
  07 août 2019
Et le 100ème avis de l'année revient à : Frédéric Soulier pour "Les régressions de Richard Bachman (1) Kurt Cobain n'est pas mort…
Allez savoir pourquoi lorsque j'ai lu ce nom (qui était l'auteur compositeur guitariste de Nirvana) j'ai fait l'amalgame avec Korben Dallas du 5ème élément! (le film avec Bruce Willis). Je crois que, à force de lire des textes complètement déjantés, je le deviens complètement. Enfin bref, l'environnement de ce récit est quand même aussi du style science-fiction, fantastique, fantasy, on touche ici au temps et à la civilisation d'aujourd'hui. Et c'est avec Subrahman Chopra que Bachman va avoir affaire.
- "Subrahman Chopra ferma la porte de chez lui à double tour. Ses quelques connaissances ne devaient pas venir le déranger. Rien ni personne ne devait entraver la marche de la science. La probabilité était faible. Il n'avait plus du tout de famille, hormis quelques parents éloignés, et les rares amis qu'il s'était faits en 76 ans étaient presque tous morts ou à l'autre bout de l'Inde. Il avait consacré l'essentiel de son existence à sa quête, sans trop savoir au début en quoi elle consistait. Elle ne s'était concrétisée que dans les quinze dernières années."
Allez donc voir le résumé pour en savoir plus si vous le souhaitez. L'auteur nous propose un premier récit pour cette série avec des références à plusieurs romans de Richard Bachman (qui ne le connait pas?!), les noms des personnages sont plus ou moins stylisés mais pour ceux qui connaissent on s'y retrouve sans problème. Sachant qu'il y aura plusieurs épisodes je m'attendais à cette fin et heureusement j'ai le second… et je viens de voir que le troisième est sorti en juillet. L'écriture de l'auteur n'est plus à prouver pour moi, ses histoires, peu importe le genre, sont toujours un régal. Et cerise sur le gâteau à tout petit prix ridicule. A suivre bien sûr…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Laccro_liseuse
  29 octobre 2018
👍 Troisième essai de Soulier, et une fois encore j'adhère ! 👍
Richard Bachman, 67 ans, est l'écrivain le plus riche et célèbre de sa génération. Une terrible maladie neurodégénérative le condamne hélas à une totale invalidité et à une mort prochaine. le but de Bachman, avant de mourir : terminer sa saga mystique, le peuple des Sept Feux.
Alors qu'il pense ne plus avoir qu'une ou deux années à vivre, il reçoit une étrange proposition de la part d'un de ses fans ; celui-ci aurait la solution à son plus gros problème. 📚
Les régressions de Richard Bachman est un roman de science-fiction qui paraîtra par épisodes. Kurt Cobain n'est pas mort est le début d'une épopée riche en rebondissements. 📚
Et voilà, quelle frustration d'avoir avalé ces 89 pages et d'en attendre la suite ! On peut dire que ce premier épisode est réussi : des personnages bien dessinés et désespérément humains, une note de SF qui n'a pas à pâlir devant les idées de certaines séries télévisées, une écriture parfaite, ciselée et qualitative, un contenu riche en références culturelles (comme d'hab' 😏). Lorsqu'on se figure ce qu'il va pouvoir se passer ensuite, il est clair que ça va être passionnant. Et vous pouvez toujours courir pour que je vous en dévoile plus ! Allez cliquer et lisez-le... 😁
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   23 octobre 2018
Tammy donnait justement la touche finale à sa dernière création : une sorte de gnome hydrocéphale, flanqué de cornes phalliques, en train d'uriner sur un globe terrestre. En y regardant bien, on pouvait lui trouver un air de ressemblance avec Donald Trump, dont il partageait l'improbable tignasse. On allait certainement gloser dans les alcôves sur les intentions de l'artiste... On parlerait d' « œuvre engagée à dimension politique ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
DiabolauDiabolau   31 décembre 2019
Deux enfants magnifiques sont arrivés et sans doute que, comme à ma femme, je ne leur ai pas accordé tout le temps qu'ils méritaient. (...) L'écriture m'a donné beaucoup, et pas seulement une fortune immense. Elle m'a pris tout autant. L'écriture est une maîtresse insatiable. Elle occupe vos pensées, tout le temps. Votre femme est en train d'accoucher de votre second enfant, et vous vous demandez quelle fin vous allez donner à votre livre. Vous mariez votre fils, mais vous le voyez à peine passer la bague au doigt à sa femme, parce que vous êtes en train de crapahuter avec votre personnage principal dans le Grand Nord glacé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DiabolauDiabolau   31 décembre 2019
Le bien, le mal sont des concepts humains totalement subjectifs. Sauvez une araignée de la noyade et vous condamnez plusieurs mouches. À moins de considérer que la vie de l'araignée vaut plus que celle d'une mouche, il n'y a rien de bienveillant là-dedans.
Peut-être que dans les trois-mille victimes de l'attentat du World Trade Center se trouvait le père ou la mère d'un futur dictateur sanguinaire. Ou pire, le père ou la mère de l'inventeur d'une arme qui aurait causé la destruction de l'humanité. Comment savoir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : charcotVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3947 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre