AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Marignac (Traducteur)
ISBN : 2743614102
Éditeur : Payot et Rivages (06/05/2005)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 61 notes)
Résumé :
« … Il faut commencer par leur dire qu’on a les photos des couilles du Président George W. Bush… Après, on leur parle du visage lunaire et souriant dessiné dessus, et ensuite, on leur dit qu’elles sont super gonflées et à cinq centimètres de la bouche de Madame la maire. Une fois qu’ils auront assimilé tout ça, on doit s’assurer qu’ils paient en liquide… »
Tout commence avec une photo compromettante de George W. prise dans l’ivresse d’une fin de soirée, lors ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  17 février 2017
Il était une fois un écrivain complètement déjanté qui s"appelait Jerry Stahl .
Il était une fois un roman dont Tarentino jeune), n'aurait fait qu'une bouchée..
Il était une fois un flic nommé Manny, qui carburait à la codéine, et qui habitait une petite ville du Haut Marilyn (je vous laisse imaginer le bas Marilyn...). Un jour sur une intervention il rencontra une infirmière qui venait juste de zigouiller son mari et lui, allez savoir pourquoi, il en tomba amoureux .
La jeune sosie de Faye Dunaway venait également de subtiliser une enveloppe sous le matelas d'une des patientes de sa clinique ... la-dites enveloppe contenait des photos des couilles de Georges W Bush et avait été planquée là, par le fils de la patiente qui comptait bien la récupérer .
Il était une fois" le fils de la patiente" qui suspendit sa mère par les pieds dans le vide pour récupérer les photos qui valait des millions .
Ce "bon fils" était un truand notoire , accompagné d'une autre célébrité qui ressemblait à Dean Martin jeune et Black . Tous les deux tuaient à qui mieux-mieux et carburaient au crack .
On a donc, je résume: deux tueurs frappadingues essayant de récupérer leur bien , volé par une tueuse , elle-même protégée par un flic amoureux (à l'organe viril aussi gros que celui de Félix du" Père Noël est une ordure") . Une photo qui a été volée au domicile de la maire du Haut Marilyn , elle même , ex-femme du flic, et dont le domestique a disparu ....
Bon, je sens que je vous ai perdu !
Sachez juste que ce roman est complètement "dijoncté", très noir et vraiment marrant . Second degré exigé ...les cadavres et les blessures pleuvent sans pitié , mais de mon coté , aucune victime à déplorer, juste trois fous-rires à signaler ...
Il était une fois, Pecosa , une amie babélio qui me l'avait gentiment ajouté à une de mes listes et qui avait très bon goût ! Merci :-D
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
Beatrice64
  24 octobre 2011
Ca commence sur les chapeaux de roue : un dénommé Zank et son complice McCradle, défoncés jusqu'à la moëlle, suspendent par les pieds la mère du premier depuis sa chambre de la maison de retraite pour lui faire avouer où se trouve une photo qui vaut son pesant d'or et sur laquelle ils ont misé leur avenir. La suite du roman est à l'avenant : les situations improbables se succèdent, les morts s'accumulent (suivant des modes aussi loufoques que variés, à savoir empoisonnement au débouche-évier, décapitation, accident de voiture), l'hémoglobine coule à flots. Les méchants sont des psychopathes paranoïaques qui carburent au crack, le flic a le coeur tendre et un penchant pour la codéïne, la suspecte est une femme fatale avec sang-froid et cigarette aux lèvres, et tous sont obsédés par le sexe. Jerry Stahl tire à vue sur les policiers, les politiques, le polar, et on se régale avec un roman trash, outrancier et déjanté, et surtout franchement drôle.
Commenter  J’apprécie          40
MumuJohnson
  01 novembre 2018
J'avais envie de rire. Raté ! La recette n'a pas fonctionné. J'ai posé le livre à deux reprises durant ces dernières semaines, pour le reprendre plus tard, car nous nous retrouvons parfois dans des états d'esprits incompatibles avec certains styles littéraires.
Mais aujourd'hui, j'ai déposé les armes, et dois bien avouer que j'ai lutté pour tenter de terminer ce roman. L'ennui ressenti durant la lecture sera sorti vainqueur. A aucun moment je n'ai eu envie de connaître la suite. J'ai peu ri et suis restée distante de ces personnages ennuyeux. J'aurais sans doute aimé plus de rythme pour un road movie léger et amusant. Tout cela est assez lourd finalement et je suis restée figée sur place.
Ce roman manque de situations cocasses ; quand on va dans le gore ou ce qui peut choquer (je pense au sale type qui se fait sodomiser par son pote sous la contrainte d'une grosse madame se masturbant devant cette scène, ou au mari qui se fait tuer avec du verre pilé et du déboucheur pour évier) il faut y aller jusqu'au bout. Les dialogues ne sont pas tordant de rire. Quitte à être con ou dérangeant, autant y aller à fond. Dans ce roman, ce n'est pas le cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ianouch
  18 avril 2014
une histoire complètement barrée, des personnages déjantés, des scènes cultes ! c'est trash , drôle, malin et diablement bien écrit.
Mon premier Jerry Stahl, et ce ne fut pas le dernier! putain que Mr Stahl à du talent, à lire les yeux fermés enfin, "j'me comprends".
Commenter  J’apprécie          50
fran61
  03 juin 2011
L'auteur Jerry Stahl est fou. Mais c'est tellement agréable qu'il nous fasse profiter de sa folie. Dans ce roman, on trouve des méchants aussi cruels que drôles, une tueuse sexy, et un héros débordé par les évènements. Jubilatoire.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   15 février 2017
C'était Marvin qui avait choisi- sans la consulter- le motif du lino, une vache sautant sur la lune . Les vaches étaient affublées de sous-vêtements à pois. Et à la seconde où Marvin avait sorti le premier carré adhésif de la boite, elle l'avait pris en grippe .
Ce fut donc avec une certaine satisfaction que Tina réalisa qu'une mer de vaches souriantes et habillées serait la dernière vision qu'emporterait son mari de son séjour sur terre .
- Dis au revoir à tes amies, fit-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   18 février 2017
- Ed De Niro ? C'est ça que tu as mis sur le bail ?
- Pas con, hein ? Si tu mets Robert De Niro, le propriétaire saura forcément que tu racontes des salades . Mais Ed De Niro, il peut pas savoir . On peut être cousins . On se ressemble un peu, non ?
- Euh...ouais, un peu . Vous êtes blancs tous les deux .
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   16 février 2017
Une jolie femme qui savait garder une contenance face à un .357. Ça, ça sortait de l'ordinaire . Il lui vint à l'esprit que s'il passait une annonce, il spécifierait : "Doit savoir garder son sang-froid devant un flingue ", comme qualité essentielle .
Commenter  J’apprécie          210
iris29iris29   16 février 2017
- ... Si on doit travailler ensemble, il faut arrêter de me casser les couilles. On a pas mal de choses à régler avant de pouvoir se considérer comme tirés d'affaire.
Tina revint avec deux Pepsi. Un pour elle, un pour Manny.
- J'ai entendu jusqu'à "couilles". J'étais au frigo .
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   15 février 2017
Je parie que je pourrais vous soulever au-dessus de ma tête. Qu'est ce que vous en dites ?
- Carmella Dendez se soulève toute seule , "monsieur".
- On pourrait peut-être se développer-coucher l'un l'autre, dit-il, le coeur battant sous des pectoraux remarquables.
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Jerry Stahl (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jerry Stahl
Entretien avec Jerry Stahl
Jerry Stahl revient de loin. Scénariste pour la télévision et junkie notoire dans les années 1980 et 1990, il raconte son addiction à l'héroïne dans "Mémoires des Ténèbres", voyage au bout de la nuit hollywoodienne teinté d'ironie, traduit aux éditions 13e note. Initialement paru en 1995, le livre a été adapté au cinéma sous son titre original "Permanent Midnight" en 1998 (avec notamment Ben Stiller). Personnage intense, pince sans rire, Stahl revient pour Fluctuat sur ses années noires, ses héros littéraires, sa carrière à Hollywood.
autres livres classés : coup de foudreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15246 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre