AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070135950
224 pages
Éditeur : Gallimard (22/03/2012)
3.92/5   19 notes
Résumé :
On nous dit que l'amour rend aveugle. On nous dit que le romantisme est mort, que le discours amoureux est mièvre, que la passion, c'est de l'hystérie. Je dis qu'il n'y a rien de plus faux et de plus mensonger. Aimer, c'est connaître. L'amour ouvre les yeux, il est connaissance. Ce livre n'est pas la transcription ou la narration d'une histoire d'amour que j'aurais vécue dans ma vie, il est tout entier et à lui seul cette histoire d'amour.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
l-opulence-de-la-nuit
  29 juin 2020
COUP DE COEUR
Est-on bien mégalo d'ainsi parlr de soi ?
L'amour impossible est-il toutefois possible ?
Peut-on vivre de sa vie tout dans son absolu ?
Où la liberté condamne t-elle l'intimité ?
Les compagnons d'infortune ayant touché les cîmes ne nous laissent-ils pas fortune ?
"Quand on a que l'amour, à s'offrir en partage" ;
Moi j'ai pleuré ce livre comme Jérôme (Olivier) a pleuré la pièce de Tristan comme une conclusion.
Un numéro de téléphone, un mail, et tout peut commencer. Mais comment supporter une potentielle rupture qui serait indicible ? Croire, ou choir...
Commenter  J’apprécie          50
janemar
  25 novembre 2012
Etrange, vous avez dit "étrange". D'abord la forme épistolaire, je découvre. Ensuite à travers les échanges on devine cet amour naissant, mais au milieu du livre, on commence à se lasser, (et ce n'est pas l'homosexualité qui m'incite à dire celà). Mais on aimerait que cela débouche sur quelque chose, cela vient, très tard, mais cela arrive on sent poindre le drame mais on ose y penser. Tant pis on continue. Dialogue, on y croit pas tellement, tant l'un est l'autre et l'autre est l'un. Trop de ressemblance, difficile de faire autrement peut être. Et puis on arrive enfin à ce que j'appellerai le noeud du livre Vingt pages, de 206 à 223. le style change, la sincérité aussi, on passe du détail du non-dit au coeur de la personnalité de Jérome et peut être oserais-je le dire de l'auteur qui devoile enfin ce qu'il est possible de donner, de vrai, de profond, de lui je ne sais, mais je crois que là est le vrai début de son oeuvre future.
Commenter  J’apprécie          20
fpeyron
  08 janvier 2013
Au début, j'ai trouvé ce livre troublant, touchant.
Mais au bout d'un moment, j'ai commencé à en avoir un peu assez: trop long, un peu toujours pareil.
Je ne suis pas encore arrivée à la fin, je le continue malgré tout mais sans grand grand enthousiasme.
Dommage!
Commenter  J’apprécie          00
bibliojette
  16 janvier 2015
Premier roman, et roman d'amour. Sur ce sujet mille fois rabâché, l'auteur en fait un livre indispensable et fracassant sur l'amour, l'écriture, les relations au XXIème siècle. Poétique, décapant, touchant, impossible d'en sortir indemne !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Actualitte   21 juin 2012
Une chose est sûre, on s'approprie cette histoire, on vit avec elle, durant plusieurs jours, et on n'en ressort pas indemnes. L'absolu de ce livre le rend irrésistible. Olivier Steiner signe un puissant premier roman.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 juin 2020
Ils ne peuvent pas savoir que devant la dépression, c'est toute la volonté qui se dérobe, elle n'est plus qu'un conte pour enfants, la volonté, un souvenir lointain, et le sujet, le moi se désagrère.Il ne reste plus qu'à serrer les dents, attendre que ça passe, si ça passe, supporter l'idée que ça ne passera jamais. Mais parfois, je sors du tunnel et ça me semble définitif, d'un coup tout va mieux, c'est merveilleux, le monde est à ma portée, si vaste et si accueillant, c'est de nouveau l'âge des possibles, mon énergie est immense, j'ai l'envie de tout embrasser,eveything is absolutely beautiful, rien n'y personne ne me résiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 juin 2020
Je me méfie des mots. J'ai du mal à les manier. Tantôt faibles, tantôt outranciers : il est si difficile de leur faire dire certaines nuances. Malgré cela, je passe la plupart de mon temps avec ces foutus mots, car c'est ce que je fais, écrire, ou plutôt ce que je veux faire, ce qui revient peut-être au même.
Commenter  J’apprécie          30
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 juin 2020
Car si ce que nous nous sommes écrit est si précieux, le plus important, la vie, reste muet entre les lignes. Quoique nous écrivions, nous restons en deça de ce que nous avons vécu.
Commenter  J’apprécie          40
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 juin 2020
La fébrilité de l'amoureux, l'angoisse de l'amant, la douleur de l'absent, je chemine sur ces trois territoires qui sont autant de pièges que de raisons de vivre.
Commenter  J’apprécie          40
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 juin 2020
Et je me sens coupable, coupable dans le sens de coupable de tout. Vous voyez ? Je suis compètement mégalo. Si j'étais plus modeste je comprendrais et accepterais que nous sommes finalement très peu responsables. "I'm think I'm paranoid", la chanson de Garbage, vous connaissez ? It's me.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Olivier Steiner (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Steiner
5ème épisode de l'émission Le Living-Boox présenté par Laurent Kupferman avec pour invité Olivier Steiner.
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4248 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre