AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Pépin (Traducteur)Michel Le Bris (Éditeur scientifique)
ISBN : 2859406891
Éditeur : Phébus (21/10/2000)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 13 notes)
Résumé :
C’est avec La Route de Silverado que Michel Le Bris devait inaugurer (en 1987) le mouvement de retour à Stevenson : en fait, la véritable résurrection, chez nous, d’une oeuvre poliment conservée dans un demi-oubli… et désormais considérée comme l’une des sources les plus sûres de notre modernité. Michel Le Bris a travaillé plusieurs années à cet ouvrage, qui regroupe l’ensemble des textes (la plupart d’entre eux étaient restés inédits en français) que Stevenson a co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
wagnerdavid
  19 mai 2013
Le germe de L'île au trésor est dans ce bouquin.
Un récit décousu mais envoûtant,qui nous transporte dans l'arriere-pays Californien.L'aventure y gagne ses lettres de noblesses, prendre un train,gravir un pan de montagne ,y rencontrer les locaux,hommes et animaux.
Pionnier de la Beat generation a la Jack Kerouac,Stevenson nous offre avec ce récit un moment magique ,un Eldorado sans Wal Mart ni Holiday Inn,où le voyage est une fin en soi ,quoiqu'il se passe.

Commenter  J’apprécie          90
nathalie_MarketMarcel
  22 juillet 2014
Cette lecture m'a beaucoup plu. J'y ai d'abord trouvé beaucoup d'intérêt dans cette évocation des pionniers venus du monde entier et voyageant dans des conditions misérables. On trouve les Chinois de San Francisco, les noirs fuyant l'esclavage, les bandits, la diligence et les serpents à sonnette. La description des paysages (plaines à pertes de vue, Océan Pacifique, forêts, brouillards) est grandiose. C'est aussi un voyage en compagnie d'un homme sensible, décidé à vivre et à faire vivre les siens de sa seule plume, plein d'humour également. Stevenson est sensible au tempérament du nouveau pays et à la poésie de sa nature. Il est impressionné par la capacité des villes à apparaître et disparaître et déguste les premiers vins californiens.
Lien : http://chezmarketmarcel.blog..
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   22 juillet 2014
Au petit déjeuner nous avions, pour la boisson, la possibilité de prendre soit du thé soit du café. L’un et l’autre se ressemblant étonnamment, choisir n’était pas facile. (…) Au palais cependant, j’arrivais à distinguer le goût de cachou du premier, des relents d’eau bouillir et de lavette du second. J’ai néanmoins vu des passagers se demander, après bien des gorgées, lequel de ces deux breuvages on leur avait servi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   22 juillet 2014
On ne pouvait s’empêcher de songer à la lassitude de ceux qui autrefois avaient dû y marcher, et péniblement y pousser leurs attelages à l’allure molle du bœuf, sans rien d’autre pour se guider que ce soleil du soir hors d’atteinte vers lequel on progressait, et qui chaque jour reculait du même pas. On n’y avait, semblait-il, jamais rien à dépasser ; aucune borne non plus à laquelle mesurer son avance ; rien à voir qui eût pu reposer l’esprit ou l’encourager ; une étape après l’autre, rien d’autre que cette désolation de vert immobile sous les pieds, rien d’autre au loin que l’horizon fuyant et moqueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   22 juillet 2014
Seul, au fond de canyons aussi longs que stériles, notre train qui fonçait en sifflant réveillait l’écho endormi : seul à crier la vie par toutes ces terres de mort, seul acteur, seul spectacle qui valût la peine qu’on le contemplât dans cette gigantesque paralysie de l’homme et de la nature.
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   22 juillet 2014
La corne de brume avait été mise en route et déjà ponctuait l’heure de ses cris malvenus, aussi forts que le beuglement du taureau et aussi intenses et frémissants que le chant du moustique.
Commenter  J’apprécie          20
jonspitaelsjonspitaels   02 mars 2018
La culture ne se mesure pas à la taille du champ que couvrent nos connaissances mais à la finesse avec laquelle nous sommes capables d'y entrevoir des relations - que celles-ci soient fortes ou tenues.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Robert Louis Stevenson (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Louis Stevenson
Les Editions Futuropolis republient "Hermiston", l'adaptation en BD par Jean Harambat du livre de Stevenson. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour la dessiner. How to draw, "Hermiston", the graphic novel adapted from the book of Robert Louis Stevenson ? Jean Harambat explains. Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/bande-dessinee-six-adaptations-litteraires-en-bd-qui-valent-le-detour Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : Californie (États-Unis)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'ILE AU TRESOR

Au début de l'histoire, le vieux flibustier arrive a l'auberge avec

une brouette
un sac
un coffre
un cheval

10 questions
316 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ile au trésor de Robert Louis StevensonCréer un quiz sur ce livre