AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377311083
Éditeur : Sarbacane (03/10/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.84/5 (sur 2552 notes)
Résumé :
Quand la nuit tombe, le terrifiant Mr Hyde se faufile dans les ruelles désertes et martyrise fillettes et vieillards avec un sang-froid démoniaque. Chacune de ses apparitions inspire le frisson. Pourquoi cet être abject est-il protégé par le respectable Dr Jekyll, gentleman et philanthrope reconnu à Londres ? Pour Mr Utterson, notaire de son état, il ne peut s'agir que de quelque manipulation diabolique. Chef-d'oeuvre du récit d'épouvante, inspiré d'un cauchemar de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (236) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  06 août 2012
Un peu partout dans le monde, dans les diverses sociétés et depuis l'aube des temps, le mythe de l'homme double ou de l'homme au double visage a hanté l'humanité. Probablement aussi parce que la tradition veut que les visages et les personnalités constitutives de ce couple soit diamétralement opposées et que l'on ne sache jamais trop par avance à laquelle on aura affaire. C'est vrai, c'est inquiétant, que ce soit avec nos amis ou avec quiconque d'ailleurs, on aime bien savoir si c'est du lard ou du cochon et la duplicité de l'interlocuteur est toujours quelque chose de très mal vécu et de foncièrement angoissant. de l'exemple fameux du dieu Janus des Romains à l'incroyable Hulk des séries américaines en passant par une myriade de loups-garous et autres dieux ou héros polymorphes d'ici ou d'autre part, tous ont eu la part belle dans l'imaginaire collectif.
Au XIXème siècle, quelques écrivains ont su donner chair à ces mythes, ces récits fondateurs de l'humanité, il y eut Johann Wolfgang von Goethe avec son mythe de l'apprenti sorcier, il y eut Mary Shelley avec son Frankenstein ou le Prométhée moderne et il eut Robert Louis Stevenson avec son étrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde.
Mais ce que l'auteur réussit parfaitement, c'est à glisser son doigt sous notre épiderme et à nous faire sentir qu'en chacun de nous, deux êtres (au moins) sommeillent. L'un franchement plus reluisant que l'autre, qu'on n'ose pas trop montrer et qui nous fait honte parfois, mais qui est pourtant tellement constitutif de nous-même.
Un peu à l'image du héros de Kafka dans le Procès, Stevenson fait vivre au personnage intègre de l'avoué Utterson la douloureuse expérience d'une introspection minutieuse de son passé. Je vous restitue le passage en question :
« Tout en continuant à cheminer, il réfléchit un moment à son propre passé. Il explora les moindres recoins de sa mémoire. Sait-on jamais ? N'aurait-il pas commis jadis quelque iniquité qui, tel un diablotin, pouvait toujours resurgir ? À première vue, son passé semblait pur, et il aurait dû pouvoir scruter le sans broncher. En réalité, il était atterré et tremblait à l'énumération de ses fautes. Comme elles paraissaient nombreuses ! »
Évidemment, cela chatouille forcément quelque chose de nous-même et cette nouvelle est une véritable orfèvrerie. le message de R. L. Stevenson pourrait être "en chacun de nous, un Mr. Hyde sommeille, et ce Mr Hyde fait peur, à tout le monde, mais surtout à nous-même". Bien sûr, le suspense voulu par l'auteur a forcément pâti de la notoriété de l'ouvrage et l'identité cachée de Hyde (Hyde rappelle tellement le verbe to hide que ce n'est presque plus un jeu de mots) ne fait guère de doute pour le lecteur du XXIème siècle, mais tel ne fut pas toujours le cas, notamment à sa sortie en 1886.
C'est donc une narration bien menée et qui possède de fort nombreuses qualités, qui conserve toute sa fraîcheur et qu'on aurait tort de se priver d'encore lire ou relire, mais tout ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          861
Missbouquin
  11 avril 2012
Alors que je viens tout juste de terminer – on pourrait tout aussi bien dire dévorer – ce roman, je ne peux résister à l'envie de vous en parler de suite …
Cela faisait un moment que je voulais m'attaquer à ce texte, en partie parce que je ne connaissais pas l'histoire réelle, seulement le mythe, et aussi parce que cela me permettait de lire en anglais … Mais il se trouve que la curiosité a bien vite pris le pas sur le “devoir” et que je n'ai tout simplement pas pu le reposer une fois commencé. Je tiens à préciser que malgré ma lecture passionnée, je me suis accrochée au texte anglais jusqu'au bout … pour la beauté de la langue !
Car ce qui m'a le plus accroché de prime abord, c'est de retrouver l'anglais du XIXe siècle que j'ai pour la première fois apprécié en lisant Frankenstein, de Mary Shelley, en classe de première. C'est dans cette optique que j'ai commencé Jekyll car j'avais dans l'idée que les textes pouvaient être proches, et ce fut bien le cas. A la fois dans le style, très descriptif mais très efficace, qui donne une ambiance très gothique au texte; et dans le mode de narration, à l'aide de témoins étrangers, de lettres explicatives, de récits à posteriori.
De la même façon, Victor Frankenstein (qui est le savant créateur, et pas le nom du monstre …) et le Dr Jekyll, deux savants fous, ont créé de toutes pièces leur destin, la perte de leur âme et leur mort, dans le désespoir et la peur, comme la renonciation de ce qu'il peut y avoir d'humain en l'homme.
L'histoire
Quelle est finalement l'histoire originelle de Dr Jekyll et Mr Hyde, avant qu'elle ne soit reprise et déformée sur le grand et le petit écran ?
Un notaire enquête sur des faits étranges impliquant un éminent et charitable médecin londonien, le docteur Jekyll et une sombre créature, Edward Hyde, qui semble être le mal à l'état pur (ce que l'on voit dès les premières pages par divers incidents démontrant sa personnalité). Petit à petit, on prend conscience que ces personnages ne sont en réalité qu'un seul (mais le récit est monté d'une façon qu'il est difficile – en tout cas si l'on ne connaît pas l'histoire – de deviner cela au début). En effet, Jekyll, précurseur des tendances de la médecine psychanalytique moderne, a diagnostiqué deux éléments de sa personnalité (“man is not truly one, but truly two”), qu'il arrive à dissocier par hasard grâce à des poudres chimiques. Il peut ainsi se livrer à ses plus bas instincts, tout en restant sous le couvert de sa respectabilité. Or, rapidement, ces instincts prennent le dessus et il lui est de plus en plus difficile de se débarrasser de Hyde, qui se renforce de jour en jour (c'est d'ailleurs intéressant de voir qu'au départ, ce dernier est un petit nain blafard, plus jeune que Jekyll, comme s'il avait moins vécu … ce qui est vrai ! et puis Jekyll s'affaiblit et c'est Hyde qui grandit …).
Mon avis
On a affaire ici à un chef d'oeuvre de la littérature. le fait de connaître l'histoire ne gâche en réalité que très peu le plaisir, qui est niché dans la manière de traiter le sujet, et les réflexions finales de Jekyll. En effet, comme Frankenstein, le docteur Jekyll prend conscience non pas de la dangerosité de la science, ce n'est pas véritablement le sujet, mais bien de la fragilité de ce que l'on appelle l'homme et de la limite extrêmement mince qui existe entre l'humanité et la bestialité la plus basse. Jekyll a fait tomber cette barrière, pensant qu'il pourrait être plus pleinement lui, en se débarrassant de la honte des mauvais actes que son bon côté désapprouve :
“the injust might go his way, delivered from the aspirations and remorse of his more upright twin; and the just could walk steadfastly and securely on his upward path, doing the good things in which he found his pleasure, and no longer exposed to disgrace and penitence by the hands of this extraneous evil.”
Mais il s'aperçoit rapidement que c'est un échec (ou plutôt un plein succès ?), que le monstre en lui est allé trop loin (“Edward Hyde, alone, in the ranks of mankind, was pure evil”, ce dont tous ceux qui le rencontrent ont conscience sans savoir d'où vient ce sentiment). Cependant, il a alors un moment d'hésitation : “between these two I now felt I had to choose.” Mais comme il le dit : “Strange as my circumstances were, the terms of this debate are as old and commonplace as man”.
Il choisit finalement le côté positif en lui. Mais il est trop tard, car sa partie “bonne” est aussi coupable, ayant laissé s'échapper le côté négatif. A partir de là, Jekyll est mort, il ne reste plus que Hyde. Cependant, Stevenson ne reste pas sur une note négative, puisque Hyde est pris de remords face aux sentiments de Jekyll, et il aura à la fin, son comportement le plus humain.
Pour conclure
C'est un roman extrêmement complexe, qu'il est difficile d'analyser en quelques lignes. Mais ce fut une expérience littéraire comme je les aime, bien loin du simple roman noir auquel je m'attendais : celle qui force à réfléchir, celle dont le souvenir ne nous lâche pas pendant des jours, des semaines, et qui revient nous hanter des mois et des années durant. de la même façon que je n'ai jamais oublié ma découverte de Frankenstein, je place ce livre dans mon panthéon littéraire.
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
Marple
  01 mai 2018
Comme tout le monde, je connaissais l'idée de la personnalité double à l'origine du roman de Stevenson.
Mais je n'avais pas en tête la structure vaguement fantastique de l'histoire, les personnages secondaires, le suspense ou même l'idée philosophique sous-jacente que nous avons tous un Mister Hyde en nous (et pas juste certains de mes collègues pénibles...). Je me suis donc régalée à cette lecture !
Outre mon plaisir, j'en retiendrai peut-être qu'il ne faut pas jouer avec le feu, les sels impurs ou notre côté sombre, sous peine de perdre le contrôle... mais que, quand on réprime tout en soi, on se retrouve avec une vie morne et terne comme celles de Utterson ou Lannion...
J'ai donc l'impression que Stevenson nous a posé plein de questions sur la nature humaine dans son conte psychanalytique, mais s'est bien gardé de nous donner des réponses... Soit le Docteur Stevenson ne les avait pas, soit son Mister Hyde l'a empêché de nous les donner...
Challenge XIXème siècle
Pioche dans ma PAL avril 2018 - merci @Witchblade !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
ibon
  17 février 2015
Cela commence par une apparente enquête policière assez commune et cela finit en apothéose fantastique, scientifique, psychologique et philosophique avec le journal du Docteur Jekyll qui révèle le fin mot de l'histoire.
Du Londres de la fin du 19ème, le contraste est saisissant entre les beaux quartiers autour de Regent's Park et le glauque de Soho. Jekyll habite dans l'un et Hyde dans l'autre. le premier a les bonnes manières, le second est brutal. Jekyll offre le thé, Hyde peut tuer gratuitement.
Pour retrouver le diabolique Hyde, Mr Utterson, un notaire ami de Jekyll, mène une enquête personnelle. Cette démarche permettra de confondre l'assassin. Mais, avec la découverte du journal de Jekyll, l'histoire se termine de manière magistrale.

Cette centaine de pages est une oeuvre de R.L.Stevenson (L'île au trésor). Ici c'est le grand écart avec la mer ou à dos d'âne dans les Cévennes. La dimension fantastique vient du fait qu' il a développé par écrit un de ses cauchemars puis ensuite il a lu des articles de Charcot puis de Freud sur l'hystérie.
D'ailleurs le nom de Hyde veut bien dire caché, mais quand cet inconscient refait surface, on pourra dire, qu'à notre conscience, il apparaît particulièrement hideux!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
Ambages
  31 octobre 2016
Écouter ce roman de Stevenson lu par Denis Podalydes est un régal. Il sait faire frissonner de par sa maîtrise de l'intonation qui met en relief avec talent les mots de l'auteur. Je me suis régalée avec cette écoute qui rend le texte encore plus vivant et sombre. L'auteur parle de la dualité qui existe en chacun de nous et j'avoue ne pas avoir eu de préférence, autant le Docteur Jekyll que Mr Hyde m'ont effrayé. J'ai suivi l'enquête au rythme des découvertes du notaire, Mr Utterson, et j'ai été surprise de la construction choisie pour ce roman. La rencontre avec Mr Hyde au tout début m'a un peu étonnée (sans doute parce que je connaissais la fin). J'ai apprécié un jeu de mot du notaire alors qu'il part à la recherche de Mr Hyde : s'il est Mr Hyde, je serai Mr Seek (j'espère avoir bien saisi dans la mesure où je n'ai pas vu les mots).
Ah...! La joie des livres audio... Un excellent instrument de torture sur sa progéniture.
- Allez, on part, viteee.. on va être en retard. Tout le monde en voiture. le lecteur CD en marche, le volume adéquat et un petit bouchon fidèle à la région parisienne assurant la lecture intégrale du livre selon mes calculs. Bon alors, qu'est-ce qui se passe après ce premier chapitre ?
- Ben je sais pas, j'étais avec ma DS.
- Euh... tu m'as parlé ?
- C'est vrai qu'avec les écouteurs de ton téléphone tu n'as pas du entendre. Bon je vous fais un résumé.
- Ah ? Ça a l'air bien.
- Allez la suite ...Et maintenant, qui est entré dans la pièce ?
- le docteur.
- Bon ça suit... Au fait le laquais portait une livrée, qu'est-ce que ça veut dire ?
- Je sais : il porte des livres ! C'est comme une fourchette, une fourchetée.
- Imparable !
Nous avons fini par arriver à destination, trois mots de vocabulaires dans leur escarcelle en plus, un Denis Podalydes qui les fit sursauter par moments, et une découverte qui -je l'espère- laissera en germe d'autres envies de lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Citations et extraits (146) Voir plus Ajouter une citation
jujume80jujume80   12 février 2019
En effet, Utterson voyait pour la première fois ce quartier de Londres aussi désert. Il l'aurait préféré plus animé, car, jamais au cours de son existence, il n'avait éprouvé un si grand désir de coudoyer ses semblables, de les sentir autour de lui. Il avait beau multiplier les efforts, il ne parvenait pas à chasser de son esprit le pressentiment d'une catastrophe. Le square, quand ils y parvinrent, n'était que vent et poussière. Les arbres, nus et flagellés, battaient des branches contre les grilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jujume80jujume80   12 février 2019
Alors il comprendrait l'étrange attirance que cet individu exerçait sur le docteur Jekyll, la servitude (si le mot n'était pas trop fort) à laquelle le rôdeur nocturne semblait avoir réduit le médecin et les clauses stupéfiantes de son testament. "De toute façon, songeait encore M. Utterson, il serait passionnant de pouvoir scruter le visage de cet homme cruel... un visage auquel il a suffi de se montrer pour inspirer, au si calme Enfield, une haine qui n'est sans doute pas près de s'apaiser."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laehb80laehb80   10 février 2019
Je songe parfois que si nous savions tout, nous n'aurions plus d'autre désir que de disparaître.
Commenter  J’apprécie          20
laehb80laehb80   10 février 2019
Jekyll avait pour Hyde l'intérêt d'un père; Hyde avait pour Jekyll l'indifférence d'un fils.
Commenter  J’apprécie          00
Nastasia-BNastasia-B   10 août 2012
L'homme est toujours double. Aujourd'hui encore, c'est tout ce que je peux dire sur ce sujet. D'autres me relaieront, me dépasseront dans l'exploration de ce domaine. Et j'ose presque affirmer que, plus tard, on ira plus loin. On démontrera que l'homme est finalement une synthèse de nombreux individus, tous différents et indépendants les uns des autres.
Commenter  J’apprécie          753
Videos de Robert Louis Stevenson (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Louis Stevenson
Les Editions Futuropolis republient "Hermiston", l'adaptation en BD par Jean Harambat du livre de Stevenson. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour la dessiner. How to draw, "Hermiston", the graphic novel adapted from the book of Robert Louis Stevenson ? Jean Harambat explains. Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/bande-dessinee-six-adaptations-litteraires-en-bd-qui-valent-le-detour Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dr Jekyll et Mr Hyde

Où se déroule l'histoire ?

À Paris
À Madrid
À New-York
À Londres

11 questions
160 lecteurs ont répondu
Thème : Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis StevensonCréer un quiz sur ce livre