AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Luc Defromont (Traducteur)
ISBN : 2747055248
Éditeur : Bayard Jeunesse (15/02/2017)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Fiona, Laiping et Sylvie sont adolescentes. L'une est canadienne, l'autre, chinoise, et la dernière, congolaise. Elles ne se sont jamais vues et ne se verront jamais. Pourtant, leurs histoires sont liées par le plus banal des objets : le téléphone portable. Outil social pour Fiona, qui déchante quand son ex petit-ami publie une de ses photos privées sur internet, il conduit Laiping à découvrir les épouvantables conditions de travail d'une usine de fabrication des ap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Dixie39
28 mars 2017
Voilà un livre que je n'ai pas lâché ! Lu en quelques heures, je n'ai pas quitté Fiona, Laiping et Sylvie, avide de savoir la fin que donnerait Elisabeth Stewart à ce récit moderne et sans concession. J'entends par là que l'auteure ne nous ménage pas et que même si « les bons sentiments » sont là, ce récit est tout sauf mièvre…
Blue Gold est un livre de littérature jeunesse, mais cette étiquette n'a rien de réducteur, au contraire. Elisabeth Stewart pose de vrais problèmes et aborde des faits de sociétés bien différents qu'elle sait mettre en lumière sans les édulcorer ni les caricaturer :
Au Canada : Fiona, une jeune lycéenne, a la vie et
les préoccupations de bon nombre de jeunes occidentaux de son âge, entre le lycée, les amours naissantes et les amitiés essentielles, aux heures d'internet et des réseaux sociaux…
"Prouve que tu m'aimes bien."
En Chine : Laiping doit quitter son village pour trouver du travail dans les cités ouvrières, afin de subvenir aux besoins vitaux de sa famille… Par chance, les nouvelles technologies ont besoin de plus en plus de petites mains dans leurs usines pour faire face aux commandes.
"Steve Chen (...) est un père pour vous, et vous comme ses enfants."
En Tanzanie : Sylvie a fui la République Démocratique du Congo avec sa famille. Bénévole dans un dispensaire, elle essaie d'oublier les horreurs de la guerre civile et rêve de devenir médecin ; mais le camp de réfugiés n'est pas le lieu sécurisant qu'elle pensait : les conflits et les rebelles ont, eux-aussi, franchis la frontière…
"Les réfugiés ne pouvaient donc ni rentrer chez eux ni vivre paisiblement à Nyarugusu, soumis à la tyrannie d'un chacal tel que Kayembe."
Quel point commun me direz-vous entre ces trois adolescentes ?
Un petit rectangle anodin, bourré de technologie, qui tient dans la poche et est vecteur du pire comme du meilleur…
Merci aux éditions Bayard Jeunesse et à Babelio pour sa masse critique qui m'ont permis de découvrir et ce livre et son auteure.
Lien : http://page39.eklablog.com/b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
AudreyT
02 avril 2017
****
Avant tout, je tiens à remercier Babelio et les éditions Bayard pour l'envoi de ce roman.
Qu'est-ce qui peut réunir 3 jeunes filles séparées par des milliers de kilomètres ? Alors qu'elles vivent toutes 3 des drames personnels, c'est bien une photo de chacune qui déclenchera le virage de leur destin...
Voilà un très bon roman jeunesse !! Des chapitres courts lui donnent un rythme soutenu et une facilité de lecture. Les 3 personnages sont attachants et ces jeunes filles nous semblent terriblement proches... Terriblement parce qu'elles sont toutes 3 victimes de la technologie, des guerres et des conditions de travail qui en découlent. C'est un roman engagé, qui dénonce sans juger mais qui pousse à se questionner...
Commenter  J’apprécie          223
emiibook
16 mars 2017
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Bayard pour l'envoi de ce roman.

Le résumé de ce livre m'a tout de suite interpellé et je n'avais qu'une seule hâte : de pouvoir enfin le lire.
Nous allons suivre 3 histoires en parallèle. Celle de Fiona qui vit en Amérique et qui va par maladresse envoyer une photo d'elle dénudée à son petit ami. Malheureusement, cette photo va se retrouver sur internet et de plus en plus de personnes vont commencer à l'insulter. Nous allons également suivre Sylvie, une jeune congolaise qui a été obligée de fuir son pays suite à des conflits provoqués par le coltan, un matériau qui sert à la construction de nos téléphones. Et puis nous allons suivre Laiping, une jeune fille qui part de la compagne pour travailler en ville et ainsi pouvoir aider ses parents qui ne roulent pas sur l'or. Ces trois filles m'ont touché d'une manière différente. Elles sont toutes les trois très attachantes mais chacune pour une raison différente. Elles ont tout de même un point commun : un caractère très fort. C'est ça qui fait leur force au quotidien.
Je dois dire que le début n'était pas à la hauteur de mes attentes. Je trouvais que le texte étais trop pauvre par rapport aux événements tragiques. Certes, c'est un roman jeunesse, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il le soit autant. J'ai néanmoins continué ma lecture et là, GROSSE SURPRISE ! Il devient de plus en plus intéressant, on rentre dans l'histoire, on tourne les pages à une vitesse folle, on assiste à des révélations qui nous brise le coeur, les personnages sont confrontés à des choix terrifiants...
Je dois vous avouer que ce livre fait extrêmement réfléchir et je ne comprends pas pourquoi il n'a pas plus fait parler de lui. C'est bien évidement une histoire fictive, mais comme l'auteur l'explique à la fin de son livre, ce sont des événements d'actualité et bien réel malheureusement.
Blue Gold est un livre très marquant d'autant plus qu'il parle d'événements tragiques qui se sont réellement passés, et qui continuent d'exister. L'histoire de Sylvie et de Laiping sont pour moi les plus touchantes dans ce roman. Au début je ne comprenais pas le point commun entre ces trois filles, mais une fois qu'on l'a compris on saisit tout de suite où l'auteur veut en venir. Les téléphones portables touchent toute la population. D'une manière différente en fonction de chaque pays mais tout le monde est confronté à ce phénomène qui ne cesse d'influencer notre mode de vie. Il est devenu indispensable pour la plupart d'entre nous. Serait-on capable de vivre sans ?
J'ai trouvé ce livre d'une justesse absolue. J'avais peur que l'auteur en fasse des tonnes et tombe dans le cliché, mais elle a réussi à nous écrire une histoire touchante avec une certaine pointe de réalisme. J'ai vraiment adoré les explications de l'écrivaine à la fin de son roman. Je trouve que cela donne une explication globale au message qu'elle a voulu nous transmettre.
Pour moi c'est un livre qui devrait être lu de tous. Je suis un peu déçue qu'il soit passé inaperçu. J'espère que dans peu de temps on en entendra parler d'avantage.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec certains avis, et pour moi Blue Gold est vraiment un livre rempli de justesse et d'espoir. Malheureusement ces histoires ne finissent pas toujours aussi bien dans la vraie vie...

Conclusion :
Un livre qui m'a énormément touché. J'ai eu plus d'une fois le ventre noué à cause de certaines situations auxquels nos héroïnes font face. Un livre poignant et marquant sur un sujet d'actualité. Ce n'est pas un livre que j'oublierais facilement. Je pense qu'il faut vraiment le lire pour mieux comprendre certaines choses mais surtout pour réfléchir et prendre conscience de certains événements.
Lien : http://emiiandcie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
orbe
19 avril 2017
Trois adolescentes, trois continents et des destins mêlés autour de l'objet du portable.
Fiona ne pense qu'à avoir un smartphone depuis qu'elle a perdu le sien suite à une mésaventure avec un garçon. Laiping, doit quitter sa campagne pour rejoindre les villes industrielles qui épuisent les jeunes filles devant les machines pour fabriquer des téléphones.
Enfin sylvie est victime de la guerre du coltan, produit indispensable aux appareils de nouvelles technologies et cherche à sauver le reste de sa famille en tentant d'immigrer.
Elles vont voir leurs trajectoires se telescoper...
Un roman qui croise les voix et les regards pour nous présenter le prix de nos gadgets mais aussi la condition féminine dans le monde.
L'auteur arrive à nous présenter trois réalités très différentes mais qui comportent toutefois des points communs. Chacune des héroïnes devra être forte pour survivre.
Fiona doit vivre avec l'humiliation d'une photo trop vite postée, Sylvie avec le viol qu'elle a subit. Laiping cherche à améliorer la vie de sa famille quitte à mourir d'épuisement, Sylvie souhaite la sauver qui à y laisser sa vie...
Chacune est émouvante, faible et forte à la fois, toujours courageuse.
A découvrir !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ReveursEtMangeursDePapier
21 mars 2017
Fiona, Sylvie et Laiping ne se connaissent pas.
Pourtant, leurs destins croisés ont un point commun...

Fiona vit en Amérique. Elle a envoyé une photo d'elle, nue, à son petit ami. Photo qui se retrouve sur le net.

Sylvie vit en Afrique, dans un camp de réfugiés. Elle rêve de quitter cet endroit et échapper aux nombreux conflits liés au commerce du coltan, petit métal appelé Or Bleu. Elle veut faire quelque chose de sa vie et protéger sa famille.

Laiping vit en Chine et vient de s'installer en ville, dans l'espoir de trouver un bon travail à l'usine.

Trois continents. Trois tranches de vie. Trois jeunes filles touchantes. Je ne m'y attendais tellement pas. le contenu de ce roman m'a réellement surprise. le téléphone portable est ce qui lie ces trois adolescentes et l'auteure s'en sert pour faire passer un message fort. Elle nous offre un récit qui fait réfléchir à la valeur d'une vie. L'histoire de Sylvie reste pour moi la plus marquante, la plus sombre. Son personnage évolue dans la misère et la violence. Parce que les hommes sont prêts à tout pour s'enrichir, même à tuer. J'ai aimé l'histoire de Laiping pour son évolution tout au long de la lecture. Laiping est une jeune fille pleine de bonne volonté. Innocente et naïve, elle n'a pas tellement d'ambitions si ce n'est de bien faire son travail, et gagner un peu d'argent qu'elle enverra à sa famille. C'est une bonne ouvrière, qui ne se plaint pas. Jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux sur ses conditions de travail et celle de milliers d'autres ouvriers.

De notre côté, on commence à cogiter face à ces histoires que nous suivons en parallèle. On pense tellement peu à ses fameuses conditions de travail, et à l'origine des matériaux utilisés en électronique. On a notre téléphone, nos ordinateurs super modernes et on est bien heureux. Et c'est vraiment bien joué de la part de l'auteure d'avoir pointé du doigt de cette manière toutes ses injustices. Sans nous faire la morale, elle nous met simplement face aux faits et nous rappelle qu'il est possible de consommer responsable, en se renseignant sur les produits que nous achetons.

Verdict : Un roman étonnant. Un contenu inattendu. Blue Gold est un roman engagé, qui nous conte trois histoires en rapport avec le téléphone portable et sa fabrication. Je ne m'attendais pas à ça et j'en ai été très surprise. En nous présentant trois jeunes filles fortes et courageuses, l'auteure nous informe et nous sensibilise. Elle nous parle du coût humain de cet objet du quotidien et des injustices qui y sont liées avec l'histoire de Laiping et Sylvie. Et nous raconte comment ce même objet, une fois fabriqué, peut continuer à faire des ravages dans une vie, comme on peut le constater avec la mésaventure de Fiona. Blue Gold reste une fiction, une histoire qui se finit bien, mais le lecteur est confronté à trois récits très réalistes, au point que c'en est révoltant.
Lien : http://revesurpapier.blog4ev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
Dixie39Dixie3930 mars 2017
Suis-je en train de prôner un boycott généralisé des smartphones, tablettes et ordinateurs portables fabriqués en Chine et dans d'autres pays ? Pas le moins du monde. Comme des millions de gens, dans toutes les nations de la terre, je dépends au quotidien de ces outils. Ce que je préconise, en revanche, c'est que les consommateurs informés soient en mesure d'exercer leur droit d'acheter des produits "éthiques", dont la fabrication ne repose pas sur l'exploitation humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier21 mars 2017
La jeune fille fit mousser le pain de savon qu'elle avait acheté avec l'argent de la clinique, puis battit les rares vêtements de la famille dans l'eau mousseuse. Elle veillait à ce que leurs uniformes scolaires restent propres. Une de ses camarades de classe avait été expulsée de l'école parce que le professeur l'avait accusée d'être sale : elle n'avait pas de quoi se payer du savon. Sylvie avait entendu dire qu'elle se prostituait maintenant, comme beaucoup de filles du camp, contraintes de vendre leurs corps pour se procurer un peu d'argent et les denrées que le centre alimentaire ne fournissait pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier21 mars 2017
- Toi aussi, tu utilises un ordinateur portable, maman. Tout le monde le fait.
- Oui, mais on devrait pouvoir acheter des ordinateurs et des téléphones dont la fabrication n'est pas source de souffrance et de détresse.
- Arrête, maman ! Je comprends pourquoi personne ne te supporte !
La phrase de Fiona était plus dure qu'elle ne l'aurait voulu. Sa mère eut l'air blessé pendant un bref instant, puis sa mâchoire se crispa.
- Je veux juste que tu deviennes une personne qui pense, Fiona.
- Très bien, je pense que je vais aller dans ma chambre.
- C'est ça, fais la maligne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier21 mars 2017
Satisfaite, Laiping jeta un coup d'œil à la rangée de têtes couvertes de charlottes bleues et penchées sur leur tâche. Une atmosphère d'efficacité tranquille régnait dans l'atelier, renforcée par l'assurance de bénéficier de trois repas par jour et d'un lit bien chaud la nuit. Elle ne comprenait pas comment certains, malheureux de leur sort, avaient eu peur d'affronter la journée du lendemain au point de se jeter du toit du dortoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : téléphone portableVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les héroïnes (sexy) de la bande dessinée ado

Cette charmante hôtesse de l’air débrouillarde et sexy a le chic pour de se retrouver dans des situations périlleuses, souvent sans rapport avec les dangers normaux de l'aéronautique. Elle est le personnage éponyme d’une série de BD créée par François Walthéry en 1965 pour le journal Spirou. Le premier album de la série, qui en compte 21 à ce jour, est sorti en 1970.

Barbarella
Colombe
Cyann
Falbala
Franka
Gemma
Isa
Jeanne et Cécile
Jeannette Pointu
Kriss de Valnor
Laureline
Lola Bogota
Major Jones
Moréa
Natacha
Navis
Pélisse
Perdita Queen
Rubine
Yoko Tsuno

20 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , bande dessinée française , littérature pour adolescents , Héroïnes , bd ados-adultes , érotismeCréer un quiz sur ce livre