AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746746867
Éditeur : Autrement (07/02/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Il y a près d'un siècle, les historiens français ont fait l'impasse sur les invasions vikings. Le plus remarquable est que, jusqu'à présent, personne ne s'était inquiété de cet "oubli". En étudiant des sources trop facilement écartées, Joël Supéry a découvert que, devançant Rollon d'un demi-siècle, Ragnar et son fils Björn avaient fondé un royaume scandinave en Gascogne. Cette présence précoce sur un axe commercial majeur entre l'Atlantique et la Méditerranée a perm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Marcellina
  13 mars 2018
J'ai adoré ! Tout, le style, le contexte, les hypothèses, la conclusion, la préface, les annexes, tout quoi :-)
L'histoire, quand elle n'est pas juste la répétition améliorée des écrits de pontes établis, peut devenir par le regard d'amateurs éclairés, une aventure palpitante.
Et c'est bien de cela qu'il s'agit ici. L'auteur, d'un oeil vierge et néanmoins attentif, va voir et analyser des conjonctures complètement écartées par le milieu des savants en la matière.
Non seulement, il va relire les anciennes chroniques en s'attachant aux détails souvent écartés par les « professeurs », il va poser un regard des plus attentifs sur le dénomination des différents lieux et leur étymologie (analyse également mise de côté par les pontes, trop vulgaire certainement…), il va se pencher attentivement sur la civilisation scandinave et son mode de fonctionnement, il va enfin réécrire une portion d'histoire oubliée, abandonnée, effacée des spécialistes.
Et sa conclusion est géniale même si elle ne correspond pas à ce que la majorité a envie d'entendre ni de croire alors que l'Europe vit un regain de nationalisme aberrant :
« Les Vikings ont donné à l'Europe une culture non chrétienne, une culture faite de pragmatisme, de droiture, de respect, de solidarité, de consensualité, une culture non dogmatique de laquelle nous nous devons de nous rapprocher en ce XXIè siècle si crucial... »
J'ai adoré ! Que de souvenirs liés à la lecture de vieilles chroniques qui m'avait déjà fait rencontrer Rollon le Viking lors de mes recherches sur Arlette, mère de Guillaume le Conquérant. Que d'émotions aussi à l'analyse des patronymes et des noms de lieux qui est si riche en connaissances et pourtant si souvent délaissée, un reste émouvant de mes fouilles généalogiques. Et quelle plume qui jamais ne devient lassante de dates, de lieux et de batailles mais qui vibre et sonne juste.
« Les invasions vikings ont été une des plus fantastiques guerres commerciales de l'histoire. »
Et c'est une guerre qui méritait bien un livre…
« La prise de Nantes est une déclaration de guerre. Mais c'est aussi un coup terrible porté à la Francie occidentale. L'attaque de 843 a changé le destin de la France. Nantes était faite pour devenir la capitale de Charles le Chauve et donc de la France. Si tel avait été le cas, si la capitale de la France avait été un port, il est probable que la marine française aurait connu une destinée beaucoup plus comparable à cette de l'Angleterre et aurait tenu la dragée haute à la Royal Navy. »
L'auteur a peut-être tort et néanmoins, il a le mérite d'avoir approfondi et détaillé ce sujet si peu abordé dans les livres de référence.
L'auteur a peut-être tort et pourtant, pour l'heure, on attend toujours l'avis des spécialistes qui clairement n'en ont pas !
L'auteur a peut-être tort, et bien moi, j'y crois à son analyse qui tient parfaitement la route de l'Histoire.
« Ces routes commerciales contournent les cités franques et les voies romaines, suggérant que les Vikings juxtaposèrent leur réseau routier sur celui existant plutôt que de conquérir les ponts et places fortes ennemies. »
J'ai appris beaucoup, je me suis bien amusée et j'ai juste envie de continuer l'aventure avec Joël Supéry qui ouvre des voies de recherche qui méritent d'être encore plus creusées.
« Les Scandinaves ont découvert un moyen plus efficace que la conversion pour commercer avec les chrétiens : ils sont devenus Vikings. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Mariloup
  17 mars 2018
Je lis rarement des essais mais je dois dire que le sujet traité ici m'attirait énormément car je suis fascinée par les Vikings, surtout depuis que j'ai découvert la série télévisée diffusée sur la chaîne History et qui est d'ailleurs un énorme coup de coeur. Je savais que la famille Lodbrock a vraiment existé, aussi voulais-je en savoir plus, et quand j'ai vu le nom des fameux protagonistes (Ragnar, Björn, Rollon...), je me suis dit pourquoi pas? Mais ça n'a absolument pas été ce que j'avais imaginé.
Joël Supéry tente à démontrer principalement que les invasions vikings n'étaient pas le fruit du hasard, que leurs cibles étaient choisies avec soin, qu'ils pouvaient aller très loin dans les terres et très loin en mer, qu'ils avaient des visées commerciales et même politiques. Les attaques et prises de villes ou territoires étaient organisées. Les Vikings ont envahi tous (ou presque) les territoires d'Europe dont les plus grands, voulant étendre toujours plus leur territoire et leurs routes commerciales. On les a beaucoup sous-estimé au fil des siècles alors qu'ils ont fait des choses extraordinaires!
Il critique aussi également certaines idées/hypothèses/théories d'historiens du temps passé comme des plus récents, démontrant des oublis, des erreurs, un manque de recherche, entre autres, tout en argumentant bien sûr. Mais a-t-il raison pour autant? Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui ne l'est pas? On ne peut pas le savoir réellement.
J'étais obligée de comparer avec la série télévisée, qui est un de mes seuls points de repère, qui, il faut le dire, est plus une fiction qu'autre chose (je pensais qu'il y avait de vrais faits historiques mais en fait, les personnages, événements, lieux ou chronologies n'étaient pas toujours respectés, je pense notamment à l'attaque de Paris menée par Ragnar Lodbrock ou l'infiltration de Ragnar dans Paris grâce à sa "mort", en fait, ce n'était pas à Paris et ce n'était pas Ragnar mais un autre grand chef du nom d'Hastein. J'ai pu retrouvé des événements et des personnages qui sont bien présent dans la série: Ingvar, Guthrum, le roi Harald, la mort de Ragnar, l'aigle de sang infligé au roi de Northumbrie, la traversée des terres avec les drakkars sur des rondins de bois, le roi du Wessex, Alfred, Ubbe, Rollon... J'ai pu découvrir d'autres chefs vikings dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à alors et qui pourtant ont aussi fait de grandes choses comme Ragnar et Björn: Hastein et Asgeir notamment.
C'est assez complexe, dur à appréhender, je n'ai pas été fan du format au final. Un livre à lire à petite dose car il y a bien trop d'informations à digérer mais qui reste vraiment très intéressant si l'on veut en savoir plus sur les Vikings bien qu'il ne faille pas s'attendre à en apprendre plus sur leur culture et autre, mais si l'on veut en savoir plus sur les invasions.
Merci à Babelio et aux éditions Autrement pour l'envoi de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LettresItBe
  02 avril 2018
Juriste de formation, Joël Supéry n'a sans doute pas été adoubé par la confrérie des historiens qui se targuent d'exercer seulement et uniquement cette profession. Après être tombée sur Stéphane Bern ou encore Lorànt Deutsch, cette confrérie pourrait très vite faire de notre homme la nouvelle cible à traquer dans son viseur. En tout état de cause, et armé de sa passion pour la cartographie ancienne, l'histoire de la navigation et bien évidemment pour la civilisation viking, Joël Supéry s'amuse à jouer au chien dans un jeu de quilles et délivre son dernier ouvrage, La saga des Vikings : Une autre histoire des invasions. Une tentative d'éclairage sur une période de notre Histoire de France qui pourrait avoir été bien trop occultée, peut-être même volontairement. C'est du moins le postulat de départ de Joël Supéry dans son livre publié chez Autrement.

Quatrième de couverture :

Il y a près d'un siècle, les historiens français ont fait l'impasse sur les invasions vikings. le plus remarquable est que, jusqu'à présent, personne ne s'était inquiété de cet "oubli". En étudiant des sources trop facilement écartées, Joël Supéry a découvert que, devançant Rollon d'un demi-siècle, Ragnar et son fils Björn avaient fondé un royaume scandinave en Gascogne. Cette présence précoce sur un axe commercial majeur entre l'Atlantique et la Méditerranée a permis à l'auteur de donner un sens à un épisode jusqu'alors insensé : les guerres vikings. Dans ce livre très documenté, allant à l'encontre de tout ce qui a été écrit précédemment, Joël Supéry entreprend un travail de réhabilitation minutieux et inédit. Il déconstruit notre vision du phénomène viking et nous propose une autre histoire, révolutionnaire mais plus lucide. Un livre qui apporte de nombreuses réponses, ouvre des pistes de recherche et éclaire des pans entiers de l'histoire européenne sous un angle inédit.

C'est véritablement devenu un cheval de bataille. Une fois encore, Joël Supéry revient dans les libraires avec un ouvrage qui traite des Vikings et leur rôle dans l'Histoire. Après le secret des Vikings paru aux éditions des Equateurs en 2005 puis Les Vikings au coeur de nos régions paru chez Yago quatre années plus tard, voilà que Supéry reparaît avec sa Saga des Vikings. Une nouvelle parution qui a pour objectif de taper du poing sur la table, de lever le voile sur une période historique qui, selon Joël Supéry, reste la chasse gardée des historiens, ces derniers n'hésitant pas à en travestir certains points. Préfacé par Michel Onfray qui appuie d'ailleurs sur cette idée avec la fougue qu'on lui connaît, peut-être à tort d'ailleurs, l'ouvrage historique tient aussi en quelque sorte de manifeste contre l'ordre établi par ces historiens qui se retrouvent vent debout dès qu'une personne qui ne semble pas être des leurs s'aventure un peu trop loin dans les pages de notre Histoire et a de surcroît le toupet d'en faire un livre.

Toujours est-il, pour parler du livre et seulement du livre, que cette Saga des Vikings est une petite mine d'or pour toutes les personnes passionnées de près ou de loin par les différentes évolutions de notre pays et ses belles régions à travers des périodes précises du grand livre de l'Histoire. L'angle choisi qui est celui des invasions Vikings nous donnent à voir de nombreuses choses sur une civilisation du Nord finalement méconnue et souvent présentée de façon biaisée. Loin du peuple barbare et seulement sauvage qui est présenté généralement, Joël Supéry met en avant de nombreuses spécificités de ce peuple viking, jusqu'aux influences et résonnances qu'il trouve encore aujourd'hui. Et à travers l'usage méticuleux de la toponymie, l'auteur s'amuse à retracer les différents legs que l'on peut retrouver dans l'Hexagone et que l'on devrait aux Vikings.

Paru dans le catalogue sérieux et largement recommandé de la maison d'édition Autrement, cet ouvrage pose des questions, sur la forme et sur le fond. Bien que l'avis de Joël Supéry s'entende effectivement sur la nécessité d'ouvrir les pages de l'Histoire au plus grand nombre y compris à non-spécialistes, force est de constater que La saga des Vikings : Une autre histoire des invasions comporte quelques failles qu'il est important de considérer. L'usage parfois capillotracté de la toponymie, quelques sources difficilement vérifiables et académiquement peu admises pousse le lecteur à se renseigner davantage, ce qui est n'est d'ailleurs pas un moindre mal. En tout état de fait, Joël Supéry touche au but et amène à réfléchir avec passion et enthousiasme sur une période de l'Histoire souvent présentée de manière unilatérale. Pari tenu.

Retrouvez toute la chronique sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnneClaire29
  13 mars 2018
Un livre étoffé qui éclaire d'un regard nouveau l'histoire des Vikings. L'auteur s'attache aux détails, relit les chroniques, et nous livre une autre histoire Vikings. Les guerres Vikings en France méritait bien un livre et cette révision de l'histoire étayée par les chroniques et l'oeil nouveau de Joël Supéry permet de mettre en lumière tout un pan de l'histoire de France oubliée.
Un livre intéressant où j'ai beaucoup appris et qui me donne une vision différente de ce peuple.
Commenter  J’apprécie          102
Northman
  28 juillet 2018
Le savoir des historiens provient d'autres historiens qui le tenaient d'autres historiens...un savoir tenu pour acquis et jamais remis en question.
Joël Supery a entrepris un défrichage de connaissances mises au rebut, notamment concernant les incursions des vikings au sud de l'Empire Franc qui ne seraient pas de simples actes de piraterie mais bel et bien une opération stratégique d'envergure aux fins politiques et commerciales.
C'est de plus très bien écrit et fluide, on suit avec enthousiasme cette trépidante saga scandinave européenne tournée à la manière d'un grand roman d'aventures à contre-courant des habituels ouvrages sur le sujet, lourds et indigestes.
Entamés dans le but d'interpeler ne serait-ce qu'un historien afin d'explorer de possibles pistes écartées par manque de preuves ou d'envie, les travaux de l'auteur ne cessent d'être décriés.
À défaut de prêter aveuglément foi à des informations qui nécessitent peut être d'être creusées davantage, ce qui serait un point de départ encourageant et peut-être l'amorce d'une mise à jour, nul n'y a prêté sérieusement attention et on s'est empressé d'enterrer le gêneur. On peut d'ailleurs lire en fin d'ouvrage quelques exemples de critiques bien salées. De quoi dégoûter alors que comme le dit l'auteur : si j'ai raison c'est contre personne puisque personne ne s'est penché sur le sujet.
Messieurs les historiens, on gobe tout ce que vous nous racontez depuis l'école sans preuves à l'appui alors pourquoi ne pas écouter ce qu'a à dire cet homme qui est manifestement très bien renseigné plutôt que le discréditer purement et simplement?
Un peu d'ouverture d'esprit, un peu de prise de risque, où est le mal ?
L'énorme somme de recherche est si cohérente, empressez-vous de vous pencher là-dessus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MariloupMariloup   16 mars 2018
Pour réaliser son rêve commercial, le clan avait trois obstacles à surmonter. Le premier était géographique: prendre le contrôle d'un accès sûr au monde méditerranéen, ce fut l'invasion de la Gascogne. Le deuxième était commercial: s'imposer dans la mer du Milieu et obtenir des traités. Ce fut fait avec la création d'une flotte permanente en Méditerranée. Le dernier était économique: trouver un moyen de rééquilibrer une balance commerciale largement déficitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MariloupMariloup   16 mars 2018
Éliminer les évêques, c'est éliminer les plus fermes soutiens de l'empereur franc. En éliminant les évêques gascons, les Vikings décapitent littéralement le pays de ses élites politiques et militaires, une décapitation durable. Cette élimination méthodique des représentants du pouvoir religieux et temporel n'a qu'une signification possible: les Vikings ne pillent pas, mais prennent le contrôle politique du pays. Cette attaque remet complétement en cause la théorie générale des invasions qui présente le phénomène comme progressif et essentiellement crapuleux. En Gascogne, les Vikings ne se comportent pas en pillards, mais en conquérants. Cette attaque, la première menée en France, a une dimension territoriale et donc politique incontestable. Elle confirme ce que nous savons déjà: les invasions, loin d'être un phénomène irrationnel furent réfléchies et menées comme une guerre. Ragnar, Asgeil, Björn et Hastein mènent cette invasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MariloupMariloup   16 mars 2018
Au cours d'un assaut, le chef viking, blessé à mort, renonce et demande aux assiégés de lui accorder baptême, puis extrême-onction. Ce miracle sauve la cité. Lorsque le chef succombe à ses blessures, on ouvre les portes au cortège funèbre qui se dirige vers la cathédrale où le récent converti a demandé à être inhumé. C'est dans la cathédrale que Hastein revient des enfers: il distribue épées et haches cachées dans son cercueil et ordonne le massacre. Cet épisode spectaculaire, ce cheval de Troie médiéval, est resté comme une des illustrations les plus populaires de la ruse vikings.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MariloupMariloup   16 mars 2018
Dans la mythologie scandinave, le Ragnarök est la bataille de la fin des temps. Les guerriers vikings tués au combat rejoignent le Walhalla, la halle d'Odin, où le dieu de la guerre les attend à sa table pour festoyer. Les guerriers et leur dieu attendent la "bataille de la fin des temps" qui les opposera aux géants et aux titans. Ils savent qu'ils perdront cette bataille, c'est écrit et mourront tous. En attendant le Ragnarök, ils célèbrent dans la joie leur fraternité guerrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MariloupMariloup   16 mars 2018
En 834, lorsque l'ambitieux Ragnar commence une guerre contre l'Empire chrétien, beaucoup parmi ses pairs doutent de ses chances de succès. Certains le regardent comme un aventurier rustique, un dinosaure appartenant au vieux monde nordique, incapable de prendre le pli de la modernité chrétienne. Certains prédisent que l'arrogant va se brûler les ailes. D'autres ont envie de croire au projet de Ragnar, bien plus aguichant pour des guerriers avides de gloire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : vikingsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Joël Supéry (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1493 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre