AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081645028
159 pages
Flammarion (14/01/1999)
3.28/5   72 notes
Résumé :
L'oeil d'Horus, TOME1
Alain Surget

Le destin de Menî est tout tracé : il doit succéder
à son père, le pharaon Antaref. Mais pour l'heure,
il sait à peine tirer à l'arc et ne s'intéresse
qu'à ses animaux familiers. Antaref lui ordonne
alors d'accomplir trois exploits pour prouver
qu'il peut être roi.

TOME 2 : L'assassin du Nil
TOME 3 :Le maître des Deux Terres

DES 11 A... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,28

sur 72 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
1 avis

Meni est le fils du pharaon Antaref. Mais à quatorze ans, son père ne le trouve pas très courageux. Il devra entreprendre un voyage initiatique pour prouver à son père qu'il peut devenir un bon pharaon.

Un bon roman jeunesse sur les croyances égyptiennes de l'Antiquité. Au début, je ne pensais pas que les divinités auraient une présence aussi réelle que celle des égyptiens de l'époque. Mais les rencontres qu'il fait accompagné par Thouyi, une jeune fille bien débrouillarde (et un peu magicienne) vont donner une belle aventure. A la fin, l'auteur met un petit lexique sur les dieux évoqués dans le récit : Solek, le dieu-crocodile, Sekhmet, la déesse-lionne et Horus, le dieu faucon.

A découvrir à partir de 10 ans.

Commenter  J’apprécie          320

Pas mal du tout !

Un roman jeunesse initiatique qui nous plonge dans la mythologie égyptienne. Pour prouver à son père qu'il est digne d'être son fils, le jeune Menî, prince bien solitaire, doit effectuer trois épreuves plutôt ardues. Dés son départ, il rencontre une jeune voleuse un peu magicienne et voilà une amitié improbable qui donne le ton à ce beau récit d'aventures plutôt exotiques du coup.

Une plume riche et détaillée, de l'humour et des frissons car il faut bien tenir le jeune lecteur en haleine pour qu'il suive le chemin jusqu'au bout. Une aventure qui aborde des sujets graves comme la pauvreté ou encore la solitude du peuple face à la toute puissance des grands ; un récit qui fait la part belle à l'amitié et à la tolérance sans cacher pour autant la part de noirceur de l'être humain ; une belle ouverture enfin sur l'Histoire avec l'origine des hiéroglyphes notamment. Un petit complément à la fin du roman avec un résumé de la mythologie égyptienne, une toute bonne initiation qui donne envie d'en savoir plus :-)

J'ai passé un tout bon moment avec Menî et son amie Thouyi, tellement bon que je vais continuer l'aventure.

Commenter  J’apprécie          140

✒ "L'Oeil d'Horus" est un l'un meilleurs romans jeunesses que j'ai lu jusqu'ici. Il porte sur des croyances et des traditions égyptiennes qui amènent l'imagination du jeune lecteur à se développer. le décorticage de l'oeuvre m'a vraiment permis d'en savoir d'avantage sur la culture égyptienne qui me passionnait déjà au moment de ma lecture. Ce côté enrichissant a donc sublimé tout cela! L'histoire des dieux égyptiens offre au lecteur la possibilité de s'échapper de la réalité pour atterrir vers une ancienne réalité quasi-mystique... Entre conquête et voyage initiatique des personnages principaux, le récit permet une constance dans le rythme. Il n'y a pas de ralentissements. Finalement, on se divertit, on apprend et on s'interroge sur ces légendes égyptiennes toutes aussi passionnantes les unes que les autres.

Commenter  J’apprécie          140

Premier volet d'une trilogie égyptienne composée par Alain Surget, L'oeil d'Horus présente Menî, adolescent un peu fallot et timoré que son père, le pharaon Antaref, pousse à l'aventure à grands coups de pied dans le fondement. Abandonné à ses seules ressources, Menî rencontre une petite voleuse qui, grâce à ses talents de magicienne, l'aide à remporter 3 défis et prouver ainsi à son père qu'il est digne de lui succéder.

Un roman jeunesse assez ancien qui s'inscrit dans une offre pléthorique (au moins dans ces années-là) de romans jeunesse sur l'Antiquité. Il commence de manière assez classique, en mettant en scène un adolescent d'une autre époque historique, dans un cadre reconstitué le plus fidèlement possible. Cependant, il bifurque sans prévenir vers le merveilleux puisque Menî va affronter deux des plus redoutables dieux égyptiens avant de rencontrer le dieu des dieux : Horus. Un changement de registre étonnant et inattendu.

Chacune de ces rencontres divines constitue l'un des défis relevé par Menî et Thouyi. Ce choix scénaristique donne un côté un peu haché et répétitif à l'histoire en même temps que chaque situation se résoud finalement très rapidement.

J'ai lu ce roman parce que sa couverture vieillotte ne me paraissait plus du tout attractive pour les jeunes lecteurs et je voulais savoir ce qu'il en était de l'histoire. Même si elle est bien écrite, assez originale, je ne l'ai pas trouvée captivante. Elle devenait presque plus passionnante sur la fin.

Sans qu'il ait vraiment vieilli, ce roman n'est pas le plus intéressant qu'on puisse trouver sur l'Égypte ancienne, je pense, ni le plus moderne.

Challenge Romans Jeunesse 2021/2022

Commenter  J’apprécie          30

Cette histoire se passe dans l'Égypte ancienne . Un adolescent de 13 ans va devenir roi mais n'a pas la prestance pour ce rôle. J'ai apprécié ce livre, surtout au début, où il y a des crocodiles , mais la fin est monotone. J'ai bien aimé le style de l'écrivain et j'ai trouvé le sujet intéressant. le vocabulaire est compréhensible : les mots compliqués sont définis. Les phrases sont bien construites. J'ai trouvé qu'à certains moments , il y a du suspens mais que quelques passages sont ennuyeux. La lecture est rythmée car, le plus souvent, les chapitres sont courts. Ce livre n'est pas épais...Dans cette histoire , je peux m'imaginer vivre la vie des personnages, Thouyi et Menî, les deux héros ; je les ai trouvés attachants. Ce roman m'a fait apprendre des choses sur l'Égypte , surtout la mythologie égyptienne . J'ai apprécié que l'auteur explique le rôle de chaque Dieu.

Mélanie

Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation

Le grognement que poussa le dieu ébranla la montagne toute entière. Dressé au milieu des vagues, il fixait les intrus d'un œil hostile.

- Je... je suis le fils du roi, balbutia Menî, comme si cela pouvait le protéger.

- Un fils de roi se croque de la même manière que n'importe quel autre enfant ! tonna Sobek.

Commenter  J’apprécie          210

Rame, je te dis, rame ! Sinon je fais chavirer la barque et je t'enfonce la tête sous l'eau jusqu'à ce que tu sois devenu poisson.

Commenter  J’apprécie          180

La vraie mort, c’est le silence. C’est quand ton nom ne siffle même plus entre les papyrus parce que le vent l’a oublié.

Commenter  J’apprécie          70

"Rame, je te dit, rame !Sinon je fais chavirer la barque et je t'enfonce ta tête dans sous l'eau jusqu'à ce que tu sois devenu un poisson."

J'ai choisis cette citation car elle me semble drôles et bizarre car si on plonge la tête de quelqu'un dans l'eau il ne deviendra pas un poisson, il va plutôt mourir.

Commenter  J’apprécie          20

Tu n’as jamais eu faim, attaqua Thouyi. Je parle de la vraie faim, pas du petit creux entre deux repas. La faim qui fore son trou dans les boyaux et qui monte comme un serpent, enroulée sur elle-même, qui porte le feu dans la poitrine au point de te faire suffoquer. La faim qui te casse en deux, les poings enfoncés dans le ventre pour bloquer le hurlement de douleur, de rage, de haine qui monte en toi.

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Alain Surget (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Surget
Léna à la Comédie- Française, en juin 2015, a lu un extrait de "L'énigme du chevalier" lors de l'évènement "Les petits champions de la lecture".
autres livres classés : egypteVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus




Quiz Voir plus

Le fils des loups

Comment les gens du village appellent-ils Pierre ?

-Pierro
-Pélot
-Pacolino

7 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Le fils des loups de Alain SurgetCréer un quiz sur ce livre