AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081203545
Éditeur : Flammarion (23/05/2007)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 64 notes)
Résumé :
Depuis sa plus tendre enfance, Mary est fascinée
par la mer. Elle aimerait tant se laisser emporter au gré des vagues et du vent, partir à l'aventure ! Elle sait pourtant qu'il n'y a pas de place pour une fille sur un bateau. Mais Mary Read est prête à tout pour accomplir son rêve, même à se glisser dans la peau d'un garçon et défier les pirates les plus terribles...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Thaliie
  09 août 2015
Mary Read , célèbre femme pirate de la fin du XVIIIe siècle écumait les mers sur le même navire qu'Anne Bonny sous le commandement de Rackham le rouge.
Rien qu'entendre parler d'elle était déjà une av
enture en soi pour la jeune fille de 10 ou 11 ans que j'étais quand j'ai lu ce roman. Passionnée de pirates à cette époque (merci pirates des caraïbes ) j'étais intarissable sur le sujet. C'est donc tout naturellement que j'ai voulu lire ce livre : je ne l'ai pas relu depuis longtemps mais sur le moment je l'avais trouvé génial, plein d'action , mais grave aussi par moments comme au début avec l'enfance de Mary , son parcours pour arriver à devenir pirate, en devant cacher son sexe et se faire passer pour un garçon , la crainte d'être découverte et bannie...
Une critique nostalgique d'une bonne lecture que je vous conseille , mais ne vous y méprenez pas , avec le recul je me dis que c'est plus une lecture adolescente (13/14 ans) qu'une lecture pour fin de primaire. Trop de mots crus, de violence , peut être ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Cielvariable
  04 mars 2018
Pistes d'exploration pédagogique
Composer un court texte de fiction mettant en scène une femme défiant les conventions de son époque.
Élargir sa connaissance du monde des pirates et plus particulièrement celle des femmes pirates à travers diverses sources documentaires.
Lire d'autres romans mettant en scène des pirates et comparer les différentes manières de présenter les personnages.
À partir d'extraits du texte, analyser l'évolution psychologique de Mary Read en insistant sur sa double identité et son refus d'endosser le statut réservé aux femmes de son époque.
Commenter  J’apprécie          90
JessicAlister
  04 octobre 2016
Dire que c'est inspiré d'une vraie femme pirate ! C'est quand même incroyable, et pour moi, Alain Surget respecte et honore sa légende.
L'écriture est belle, rythmée, poétique. Je ressens tout dans ce livre, le remous des vagues, l'odeur du sel, j'entends les rats du bateau.. J'affronte en même temps que Mary la dualité qui l'oppose à Willy, et j'éprouve avec elle son besoin d'aventure et sa soif de vivre !
À lire et à relire, si Babelio me le permettait, ce serait mon huitième livre sur mon île déserte.
Commenter  J’apprécie          80
Scrat
  12 septembre 2014
L'atmosphère de ce roman m'est resté pendant des jours et des jours aprés lecture. L'eau, la terre, les tempêtes, les batailles. J'avais eu l'impression d'etre embarqué dans uen marrée sombre ou le ciel était toujours gris, le sol toujours sale.
Les themes abordés - hors de la piraterie- sont assez durs en definitive et Mary attire notre regard sur les fantômes et le deuil, la peur d'etre femme, la peur de l'enfermement, la peur tout court en fait.
J'avais beaucoup aimé ce roman, plein d'aventures même s'il m'avait vraiment laissé une boule bien dense dans la gorge. On est loin de l'univers farfelu de Pirate des caraïbes et autres One Piece. Beaucoup plus terre à terre ce roman est lucide et sombre. Parfois, un moment d'une grace infinie emmerge au detour d'une page. C'est très fort.
Commenter  J’apprécie          60
Galah
  28 mars 2016
Ce fut une lecture très agréable, dès le début je me suis attachée au personnage principal. Les dialogues volent parfois pas très haut surtout niveau insultes entre eux et ça m'a beaucoup plus.
Et puis l'univers de la piraterie m'a vraiment emballé, et surtout la place des femmes (qu'elle n'ont pas justement) qui a obligé Mary à devenir Willy pour réaliser son rêve de s'envoler sur la mer. Ce personnage est vraiment étonnant, elle évolue vraiment énormément durant ses (més)aventures, on compatit avec ses doutes, car oui c'est une femme forte mais rongé également par les doutes et les dilemmes. Tantôt Mary, tantôt Willy, tantôt elle/il ne sait même plus...
Après 1/3 le livre m'a moins emballé, durant la bataille des Flandres jusqu'à Breda. Mais ensuite l'histoire à recommencé à m'intéressé davantage et je n'ai plus su lâcher le livre.
Vraiment les personnages sont super intéressants et attachants et le fait qu'ils aient réellement existés est encore plus prenant (Mary Read et Ann Bonny les femmes pirates les plus célèbres ainsi que Rakham).
Une lecture que je conseillerais vivement, il faut néanmoins s'accrocher avec les termes lié à la navigation, c'est pas toujours évident.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   23 janvier 2019
Sa tête dans les mains, un bourdonnement intolérable lui martelant les tempes, Emma relit pour la troisième fois la lettre que lui a envoyée la vieille Davon. Pour la troisième fois, chaque mot tire au canon sur elle. Emma se passe les mains sur le visage, se frotte les yeux, avec l’espoir qu’elle ne verra plus la lettre en les rouvrant, que celle-ci n’est qu’un mauvais rêve, l’aboutissement-cauchemar de ses appréhensions depuis la mort de Willy. Mais elle est bien là, la missive, blanche et brutale sur la table, barrée de deux plis en croix. Emma se vide dans un soupir sans fin. Jane Davon veut voir son petit-fils avant de rendre l’âme. « Willy est tout ce qui me reste de John, grince la lettre, et j’espère qu’il lui ressemble beaucoup. »

— La guenon ! La truie ! L’horrible bique ! enrage Emma en écrasant les mots sous ses dents.

Elle avale sa salive. Une coulée de fiel. Il n’y a plus de Willy, et la bourse de la vieille va se refermer d’un coup. Que faire ? Répondre à Jane Davon que Willy est malade et qu’il ne peut voyager ? Cela ne tiendra qu’un temps. Et puis la grand-mère peut débarquer sans crier gare. Découvrant l’existence de Mary et, se rendant compte de la disparition du garçon, la vieille va piquer une colère et traîner sa bru en justice. Ce sera la prison pour Emma ! Quant à Mary… ! Mary ?

Le regard de la mère se pose sur sa fille. Un regard de louve. Sauvage et maternel à la fois. La fillette joue à la poupée près de l’âtre. Elle est grande pour son âge. De la même taille que Willy. Une idée germe. Qui grandit à la vitesse de l’éclair. Qui fait suffoquer tant elle est folle. Folle, mais parfaitement réalisable. Emma plisse les yeux afin d’évaluer la silhouette de sa fille. Le tour de hanches, les épaules… pas de problème. Pour la ressemblance, il faudra voir une fois les cheveux coupés.

— Mary !

La gamine lève un œil.

— Viens ici ! ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LittleMary226LittleMary226   03 août 2011
Des cadavres, Mary en a vu souvent, mais elle n'en a jamais transporté. Rudy lui paraît lourd, si lourd qu'elle a l'impression que la mort l'a rempli de plomb. Titubant le long des coursives et se cognant aux poutres à chaque envolée ou chute du Roosendhal, la jeune femme et un marin peinent à ramener le corps sur le tillac. Sitôt à l'air libre, elle prend la tempête en plein visage. Le ciel est couleur de suie ; une mer d'encre se cabre en soulevant des vagues énormes. Le grain a crevé, et une trombe d'abat hache le navire. Cramponnés aux drisses et aux écoutes, les gabiers achèvent d'enverguer les basses voiles et bordent plat les huniers et les cacatois. Puis ils redescendent en se laissant filer le long des étais. Le capitaine est agrippé à la rambarde de la dunette, assisté du second et du bosco, qui s'égosille à redistribuer les ordres à l'équipage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CielvariableCielvariable   23 janvier 2019
Debout devant la mer, Mary.

Dans ses bras, sa poupée. Une poupée de chiffon que lui a offerte un homme au tricorne noir. Dans sa main, une pierre plate. Une pierre à l’angle tranchant qui lui blesse la paume tant la fillette la presse entre ses doigts. Mais elle a besoin d’avoir mal, Mary, pour oublier le vent qui la transperce de son froid.

Du haut de ses six ans, elle regarde la mer. Une mer qui ronfle et fait le dos rond avant d’étaler des coups de langue sur les bancs de sable et de tremper les jambes des ramasseurs de varech.

Un sourire éclaire soudain le visage de la gamine.

— Le voilà ! annonce-t-elle à sa poupée. Willy a eu raison de m’envoyer sur la plage pour surveiller la mer à sa place.

Un navire blanc creuse sa route dans les flots. Il a surgi d’un coup, semblable à une grande mouette brusquement tombée du ciel. Mary ne voit plus que lui sur l’eau. Effacés, les bateaux de pêche pas plus gros que des moineaux ! Le regard de Mary passe à travers les ramasseurs d’algues et leurs charrettes attelées à des bœufs, et il va s’ancrer sur les voiles de la frégate qui pénètre dans l’estuaire.

— Papa est enfin de retour, dit-elle avec l’impression d’avaler des bouffées d’air. Papa revient ! Papa est là ! se met-elle à claironner à la cantonade, appelant les hommes et les femmes à partager le bonheur qui l’étouffe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   23 janvier 2019
Mary insiste. Elle clame le retour de son père avec des mots qui claquent au vent. Les hommes haussent les épaules, les femmes se cassent en deux pour reprendre leur labeur et charger les carrioles de longs serpents bruns gluants. La joie de Mary se mue en colère. Comment ? C’est tout ce que ça leur fait, à ceux-là, que son père rentre au bercail après toutes ces années d’absence ? La fillette leur en veut de saper son exultation. Elle plisse son front et lance du plus profond d’elle-même :

— Vous mentez ! Vous êtes jaloux ! Espèces de… de… de chiures de mouche !

Un gaillard se redresse. Il en a plus qu’assez d’entendre la petite piailler.

— Ton père, l’océan l’a avalé ! fait-il en mimant avec les mains deux mâchoires qui se referment. Le bateau qui le transportait n’est jamais arrivé à destination. Il a coulé lors d’une tempête ou il a été attaqué par les pirates.

— C’est pas vrai ! réplique Mary. Il est là, son bateau ! appuie-t-elle en montrant le vaisseau qui remonte le rivage. Il va s’arrêter et me rendre mon papa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   23 janvier 2019
La nuit ricane dans le marais. Les crapauds poussent des coassements qui éclatent à la surface des étangs tels des borborygmes, des pets monstrueux dans l’eau. Si Willy ne pèse pas lourd dans les bras d’Emma, la bêche fait son poids dans les mains de Mary. La fillette ahane, elle a du mal à suivre les enjambées de sa mère, surtout avec la boue qui aspire ses souliers dans un bruit évoquant un baiser mouillé. L’air est tranchant, l’effort pousse à tousser, mais la gamine se retient, effrayée à l’idée d’avaler la maladie de son frère. Elle n’a pas envie de cracher du sang et de mourir noyée à l’intérieur d’elle-même.

Emma s’arrête enfin. Elle jette un regard rapide autour d’elle, puis dépose son fardeau au sol. Elle saisit la bêche et, d’un coup sec du talon, l’enfonce dans le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alain Surget (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Surget
Léna à la Comédie- Française, en juin 2015, a lu un extrait de "L'énigme du chevalier" lors de l'évènement "Les petits champions de la lecture".
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le fils des loups

Comment les gens du village appellent-ils Pierre ?

-Pierro
-Pélot
-Pacolino

7 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Le fils des loups de Alain SurgetCréer un quiz sur ce livre
.. ..