AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marc Mécréant (Traducteur)Yasunari Kawabata (Préfacier, etc.)
ISBN : 2877308200
Éditeur : Editions Philippe Picquier (27/01/2006)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Salué par Mishima et Kawabata dès sa parution, Haut le cœur est le chef d'œuvre de Takami Jun (1907-1965), son testament littéraire puisé au plus profond de son expérience personnelle et composé quelques années avant sa mort. Roman du Japon dans les années 1922-1937, a l'époque de l'aventure militaire contre la Chine, des complots intérieurs, des assassinats et des purges, c'est aussi celui de Kashiha, le narrateur, dans les bas-fonds de Tôkyô, Séoul ou Shanghai, où... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  24 décembre 2007
Iya na Kanji
Traduction : Marc Mécréant
Ce roman, qui enthousiasma, paraît-il, Mishima et Kawabata, m'a beaucoup déçue. J'ai même failli l'abandonner à sa moitié, c'est tout dire. Mais je me suis reprise et je l'ai achevé hier au soir.
En dépit de tous mes efforts, je ne suis pas parvenue à éprouver ne fût-ce qu'une ombre de sympathie ou, à défaut, d'admiration, pour son narrateur, Kashiba Shirô. Un personnage du livre lui dit, sur la fin, qu'il n'est ni un brave type, ni une canaille et qu'il est seulement un anarchiste, et le manque absolu d'empathie qui a été le mien à la lecture de ses aventures dans le Japon des années 1925/1936 vient peut-être de là, je l'avoue.
Chez Kashiba, il n'y a qu'une seule flamme : détruire, détruire, et encore détruire. Certes, il évoque de temps à autre - et de façon très vague - la reconstruction qui suivra mais ... on n'y croit pas une minute.
Kashiba semble avoir eu un rapport au Père assez ambigu et sa haine de l'autorité trouve vraisemblablement sa source là-dedans. Mais il n'y a en lui - en tous cas, telle est mon impression - nul panache, nulle noblesse. On sent bien la jouissance qui est sienne lorsqu'il traîne avec de petites frappes plus ou moins obtuses et lorsqu'il se place dans des situations impossibles. Pendant près de 750 pages, il ne songe qu'à tuer : un malheureux chien errant, tel ou tel homme politique ou militaire, un parfait inconnu même, rien que pour prouver qu'il est capable du passage à l'acte ...
En outre, le déséquilibre est flagrant entre le ton littéraire, très soigné, que l'auteur choisit pour nous dépeindre la situation historique à cette époque - période de très grande agitation au Japon - et le recours systématique, dans les dialogues, à l'argot. Peut-être la chose passe-t-elle mieux en japonais mais, en français - et malgré le soin apporté par Marc Mécréant à sa traduction - cela gêne terriblement.
Et puis, si l'intrigue est complexe, ce qui peut être un avantage, elle perd tout intérêt dès lors qu'elle est présentée de façon extrêmement brouillonne. (Un index des noms japonais serait sans doute le bienvenu à la fin du volume.) Or, Takami Jun ne donne nullement l'impression de maîtriser son histoire mais d'en placer les morceaux, un peu au petit bonheur, de façon très maladroite et presque grossière, par-ci, par-là.
En gros, "Haut le Coeur" - dont Mishima soulignait avec raison l'ambiguïté du titre - conte l'itinéraire sentimental et idéologique d'un jeune anarchiste dans le Japon des années 20/30. Fils d'un fondeur, il s'est laissé gagner, au lycée, par les théories d'Osugi Sakae.
Pour lui, la société est pourrie et il faut la dynamiter. Pour ce faire, comme beaucoup de ses amis anarchistes, il ira jusqu'à s'allier aux militaires - on constate une fois de plus combien les extrêmes peuvent se rapprocher. le tout sur fond de magouilles en Mandchourie (son meilleur ami, Sunama, devient un caïd de l'opium) et de trafics divers aussi bien en Corée qu'au Japon. Par la force des choses, le lecteur est entraîné, à la suite de son "héros", dans le monde de la pègre et de la prostitution. Mais, là non plus, on ne croise cette lueur crépusculaire qui, chez les grands écrivains, fait toute la beauté de ces univers.
Et c'est bien dommage car, si on a le courage d'aller jusqu'à la fin de "Haut le coeur", on voit bien que ce roman présente quand même beaucoup d'intérêt - notamment historique. C'est le traitement qui pèche - et de façon irrémédiable. A moins que, en apprenant le japonais ... ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ericbo
  23 octobre 2017
Je viens enfin de terminer ce long roman en lisant les derniers chapitres le plus souvent en diagonale, je l'avoue.
On y suit les tribulations et déboires de Kashiba, un jeune malfrat des bas-fonds de Tokyo. Ses périgrinations nous mèneront jusqu'en Hokkaido et pour finir à Shanghai. L'action se déroule dans les années 30, sur fond de quasi guerre civile. Les anarchistes et communistes s'opposant à la montée des militaires au pouvoir. Les coups d'état se succèdent et la démocratie n'en a plus pour très longtemps.
On apprend beaucoup de choses sur l'histoire peu connue de cette période mais le récit a tendance à s'embourber dans des considérations plus ou moins rocambolesques dont on se passerait bien.
Beaucoup de violences, de sang, de cruautés émaillent le récit. L'apothéose se situant à Shanghai dans la dernière partie où les règlements de compte et les morts se succèdent dans les tripots et les bordels.
je reconnais qu'il s'agit d'un monument de la littérature japonaise mais je n'ai malheureusement pas complètement adhéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
5Arabella
  20 juillet 2016
Ecrit à la première personne, c'est le récit de Kashiba, un anarchiste, plus ou moins reconverti en truand. L'action se déroule entre 1922-1937, dans une période très trouble. Agitation de gauche, violemment réprimée, agitation militaire de droite, moins violemment réprimée, enfin jusqu'à un certain moment, guerre en Chine, occupation de la Corée, le cocktail est explosif. Notre personnage tente de trouver sa route, dans un monde de plus en plus violent, noir, glauque, dans lequel la loi du plus fort devient de plus en plus la règle. Ses velléités idéalistes sont vite balayées par une fascination de la violence, et de toute façon aucune issue vraiment satisfaisantes ne s'offre à lui à aucun moment.
Quelle claque que ce livre. Noir, sombre, désespéré, mais en même temps l'écriture met à distance, un humour certes glacé mais présent à chaque instant, en fait presque par moment une sorte de bande dessinée surréaliste. Il ne passe rien à ses compatriotes Takami, leur racisme, nationalisme, mépris des autres et d'eux-mêmes, le culte des puissants, de l'argent, leur aveuglement. Mais il ne se passe pas non plus grand-chose à lui-même, si on veut voir dans Kashiba un personnage inspiré sa personne : gauchiste, poète, il y a quelques ressemblances. Takami a un lien de parenté avec Kafu, et Haut le coeur commence par le monde de la prostitution et des geishas, il est intéressant d'observer à quel point c'est vraiment très différent des livres de son illustre parent : d'un réalisme cru, mais jamais gratuit.
Il faut avoir le coeur solidement accroché pour lire ce roman, et être prêt à voir les aspects parmi les moins reluisants de la nature humaine, mais si on accroche à cet univers désespéré on est saisi par une sorte de poésie de la noirceur et du vide. Et l'écriture est à la hauteur du projet de Takami, décalée, déjantée, mais en même temps tellement juste pour cette histoire là, et complètement maîtrisée.
Une expérience intense, mais à réserver à ceux dont le solide estomac supporte les nourritures (ou boissons) vraiment costauds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
steka
  17 octobre 2012
Haut-le-coeur est le récit d'un écroulement; sociétal, intellectuel, par quelqu'un qui l'a vécu de l'intérieur. Comment le Japon dans le courant des années vingt et trente du XXème siècle bascula dans le fascisme et un régime militarisé à l'extrême; comment le mouvement d'émancipation avec la naissance d'une conscience individuelle fut réduit à néant. Comment la création dans les univers du cinéma, de la littérature dut bientôt faire silence pour laisser la place exclusive aux discours patriotiques. Les amateurs d'un Japon "cool", poétique et convivial seront donc désagréablement surpris; car voilà qui fait sérieusement tâche sur le paysage. Ceux qui cherchent à acquérir une connaissance sérieuse de ce pays y trouveront par contre les pièces qui manquaient dans le puzzle. Témoignage d'autant plus rare que la société japonaise a une fâcheuse tendance à s'enfermer dans le déni s'agissant des épisodes peu glorieux de son histoire.
Commenter  J’apprécie          80
Julian_Morrow
  14 avril 2019
Asie, années 30 : le héros de ce roman, noir, sombre, violent, va faire l'amère expérience de la guerre dans les rangs de l'Armée impérialiste japonaise.
Un souffle célinien passe sur les pages de ce cauchemar littéraire.
Salué en son temps par Mishima. On comprend pourquoi.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ericboericbo   22 octobre 2017
Par ailleurs la pourriture du gouvernement bourgeois atteignait son comble. Les scandales éclataient l'un après l'autre. Les partis politiques, dans leur âpreté à défendre leurs intérêts particuliers, ne passaient leur temps, jour et nuit, qu'à se battre. Quant aux élections, on pratiquait ouvertement l'achat des candidats officiellement agréés, à qui les groupes financiers distribuaient, au titre de la campagne électorale, des sommes allant de cinq à huit mille yens ; de sorte que les hommes qui siègeaient au Parlement n'étaient pas les représentants de la nation, mais les agents des groupes financiers, et rien que cela. Ajoutez qu'à peine élus, les députés se lançaient dans une chasse éperdue aux prérogatives et aux privilèges. Tel était le régime parlementaire qui avait suscité le dégoût et la désaffection du peuple. Et c'est à tous les coins de rue qu'on percevait, mais informulées, les paroles qui appelaient à la révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella5Arabella   12 août 2016
Nous prîmes une ruelle sur notre droite. "Ce coin-là est de tout premier ordre" me dit Sunama. "Toutes les poupées sont de vraies perles, on peut le dire. De l'autre côté, là, à gauche, c'est pas cher, mais ça vaut moins que rien". Ce jour-là nous étions en fonds - des fonds "conquis de haute lutte". Dans les secteurs "chics", les filles ne sortent pas dans la rue; elles n'y viennent pas tenacement faire la retape du client. C'est toujours, bien sûr, la zone interlope; mais au sein même de cette zone, on est dans un secteur différent. Des phrases comme : "Va pas là avec un chapeau mou, les filles ont si vite fait de vous l'attraper!" ou encore : "J'ai été forcé d'entrer, parce qu'une fille m'avait fait les poches et chipé mon stylo" n'ont pas leur emploi, s'agissant de ces endroits là. Les maisons y ont " de la tenue", selon les propres termes de Sunama. "S'il vous plaît, monsieur..." tel est, à l'adresse des hommes qui passent, le seul genre d'appel venu d'une lucarne où ne se laisse voir qu'un visage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ericboericbo   21 octobre 2017
Juste à mes pieds se trouvaient posés à même le sol, l'un au-dessus de l'autre, deux bols ayant contenu des nouilles servies coiffées d'un oeuf sur le plat. Voilà ce que photographiait ma prunelle. Si encore il n'y avait eu que cela ! Mais, au milieu d'un restant de bouillon, nageaient des mégots de cigarettes. Non seulement, l'enveloppe de papier ayant craqué, l'intérieur, tout gonflé de liquide, se répandait de la façon la plus répugnante, mais on voyait aussi des boules de cheveux agglutinés aux brins de tabac. Tant d'affreuses saletés me fit faire la grimace, mais me gourmandant moi-même aussitôt : "Allons ! me dis-je, c'est bien comme ça... C'est même ça qui est bien." Quand on était - comme je l'étais - plongé dans l'ordure jusqu'au cou, on n'avait pas le droit, décemment , de crier à la malpropreté. C'était moi qui l'étais, sale - et comment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ericboericbo   22 octobre 2017
Quelques années auparavant, un de nos camarades anarchistes avait descendu l'avenue de Ginza en cassant l'une après l'autre toutes les vitrines des magasins : sa colère contre l'"ordre" social avait pris d'un seul coup cette forme explosive. Bien entendu, la police l'avait arrêté et les flics l'avaient si durement passé à tabac que le malheureux avait eu un oeil à moitié crevé.
Commenter  J’apprécie          60
ericboericbo   21 octobre 2017
Ici me revint à l'esprit un poème de Takamura Kôtarô :

Coude à coude, chacun devant sa jatte pleine,
Voilà la meilleure place en ce monde,
Où, dans une franchise égale de l'appétit et de la langue,
On épuise la joie de l'heure,
Mes amis !

C'est comme si l'âme allait au bain ;
Car on met son coeur à nu tout benoîtement, mes amis,
Et même ces drôles de coins d'ombre qu'on cache au fond de soi
sont amenés à la pleine lumière.
On boit, on guigne, on crie, on pique - voire - une colère,
Mes amis !

Faisons éclore des fleurs dans l'ombre insondable du monde intérieur de l'homme.
Au moins, cette nuit, dans la bonne humeur,
Vidons nos coupes, mes amis.
Oublions demain et ses corvées d'esclaves.
Et pour les dames jeunes, ou qui ne le sont plus,
Vidons, fastueux, nos escarcelles,
Mes amis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre