AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2815921170
Éditeur : L'Aube (03/02/2017)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Une fine brume distille la lumière sur la lagune de Venise. Un homme fait les cent pas devant le débarcadère du vaporetto. Une femme en descend. Un rendez-vous pour deux, mais ce sont quatre destins qui s’entrecroisent…
En plusieurs temps et plusieurs lieux, la trame d’une histoire plurielle se tisse dans ce roman chatoyant. Certains personnages se connaissent, s'aiment parfois. Quelques-uns se manquent de peu. D'autres ne se croiseront jamais. Chacun nous to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Didili
  11 juillet 2017
Dans ce livre on navigue dans le temps de 1994 à 2015 et l'espace en France et en Argentine essentiellement.
On suit plusieurs personnages, deux à la base et quatre par la suite, pour l'essentiel.
Les vies des personnages se rapprochent et s'éloignent au gré des hasards et des nécessités.
Deux êtres, un homme, une femme, vont se rencontrer et se séparer tout aussi vite suite à un attentat ...
Des rendez-vous n'auront pas lieu, plus lieu par la force des choses et l'évaporation du temps...
Un livre qui sème le trouble chez son lecteur, qui parfois est dérouté tout comme les personnages du livre. Oui c'est réellement ce sentiment que j'ai ressenti, mais attention ce n'est pas un sentiment négatif de mon point de vue .
En effet, ce trouble est (je le pense) voulu par l'auteur et ressenti également par les personnages qui ne sont pas au courant des échanges d'identité entre les deux femmes : Keîla et Belen à des instants clés des rencontres du livre.
Gérald Tenenbaum a su parfaitement "manipuler" son lectorat, je me suis bien fait avoir aussi.
D'ailleurs à un moment je suis remontée en arrière dans ma lecture pour bien m'assurer de qui était qui !
L'autre tandem, masculin celui-ci, c'est Pierre le mathématicien ( une part de l'écrivain peut être...) et Samuel le journaliste plus ancré dans la réalité quoi que ...
Entre ces quatre là, les sentiments s'ébauchent, les corps s'entrecroisent, les destins se distendent et se rapprochent, les aléas et les rendez-vous fluctuent ...
Il y a l'amour mais aussi l'amitié dans ce roman. de ces amitiés qui vous aident et vous grandissent.
Gérald Tenenbaum est mathématicien mais force est de constater qu'il y a une bonne part de littéraire chez lui. Il aborde dans son livre une science bien aléatoire, celle de la vie.
L'amour est une équation aux multiples inconnues !
Une belle lecture, des sentiments troublants et troublés. Des jolis mots et une poésie bien présente.
Ce roman m'a plu et marquera son empreinte dans mes souvenirs de lectrice, une empreinte floue et troublante.
Je remercie très sincèrement Gérald Tenenbaum de m'avoir fait cette belle proposition de lecture.
Je vous invite chers amis, à découvrir ce roman et cet auteur, à travers l'histoire de ce quatuor à l'harmonie pas toujours exacte...
Lien : https://imagimots.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Dominique84
  18 février 2017
Professeur à l'université de Lorraine, Gérald Tenenbaum a su dans ce dernier roman conjuguer avec talent et grande maîtrise d'écriture sa passion pour les mathématiques et la littérature. Ne dit-on pas que les mathématiques sont la poésie des sciences ? Galilée a écrit “ le livre de la nature est écrit dans un langage mathématique”.
L'auteur utilise le principe des harmoniques (que l'on retrouve aussi dans la musique) pour retracer un parcours initiatique de 4 personnes que le hasard fait se rencontrer. Ce sont donc 4 destins qui se croisent, s'entrecroisent, l'amour, l'amitié naissent de ces rencontres, c'est l'harmonie du hasard. Ne pas chercher d'unité de temps ni de lieu dans le récit car l'auteur nous conduit dans le tracé de l'histoire des héros, un destin qui les unit comme les sépare entre la France et l'Argentine. Venise en 2015, Buenos Aires en 1994, Paris en 200.
L'être est donc le jouet du hasard qui n'en est pas, c'est le champ des possibles, le champ des promesses.
“Les philosophes considèrent que le hasard est ontologique, les matheux qu'il est purement logique et les physiciens qu'il est juste tautologique”,
“Le champ des possibles est un univers - le hasard écrit ce que nous pouvons en attraper. Comme un dé qu'on lance, l'univers a 6 faces mais on en attrape chaque fois qu'une”.
Et puis il y a l'émotion, le sentiments qui lient, délient les êtres, les aspirations émotionnelles qui exercent une attraction irrépressible. L'auteur décrit avec une juste sensibilité poétique les sentiments humains, dans toute leur complexité avec pour vecteur unique la quête d'idéal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fbrenier
  09 novembre 2017
Ce roman bref démarre de manière un peu poussive mais se révèle assez prenant dès le quatrième chapitre . Ces chapitres sont assez courts, chaque chacun renvoyant à une date précise. Gérald Tenenbaum a l'ambition de traduire de manière littéraire le concept physique d'harmonique. Il s'y emploie avec une langue documentée et précise qui peine à décoller. La structure du roman tend à faire avancer deux trajectoires distinctes (celle de Keïla et Belen en Argentine et celle de Pierre et Samuel en France) en s'attachant à créer des résonances et des correspondances, voire des échos. Bien entendu, ces trajectoires vont se croiser pour engendrer une onde qui se propagera sur 20 ans. le projet est en partie réussi mais l'écrivain se perd parfois dans des pages de descriptions qui manquent de sensualité et d'humanité. Est-ce que cela tient au style ?
L'intérêt principal du livre réside dans le croisement de deux mondes, celui de la recherche fondamentale en maths et celui de la vie culturelle et politique de l'Argentine. Cependant, ils sont parfois traités trop vite, d'une manière trop journalistique. Pour relever cette critique assez sévère, je dois noter deux aspects que j'ai appréciés : les chapitres de l'attentat pour leur réalisme et certains paragraphes réflexifs qui plongent le lecteur dans la tête d'un mathématicien chercheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SophieSonge
  02 février 2017
Keila et Pierre se rencontrent à Buenos Aires et de cet instant de hasard opère la magie des échanges ouverts aux promesses. le destin les sépare créant un espace, un leitmotiv dans leurs vies. Mais il y aura-t-il une prochaine fois ?

Ce roman est un pur bijou dans le fond autant que dans la forme pour aller en profondeur et au coeur des émotions. Dans un style véritable et littéraire, l'auteur nous transmet son amour pour les mots.
Poétique et musical, on s'en remet à la théorie de l'attractivité, à la résolution d'équation à X inconnu. On aime le contraste des personnages, leur vérité dans leur dimension atypique. Keila, pierre, Belen et Samuel partagent la conception insolite d'un amour suspendu et idéal. Les routes se lient et se délient dans une valse à quatre-temps. de la France en Argentine, on touche à l'invisible, à l'indicible noyau des sentiments. Amour naissant, amitiés fidèles, c'est le jeu des interactions fantasmées qui va créer la mélodie du bonheur peut-être... Il y va de la pudeur, de la délicatesse dans ce roman qui nous touche, nous caresse de sa capacité à éprouver les choses et les instants.

Remarquable, ce récit est de celui que le lecteur attend au plus profond de son coeur et qui résonne encore de longs moments une fois le livre refermé. A découvrir !
Lien : http://www.sophiesonge.com/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Luria
  04 février 2017
Lire un livre juste pour son phrasé, ses beaux mots et non pour l'histoire, je ne pensais pas que cela puisse m'arriver un jour. Et pourtant, sourde aux personnages, que j'ai trouvé ternes, sans âme presque, ballottés par la vie comme une bouteille à la mer, je me suis surprise à lire et tourner chacune des pages avec impatience pour retrouver une belle image, un bel échange, un passage délectable.
Et des belles images j'en ai gardé plusieurs, mille mercis à l'auteur. Tout comme l'Argentine de Keïla et Belen, ma lecture a été baignée de fantômes qui m'ont permis de rester debout, du moins dans ce livre. Quel dommage que leur souffle m'ait poussé en dehors de cet harmonique.
(Merci à Babelio et aux nouvelles éditions de l'Aube pour la découverte et pour l'ouvrage qui est à lui seul un très bel objet)
Commenter  J’apprécie          72

critiques presse (1)
Telerama   26 avril 2017
Gérald Tenenbaum a l'art subtil de faire sentir jusqu'au frisson les vibrations entre les êtres, entre les êtres et les lieux, entre le visible et l'invisible, entre les vivants et les morts.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
fbrenierfbrenier   09 novembre 2017
Pierre est l'explorateur d'un univers cruel, où la lumière ne filtre que par instants fugitifs. Il évolue depuis si longtemps, et avec un tel investissement personnel, dans cette jungle de symboles enchevêtrés qu'il est devenu étranger à ce que chacun considère comme la réalité. Étranger en terre des hommes, il a perdu cette commune impudence préalable au courage d'agir.
Commenter  J’apprécie          00
DidiliDidili   11 juillet 2017
A bien y réfléchir, son véritable ami est à présent Samuel, qui erre par le monde en imperméable. Au fils du temps, s'est tissé entre eux un lacis de sollicitude et de respect, subtil amalgame de clairvoyance et d'opacité où chacun sait jusqu'à quel point il peut venir en aide à l'autre, et , tout en conservant l'option en cas de détresse, connaît les limites à ne pas franchir en régime de croisière.
Cet impalpable encordement lui convient ; il sait le constat réciproque. Tenir l'un à l’autre est ce que, communément, l'on nomme attachement. Tenir l'un par l'autre est du registre de l'alpinisme. progressant ensemble, mais chacun pour soi, sur des rochers escarpés, ils s'assurent mutuellement
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
DidiliDidili   12 juillet 2017
La nuit à l'ambassade aura marqué ses jours. Tous les jours de sa vie. Aberrant, mais évident. Il y a dans l'existence des moments-clefs, des nœuds d'instabilité, qui condensent le hasard et le réduisent à la dimension d'une tête d'épingle. Ou un dard d'abeille. une piqûre, et tout bascule. un geste de retrait, et rien ne se passe : le chemin se prolonge à l'identique au lieu de bifurquer, les étoiles s’éteignent au lieu d'illuminer, le temps s'épaissit, le destin cristallise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuriaLuria   02 février 2017
Sur l'avenue Córdoba, qui incise le quartier des Colegiales, les frênes blancs bourgeonnent. On dit que question folioles, ces arbres-là préfèrent l'impair : ils vont par sept, comme les mètres de Verlaine. L'aspiration, par nature, se nourrit du déséquilibre.
Commenter  J’apprécie          40
LuriaLuria   03 février 2017
Rock de fusion, douce expression. Keïla se dit en aparté que la fusion est probablement le sort ultime de toute activité humaine. A la conclusion de l'aventure, les corps eux-mêmes se rassembleront avec les éléments donc ils sont constitués et les âmes se réuniront. L'impossible quête trouvera enfin son terme.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Gérald Tenenbaum (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérald Tenenbaum
Gérald Tenenbaum - Peau vive .Gérald Tenenbaum vous présente son ouvrage "Peau vive" aux éditions La Grande ourse. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/tenenbaum-gerald-peau-vive-9791091416221.html Notes de Musique : Menion/Menion/01 Night in Berlin. Free Music Archive.
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
258 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre
. .