AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021010937
Éditeur : Seuil (01/10/2009)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :

"Le bouleau, dans le temps littéraire et poétique de la révélation, fut l'arbre du drame, le témoin silencieux de l'extermination; l'arbre du massacre en train d'avoir lieu. La peau de son écorce en lambeaux est le visage d'un temps que nous n'avons pas connu, temps de l'anéantissement. Plus d'une moitié de siècle après, nous voilà désormais dans le présent du hêtre, arbre gagné pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  29 septembre 2019
C'est une évocation triste d'une tristesse européenne, une tendance à s'apitoyer, à s'enfermer dans un passé qui bloque le présent, une hantise de la honte, qui mène à l'aspiration de la consolation comme on rafistole des pneus crevés, un éternel ressassement d'un épisode tragique, comme une exégèse biblique sans cesse reprise. Pour la dépasser, il faudrait une renaissance, faire du vertige un projet civilisationnel, une refondation linguistique et littéraire qui insinue la transformation de l'ancien dans la langue elle-même. Et c'est encore l'idée d'une langue unique qui revient, sous la forme d'une évocation, d'une vision : langue du passage, de la diaspora, le yiddish deviendrait la langue européenne...
Le second essai, "L'utopie linguistique", reprend la phrase d'Umberto Eco selon laquelle la langue de l'Europe est la traduction et propose un projet linguistique européen d'enseignement des langues et de la traduction...
Le premier essai s'apparente plutôt à un état d'âme, une évocation poétique, une rêverie langoureuse qu'un essai philosophique. Il prend l'envie de se dire que la réponse aux interrogations de l'auteur sur le flottement de cette tristesse européenne serait un retour du romantisme, ce goût macabre pour le passé, cette volonté de se souvenir de ce qu'on n'a pas connu, un âge d'or dont on déplore que la catastrophe l'ait effacé... l'option du yiddish comme langue européenne intervient sans heurts dans cette expression poétique et nostalgique. Côté rationnel, on pourrait se limiter à remarquer que se lamenter qu'on se lamente trop n'est que la démonstration de la suggestion que l'on fait et que l'on s'exonère d'envisager des solutions à la dissipation de sa peine, comme le plaisir que l'on a de vivre la tristesse - et que la proposition d'une langue européenne comme solution à un projet multiculturel n'a rien, ni d'entraînant, ni d'innovant... On pourrait seulement ajouter que faire de la langue même le moyen du souvenir revient à conceptualiser cette éternelle présentification d'une même histoire et pourrait bien instaurer l'idée qu'une seule langue ait la capacité à dire la vérité du souvenir : faut-il à l'Europe une langue sacrée ?... on pourrait enfin achever en faisant remarquer que le souvenir est un thème juif, que le yiddish..., et que faire du yiddish la langue d'une organisation politique... et l'Europe devient un autre Israël... où la recherche de l'universel semble remarquablement biaisée... reste que c'est une idée poétique, une fantaisie, un état d'âme... rien n'empêche, sans frustration, d'entrer dans la rêverie, qui en vaut bien une autre...
En revanche, le second essai se veut davantage démonstratif, si bien qu'il échappe moins à la critique rationnelle. Là aussi, on peut se limiter à faire remarquer qu'institutionnaliser la traduction revient à souder les langues, c'est-à-dire suggérer que les langues aient déjà tout dit, qu'elles soient éternellement figées, ce qui autorise à proposer, par cet assemblage rigide et tentaculaire de passage et de points de jonction... une nouvelle langue unique... Et que se passe-t-il si personne ne produit plus d'énoncés qui "valent" quoi que ce soit ? On aura une belle construction linguistique sans rien à dire... Faut-il traduire le vide, la répétition, le ressassement ?
Finalement, le soupçon de délicatesse né du charme du premier essai s'évanouit malheureusement à la lecture de la brutalité superficielle du second... et il ne reste plus à la tristesse qu'à noyer son chagrin dans l'oubli...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
EnrouteEnroute   29 septembre 2019
Or, j'ai tendance à répondre, en souraint à peine, que la seule langue commune susceptible de porter l'élan spirituel de l'h-être européen, de refonder une joie, une énergie qui ne soient pas oublieuses de l'expérience du XXème siècle, qui, au contraire, puisent dans le h les fondements dune identité du vertige, serait le yiddish ; je me plais à imaginer que nos écoliers, de l'Atlantique à l'Oural, seront un jour appelés à le parler. Ils apprendraient alors la seule langue européenne qui existât jamais, ce créole de l'allemand qui, en deça des nations et par-delà les frontières (le yiddish dans la diaspora juive européenne étant appris et écrit parallèlement aux autres langues, l'allemand, le russe, le polonais, l'anglais...), préfigurait l'horizon ouvert, bâtard, mélangé des cultures européennes, et qui fut, par l'extermination des juifs d'Europe, supprimé de la carte linguistique de notre continent. Quelle autre langue, en effet, pourrait relancer l'élan spirituel et la foi dans un "nous" partagé sans que nous ayons, planant au-dessus de nos têtes, la mauvaise conscience de l'oubli et de la destruction ? (p.143)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EnrouteEnroute   29 septembre 2019
Soit nous choisissons nationalement la facilité de la consolation, soit nous explorons par-delà les langues et les récits identitaires le vertige de la perte.
Commenter  J’apprécie          20
EnrouteEnroute   29 septembre 2019
L'Europe est ivre de sa mémoire, soûle de ses hontes.
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   29 septembre 2019
La tristesse européenne, c'est notre mémoire.
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   29 septembre 2019
"La postmodernité est talmudique".
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Camille de Toledo (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille de Toledo
Camille de Toledo - Mon objet berlinois .La librairie Mollat est allée à la rencontre d'auteurs français vivant à Berlin. Nous leur avons proposé un petit jeu : nous présenter un objet leur appartenant qui, pour eux, incarnerait Berlin. Découvrez l'objet de Camille de Toledo. http://www.mollat.com/livres/toledo-c... http://www.mollat.com/livres/toledo-c... http://www.mollat.com/livres/toledo-c... http://www.mollat.com/livres/toledo-c... http://www.mollat.com/livres/franz-ai... Remerciements à l'Institut Français de Berlin et à l'Institut Français d'Allemagne. 1. Podington_Bear_-_Program_Reverie http://podingtonbear.com/ 2. Droit réservé ®
+ Lire la suite
autres livres classés : langueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre