AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782354085001
332 pages
Éditeur : Mnémos (19/08/2016)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Avec "Le Chant des Épines" débute l'extraordinaire fresque aux origines des Six Royaumes.Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d'unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse. Mais leur chemin vers l'accomplissement de cette quête sera semé d'embûches : le respect du peuple s'arrache dans le sang... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  26 octobre 2016
"Le Chant des épines" est le tome 1 du cycle d'Adrien Tomas intitulé "Le Royaume rêvé". Celui-ci se déroule dans le passé de son premier roman, "La Geste du sixième royaume", quelques générations après la révolte des hommes contre les elfes, et ce dernier veut nous raconter la geste de l'héroïne Ithaen dont les exploits y étaient contés ça et là…

Les Épines, c'est dans un royaume désuni et septentrional les champions d'une nouvelle génération éduquée au sein du Clan Svelsen (qui ambitionne d'unifier les Marches du Gel après sa guerre fratricide contre le Clan Asrelden)… L'auteur ne se cache aucunement de reprendre un questionnement archétypal de la fantasy classique, à savoir celui de la bonne gouvernance (un sujet éternel, et d'une brûlante actualité au vu de la médiocrité crasse des 650000 élus que compte la France, mais ce n'est pas bien mieux ailleurs hein…). Parmi la galaxie de POVs chère à l'auteur, on retrouve donc la reine adolescente Ithaen du Clan Svelsen, Ysémir le guerrier du Clan Asrelden, Merisia l'apothicaire du Clan Orcsen et Solheim le nécromancien blanc du Clan Tyrn… Toutefois la part belle est faite au POV de Vermine, la sauvageonne rousse aux yeux verts qui possède à la fois un fort quotient intellectuel et d'étranges pouvoirs magiques appelés Ténèbre qui la dépasse largement (possession ou schizophrénie, c'est selon votre interprétation ^^)…
Ce tome d'introduction est bien moins touffu que "La Geste du sixième royaume", pour la simple raison qu'on crapahute dans les 4 coins d'un royaume dont on suit le destin alors que dans le roman original on crapahutait dans les 4 coins d'un continent dont on suivant le destin. Mais chassez le naturel il revient au galop : derrière le worldbuilding et le magicbuilding rôlistiques des familles, on retrouve les vibes d'Howard, Tolkien, Moorcock, donc Gemmell. On aurait pu se dire qu'avec un groupe de héros adolescents en devenir, des prophéties cryptiques, une menace millénaire, un empire totalitaire on serait bel et bien dans la fantasy plus classique du tu meurs... Sauf que l'auteur dézingue tout ça d'entrée de jeu !

C'est presque dommage finalement de retrouver la formule Brandon Sanderson avec une avalanche de twists dans les dernières pages, voire les toutes dernières pages (genre on apprend quasiment dans le même temps qui est le maître espion des Marche du Gel, qu'il est un agent double, et qu'il est un agent triple) et le cliché du plan qui se déroule sans accro pour les grands méchants pas encore entrés en lice du « c'est maintenant que le choses sérieuses commencent ». On se demandera donc quelles places auront dans la suite du cycle Ogwan l'apprenti banni du génie nain à la fois Léonard de Vinci et Albert Einstein, Grimnur le jeune bandit en surpoids au grand coeur, le Projet n°68 alias l'Ange de Fer, Ooldor le Chroniqueur à la peau dorée, la Locuste alias le Gandalf grimdark, ou bien l'être maudit qu'il nourrit du sang des traîtres et qui en fait s'avère être SPOILER… (et pas du spoiler de base hein, non un putain de gros spoiler de la mort qui tue ! ^^)
Par contre je l'écris noir sur blanc, je ne supporte plus la jurisprudence GOT qui fait perdre 1 étoile à ce tome 1


Les Editions Mnémos ont bien bossé pour nous livrer un chouette livre-objet : devant un tel travail, c'est presque honteux de passer au numérique… Mention spéciale à la magnifique illustration de couverture signée du talentueux Alain Brion, qui correspond parfaitement à une scène clé du roman (à savoir le combat d'Ithaen et Vermine contre une Mandragore, une abomination elfe)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
boudicca
  19 août 2016
Après une petite incursion dans le western fantastique avec « Notre-Dame des loups », Adrien Tomas revient cette année à l'univers du sixième royaume qu'il met en scène pour la troisième fois. Que les lecteurs n'ayant pas encore eu l'occasion de découvrir « La Geste du Sixième royaume » ou « La maison des mages » se rassurent : l'action se passe ici longtemps avant les faits relatés dans les deux romans sus-cités et se limite géographiquement à une petite portion seulement du continent. Direction donc les marches du Gel, territoire réparti entre différents clans entre lesquels règnent depuis des années un fragile équilibre garanti par la présence au sein de la maison la plus puissante d'otages composés des principaux héritiers des autres clans nordiques. L'histoire de la région, son fonctionnement politique et ses spécificités sont rapidement mais clairement évoquées par l'auteur qui favorise dès le départ la compréhension des enjeux par le lecteur qui voit ainsi son immersion grandement facilitée. La présence d'illustrations est également un plus appréciable puisque l'ouvrage est orné d'une très belle carte signée Joël Querci ainsi que de reproductions des blasons des quatre principaux clans, fruit du travail de Goulven Quentel. Malgré la qualité de sa présentation, l'univers reste dans son ensemble plutôt classique puisqu'on y retrouve les traditionnels elfes, nains et magiciens (même si certains bénéficient d'un traitement qui sort légèrement de l'ordinaire).
Le second bémol concerne la narration puisqu'on retrouve dans le premier tiers du roman un procédé qui m'avait déjà un peu gêné dans « La maison des mages », à savoir des changements de point de vue trop rapides (parfois à peine une page) mais surtout mettant systématiquement en scène de nouveaux personnages. L'auteur rectifie fort heureusement le coche assez vite et parvient dès lors à véritablement embarquer le lecteur qui se prend agréablement au jeu, quant bien même certains rebondissements se révèlent un peu trop prévisibles. Il faut dire que la réussite du roman tient en grande partie à ses personnages qui, en dépit de leur nombre, s'avèrent tous convaincants, qu'il s'agisse des héritiers des différentes maisons ou encore des conseillers gravitant dans l'entourage de la fragile souveraine de Sveld. Les personnages féminins occupent notamment une place de choix (ce qui n'est pas si fréquent) et bénéficient même d'un traitement un peu plus travaillé que leurs homologues masculins, à commencer par les deux très attachantes Vermine et Merisia. On ne peut d'ailleurs s'empêcher d'être frustré de la brièveté du roman dont le final nous laisse un peu trop sur notre faim : quel sort attend les fidèles Épines de la reine maintenant que les choses sérieuses sont enfin censées commencer ?
Pari réussi pour Adrien Tomas qui nous propose avec ce « Royaume rêvé » une nouvelle incursion dans son univers de prédilection qui s'étoffe un peu plus à chaque roman. Malgré quelques légers bémols on passe un agréable moment et c'est avec regret que l'on quitte si vite tous ces personnages attachants et ambigus qui constituent certainement la plus grande force du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Lutin82
  19 novembre 2016
Adrien Thomas nous propose une fantasy parfumée d'influences diverses. Nous retrouvons nos fondamentaux avec une contrée d'aspect médiéval; l'armement, les moyens de transport, les coutumes étayent les contours d'un récit lové dans un cadre familier. le classicisme est poussé jusqu'à la composition d'une équipe, un groupe construit pour affronter les périls de ce dangereux et incertain royaume : les Épines (dont le nombre fluctue au gré des pages). Non, je vous rassure, nous ne sommes pas dans une redite du Seigneur des Anneaux, malgré la présence des nains, qui empruntent tous les stéréotypes au carcan établi depuis. Nous avons également des elfes qui tiennent un rôle fondateur mais très en retrait. Mais tout cela est attendu : nous sommes dans une Geste.
La présence d'un ange de métal, et son cocon métallique fera immanquablement penser à un univers steampunk. Il a été construit par un génie nain, incompris de son peuple obtus, composé d'infatigables travailleurs. A cela s'ajoute un vampire qui ne demande qu'à voir le jour… Un bestiaire digne des films d'horreur agrémente notre voyage dans les Marches du Gel, et pour finir les silhouettes invisibles des chroniqueurs font le lien avec Fringe.
Un peu submergé par toutes ces nuances ? Effectivement, ce foisonnement proche de la saturation en début du roman, associé à une narration non linéaire a de quoi perturber. Ce fouillis originel est surprenant; malgré mes quelques difficultés à pister la direction prise par Adrien Thomas, j'ai été charmée et je me suis beaucoup amusée lors de ma lecture. En effet, ces parfums divers ne saturent pas notre imaginaire mais corsent cette geste plutôt qu'ils ne l'engloutissent.
Fantasy curieuse et sous influence de produits galopants.
De la même manière, l'auteur reprend les différents codes de la fantasy classique pour mieux les modeler (pas les tordre, ce n'est pas de la dark fantasy). Ainsi, nous n'avons pas sous les yeux une quête visant à détruire un artefact maléfique, la libération d'une contrée sous le joug d'un tyran du style Fils des Brumes de Sanderson, la quête initiatique d'une jeune paysan vierge… de toute expérience de la vie (L'épée de Vérité de Goodking), ou bien la lutte éternelle du bien contre le mal (Arthur). le Royaume rêvé est tout cela à la fois.
Un groupe d'adolescent composé d'une reine, de princes et de princesses otages ainsi que de Vermine sont éduqués et formés pour faire face à l'adversité potentielle, avérée ou future. Dans l'immédiat, ils affrontent des créatures hideuses et mortelles. A terme, leur but se résume à unifier les Marches pour fonder le Royaume Rêvé.
Les péripéties amènent leur lot d'émotion et de suspens, tandis que la trame prend forme. le mystère est savamment entretenu grâce à des personnages nuancés, et des intrigues parallèles. Pour tout dire, il est difficile de s'ennuyer, l'intérêt de renforce page après page.
Les personnages participent à maintenir l'attention, avec en tête la jeune Vermine et La Locuste, messager, pisteur, chasseur de tête de la jeune Reine.
Pour la première, il ne s'agit pas d'une insulte, c'est le nom qu'elle souhaite porter en raison des réactions qu'il procure – je vous laisse imaginer. Cette jeune fille d'une douzaine d'années a grandi seule dans la forêt une grande partie de sa vie. Malgré ce régime isolé socialement, elle est vive, particulièrement affûtée et intelligente. Il faut dire que Ténèbres son mystérieux compagnon veillait et veille sur elle d'un yeux de propriétaire (le reste serait spoiler).
La Locuste est si retors et habile qu'il en devient captivant; sans aucun doute, l'homme de main de la Reine vaut le détour. de son côté, sa Majesté Ithaen nous réserve quelques surprises bien senties et ressenties. Les autres adolescents partagent les traits de caractère de leur âge entre fulgurances chevaleresques et réactions stupides. La présence de ces jeunes gens engendre des scènes gnan-gnan, ou dégoulinante de mièvrerie. Même certains dialogues manquent cruellement d'intérêt…
« »Pourquoi tu n'avoues pas tout simplement que cela te gêne qu'Ithaen soit dans l'autre équipe, avec Solheim et Vermine ? »
Le jeune prince sursauta:
« Je ne vois pas du tout de quoi tu parles! »
-Tu veux que je lui demande de te prendre avec elle la prochaine fois (…) ?
-Cesse donc de raconter n'importe quoi!
-Oh, mais je commence à peine », gloussa malicieusement l'archère. »
L'impression qui s'en dégage est une fois encore assez paradoxale : le lecteur découvre des scènes coquines et même des viols, tandis qu'il fréquente des personnages relativement immatures et des passages du même acabit. Certains pages flirtent franchement avec le Young Adult, sensation renforcée par l'évolution impressionnante de facilité de Vermine.
Hormis ce petit bémol sur le positionnement, j'ai été très agréablement surprise par cette geste d'Adrien Thomas. L'auteur modèle les codes de la fantasy pour nous offrir un roman frais et entraînant. Ténèbres enveloppe le lecteur de son aura protectrice, sombre et mystérieuse, mais je ne suis pas certaine que cela suffira à nous rassurer pour la suite de leurs aventures.
Une belle entrée en matière.
Lien : https://albdoblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Igguk
  09 août 2016
Enfin, justice est faite et la vérité est rétablie : Non, les elfes ne sont pas des gentils sages raffinés amis des arbres, c'est des enfoirés, je l'ai toujours su ! Adrien Tomas, dans son dernier roman le Royaume Rêvé publié chez Mnémos, nous présente un monde où les oreilles pointues se sont enfin fait botter le cul.
Le roman commence une centaine d'années après la révolte des humains qui étaient jusqu'alors les esclaves des elfes. Ils ont repris leur liberté et ont repoussé leurs anciens maîtres dans les profondeur de la Grande Forêt, mais depuis, les Marches du Gel sont divisées en plusieurs clans humains qui se tapent sur la figure pour un oui ou pour un non. Dans ce contexte tendu, le clan qui domine est le clan Svelsen, mené par la princesse Ithael et le régent Leifwyr Morugsen (oui, ça sonne du nord tout ça, hein ?). Ces derniers gardent en otage les héritiers des clans adverses, ils les entrainent et les éduquent, mais ils ne font pas seulement ça pour narguer les copains d'en face. Ils ont un projet, ils veulent donner naissance aux épines, les pièces maîtresses qui uniront les clans.
Le Royaume Rêvé commence comme un classique de fantasy épique, nous décrivant un royaume et son histoire, mais par la suite il devient beaucoup plus intimiste et centrés sur ses personnages : l'auteur nous fera suivre les cinq jeunes gens qui vont constituer ce groupe en formation : Ysemir, le noble et fier guerrier, Merisia, l'apprentie apothicaire, Solheim, Nécromancien Tyrnien, Ithael la princesse Svelsen, et enfin la seule membre du groupe qui n'est pas héritière d'un clan ni même noble : Vermine, sorcière sauvage qui a vécu son enfance dans la forêt. Nous allons voir tout ce petit monde s'entrainer et apprendre à se connaitre, puis faire face à la menace des mandragores qui ressurgissent de la forêt.
Adrien Tomas nous propose ici une aventure qui fait la part belle aux personnages. Les cinq héros sont tous attachants et extrêmement bien écrits, avec chacun leur personnalité. On suit leurs aventures et leurs relations avec beaucoup de plaisir et on apprend avec eux ce qui se trame au-delà des petites guerres de clans. Nous avons également d'autre énergumènes tout aussi réussis qui gravitent autour d'eux, on pense surtout à La Locuste, mystérieux messager flippant qui dénichera Vermine. C'est d'ailleurs cette dernière qui apparaitra vraiment comme le personnage central pour le lecteur, on la suivra souvent et son lien avec Ténèbre, l'entité qui l'habite et lui donne ses pouvoirs, est un des mystères de l'histoire.
Nous avons un monde vaste avec un background étoffé qui nous est présenté par le regard de ces jeunes gens, même si certains éléments sont des classiques du genre, l'ensemble se révèle intéressant à découvrir. L'auteur nous lance quelques pistes sur des sous-intrigues intéressantes et mystérieuses mais qui nous laissent un peu sur notre faim, comme cette histoire de Projet 68 qui ponctue l'aventure de nos héros et n'a jamais l'air de vraiment décoller. Ça nous mène d'ailleurs à mon principal reproche à ce roman : il constitue une introduction parfaite aux personnages et au background très intéressants du Chant des épines, mais a du mal à se suffire à lui-même. Arrivé à la fin du roman, le lecteur sera satisfait car c'est passionnant à découvrir, mais on a l'impression que l'intrigue principale ne démarre pas vraiment. On nous a donné quelques pistes, présenté les enjeux, mais on est encore dans les starting-blocks, et le livre lui-même nous l'avoue dans sa dernière phrase « Maintenant, les choses sérieuses commencent ».
Le royaume rêvé ressemble à un apéro délicieux où les invités ont bouffé toutes les cacahuètes et vidé les bières du frigo en 10 minutes. Maintenant on attend le vrai repas en rongeant les cure-dents où étaient plantées les petites olives. Vivement une suite pour voir où nous mène cette prometteuse saga. Ou alors je pourrais lire les autres livres d'Adrien Tomas en attendant… C'est pas bête ça…
Lien : http://ours-inculte.fr/le-ro..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          115
meygisan
  12 septembre 2020
Je ne connaissais Adrien Tomas que par le seul roman de lui que j'ai lu jusqu'ici Notre Dame des Loups, un genre de western fantastique que javais bien apprécié.
Ce premier tome du Chant des épines m'a également conforté dans l'idée que l'auteur a une plume solide et une imagination fertile suffisante pour nous livrer là un univers complexe, présentant pas mal d'originalité, et intéressant.
La fabrication de son univers va croissante au fil des pages, l'auteur le développant par le biais notamment du système de magie, incarnée par différents types de personnages. Cette construction laissé présager des bases solides sur lesquelles Adrien Tomas développe son histoire, portée par des personnages hauts en couleur, mais quelque peu stéréotypés.
Un important panel de personnages, tous plus ou moins étoffés, permettent de construire un récit prenant.
J'ai été tout de même gêné par la multitude de personnages et par la brièveté des chapitres qui passent de l'un à l'autre. On finit par identifier chaque protagoniste, ainsi que la place qu'il occupe dans cette gigantesque toile, mais il faudra pour cela plusieurs chapitres. L'on pourrait craindre ainsi un rythme lent mais il n'en est rien. Adrien Tomas réussit à raconter l'essentiel de son histoire en la ponctuant de revirements réguliers ( un peu à la manière de Brandon Sanderson), tout en bouleversant un peu les codes du genre. On vit donc quelques situations inattendues et rafraîchissantes, qui permettent d'engloutir ce bouquin en deux temps trois mouvements.
Je reprocherai également à l'auteur de placer certains de ses personnages ( des adolescentes pour ne pas les citer) dans des situations moralement délicates ou discutables, qui me fait me poser des questions...
En conclusion, c'est là un bon premier tome d'introduction qui ne se contente pas d'une simple présentation, mais qui avance déjà pas mal dans l'intrigue, et qui sait garder son lectorat jusqu'au bout...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   11 août 2016
Modelées dans les ronces et les ténèbres, sculptées à partir d'insectes et d'ombre, les abjections, ou mandragores, étaient des gardiens immortels imaginés par le désespoir des Elfes avides d'échapper aux massacres perpétrés par les Humains. Certaines s'étaient échappées des champs de bataille et avaient disparu au plus profond des forêts anciennes des marches du Gel, alimentant les craintes et les superstitions de paysans terrifiés qui brûlaient systématiquement tout arbre déformé, soupçonné d'être en réalité une mandragore en dormance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   22 octobre 2016
Lorsqu’une loi est trop vieille pour faire sens dans un monde moderne, elle devient obsolète. Il est du devoir du législateur de veiller à expurger ces règles, et s’il en est incapable, il est de celui du citoyen de les ignorer.
Commenter  J’apprécie          191
AlfaricAlfaric   03 septembre 2018
Pour des cultures primitives, une technologie avancée peut effectivement être confondue avec de la magie.
Commenter  J’apprécie          231
AlfaricAlfaric   24 octobre 2016
Être esclave signifie abandonner sa volonté et n’agir que pour accomplir celle d’un autre.
Commenter  J’apprécie          180
MyrrhaMyrrha   20 novembre 2016
- As-tu seulement conscience de la signification de ton nom ?
- Oui, acquiesça la jeune fille sans se démonter. Vermine dégoûte. Vermine effraie. Vermine brusque l'instinct, pousse à reculer, à fuir, à ne pas toucher, à ne pas approcher.
- Et cela...
- Me plaît. Mon nom porte une empreinte qui prévient les autres de qui je suis, et de comment ils doivent réagir face à moi.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Adrien Tomas (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrien Tomas
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Adrien Tomas autour de son ouvrage "Engrenages et sortilèges" aux éditions Rageot.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2284635/adrien-tomas-engrenages-et-sortileges
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox







.. ..