AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221114957
216 pages
Éditeur : Robert Laffont (14/01/2010)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur :
Comment une femme du XVIIe siècle a-t-elle pu servir de modèle à un peintre du XXe ? C'est la question que se pose Adrien, hanté par la mort récente de sa femme, en reconnaissant sur une toile contemporaine le visage qui se reflète dans le miroir d'une vanité peinte trois siècles plus tôt. D'où vient que cette beauté a traversé le temps comme si des artistes n'avaient jamais cessé de l'aimer ? Devenu malgré lui l'acteur d'une avent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
lejardinauxlivres
  12 août 2014
Enigmatique, mystérieux...
Adrien Gascoing, jeune veuf, reste inconsolable depuis le décès prématuré d'Emma. Au détour d'une galerie d'art, il retrouve un intérêt pour la vie -ou la mort- au travers de deux tableau d'un même peintre, Pieter Haussen, quasiment identiques à quelques objets près. Pourquoi ce peintre du XVIIe siècle peindrait deux fois la même toile? A a recherche de ces réponses, Adrien pénètre dans la vie et le secret de différents peintres mais d'une même muse. Son enquête le mènera tout doucement vers la folie. On ne sait plus ce qui est vrai ou faux. Ce qui fait parti de l'imaginaire de l'auteur ou de la folie obsessionnelle du héros.
Un cheminement au fil des pages, au fil des siècles pour découvrir le secret de Pieter Haussen puis finalement d'Adrien: ramener sa bien-aimée à la vie!
Le récit est très détaillé, beaucoup de recherches ont certainement était faites. Des détails qui risquent tout de même de noyer le lecteur inculte -comme moi- dans les domaines de la peinture ou de l'alchimie. Pourtant l'histoire est bien menée, le suspense aussi. On est emmené dans la folie d'Adrien. On veut y croire pour lui, même si des fois on doute de ses intuitions. Il a tellement besoin de parler, de partager ses découvertes qu'il discute avec les personnes disparues (le mari de la voisine, un poête...)
La fin est surprenante, l'histoire se révèle manigancée depuis le début par sa voisine, Mme Hérembourg, qui s'avère être la muse de la toile.
Une déception quand même. le livre raconte comment Pieter Haussen, dévasté par la mort de sa femme, Cornelia, réussit à la ramener à la vie par sa peinture. J'aurais donc aimé qu'Adrien fasse de même. Lui, si malheureux de la disparition d'Emma, semble l'avoir oublié au fil de ses investigations. J'aurais préféré qu'il peigne un portrait d'Emma pour la ramener auprès de lui. Mais si cela avait été le cas, Cornelia (ou Carolien, Clarisse et finalement Camille) ne serait pas revenue et sa vie aurait définitivement été perdue après 400 ans d'existence.

Au risque de m'attirer les foudres des 'anti-levy', je rajouterais pour finir, que ce roman, de par son thème, son contexte, me rappelle beaucoup "La prochaine fois" de Marc Lévy!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fantine
  01 octobre 2010
Ce roman de Tran van Nhut est vraiment à l'opposé de sa série historique mettant en scène le Mandarin Tân.
En effet, l'ésotérisme, l'alchimie, la recherche de l'immortalité, de l'éternelle jeunesse, de la résurection ainsi que la folie sont au centre de ce bouquin, au demeurant pas désagréable à lire.
C'est bien écrit, le style est agréable, c'est toujours aussi bien documenté, et, on suit avec intérêt le cheminement, puis, le basculement du héros vers la folie.
En ce qui me concerne, même si ce roman ne m'a pas déplus, j'ai une nette préférence pour la série historico-policière de Tran Van-Nhut. J'espère que cette dernière ne va pas l'abandonner au profit d'ouvrages, de romans d'un tout autre genre.
Commenter  J’apprécie          20
vllc
  20 mars 2011
Entre la restauration de tableaux et la pierre philosophale, il n'y a aucun rapport … et pourtant ce roman, partant de pigments et différentes substances employés dans la composition de tableaux, nous entraîne dans la folie d'Adrien (mais est-ce bien de sa folie dont il s'agit ?) tentant de retrouver le secret de l'immortalité caché dans un tableau du 17e siècle. Son but est de ressusciter un être cher en exécutant son portrait.
L'écriture est belle, et l'histoire presque toujours entre rêve et réalité m'a fasciné.
Commenter  J’apprécie          30
MonCharivariLitteraire
  21 août 2018
C'est extrêmement rare mais je ne suis pas parvenue à la fin de ce roman.
J'en ai été surprise car le début m'a beaucoup plu. le personnage principal commence à faire des recherches pour comprendre comment une femme du XVIIème siècle a pu servir de modèle à un peintre du vingtième? Est ce une descendante? un des tableau est il mal daté. C'est lorsque l'auteur nous fait entrevoir la solution qu'il a trouvé que mon plaisir c'est évanoui. le livre oscille pour moi trop entre le fantastique et le réel. je préfère lorsque l'auteur choisit un parti.
Commenter  J’apprécie          10
PedroPanRabbit
  25 juin 2017
Je me garderai d'en rajouter au synopsis de l'éditeur, afin de ne pas gâcher le plaisir de la découverte au potentiel lecteur, mais toujours est-il que cette auteure jusqu'ici totalement vouée aux romans policiers se situant dans l'Asie médiéval opère un tournant brillamment réussi. Certains éléments pourraient paraître classiques, mais on les découvre très rapidement reliés de manière on ne peut plus originale, le tout porté dans une atmosphère à la fois pesante et ensorcelante de culture et de mysticisme.
L'écriture est l'autre grande force de ce livre : la narration faite par Adrien fait passer le lecteur par les mêmes états émotionnels que son personnage, tant le style est évocateur : poésie et mélancolie morbide dans la phase de deuil, reclus chez lui, puis sorte de folie effrénée lorsqu'on l'accompagne avec une passion quasi-sauvage dans l'enquête au centre du récit : la recherche de ce même modèle peint à 300 ans d'écart.

Au fur et à mesure que l'enquête d'Adrien progresse, le lecteur se sent possédé au même titre que lui par ce mystère, et le désir de vérité qu'il suscite ne fait que redoubler page après page. On se sent nous aussi tomber dans une spirale infernale, emprunte de légendes alchimiques et teintée de sciences occultes qui, bien qu'au-delà de toute forme de raison et de réalité, sont présentées à nos yeux avec une logique diabolique tellement implacable que nos certitudes en seraient presque ébranlées. Ce roman est un chef-d'oeuvre qui tient le lecteur en haleine jusqu'à son dénouement, troublant et déroutant.
En bref : un conte morbide et superbe ou l'Art se mêle à l'Alchimie dans une quête amoureuse obsédante, le tout porté par une écriture captivante.

Lien : http://books-tea-pie.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 janvier 2013
Le fameux roman d'Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, capturait ce désir de rester à jamais jeune et des figures mystérieuses comme Joseph Balsamo, alias le comte de Cagliostro, affirmaient détenir le sérum de perpétuelle jeunesse. De nos jours, les industries pharmaceutiques faisaient miroiter aussi des solutions pour retenir la beauté juvénile, à coups de botox, d'hormone de croissance et de DHEA, tandis que la médecine considérait sérieusement la modification de certains gènes. Presque de la science-fiction...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 janvier 2013
Pour un historien, chaque document des archives équivalait à un embarquement immédiat. Les comptes rendus de voyages, les tracés de routes maritimes, les registres des administrations civiles, tout cela embaumait du parfum de l'aventure, des senteurs d'épices, de clou de girofle et de cannelle. Les avis de naufrage avaient la moiteur des moussons et le goût de sel, les listes de marchandises bruissaient du froissement d'étoffes et des murmures de la soie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 janvier 2013
La beauté, les plaisirs, la science, l'art, toutes ces valeurs et activités humaines sont affectées par le temps qui passe et périront aussi sûrement que son enveloppe charnelle. Symboles de cette inéluctable déchéance, les fruits voués au pourrissement, les arabesques de fumée que l'air efface, les horloges marquant un temps fini, le crâne sardonique qui signifie la lutte perdue.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 janvier 2013
Emma était ma meilleure amie, tu le sais. Elle est morte et nous n'y pouvons rien. Ce n'est pas lui témoigner ton amour que de te claquemurer chez toi en te cramponnant à des reliques.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 août 2018
il y a sans conteste une ressemblance admit elle à contrecœur. les yeux, le visage, le grain de beauté... mais l'expression s'est enhardie, comme si la femme savourait sa victoire.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Thanh-Van Tran-Nhut (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thanh-Van Tran-Nhut
Thanh-Van TRAN-NHUT, invitée du Festival Rochefort Pacifique, présente son dernier roman KAWEKAWEAU
autres livres classés : littérature vietnamienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
667 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre