AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259191098
408 pages
Éditeur : Omnibus (02/06/1999)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 61 notes)
Résumé :
2037... Le sida n'est plus qu'un mauvais souvenir. Les gens aisés et prévoyants ne meurent plus du cancer : on prélève les organes nécessaires à leur guérison sur leur clone, reproduction parfaite des individus. Un monde meilleur? Peut-être...
A Strasbourg, Norbert Rettinger, juge intègre et talentueux, instruit deux affaires sans lien apparent: l'incendie de la maison d'arrêt et le suicide d'un biologiste de génie.
Ses investigations le mènent bientôt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Le_chien_critique
  11 janvier 2018
Une forme originale, un fond percutant, mais quelques longueurs à déplorer.
Bien que souvent classé comme auteur de science-fiction, Jean Michel Truong préfère se définir comme « balisticien » : non pas préfigurer l'avenir, mais « évaluer le point d'impact d'un projectile déjà parti. Je parle de choses dont il existe un commencement d'exécution ». (Clémence Boulouque, Le Figaro, 25 février 2003, page 24 ) Après lecture de deux de ces romans, je ne peux qu'être d'accord.
Ecrit en 1988, revu en 2015, c'est cette dernière version que j'ai lu, l'auteur s'interroge sur les conséquences du clonage d'ici à quelques années.
"Roman" composé uniquement de pièces d'un dossier des services secrets qui mis bout à bout forme un tout cohérent. Cela demande un petit temps d'adaptation pour comprendre où veut nous mener l'auteur, mais après, la construction est un vrai plaisir.
On commence tranquillement par une enquête policière classique avec peut-être complot à la clé : une grosse multinationale, des politicards, des bas fonds, un commissaire de police et un juge d'instruction. le tout est est relié avec brio, parsemé de fausses pistes et de doutes sur les tenants de l'affaire.
L'auteur ancre son récit dans un futur proche. Son anticipation reste très réaliste, les technologies invoquées existent déjà, seul leur perfectionnement diffère. Les personnages sonnent vrais et l'auteur réserve même quelques surprises aux lecteurs.
Certains passages sont criants de vérité et de cynisme à toute épreuve. Vous pouvez lire en bas de billet les quelques citations sur comment "préparer" au mieux l'opinion publique ou comment amadouer les instances religieuses et éthiques. Rien de bien nouveau mais c'est énoncé d'une manière tellement cru et cynique que l'effet joue à plein.
Reste à vous parler du clonage. L'auteur dépasse le débat sur l'humanité du clone, pour lui, là n'est pas la question, les clones sont justes des machines, mais il déploie toute une analyse des conséquences de ce clonage : vie politique, législation, géopolitique, économie, religion, éthique, sciences. Une réelle anticipation à laquelle on pourra reprocher un manque de romanesque. Sur ce défaut, Jean Michel Truong a la réponse :
"On n'a pas le droit de faire de la littérature sur de tels sujets. "
"C'est une monstration a-littéraire. Il faut que le lecteur sache reconnaître l'horreur. Je la lui montre, dans une sorte de test de lecture. S'il ne la voit pas, tant pis. "
Comme Eternity Express, Jean Michel Truong a une vision sans concession de notre avenir. Conseillant les grands groupes, il ne fait de doute qu'il sait de quoi il parle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Seska
  10 juin 2015
Premier livre lu de cet auteur (et pas le dernier) !
Le point de départ de ce livre est le meurtre d'un chercheur, considéré comme le père de la technique du clonage humain le rendant facile à faire et surtout peu couteux….
En lisant ce roman nous apprenons que dans un futur proche les deux grandes puissances économiques ont fait des choix de développement économique très différents. L'Amérique, a choisi la technologie, l'Europe, le clonage. Depuis les deux blocs se livrent une guerre économique plus ou moins larvé.

Les clones ne sont plus considérés que comme des objets, objets médicaux tout d'abord car dès qu'un enfant nait il a, suivant les moyens de ses parents, 1 à plusieurs clones lui assurant ainsi de nombreuses solutions en cas de problème de santé… (greffes, sang, etc), mais aussi objets pour les industries qui les modifient génétiquement afin de leur « permettre » de travailler dans des milieux hostiles aux humains et même, sensibles s'abstenir comme objets d'art (une description d'un objet d'art, m'a donné des envies de vomir…). Ils sont élevés en batterie sans respect ou considération. Certains passages sont vraiment effrayants !
Tout au long de l'enquête menée par le juge Rettinger, nous « voyons » des situations « normales » qui nous horrifient et la fin de ce roman où nous apprenons la raison de ce meurtre et tout ce qui se cache derrière est tout simplement abominable !!!
Les mécanismes utilisés dans ce roman pour expliquer comment ce qui est aujourd'hui considéré comme immoral et odieux peut devenir légal et normal dans le futur sont effrayant de réalisme.
A chaque début de chapitre nous avons droit à des notes secrètes, expliquant aussi bien au clergé, comme à l'éducation nationale, ou encore aux journaux comment faire pour influencer les personnes et faire en sorte que le clone ne soit considéré comme un objet… et cela fonctionne ! Au fil du temps les gens sont totalement manipulés, cela se fait certes sur plusieurs années, et on peut s'interroger, à quel point ce grand complot gouvernemental serait possible tellement il englobe de personnes différentes ? Imaginez si tous les journaux, revues, écoles, religion, gouvernement se mettent à diffuser la même information, la même manière de penser, jusqu'à quel point résisterions nous ?
Ce livre a été écrit à la fin des années 90, au moment des premiers clonages, ou toute cette histoire pouvait (allègrement ?) passer pour un roman de SF. Aujourd'hui le clonage d'animaux est (presque) devenu banal, on parle de réduction du patrimoine génétique et l'on attend avec effroi, pour certains, anticipation pour d'autres, le premier clonage humain officiel…
Alors je ne peux pas m'empêcher de penser, et si....
Un roman qui m'a tenu éveillée une bonne partie de la nuit impossible de me coucher sans l'avoir fini, et qui après, m'a donné quelques cauchemars…
A éviter si vous êtes déprimé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
m3lani3
  26 janvier 2019
L'industrie du clone est en plein essor. Ils sont crées, élevés et euthanasiés pour rendre services aux humains, aussi bien médicalement que militairement. le tout comme du simple bétail.
Le professeur Ballin, disparu sans laisser de traces depuis une vingtaine d'années, est retrouvé mort dans une miteuse chambre d'hôtel. Tout porte à croire à un suicide. Parallèlement une mutinerie éclate dans une prison débouchant sur un incendie meurtrier.
Le juge Rettinger, mis sur la touche à Strasbourg pour ne pas avoir ménagé la susceptibilité de grandes banques, se retrouve chargé des deux affaires. Epaulé dans son enquête par la commissaire Simonot, ils vont mettre à jour la vie cachée de l'éminent biologiste, créateur du clonage d'humain. Et pénétrer par la même occasion dans les rouages de la puissante société productrice de clones, la RSA.
Reproduction interdite, se situe à la croisée des chemins de la science-fiction et du polar.
L'intrigue est habilement servie par une narration-puzzle: dossiers à charges, écoutes téléphoniques, mails, articles de journaux, qui sont les seuls éléments à disposition du lecteur.
Rapidement, l'on est happé par cette histoire pleine de suspens mais non dénué d'un certain regard sans concession sur les Hommes et leurs agissements.
A noter également, l'excellent Sucesseur de pierre, un autre roman de l'auteur qui peut vous faire passer, lui aussi, un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
YvesDaniel
  01 juin 2013
Si le premier roman de Jean-Michel Truong (inoubliable auteur de "Le successeur de Pierre") pêche un peu par sa construction : les pièces d'un dossier d'instruction ce qui tue un peu le suspense, il nous présente dès 1988 une vision hyper-réaliste et pessimiste de notre futur. Un monde où les clones seront utilisés pour remplacer les organes malades dont nous - humains - auront besoin ou comme main d'oeuvre a bon marché. Rien de nouveau me direz-vous car ce thème a été largement exploité depuis. Oui, c'est juste mais, sans doute, jamais avec autant de froide lucidité. Un roman glaçant à ranger aux côté du "Meilleur des Mondes" et de "1984"
Commenter  J’apprécie          70
KORTO
  08 octobre 2010
Truong me fait parfois penser à Barjavel, avec sa manie de nous décortiquer la société et de l'amener là où elle ne devrait pas. vers l'impensable... Vers la mémoire qui oublie, qui commémore, qui dit "plus jamais ça" à un génocide du XXè siècle, et qui en perpétue un encore plus grand au XXIè, en se lavant la conscience : sont-ce bien des hommes que l'on tue ? Car le clone a envahi nos sociétés, grâce à lui plus de travaux ingrats, grâce à lui plus de problèmes d'organes défectueux, grâce à lui plus de chair à canons. Nous sommes en 2037, et l'humanité -ou non- des clones devra être portée sur la table des négociations, le débat devra être rejugé, depuis que même notre Sainte Église a décidé dans sa dernière encyclique de ne pas considérer les clones comme des hommes, mais comme des animaux peu dignes de considération, à l'instar de cobayes de laboratoires. le juge Rettinger va entrer dans ce débat par accident, en croisant 2 affaires qu'il n'aurait pas dû. Au bout du compte, sauver les clones pour sauver notre moralité ? eh non, guerre économique avant tout !
Le style est palpitant, incisif comme Truong sait le faire, et présenté de façon extraordinaire : par un dossier de services secrets compilant les infos dans l'ordre chronologique de leur apparition, mêlant notes secrètes, à coupures de journaux et transcription de conversations téléphoniques, ou de rendez-vous. Un régal à suivre au coeur de l'action !
Lien : http://www.avoriaz-vacances...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   11 janvier 2018
Fabriquer un robot met en œuvre des processus industriels complexes et réclame des ingénieurs et des techniciens hautement qualifiés ; élever un clone, à l’opposé, tient davantage de l’agriculture et reste à la portée de simples paysans. Les compétences à réunir pour programmer un robot sont rares et onéreuses ; celles requises pour conditionner un clone sont rustiques, proches des méthodes de dressage des animaux ou d’instruction des militaires. De la même façon, les clones ne réclament pas d’autres soins que ceux dispensés au bétail, alors que l’exploitation et l’entretien des robots exigent du personnel hautement qualifié et des outillages sophistiqués.
Il ne fait donc pas de doute que l’économie plaide en faveur du clone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
KORTOKORTO   08 octobre 2010
Chapitre I


TOP SECRET-QR5931W
DE: Chuck
A : Big Joe - EYES ONLY
OBJET: Plan Fleshware. Exfiltration de Bill

Il nous faut d'urgence prendre une décision au sujet de ton agent.
Les psy du Département pensent qu'il perd les pédales et devient dangereux. Dieu sait que je hais ces types, mais pour une fois, j'estime qu'ils n'ont pas tort.
Par ailleurs, Fats s'oppose absolument à ta demande. Il affirme qu'on ne peut pas prendre pareil risque à ce stade de l'opération et je suis assez enclin à le croire.
J'entendrai une dernière fois tes arguments et ceux de Fats demain à 21h00 dans mon bureau. Je me déterminerai aussitôt après. Ma décision devra pouvoir être exécutée sous trois heures. Prends tes dispositions en conséquence.
En attendant, fais-moi tenir le dossier complet de l'opération.
Et, de grâce, Big Joe, d'ici à cette réunion, épargne-nous tes sermons: réserve tes dons de manipulateur à nos adversaires!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   11 janvier 2018
3.2.1. Impact de l’opinion publique
Ce facteur est à la fois le plus déterminant – dans la mesure où une hostilité généralisée reviendrait à une interdiction pure et simple de l’activité envisagée par RSA – et le plus facile à contrôler. Pour cette raison, RSA attachera une très grande importance à la qualité de ses relations publiques, celles-ci représentant près de 18 % du budget prévisionnel d’exploitation. Seront particulièrement privilégiées les relations avec les journalistes de l’audiovisuel et de la presse web, ainsi que les blogs destinés aux femmes et aux jeunes.
L’accent sera porté sur la dimension humanitaire de cette activité, en exploitant les cas dramatiques non résolus par les méthodes de transplantation traditionnelles, ou encore ceux imputables à la pénurie d’organes, et en leur opposant les réussites obtenues grâce à RSA. Dans cet ordre d’idées, la société offrira gracieusement des organes aux pupilles de l’État ou aux enfants des pays en voie de développement.
À l’inverse, on atténuera les aspects de cette activité qui pourraient paraître choquants, par exemple sa dimension industrielle. On promouvra plutôt l’apparence de « laboratoire » ou de « clinique » de RSA, en masquant son caractère d’usine.
Des études sont en cours pour préciser la thématique de cette politique d’image.
[...]
Toutefois, dans le but de désamorcer les préventions résiduelles des autorités spirituelles ou philosophiques et de promouvoir une image de haute tenue morale, RSA créera un comité international d’éthique, dont le rôle sera de conseiller le P-DG de la société sur les cas litigieux, et dont les membres, désignés par leurs institutions d’origine (Églises, Académie de médecine, ordre des médecins, Ligue des droits de l’homme), seront indemnisés de façon significative par RSA. Dans le même ordre d’idées, la société créera une fondation pour la recherche en éthique qui financera substantiellement les travaux des principaux leaders d’opinion du domaine et distribuera des bourses à leurs chercheurs. Le budget de cette fondation sera financé par un prélèvement proportionnel aux bénéfices de la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nicole5654Nicole5654   09 avril 2017
Il faut se garder d'arrêter trop tôt le compte d'une vie. Un événement peut toujours survenir, que nul n'espérait plus, et s'inscrivant au crédit ou au débit de la situation connue, bouleverser la physionomie du bilan.
Commenter  J’apprécie          20
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   01 juillet 2018
Voyons, Simonot, on ne se tue pas par amour pour un clone !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Michel Truong (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Truong
Jean-Michel Truong - Reproduction interdite .A l'occasion du festival "Les imaginales d'Épinal", rencontre avec Jean-Michel Truong autour de son ouvrage "Reproduction interdite" aux éditions Gallimard. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/truong-jean-michel-reproduction-interdite-9782070461400.html Notes de Musique : Black Twig Pickers and Steve Gunn - Old Strange. Free Music Archive. Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : clonageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3237 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..