AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Cycle de l'Élévation tome 1 sur 8

Jean-Pierre Pugi (Traducteur)
EAN : 9782277225522
441 pages
J'ai lu (04/01/1999)
3.67/5   235 notes
Résumé :
En s'aventurant au-delà du système solaire, les Terriens ont établi le Contact avec une civilisation galactique vieille d'un milliard d'années, composée de milliers d'espèces intelligentes et basée sur le principe d'Élévation : les races aînées ont le devoir de guider les espèces plus primitives vers le stade de la pleine sapience. Mais les humains font figure d'exception à cette grande tradition. Sans aînés connus, ils prétendent avoir atteint l'intelligence eux-mê... >Voir plus
Que lire après Élévation, tome 1 : Jusqu'au coeur du SoleilVoir plus
Eternité par Bear

Eternité

Greg Bear

3.71★ (266)

La Grande Porte, tome 1 : La grande porte par Pohl

La Grande Porte

Frederik Pohl

3.65★ (1140)

5 tomes

L'anneau monde - Intégrale par Niven

L'Anneau-Monde

Larry Niven

3.52★ (987)

5 tomes

Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 235 notes
5
3 avis
4
7 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis
Commenté en France le 14 février 2011 sur une mauvaise référence.

Le premier roman du cycle de l'élévation.
Ce roman est le fruit du travail d'un astrophysicien qui venait de se mettre à écrire de la SF ...
Les romans suivants de ce cycle sont bien meilleurs avec deux prix Hugo d'ailleurs .
Le style de l'auteur culmine selon moi dans , Marée stellaire , et dans , La jeune fille et les clones , ...
A bien y réfléchir ce roman n'a pas de défauts majeurs , à par le fait que le style n'est pas toujours à la hauteur . Je pense notamment au bâti et au rendu du personnage principal .
Sinon le lecteur bénéficie d'un contexte de hard science qui confine à la perfection avec des descriptions somptueuses , des technologies amenées de façons ultra digeste .
J'ai eu du mal à digérer un petit côté Agatha Christie ( très circonscrit ) et à bien y réfléchir cela plaira éventuellement à d'autres ..
David Brin n'est pas francophobe ( comme ce texte pourrait le laisser croire ) . J'ai rarement vu un auteur américain émailler toute sa production d'autant de citations françaises .
Le personnage très " franchouillard " du roman joue un rôle avec le but de mystifier les tenants de certains intérêts contrariants de cet univers.
La couverture tient ses promesses et la ballade est aussi somptueuse que cette superbe couverture l'annonce ( édition Folio SF) .
Un texte assez réussi donc , avec quelques défauts d'une oeuvre de » jeunesse » .
C'est incontestablement une somptueuse ballade " au coeur du soleil " et aussi celle une planète terre en bien triste état si on y réfléchie bien (socialement et politiquement parlant) .
Le contexte terrestre du cycle est très bien posé par ailleurs .
L'univers est un endroit dangereux mais il y a de l'espoir à condition de comprendre quelque chose aux subtilités des alliances et des retournements politiques et à condition de percevoir ses complexes règles de fonctionnement et l'épaisse jurisprudence secrétée par son immense appareil décisionnaire.
Commenter  J’apprécie          492
J'ai acheté ce livre plus ou moins "par hasard" (pour un item du challenge Harry Potter de FB pour ne rien vous cacher, mais c'est raté, mdr !).
Je sais que j'ai lu il y a fort fort longtemps "Marée Stellaire" puisque je l'ai dans ma bibliothèque. Pourquoi n'ai-je pas la trilogie, sans doute parce qu'à l'époque je n'avais pas internet et je ne savais tout simplement pas que c'en était une.

Dommage.
L'imagination de Brin, c'est quand même quelque chose ! Cela me sidère d'avoir des idées aussi "farfelues", que ce soit sur les "Galactiques" que sur le fond de ses histoires. On a là une enquête relativement classique, pourtant, mais le contexte la rend complètement dingue !

Dans un univers où les races évoluent en binômes patrons/clients (une race à l'intelligence évoluée prend une race émergente sous son aile, et en fait plus ou moins ce qu'elle veut ! Oo ), les humains terriens ont évolué seuls, et sont eux-mêmes dans une phase où ils explorent la possibilité de faire évoluer les autres races émergentes de la terre (chimpanzés et dauphins), sans pour autant en faire des esclaves.
Postulat de base, complètement utopique connaissant l'être humain comme je le connais. Pas piqué des hannetons, quand même, j'admire cette confiance !

Là les "Galactiques" débarquent et prétendent apporter leur science aux humains, sous forme d'une "bibliothèque" de connaissances avec ambassadeurs ET pour le moins étranges. Et ça ne se passe pas sans heurts.
Ajoutons à cela une méthode bien humaine pour surveiller les types potentiellement violents, deux factions totalement opposées sur l'attitude à adopter face aux ETs, un voyage vers le soleil pour prendre contact avec d'éventuels "solariens", et on a tous les ingrédients pour une bonne histoire explosive !

Ce qu'elle est...
C'est bien écrit, avec, malgré tout, quelques passages assez ennuyeux, des descriptions notamment, qui se veulent poétiques mais j'ai pas accroché.
A côté de cela les développements de l'histoire sont assez sulfureux, et j'avoue que jusqu'à l'explication finale de Jacob, je n'avais rien compris aux motivations des coupables. Je pense que c'était le but car c'est plus ou moins une enquête à la Hercule Poirot, avec beaucoup plus d'action, cependant !

Jacob est un personnage bizarre, comme je ne veux pas spoiler il vous faudra lire ce livre pour savoir pourquoi, mais il est étrangement torturé depuis un épisode du passé où il a perdu sa femme, dans des conditions dont on n'a que des bribes. Fagin, son "meilleur ami martien", lol, est un arbre. Ben ouai. le "bibliothécaire" Bubbacub est un espèce de nounours court sur pattes (du moins c'est comme ça que je le vois), et Culla, son client et serviteur, et bien je serai bien en peine de vous le décrire ! Je vous l'ai dit, l'imagination de Brin ne semble pas avoir de limite.
Le plus beau étant qu'on s'y fait, et au bout d'un moment ça n'est même plus étrange !

Bref, j'ai eu un peu de mal à lire ce livre mais j'étais quand même vraiment curieuse de savoir la fin, je suis donc mitigée à son propos, entre l'enthousiasme et le doute. Etrange ! Un de ces jours je ressortirai peut-être Marée Stellaire de mes étagères, par curiosité...
Commenter  J’apprécie          198
J'ai découvert David Brin par une interview dans le documentaire « Les mondes de Philip K. Dick ». Il disait : « Ce qui est déprimant dans la mauvaise science fiction, c'est qu'elle montre un futur, qu'il soit dystopique ou apocalyptique, où on ne s'intéresse qu'à quelques personnages : le méchant Big Brother et le protagoniste qui se bat contre l'ennemi. On ne s'intéresse jamais au gens ordinaires et à la manière dont leur vie est bouleversée. »

J'ai décidé de m'attaquer à sa trilogie de l'élévation, dont les deux derniers tomes lui ont valu 2 Hugo.

Le pitch : Des extras terrestres de différentes espèces débarquent sur terre et offrent leur « bibliothèque » à l'humanité. Si les extraterrestres ont tous été initiés par une espèce plus ancienne à laquelle ils doivent obéissance avant de pouvoir eux-mêmes « élever » une nouvelle espèce, il n'y a aucune trace des « parents » de l'humanité. Se peut-il qu'elle ait accédé d'elle-même à la civilisation galactique ? Face à ce contact, deux courants se font jour : les « peaux », partisans de la théorie de l'évolution chère à Darwin, et les « chemises », partisans d'une aide extérieure qui a créé l'homme. Des traces de vie se font jour dans le soleil, seraient ce les pères de l'humanité ?
Nous sommes clairement face au combat d'idée qui se déroule aux Etats Unis entre les partisans du darwinisme et du créationnisme. Cette dernière thèse ayant les faveurs de 40% des américains, provoquant de nombreux remous dans l'éducation.
En filigrane se dessine une société inégalitaire ou la distinction entre élévation, élevage et esclavage est plus que floue.

L'univers créé par David Brin avait tout pour produire un grand roman, tel n'est pas le cas. Les premières pages sont un peu difficiles, l'auteur nous plongeant dans un quotidien futur dont nous ne connaissons rien. le narrateur va lever peu à peu nos interrogations, mais nous avons l'impression que l'auteur a peur de nous donner les clés de son univers.
Parfois, le plan de l'intrigue est trop voyant, à d'autres moments, nous sentons quelques coupes mal ajustées, des baisses de régime. L'intrigue policière est faussée, l'auteur ne nous donnant pas les éléments pour que nous puissions la résoudre par nous même.
Je n'ai pas retrouvé dans ce texte la volonté de l'auteur de s'intéresser aux gens ordinaires, peut être dans ces autres écrits ?

Bilan mitigé, mais pour un coup d'essai, une création d'univers formidable. J'ai hâte de lire Marée stellaire et Elévation, romans primés dont les erreurs de jeunesse ont dû être réparées.
Commenter  J’apprécie          110
L'intrigue prend place quelques siècles dans l'avenir. Il y a eut des bouleversements sociaux et politiques sur Terre (vaguement énoncés), des premières tentatives de voyages interstellaires qui ont menées à un contact avec une sorte de "nations unis" des étoiles.

Dans cette communauté galactique, les espèces extra-terrestres les plus évoluées amènent à la conscience des formes de vie, les éduquent sur des centaines de milliers d'années, comme des pères stricts et exigeants. Arrivées à maturité, libérées de leur obligations filiales, les nouvelles espèces deviennent par devoir spatio-pérégrine et à leur tour ensemenseuses d'étoiles. La galaxie se constitue ainsi de longues lignées des espèces extra-terrestres qui plongent dans une nuit des temps oubliés.

Les humains sont un cas unique : il n'ont pas de père éducateur et ont amené seuls les chimpanzés et les dauphins à la conscience. le terme de conscience n'est certainement pas le bon. En fait, les humains ont amenés, à coup de modifications génétiques, les chimpanzés et les dauphins à communiquer avec les humains, et à accéder aux sciences et aux techniques.

Les humains se divisent globalement en deux camps. Ceux qui croient qu'ils sont issue d'un processus darwinien, les "peaux" qui se déguisent généralement en homme des cavernes. Les autres convaincus que leurs pères sont les "anciens astronautes" de Däniken (une théorie à la mode à l'époque où ce livre a été écrit). L'humanité s'est aussi divisé entre les "génétiquement violents" et les "non violents". Les premiers sont surveillés étroitement par les seconds et ne disposent pas des mêmes droits. Un monde qui ressemble un peu au "meilleur des mondes" de Huxley, qui est par ailleurs évoqué et cité dans l'intrigue.

Le contexte posé, l'intrigue tourne autour de la découvertes d'espèces exotiques "vivantes" dans la couronne du Soleil. Sont-elles intelligentes ? Sont-elles les pères retirés des humains ? L'enjeu de cette découverte devient galactique. de nombreux complots et manipulations ce mettent en place entre les humains et les extra-terrestres.

Jacob, le héros principal, est embarqué dans cette intrigue, un peu malgré lui. C'est un personnage singulier. Il est, ou se croit, atteint d'une forme de skyzophrénie de super héros. Car en lui sommeil une personnalité de super-héros. Un "Mister Hyde" qui réclame d'agir aux moments clefs. Mais son action n'est pas toujours conclusif et cause pas mal de problème.

Je ne vais pas révéler ici le détail de l'intrigue, la description de l'environnement solaire, de l'étrange vaisseaux plongeant dans le Soleil. L'intrigue est assez classique sans surprise conceptuel. C'est juste plaisant à lire.

L'auteur fait cependant naître un besoin de connaître la suite car de nombreuses questions restent ouvertes. Qui sont les anciens oubliés ? Quels sont les sécrètes motivations de la communauté extra-terrestre ? Quels choix vont faire l'humanité dans cette communauté malgré leurs relatives faibles capacités technologiques et leur singularité ? En gros, l'auteur pose la question de la préservation de la culture face à un envahisseur bien plus avancé, fut-il pacifique ? Sommes nous des indiens d'Amérique face à l'océan des étoiles ? Je suspends donc ma critique.
Commenter  J’apprécie          80
La Terre a établi le contact avec une civilisation galactique établie depuis un milliard d'années, une confédération assez figée qui considère que tout a déjà été découvert, il suffit de s'adresser à la Bibliothèque où tout est référencé. Chaque race a été amené à la conscience par une autre, c'est la base de cette civilisation où les races les plus puissantes sont celles dont les "Patrons" sont les plus anciens, et qui ont élevé le plus grand nombres de races à la sapience, celles ci devant le respect à leur créateur et restant "Clientes" asservies des centaines de milliers d'années à leurs "Patrons", une situation qui perdure depuis les mythiques Progéniteurs.


L'Humanitét pose problème, on ne connait aucun Patron aux humains et ces jeunes loups ont déjà élevé deux races à la sapience, les dauphins et les chimpanzés. Les Galactiques sont partagés, la majorité voudrait trouver qui a élevé à la sapience cette race présomptueuse, quitte à la faire adopter ou même à tricher un peu, une minorité supporte les humains. Sur la Terre il y a le même clivage, certains veulent croire à une race supérieure qui aurait élevé les humains dans le passé, d'autres sont Darwiniens et croient à l'évolution naturelle.
C'est dans cette atmosphère que les humains lancent une exploration dans le Soleil, celle-ci est très controversée, ça coûte et ça ne sert à rien car les Galactiques ont certainement toutes les connaissances sur le sujet, et pourtant …


Tout au long du livre nous allons suivre Jacob, un personnage qui restera un peu mystérieux, les informations à son sujet ne seront délivrées qu'au compte goutte avec parcimonie au fil du récit, l'auteur nous laisse le soin de faire travailler notre imagination et de remplir les blancs. de fait aucun personnage n'est vraiment travaillé ce qui donne un côté un peu décousu à tout le livre. de longs passage dans le style "Hard-Science" alourdissent le récit, même s'ils sont sensés avoir un côté poétique tout en enrichissant nos connaissances sur le Soleil que nous allons explorer avec des vaisseaux spatiaux mélangeant les techniques terriennes et aliens. Il semble que certains voudraient ridiculiser ou saboter l'exploration et nous allons suivre humains et aliens jusqu'à un développement à la Hercule Poirot que j'ai trouvé un peu facile et fumeux, ça manque vraiment de subtilité et c'est trop soudain, d'autant que des pistes évidentes sont laissées de côté par les personnages.


Un roman de Hard-Science alourdi par quelques longueurs et enrichi par une enquête et des intrigues politiques, les personnages attisent la curiosité, même s'il sont peu étoffés et l'intrigue a un côté un peu négligé, cependant les bases du cycle de l'Élévation sont jetées en nous obligeant à la réflexion de manière assez habile. de la S.F un peu lourde mais un livre qui reste intéressant …
Commenter  J’apprécie          55

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
L'éruption était superbe et terrible - un maelstrom bouillonnant de luminosité , qui représentait un court-circuit électrique d'une ampleur inconcevable. Même un vaisseau solaire n'aurait pas survécu au flot soudain de neutrons à haute énergie engendrés par les réactions nucléaires consécutives à l'irruption , et contre lesquels l'écran electro-magnétique du vaisseau ne pouvait rien - et les neutrons étaient trops nombreux pour être filtrés par compression temporelle .
Commenter  J’apprécie          140
Hélène lui sourit et vint s'asseoir près de sa couchette, jambes croisées.
- Bonjour monsieur Demwa. J'espère que vous avez bien dormi. Nous allons avoir une journée chargée.
Jacob rit.
- Comme si le jour et la nuit existaient ici ! Vous n'avez pas besoin d'entretenir la fiction, en nous fournissant ce lever de soleil par exemple.
Il indiqua d'un mouvement de tête l'astre qui recouvrait la moitié du ciel.
- La rotation du vaisseau, en créant huit heures de nuit, donne aux "rampants" une chance de dormir, souligna-t-elle.
-Ce n'était pas la peine de vous inquiéter, dit Jacob. Je peux roupiller n'importe quand. C'est mon talent le plus précieux.
Commenter  J’apprécie          80
Le soleil descendait vers l'horizon ouest , juste en face de lui , la fumée de l'incendie apporterait des nuances terre d'ombre et pourpre au coucher de soleil qui s'annonçait .
Commenter  J’apprécie          310
La surface de la planète était creusée, éraillée de cratères et de longues ravines. Les ombres projetées par les montagnes de Mercure avaient la netteté du vide spatial, dans leur noirceur qui tranchait sur les bruns et les argents lumineux. Sous de nombreux aspects, la planète ressemblait à la Lune.
Commenter  J’apprécie          80
Oncle Jeremey racontait comment l'ancienne Bureaucratie avait décrété que toute personne vivante serait soumise à des tests de détection des «tendances violentes», et que toutes celles qui ne passeraient pas ces tests avec succès seraient dès lors placées sous surveillance constante.
«... Ils déployèrent tous leurs efforts pour convaincre le peuple », dit Jeremey d'une voix basse et grondante, « que les lois réduiraient la criminalité. Et elles eurent effectivement ce résultat. Des individus munis d'émetteurs dans le postérieur réfléchissent à deux fois avant de porter préjudice à leurs prochains.
Alors, tout comme maintenant, les Citoyens approuvèrent les Lois de Surveillance. Ils n'eurent aucun mal à oublier le fait qu'elles allaient à l'encontre de toutes les garanties traditionnelles de la Constitution, assurant aux prévenus un procès en bonne et due forme.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (774) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4859 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}