AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782761955126
259 pages
Editions de l'Homme (29/10/2020)
3.25/5   8 notes
Résumé :
Dans la nuit du 22 octobre 1980, au 540 de la rue de la Tourelle à Québec, une jeune comédienne est assassinée. Quarante ans plus tard, le mystère subsiste: l'homme qui s'est accusé de ce crime abject était-il le véritable coupable?
Ce docu-polar revisite l'une des causes judiciaires les plus longues et les plus controversées de l'époque. Grâce aux confidences du lieutenant Jacques Simoneau, aux témoignages d'acteurs de premier plan du drame, mais aussi à la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MichelRoberge
  15 janvier 2021
Dans cet ouvrage documentaire qui porte comme sous-titre « 22/10/80 L'assassinat de France Lachapelle » (quoique le meurtre semble avoir été commis après minuit et avant 3 h 28, le 23 octobre 1980), Jacques Côté a rassemblé et ordonnancé l'ensemble de la documentation brute relative à l'assassinat de France Lachapelle, un crime qui n'a toujours pas vraiment été résolu, le suspect instable psychiquement ayant choisi après deux procès de se déclarer coupable.
Cette « reconstitution » historique et linéaire des événements repose sur des articles de journaux, des pièces à conviction, le rapport médico-légal, les minutes de l'enquête préliminaire et des deux procès, le tout complété par la retranscription de témoignages et d'entrevues avec quelques-uns des principaux témoins encore vivants.
Un ouvrage intéressant qui nous permet de découvrir les dessous de cette enquête, sur les méthodes policières, sur le déroulement plutôt étonnant des procès, particulièrement le deuxième présidé par un juge misogyne qui se substitue au procureur.
Un « page turner » que j'ai dévoré en moins de 8 heures et qui m'a laissé songeur, entre autres, face au refus d'un des acteurs de l'époque, Denis Côté pour ne pas le nommer, de fournir sa version des événements.
Et, « en complément d'enquête », par un « filon » jamais exploité dans cette affaire qui semble avoir une certaine importance (thèse non infirmée par l'enquêteur Jacques Simoneau) puisque l'auteur a fait le choix de le citer dans retranscription de son entrevue avec Robert Lepage : l'allusion à l'interrogation probable par la police de Québec d'un ministre du gouvernement du Québec identifié par la lettre « X ».
Un politicien « assez proche » de Pierre Lachapelle, le père de la victime, puisqu'il aurait participé à des réceptions que ce dernier organisait chez lui et au cours desquelles « X » aurait « probablement cruisé » France Lachapelle (p. 240). Pierre Lachapelle, décédé le 3 janvier 2016, avait travaillé à la mise sur pied de plusieurs services du ministère de la Culture et des Communications, dont ceux des programmes de subventions aux artistes et aux musées régionaux, ainsi qu'à l'implantation du Centre de conservation du Québec. Il a dirigé le Musée du Québec (aujourd'hui Musée national des beaux-arts du Québec) de 1981 à 1986.
On apprend aussi que le ministre « X » était « dans le même cabinet » d'un autre ministre nommé « Y ». Ce dernier vivait « depuis plusieurs années à Montréal » avec « un jeune garçon » : « … les gens étaient au fait de ça au parlement » (page 241).
Ces informations fournies par Robert Lepage, couplées à des recherches sur Internet, incitent à procéder par déductions potentielles, à la manière de tout bon détective, pour échafauder des hypothèses visant à identifier ces mystérieux « X » et « Y ». Elles soulèvent toutefois une autre question restée elle aussi sans réponse : pour quelles raisons ce ministre « X » a-t-il été interrogé ?
Avouez qu'il y a de quoi titiller la curiosité !
Autopsie d'un crime imparfait « nous ramène aussi de plain-pied dans l'actualité quant à la violence que subissent les femmes dans notre société » comme l'écrit Jacques Côté en conclusion. L'auteur a « voulu écrire cet ouvrage avec l'idée que la justice doit s'exercer avec humanité, dignité et dans un souci de réparation pour les victimes, mais aussi dans le respect des accusés qui ont droit à un procès juste où, nonobstant la nature des crimes commis, la santé mentale est prise ne compte. »
Mission accomplie.

Choix du sujet :
*****
Qualité littéraire :
*****
Intérêt :
*****
Appréciation générale :
*****

Lien : https://avisdelecturepolarsr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
la_plume_d_isabelle
  24 avril 2021
Selon la biographie de l'auteur, il est mentionné qu'il manie la plume noire comme pas un. Malheureusement, je n'ai pas ressenti cela en lisant autopsie d'un crime imparfait. Peut-être parce que l'histoire est racontée à partir des archives de l'enquête, des minutes du procès et des articles de journaux concernant la mort de la comédienne France Lachapelle. Il faudrait que je lise un autre roman de cet auteur pour me faire une meilleure idée de lui. le livre ce lit quand même bien et nous permet de voir comment les enquêtes policières et les procédures judiciaires ont changé depuis vingt ans, étant donné que ce drame s'est produit il y a une quarantaine d'années!
Commenter  J’apprécie          30
Moccha
  30 mars 2021
Été 1980, les pompiers sont "sur les dents", un voyeur pyromane cible les femmes seules et terrorise Québec.
22 octobre 1980, les pompiers répondent à une alarme incendie rue de la Tourelle, un énième incendie à éteindre, pas seulement, une jeune comédienne est découverte assassinée. Son meurtrier l'a attachée, étranglée, poignardée et mis le feu à son lit...
A l'aide des milliers de pages du procès, les confidences du lieutenant de police, et, de Robert Lepage, dernière personne à avoir vu la victime vivante, suspect numéro un dans cette triste affaire, l'auteur formule un constat étonnant....
Un document très bien fait, qui se lit d'une traite....
Lien : https://monjardinleslivres.b..
Commenter  J’apprécie          80
MilleetunepagesLM
  22 mars 2021
Le commentaire de Lynda :
Ce docu-polar, est en rapport avec un meurtre qui s'est passé en 1980, en effet une jeune comédienne France Lachapelle, est retrouvée morte, chez elle, assassinée.
Mais en même temps, la ville de Québec subit une vague de meurtres et d'incendies criminels, un pyromane qui s'en prend aux femmes vivant seules.
Dans le cas du meurtre de France Lachapelle, la dernière personne ayant passé du temps avec elle, serait Robert Lepage, le cinéaste et metteur en scène à l'époque. Les soupçons se tourneront vers lui, bien évidemment.
Il faut dire que cette affaire de France Lachapelle, a suscité beaucoup d'intérêt et généré des reportages, les uns après les autres. Je dois dire que c'est un meurtre crapuleux, poignardée, étranglée et finalement brûlée, on se dit que le coupable ne peut être chose qu'une personne souffrant de troubles mentaux.
D'ailleurs, une personne se présentera et s'accusera de ce meurtre, un homme sorti récemment d'un séjour en psychiatrie... Mais on se demande si c'est vrai, ou encore si c'est une personne qui est en manque d'attention, ou qu'il croit que c'est vraiment lui.
Avec Jacques Côté, nous allons reprendre l'enquête, les témoignages, les moments passés en cour. Pas à pas, nous allons essayer de comprendre en suivant le raisonnement et les preuves que nous fournit l'auteur, et qui selon l'auteur de ce livre, n'est toujours pas résolu, 40 ans plus tard.
Ce document est très bien fait, et j'ai lu d'une traite, tout y est très bien expliqué, et étant donné que je n'avais jamais entendu parler de ce cas, je me suis immergée totalement dans le déroulement et dans les développements que l'auteur a fourni.
Je vous recommande cette lecture, même si au départ, c'est un meurtre assez crapuleux, mais toute la machine du système judiciaire, meurtre, interrogatoire, suspect, procès, vous ne vous ennuierez pas, c'est certain !
Lien : https://lesmilleetunlivreslm..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
flo_dlf
  02 juillet 2021
Un petit essai qui tente de remettre tous les éléments de l'enquête non élucidée du meurtre de France Lachapelle au clair. Un travail de moine et de fourmi très linéaire et loin d'être passionnant...
Le premier chapitre est assez pénible. Tous les acteurs se succèdent sur le lieu du crime et l'auteur nous rapportent systématiquement chaque découverte, ce qui implique des redondances : du point de vue de l'enquête c'est logique, du point de vue du lecteur ce n'est pas une partie de plaisir.
Jacques Côté a cependant réussi l'exploit de rencontrer tous les acteurs majeurs autour de cette enquête, spécialement Robert Lepage, metteur en scène qui est le dernier à avoir vu France Lachapelle et Jacques Simoneau.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   23 novembre 2020
Intrigué par le meurtre de la jeune comédienne à Québec, l'écrivain Jacques Côté propose un docu-polar sur le sujet : Autopsie d'un crime imparfait.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
la_plume_d_isabellela_plume_d_isabelle   18 juillet 2021
Après avoir éteint le feu, les sapeurs-pompiers sont prêts à entrer dans l'appartement. Mais la porte avant, qui donne sur la rue de la Tourelle, est vérouillée et le pompier Côté doit la défoncer avec une hache. Ce qui reste de la porte s'ouvre sur un fond noir, de la suie et de la fumée, qui semble résulter d'un feu de matelas.
Commenter  J’apprécie          00
la_plume_d_isabellela_plume_d_isabelle   20 avril 2021
Dans la nuit du 23 octobre 1980, à 3h28, les pompiers de la caserne numéro 1, dans le quartier Saint_jean-Baptiste à Québec, répondent à une alerte. L'appel a été fait par une locataire de l'immeuble situé au numéro 540 de la rue de La Tourelle.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : psychatrieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

No et moi

Comment s'appelle l’héroïne de l'histoire ?

Léa
Louise
Lou
Judith

15 questions
499 lecteurs ont répondu
Thème : Delphine de ViganCréer un quiz sur ce livre