AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Les Maîtres de l'orge tome 4 sur 8
EAN : 9782723419161
46 pages
Glénat (18/10/1995)
3.86/5   102 notes
Résumé :

1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille.

Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 102 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

lyoko
  02 février 2016
L'Allemagne a un fameux Adolf hitler a sa tête et en Belgique la crise financière fait rage. de nombreuses brassetries ferment par faute de clients. Mais la brasserie Steenfort tient le coup grace au talent administratif d'Adrien. Un de ses collaborateurs lui propose de devenir Bourgmestre de sa petite ville (dont on voit l'évolution sur chaque première page de chaque tome)... mais est ce une bonne idée de meler busness et politique .. surtout à la veille d'une seconde guerre mondiale.
Si les deux premiers tomes ne m'avait pas complètement conquise.. le troisième m'a bluffé et le quatrième me conforte dans l'idée que je suis tombée sur une très très bonne BD (bon cela dit avec les auteurs il est difficile de se tromper)..Curieuse de voir ou le cinquième tome va m'emmener
Commenter  J’apprécie          350
tchouk-tchouk-nougat
  21 janvier 2017
1932, les brasseries Steenfort se portent bien malgré qu'en Belgique le nombre de brasseur diminue de plus en plus, crise économique oblige. Ces au cours de ses années que les partis d'extrêmes droites montent en puissance, jusqu'à un jour élire Adolf Hitler en Allemagne.
Adrien sait diriger de main de maitre sa brasserie familiale. Mais on va bientot lui proposer de devenir bourgmestre.
Bien que ce tome s'intitule "Noel" ce n'est pas vraiment ce personnage qui va être l'acteur central mais bien Adrien qui a pris la tête de sa brasserie. Un personnage ambigu pas facile à cerner avec tout un tas de défauts et de qualités, capable d'être généreux comme impitoyable, intelligent comme se comporter en marionnette.
Je trouve ce tome très intéressant. En plus de cette histoire de famille à laquelle on est désormais attachée, les auteurs arrivent toujours à distiller des remous politiques ou sociaux de l'époque de nos personnages. Cela en fait un récit avec de la profondeur.
Commenter  J’apprécie          100
celosie77
  05 avril 2018
Comme pour le tome précédent, le personnage annoncé en sous-titre (à savoir Noël) n'est pas le personnage principal puisque l'intrigue tourne ici essentiellement autour d'Adrien Steenfort. Depuis la fin de la guerre, il a repris la direction de la brasserie de sa mère Margrit et il a eu 4 enfants. D'un caractère droit, rigoureux et incorruptible, il intéresse fortement un parti politique d'extrême droite qui souhaite le faire élire maire afin d'en faire un porte-parole irréprochable. C'est Garcin, le directeur commercial, qui va être chargé de le convaincre d'entrer en politique. Pour cela il n'hésitera pas à employer divers moyens douteux : intimidation, manipulation, délation...
Ce tome n'est pas désagréable mais je l'ai moins apprécié que les autres pour plusieurs raisons. Tout d'abord je trouve le personnage d'Adrien moins intéressant, sans réelle envergure, sans charisme, juste froid. Ensuite, les autres membres de la famille, Noël, Margrit, sont quasiment oubliés alors que dans une saga, on pourrait s'attendre à ce que la famille ait une grande importance. Et enfin je trouve assez peu probable qu'Adrien Steenford, qui mène sa brasserie avec force et intelligence, se laisse à ce point aveugler et manipuler par Garcin, au point de répéter bêtement un discours qui a été écrit pour lui. La prise de conscience arrivera bien tardivement...
Quant à la fin, elle est tragique, mais on s'y attend tellement !
Malgré cela, j'ai bien apprécié cette lecture qui nous plonge dans cette période trouble des années 30, et je me demande comment vont évoluer les personnages, je vais donc continuer la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
badpx
  22 avril 2017
Entre 1917 et 1932, les changements dans le village sont bien visibles, avec beaucoup de construction.
J'ai pu chercher les "erreurs" puisque j'ai emprunté le tome 3 en même temps que celui ci.
L'Histoire n'est plus une découverte dans ce volume. Et les principaux personnages de la famille Steenfort sont de moins en moins "fréquentables". Ce volume m'enchante un peu moins que les précédents, l'impression que dans la course au pouvoir (économique ou politique) tout devient sordide.
Est ce vraiment comme cela dans la réalité ?
Commenter  J’apprécie          110
Vexiana
  15 mars 2018
Nous sommes à présent dans les difficiles années 30 et, depuis son retour de la guerre, Adrien a repris, de main de maître, les rennes de la brasserie Steenfort qu'il a hissée parmi les plus grandes brasseries.
Je dois avouer que j'aime moins ce tome, Margrit est relayée au second plan, est plus taciturne et il faut dire que Adrien n'est pas franchement sympathique.
J'accroche moins également à la dimension politique de ce tome même si l'idée est très bonne.
Le prochain tome nous mènera en 1950 et comme nous le savons depuis le premier tome grâce à l'arbre généalogique, Margrit ne sera plus là...elle me manquera.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AxelBDAxelBD   24 décembre 2014
Tandis que les mitraillettes de Chicago scandent les joies de la prohibition américaine, un certain Loewenstein, banquier d'origine belge, se jette un soir d'octobre 1929 par la fenêtre de son hôtel new-yorkais, déclenchant le Krach le plus terrifiant de l'histoire socio-économique moderne.
Commenter  J’apprécie          20
MissGMissG   14 novembre 2010
Je n'ai rien à te pardonner, Margrit, puisque je t'aime. Je n'ai jamais cessé de t'aimer comme au premier jour.
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Jean Van Hamme (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Van Hamme
La fortune des Winczlav 2
autres livres classés : bièreVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus