AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Evelyne Amon (Éditeur scientifique)
EAN : 9782035842688
138 pages
Éditeur : Larousse (14/03/2008)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Pour faire oublier à son fils les cataplasmes brûlants avec lesquels elle le soigne, une mère narre d'incroyables histoires.
Celles-ci, dans la tradition des contes de fées, mêlent personnages fabuleux et scènes surnaturelles : Albéric vaincra-t-il la Bête-à-sept-têtes ? Libérera-t-il la belle Zerbine prisonnière du cruel Ottfried ? De manière inattendue, l'auteur du Silence de la mer s'illustre ici par son sens du merveilleux et fait se succéder combats et c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
RosenDero
  29 septembre 2018
Les contes des cataplasmes, quel drôle de nom. Ni une, ni deux, j'ouvre le recueil. Première découverte : "Vercors" pseudonyme de Jean Bruller, résistant français à l'origine, entre autres, des Éditions de Minuit. Seconde surprise : les contes des cataplasmes portent ce nom singulier du fait que la mère de l'auteur les lui racontait pour qu'il supporte les brûlures et l'immobilité dues, justement, aux cataplasmes qu'elle lui apposait pour le soigner, enfant.
Contes traditionnels du Berry, empruntant aux mythes gréco-romains mieux connus, on y découvrira des héros hors du commun, au grand coeur et au comportement exemplaire, des péripéties toutes plus prenantes les unes que les autres, divers adjuvants et objets magiques, et bien sûr des monstres ou créatures du mal, parfois capables de repentance...
J'ai été happé par cette lecture et par l'écriture de Vercors, qui s'adresse directement à son lectorat, pour un ton réellement oral. Une bonne surprise.
Commenter  J’apprécie          261
melusine1701
  30 juillet 2010
Comment une mère peut-elle distraire son enfant des douloureux cataplasmes qu'elle lui applique chaque jour pour soigner ses bronchites chroniques? En lui racontant des histoires, bien sûr. Et il leur en arrive, des histoires, aux trois frères Albéric, Ulric et Ludovic. Leur mère Bathilde, déjà, avait eu son lot d'aventures merveilleuses, elle sourde de naissance, en rencontrant leur père aveugle. Des années plus tard, voilà qu'Albéric, son fils aîné, se retrouve la proie de la Bête-à-sept-têtes. Ses deux frères se lancent donc à son secours, tandis que leur mère guette leur futur dans le puits magique dont l'eau s'obscurcit lorsque ses enfants sont en danger.
Ce sont quatre contes qui se suivent et constituent une seule histoire. Je me suis régalée à retrouver ces contes inédits et pourtant truffés de références aux chevaliers médiévaux comme à l'Odyssée. L'histoire cadre m'a également bien plu, et j'imaginais tout à fait ma propre maman me raconter des histoires pour faire mieux passer les traitements.
Un petit livre de contes très agréable
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nelja
  16 juillet 2014
Ce recueil contient quatre contes, qui forment une histoire complète. J'aime ce genre de structure ! le premier conte est l'histoire des parents, les suivants sont consacrés à leurs trois enfants, chacun de leur côté. Ou pas vraiment, car certains personnages interviennent dans plusieurs histoires. En particulier, les frères ne vont pas laisser leurs petits/grands frère dans le malheur. C'est rare, les frères de contes de fées qui ne sont pas des méchants frères, ça se savoure.
La première histoire, celle des parents, je ne l'avais jamais entendue nulle part, elle est plus sentimentale qu'héroïque, et très charmante.
Les autres sont plus classiques. Voire sont tout à fait classiques. Mais il y a toujours quelque chose qui fait la différence. le corps sans âme, par exemple, est un méchant traditionnel, mais les contes ne mettent pas souvent l'accent sur le tragique de sa condition. La princesse Zerbine de la bête à sept têtes donne vraiment l'impression de vivre une romance, pas d'être une récompense sans personnalité.
L'écriture est charmante, les histoires sont touchantes, la structure réussie. Je le recommande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DrJackal
  25 janvier 2011
Différentes aventures fantastiques vis à vis de trois perosnnage toujours les même, relater par la mère d'un enfant dans le but de lui faire oublier la douleur des cataplasme la pour le soigné.
Un conte pour enfant très sympa, le premier bouquin que j'ai du lire enfant et qui ma donner envie de continuer a lire.
Commenter  J’apprécie          90
olivberne
  17 novembre 2012
Un recueil de contes bien original et sympathique. Cela se lit bien dès l'enfance et ça peut plaire à toutes les générations.
Vercors puise dans les contes du Berry, les histoires moyennageues et il s'amuse à s'essayer aux contes, avec évidemmant la morale.
L'idée de départ est amusante: un enfant est obligé de rester au lit et de subir l'épreuve des cataplasmes. Pour fair passer la pilule, sa mère lui raconte des histoires. Et le narrateur, c'est l'enfant, ce qui permet d'avoir un jugement sur les contes et ses sentiments d'auditeur à faire partager au lecteur. C'est assez original!
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
KawaneKawane   24 novembre 2015
car le plus grand malheur dans ce temps-là c'était que personne ne savait rien. La plupart des gens, même parmi les plus riches, ne savaient ni lire ni écrire. C'était une ignorance épouvantable et l'on croyait aux choses les plus extraordinaires, parce que ne sachant rien l'on avait peur de tout, et la nuit on croyait voir partout des monstres, des fantômes, des loups-garous, toutes choses qui n'existent pas ou en tout cas n'existent plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
KawaneKawane   15 octobre 2015
Quand j'avais ton âge, mon vieux (ou ma vielle), il m'arrivait assez souvent de faire quelque bêtise (tu connais)?Surtout l'hiver, comme me fourrer dans un courant d'air pour me rafraîchir quand j'avais trop couru, et hop, j'attrapais une bronchite. Je ne faisais pas exprès,non, mais enfin je ne détestais pas ça. Surtout quand il y avait une récitation que je n'avais pas apprise, ou un devoir que je n'avais pas fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
olivberneolivberne   14 décembre 2013
C'est fantastique, quand on a un cataplasme sur la poitrine ou sur les omoplates, qui pique de plus en plus fort, quand on est couché sur le dos ou sur le ventre, sans pouvoir bouger, c'est fantastique ce que l'on écoute bien. Surtout des histoires que l'on connait presque par cœur. Enfin écoute-moi quand même (ou plutôt lis-moi) aussi bien que tu pourras.
Commenter  J’apprécie          70
CDI06CDI06   27 avril 2013
Qui croit sans raison est un sot.
Mais qui nie sans savoir est un fou.
Cherche la vérité, tu trouveras la lumière
Commenter  J’apprécie          100
CDI06CDI06   27 avril 2013
J'ai, malgré tout, bien agi en lui accordant tout ce qu'il me demandait. Car toute expérience comporte ses suites inéluctables, et chaque cause est suivie de ses conséquences particulières. Chacun cueille lui-même les fruits de ses agissements.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1163 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre