AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alphonse de Neuville (Illustrateur)Léon Benett (Illustrateur)
EAN : 9782253012696
331 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/1976)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.92/5 (sur 3137 notes)
Résumé :
Phileas Fogg est un homme d'une ponctualité infaillible. Ce Londonien discret et fortuné a un emploi du temps immuable. On ne lui connaît qu’une occupation, le Reform-Club, et qu’un seul vice, le whist ! Ce portrait aurait pu en décourager plus d’un. Pas Jean Passe-Partout, son nouveau domestique français : enfin un maître sans histoire.
Mais, le jour même où il l’engage, Fogg parie qu’il réalisera le tour du monde en quatre-vingts jours pour prouver la vérac... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (212) Voir plus Ajouter une critique
kateginger63
  14 janvier 2019
Un savoureux récit d'aventures en mode steampunk
*
Et voilà, j'ai enfin dépoussiéré ma bibliothèque pour sortir un classique que je n'ai jamais lu . Shame on me :)
Jules Verne est pourtant le précurseur, le père de la science-fiction française. J'aurais dû commencer par lui.
Comme vous certainement, j'avais visionné le dessin animé des années 80 de cette célèbre histoire (où les personnages sont des félins, renards...).
Alors, est-ce la nostalgie qui s'est emparée de moi à la lecture de ce récit truculent ? Certainement.
*
Le début est un peu poussif. L'auteur prépare l'atmosphère si steampunk du 19eme siècle. Le pari est lancé et d'un coup, l'aventure commence pour de bon. Pas de fioritures, pas de précisions superflues, comme les héros, n'emportant que le strict nécessaire, la course contre la montre a débuté.
*
Le temps, parlons-en. Ici, il est partout, mis à toutes les sauces. Forcément, c'est lui qui scande l'aventure à proprement dite.
Ah, quel rythme effréné!
Entre péripéties, découvertes et rencontres malavisées, les héros sont bien malmenés. C'est ce qui fait son charme.
Et bien sûr, j'ai souvent pensé à Tintin, notre célèbre reporter, aventurier hors pair qui a également sillonné la planète entière. Lui aussi a su utiliser toutes les ressources, tous les moyens de transport à sa disposition.
*
Je regrette toutefois des situations trop "faciles" où la situation se rétablit d'un clignement d’œil (ou plutôt d'argent distribué). Dommage aussi que ce Phileas Fogg ne s'intéresse pas plus à ce qui l'entoure. Un peu de tourisme ne lui aurait pas fait de mal. (oui, j'ai trouvé ce personnage arrogant, froid et antipathique).
J'ai passé un très bon moment. Et dans une prose littéraire soutenue mais accessible.
Une parenthèse "vintage" délicieuse.
*
Petit bonus: durant ma lecture du roman, je l'ai entrecoupé de l'adaptation en BD (trilogie) qui complète mon imaginaire à merveille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          693
claireo
  22 juin 2018
J'ai adoré ce roman lors de ma première lecture quand j'avais une douzaine d'années. Relu récemment, il n'a pas pris une ride. Aventure, humour, rebondissements, tout est là. Comment faire le tour du monde avec les moyens les plus modernes pour l'époque !
Commenter  J’apprécie          632
Under_the_Moon
  16 juin 2017
Jules Verne fait partie des classiques de la littérature de jeunesse, donc maintenant que je suis adulte, il était temps que je commence à le lire ! ...
Même sans l'avoir lu, qui ne connait pas les fameux Phileas Fogg et Passepartout, le maître anglais et son valet français lancé dans un pari complètement fou ?
Et bien ce fut une découverte bien plaisante ! Une aventure trépidante bien sûr, mais aussi une écriture agréable et bien sûr l'étonnante modernité du récit pour un roman du 19ème siècle ! Bien sûr, certains jugements de valeurs sur les civilisations orientales ou la "supériorité" de l'éducation à l'européenne rappelle l'esprit expansionniste et colonisateur de l'époque, mais Rudyard Kipling a fait bien pire !
Ce tour du monde, c'est surtout une ode aux nouveaux moyens de transports - et aux anciens qui dépannent bien quand même parfois.
Pou ma part, ce que je retiendrai surtout c'est le dépaysement, l'humour et tous les rebondissements dans ce roman dans la digne lignée de L'île au trésor , publié une dizaine d'année plus tard.
On retrouve les mêmes ressorts de l'incroyable chance du héros pantouflard qui part dans un voyage extraordinaire qui le dépasse et le confronte à ses croyances et ses valeurs - comme dans Bilbo le Hobbit publié presque un siècle plus tard !
Et au bout du chemin, en plus de s'être découvert, il découvre que tout l'or du monde ne saurait acheter des choses telles que l'honneur, le dévouement à ses amis, ou l'amour. Ah, l'amour... celui qu'on irait jusqu'au bout du monde pour le trouver ! Tous les éléments pour un "best seller" sont réunis dans ce livre.
Bravo Jules Verne ! J'y reviendrai sans doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          541
NathalC
  05 mai 2020
Lecture faite à voix haute pour ma fille de 10 ans (CM2)
Je n'avais jamais lu de roman de Jules Verne. Pour être honnête, heureusement qu'il s'agit ici d'une version condensée du roman. J'ai trouvé cette lecture un peu fastidieuse, surtout pour un enfant de primaire. L'histoire est simple et compréhensive, mais mon ressenti est surtout du au style de l'écriture. Les tournures de phrase sont complexes et un peu lourdes. On sent que ce n'est pas une écriture actuelle mais d'un autre siècle.
L'institutrice de ma fille a conseillé aux parents de les aider dans la lecture, et je comprends.
En tout cas, ce premier aperçu de Jules Verne ne m'a pas emballé plus que cela...
Commenter  J’apprécie          574
ericlesapiens
  01 décembre 2019
Il y avait bien longtemps que je n'avais lu une aventure de Jules Verne. C'est bien sûr à resituer dans le contexte historique du 19ème siècle. Les aventures de Phileas Fogg étaient alors destinées à faire découvrir la diversité du monde aux lecteurs. C'était aussi, il me semble, une manière de montrer la puissance et l'hégémonie britannique qui était alors la première puissance mondiale. Ainsi que de faire découvrir les nouveaux moyens de transports qui permettaient alors de faire rapidement le tour du monde, comme la marine à vapeur où les chemins de fer transcontinentaux.
On ne s'ennuie pas une seconde et les péripéties de nos compagnons sont toujours aussi trépidantes un siècle et demi plus tard.
Jules Verne reste un incontournable du roman d'aventure.
Commenter  J’apprécie          560
Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
fredhofredho   31 janvier 2016
" Sa luisante chevelure, régulièrement divisée en deux parts, encadre les contours harmonieux de ses joues délicates et blanches, brillantes de poli et de fraîcheur. Ses sourcils d'ébène ont la forme et la puissance de l'arc de Kama, dieu de l'amour, et sous ses longs cils soyeux, dans la pupille noire de ses grands yeux limpides, nagent comme dans les lacs sacrés de l'Himalaya, les reflets les plus purs de la lumière céleste. Fines, égales et blanches, ses dents resplendissent entre ses lèvres souriantes, comme des gouttes de rosée dans le sein mi-clos d'une fleur de grenadier. Ses oreilles mignonnes aux courbes symétriques, ses mains vermeilles, ses petits pieds bombés et tendres comme les bourgeons du lotus, brillent de l'éclat des plus belles perles de Ceylan, des plus beaux diamants de Golconde. Sa mince et souple ceinture, qu'une main suffit à enserrer, rehausse l'élégante cambrure de ses reins arrondis et la richesse de son buste où la jeunesse en fleur étale ses plus parfaits trésors, et, sous les plis soyeux de sa tunique, elle semble avoir été modelée en argent pur de la main divine de Vicvacarma, l'éternel statuaire"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
TheBookFetishTheBookFetish   12 novembre 2012
Si nous sauvions cette femme ? dit-il.
— Sauver cette femme, monsieur Fogg !… s’écria le brigadier général.
— J’ai encore douze heures d’avance. Je puis les consacrer à cela.
— Tiens ! Mais vous êtes un homme de cœur ! dit sir Francis Cromarty.
— Quelquefois, répondit simplement Phileas Fogg. Quand j’ai le temps.
Commenter  J’apprécie          781
ladyogaladyoga   02 avril 2013
Et maintenant, comment un homme si exact, si méticuleux, avait-il pu commettre cette erreur de jour ? Comment se croyait-il au samedi soir, 21 décembre, quand il débarqua à Londres, alors qu'il n'était qu'au vendredi, 20 décembre, soixante dix neuf jours seulement après son départ ?

Voici la raison de cette erreur. Elle est fort simple.

Phileas Fogg avait, « sans s'en douter », gagné un jour sur son itinéraire, -- et cela uniquement parce qu'il avait fait le tour du monde en allant vers l'est, et il eût, au contraire, perdu ce jour en allant en sens inverse, soit vers l'ouest.

En effet, en marchant vers l'est, Phileas Fogg allait au-devant du soleil, et, par conséquent les jours diminuaient pour lui d'autant de fois quatre minutes qu'il franchissait de degrés dans cette direction. Or, on compte trois cent soixante degrés sur la circonférence terrestre, et ces trois cent soixante degrés, multipliés par quatre minutes, donnent précisément vingt-quatre heures, -- c'est-à-dire ce jour inconsciemment gagné. En d'autres termes, pendant que Phileas Fogg, marchant vers l'est, voyait le soleil passer quatre-vingts fois au méridien, ses collègues restés à Londres ne le voyaient passer que soixante-dix-neuf fois. C'est pourquoi, ce jour-là même, qui était le samedi et non le dimanche, comme le croyait Mr. Fogg, ceux-ci l'attendaient dans le salon du Reform-Club.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
FifrildiFifrildi   23 mars 2018
Phileas Fogg accepta la gibelotte et la goûta consciencieusement ; mais en dépit de sa sauce épicée, il la trouva détestable.
Il sonna le maître d'hôtel.
"Monsieur, lui dit-il en le regardant fixement, c'est du lapin, cela?
- Oui, mylord, répondit effrontément le drôle, du lapin des jungles.
- Et ce lapin-là n'a pas miaulé quand on l'a tué?
- Miaulé? Oh! mylord! un lapin! Je vous jure...
- Monsieur le maître d'hôtel, reprit froidement M. Fogg, ne jurez pas et rappelez-vous ceci : autrefois, dans l'Inde, les chats étaient considérés comme des animaux sacrés. C'était le bon temps.
- Pour les chats, mylord?
- Et peut-être aussi pour les voyageurs!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
MeduzanticMeduzantic   10 septembre 2011
Ainsi donc Phileas Fogg avait gagné son pari. Il avait accompli en quatre-vingts jours ce voyage autour du monde ! Il avait employé pour ce faire tous les moyens de transport, paquebots, railways, voitures, yachts, bâtiments de commerce, traîneaux, éléphant. L'excentrique gentleman avait déployé dans cette affaire ses merveilleuses qualités de sang froid et d'exactitude. Mais après ? Qu'avait-il gagné à ce déplacement ? Qu'avait-il rapporté de ce voyage ?
Rien, dira-t-on ? Rien, soit, si ce n'est une charmante femme, qui - quelque invraisemblable que cela puisse paraître - le rendit le plus heureux des hommes.
En vérité, ne ferait-on pas, pour moins que cela, le Tour du Monde ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Jules Verne (112) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Dans cette interview, Benjamin Lesage nous parle de son premier roman : Les Etoiles qui meurent dans le ciel.
Les Étoiles qui meurent dans le ciel par Benjamin Lesage Collection Romans Ultraviolet Version papier •16,90 € • 15 x 22 cm • 224 pages • ISBN : 978-2-35290-237-9 Version numérique • 208 pages • 11,99 € • ISBN : 978-2-35290-241-6 Personne ne peut soutenir le regard de Jacques. Ses yeux sont comme deux étoiles brillantes comme celles qu'il admire dans le ciel tous les soirs... Et puis, une nuit, il voit un de ces astres s'éteindre. Pourquoi ? Que s'est-il passé ? C'est à cette unique question que Jacques voudra désormais répondre. Devenu étudiant, il comprend que les étoiles sont elles aussi soumises à l'action du temps. Alors, se dit-il, pour empêcher leur disparition, une seule solution : il faut arrêter le temps. Un philanthrope fantasque et un ingénieur génial et désabusé vont l'aider dans cette quête : ils construiront ensemble une machine à arrêter le temps. Un projet pharaonique que ses détracteurs ne manqueront pas de vouloir faire échouer...
Benjamin Lesage est un Jules Verne du XXIe siècle. Ses personnages poursuivent une quête à la limite de l'impossible, poussés par la volonté de comprendre. Son univers à la fois poétique et réaliste aborde des sujets brûlants d'actualité : écologie, découverte scientifique, éthique. Un roman qui donne matière à réfléchir sur notre façon d'appréhender le temps qui passe.
+ Lire la suite
autres livres classés : aventureVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sur les pas de Phileas !

L'auteur du roman...

Honoré de Balzac
Emile Zola
Théophile Gautier
Jules Verne

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thème : Le tour du monde en quatre-vingts jours de Jules VerneCréer un quiz sur ce livre
.. ..