AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Marnhac (Traducteur)
ISBN : 207049893X
Éditeur : Gallimard (05/01/1999)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Les femmes le regardaient et frémissaient.
Elles devinaient que c'était un salopard, que ses mains puissantes étaient faites pour gifler, qu'aucun sourire n'adoucissait son visage quand il regardait une fille. Elles le devinaient et remerciaient Dieu du mari qu'il leur avait donné. Pourtant, elles frémissaient.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
encoredunoir
  06 septembre 2011
Comme une fleur met pour la première fois en scène Parker, truand spécialisé dans diverses formes de braquages et planificateur hors-pair. Surtout, Parker à cela de particulier qu'il ne montre généralement aucun sentiment : pas de pitié, d'amour ou de haine. C'est un homme de principes et de règles. S'il tue, s'est uniquement pour se protéger ou parce que quelqu'un a enfreint une règle. Il est vrai que cela arrive assez souvent… Comme une fleur, dans sa première partie surtout, est un des rares romans de la série où l'auteur fait un tant soi peu réagir Parker selon des sentiments forts. Peut-être justement parce que ce roman n'était pas à l'origine destiné à avoir une suite et que Stark/Westlake se devait de lui trouver une once de motivation « humaine », ce qui sera moins nécessaire dans les volumes suivants, les caractéristiques du personnage étant dorénavant bien établies après l'acte fondateur de Comme une fleur.
L'acte en question est le retour de Parker. Il débarque à New York après s'être évadé d'une ferme-prison de la côte Ouest où il a échoué après avoir été trahi et laissé pour mort par l'un des complices de son dernier coup, Mal, et sa propre femme, Lynn. C'est le désir de vengeance qui motive alors Parker. Mais s'il veut clairement éliminer Mal, ses sentiments vis-à-vis de Lynn sont plus ambivalents : il la hait et voudrait qu'elle souffre, mais ne veut pas vraiment qu'elle meure… même si cela arrive et que ça ne dérange pas Parker. Il ne lui reste plus dès lors qu'à trouver Mal et à le tuer pour assouvir sa vengeance, remettre les compteurs à zéro. Sauf que, pour vraiment remettre ces compteurs à zéro, Parker doit encore récupérer l'argent du braquage avec lequel Mal était parti. Or, Mal s'est servi du butin pour rembourser l'Organisation avec laquelle il était en dette.
Dès lors, on se trouve face au Parker que l'on va suivre durant la série de romans qui lui sont consacrés. Stark/Westlake a utilisé lui-même la comparaison : Parker serait une sorte de petit artisan, aimant le travail bien fait, se heurtant à un monde dans lequel il apparaît comme un anachronisme. Un monde symbolisé ici par l'Organisation. Mais Parker ne s'en laisse pas compter. Il récupèrera son argent vaille que vaille, parce que c'est ainsi que cela doit être et, malgré son emprise tentaculaire sur le monde du banditisme, l'Organisation devrait se plier à cette règle, comme il l'explique à Fairfax, un de ses dirigeants : « Il y a vous et votre organisation, et il y a nous. Nous n'avons pas d'organisation, mais nous sommes des professionnels. Nous nous connaissons tous. Nous nous soutenons. Vous y êtes ? ».
Comme une fleur est un roman dur avec un héros dont les caractéristiques « hard boiled » sont poussées à leur maximum, à cela près qu'il s'agit cette fois d'un truand et non pas d'un flic ou d'un privé. Sec, clinique et fascinant, il renouvelle le genre et n'est malgré tout pas dénué d'un certain humour à froid. C'est un livre essentiel.


Lien : http://encoredunoir.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Il faut bien répondre quelque chose quand les flics vous posent des questions. Si vous leur dites que vous n’avez pas de domicile fixe, ils vous coffrent, par principe. Si vous racontez un bobard, ils vous fichent la paix. C’est pareil à l’hôtel : si je ne donne pas d’adresse permanente, on me regarde de travers.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Le couple le faisait penser à des bêtes dans la jungle. En l’observant, il n’arrivait pas à croire qu’elle puisse toujours être aussi insatiable. Elle faisait un fameux cadeau d’adieu à son mari ! Ou bien elle se savait simplement lorgnée par Mal et jugeait bon de faire étalage de ses talents amoureux…
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
À présent, il pourrait repartir à zéro. Cet argent lui permettrait de vivre deux ou trois ans et de faire modifier sa physionomie par un chirurgien. Il faudrait aller voir Joe Sheer, dans l’Omaha, pour lui demander le nom du chirurgien qui s’était occupé de lui quand il avait pris sa retraite, trois ans plus tôt. Il avait changé de visage, car on ne sait jamais si on ne va pas tomber sur un mec qui vous aurait vu travailler dix ans plus tôt et risquerait de vous reconnaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Ils firent l’amour, fumèrent des cigarettes et refirent l’amour. C’est ce qui se produisait chaque fois qu’il avait réussi un braquage. Il extériorisait ainsi, avec une insatiable violence, le sentiment de son triomphe. Ils faisaient l’amour toutes les nuits, et souvent plusieurs fois par nuit, pendant un mois ou deux. Puis, peu à peu, son ardeur se calmait, à mesure que l’argent diminuait. Pour finir par une abstinence presque totale lorsqu’il préparait un nouveau coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Il la haïssait. Il la haïssait et il l’aimait. Il n’avait jamais éprouvé pareil sentiment. Jamais d’amour, jamais de haine. Pour personne. Et Mal ? Mal, il le tuerait, mais ce n’était pas de la haine. C’était un règlement de compte, c’était de la rage, de la fureur et de l’orgueil mais ce n’était pas de la haine.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Donald E. Westlake (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donald E. Westlake
Maxim Jakubowski on Donald Westlake - Part 2 of 2
autres livres classés : braquageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1621 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre