AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791094169131
Éditeur : Graph Zeppelin (15/09/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dans un environnement speampunk, Magna Spadarossa, une mystérieuse jeune femme, est à la recherche de sa soeur Sonja.
Dans sa quête, elle rencontrera force vilains mais elle sera heureusement aidée par des héros légendaires.
On retrouvera dans ce livre tout l’univers steampunk où se croisent les personnages mythiques revisités de bandes dessinées américaines : Vampirella, Red Sonja, Zorro, The Green Hornet et Kato, Flash Gordon, le Phantom et bien d’a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  04 janvier 2018
Je remercie Babelio et la dernière masse critique pour m'avoir fait connaître ce comics, j'ai craqué sur la couverture. Je l'avais coché mais je n'ai pas été sélectionné pour le recevoir. Ce n'est pas grave car il m'a tellement intriguée que je n'ai pas hésité longtemps à l'acheter. Et lu quasi dès la réception. Je n'ai pas été déçue, aussi bien par l'objet que par l'histoire ou par le bonus, j'ai beaucoup aimé le feuilleter.
Ce comics est en fait le premier tome d'une série et contient les tomes 1 à 7 de la version anglophone de « Legenderry ». Les graphismes sont superbes, très colorés et les personnages nombreux. le bonus nous aide à savoir qui est qui parmi les « gentils » entre leurs apparences du monde et leurs alter-ego, les super-héros. Ils sont connus dans le monde des super-héros, mais ne sont pas les plus connus d'entre eux et ne font pas l'objet de films Marvel. du coup, ça m'a été bien utile et j'ai pu observer le graphisme de ces personnages. Dans chaque partie, nous découvrons les différents super-héros qui se rejoindront pour faire front contre un « méchant » commun. En réalité, on suit une jeune femme, Magna, qui est à la recherche de sa soeur Sonja mais des hommes sont à sa poursuite. Nous découvrons peu à peu pourquoi au gré des aventures de Magna et de ses nouveaux amis. L'histoire est très intéressante à suivre car nous faisons également connaissance avec les « méchants » et leur ambition pour Legenderry, ce monde original. J'ai pris énormément de plaisir à regarder et à détailler les différents graphismes, aussi bien des super-héros que l'univers steampunk inventé. La première partie du bonus est intéressante mais je l'ai lu en diagonale car il s'agit de la partie script pour le tome 1 pour le dessinateur. Bill Willingham lui explique ce qu'il veut voir apparaître dans chaque case, et ce qu'il ne veut pas (comme des détails vestimentaires des femmes...). La 2ème partie est consacrée aux personnages et à leurs alter-ego où j'ai pu admirer le travail du dessinateur. Et la 3ème partie comprend différentes couvertures pour les 7 tomes réalisées par différents dessinateurs où les super-héros apparaissent plus ou moins avec des costumes plus ou moins osés pour les femmes. Un très beau livre-objet donc grâce également à la belle couverture cartonnée.
Comme vous l'aurez compris, le coup de coeur a été au rendez-vous avec ce magnifique ouvrage. J'ai très apprécié découvrir une autre oeuvre de Bill Willingham qui a l'art de revisiter de façon inattendue Cendrillon et les fables ou certains super-héros peu connus. La découverte est totale quand on ne le connaît pas ou peu, même quand on sait quel est son style de prédilection. Il sait également s'entourer de bons dessinateurs car ça a été encore une fois un vrai régal pour les yeux. Si vous êtes amateurs de comics originaux, je vous conseille plus que fortement de découvrir celui-ci. Pour ma part, je vais attendre impatiemment la suite des aventures de nos héros, puisqu'il semblerait qu'il ne s'agisse que du 1er tome d'une série.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Presence
  21 octobre 2017
Il s'agit d'un récit complet et indépendant, initialement paru sous la forme de 7 épisodes, en 2013/2014. le scénario a été écrit par Bill Willingham (le scénariste de Fables). Les dessins et l'encrage ont été réalisés par Sergio Fernandez Davila. Wes Hartman a effectué la mise en couleurs. Les couvertures principales sont de Joe Benitez, avec l'aide d'Ivan Nunes. Ce tome contient aussi toutes les couvertures alternatives, ainsi que le script du premier épisode, et les dessins de conception graphique des personnages, réalisés par Johnny Desjardins.
L'histoire commence à New York, à une date indéterminée (sûrement la fin du dix-neuvième siècle, pour être cohérent avec le concept du Steampunk). Dans un restaurant huppé, Vampirella (dans une superbe robe rouge & noire) est en train de dîner avec Brit Reid (dans un beau costume 3 pièces vert bouteille, évoquant la couleur de son costume de Green Hornet). Une femme fait irruption dans la salle, poursuivie par une demi-douzaine de tueurs cagoulés. Vampirella a vite fait de s'en occuper de manière très brutale.
Cette jeune femme s'appelle Magna Spadarossa, et elle est à la recherche de sa soeur, une certaine Red Sonja. Brit Reid (et son homme de main Kano) va essayer de déterminer qui a commandité ces tueurs. Par la suite, elle va voyager sur un autre continent à bord d'un vaisseau sous le commandement de Captain Victory. Elle sera ensuite amenée à faire équipe avec Phantom (Kit Walker) & Devil, Flash Gordon, Silver Star, Steve Austin et Don Diego de la Vega (Zorro).
Dès la couverture, le lecteur comprend bien qu'il s'agit d'un projet fabriqué de toutes pièces. L'éditeur Dynamite a été chercher Joe Benitez (l'auteur de Lady Mechanika) pour qu'il apporte sa touche steampunk aux couvertures (alors qu'il ne dessine rien à l'intérieur), et Benitez s'en tient strictement à dessiner des personnages, sans aucun arrière-plan. L'apparence des personnages a été conçue par un artiste engagé spécialement pour cette tâche : Johnny Desjardins.
L'association de héros est assez hétéroclite, et reflète surtout le catalogue de personnages dont Dynamite détient les droits au moment de la parution de l'ouvrage. Red Sonja est un personnage annexe de la série Conan le Barbare (mais pas créé par Robert E. Howard). Vampirella est une vampire (oui, c'est marqué dans son nom) rescapé d'un magazine des années 1970. Green Hornet (et Kato) provient d'une série télé, dont la renommée doit beaucoup à la présence de Bruce Lee au générique. Flash Gordon était le héros d'un comic-strip d'Alex Raymond dans les années 1930. The Phantom (& Devil) provient lui aussi d'un comic-strip des années 1930, créé par Lee Falk. Steve Austin était le personnage principal d'une série télé dans les années 1970. Zorro fut créé en 1919 par l'écrivain Johnston McCulley, et a bénéficié d'une série télé réalisée par les studios Disney dans les années 1950 (avec Guy Williams). Enfin Silver Star et Captain Victory sont des personnages de comics, créés, écrits et dessinés par Jack Kirby au début des années 1980.
Le lecteur se rassure un peu quand il voit que ce bel emballage d'un assemblage hétéroclite d'héros (devant plus à l'exploitation de licences, qu'à une logique d'auteurs) bénéficie d'un scénariste de grand renom : Bill Willingham. Il apparaît rapidement que son objectif est de donner corps à ces versions steampunk de personnages établis et de construire et développer un monde cohérent à partir de ce concept artificiel. La notion de steampunk qualifie un genre littéraire dont l'action se déroule dans l'atmosphère de la société industrielle du dix-neuvième siècle, avec une utilisation massive des machines à vapeur.
Les dessins de Sergio Fernandez Davila montrent une utilisation un peu libérale et parfois trop littérale de l'imagerie associée au steampunk. Il y a donc les tenues vestimentaires, croisement stylistique entre les vêtements de l'époque de la reine Victoria, et des tenues un peu plus décolletées pour les femmes, un peu plus moulantes pour les hommes (voire carrément collantes pour Silver Star, comme un costume de superhéros). Ensuite il y a la présence sur chaque tenue de quelques éléments ou accessoires en cuivre. D'un côté, Davila reprend le métal en vogue à l'époque ; de l'autre côté il s'agit d'un élément visuel sans réelle signification autre que visuel (il n'y a pas de logique technologique d'anticipation rétrofuturiste justifiant cette omniprésence du cuivre). de même Davila a décidé que les lunettes de protection (avec monture en cuivre) constituent un élément indispensable du steampunk. du coup tous les personnages (sauf peut-être les figurants) en portent systématiquement, tout le temps. le lecteur comprend que Davila veut à tout prix faire "steampunk", sans se soucier d'une logique pour l'usage ou la présence de ces éléments.
Passé ce petit agacement pour ces éléments steampunk utilisés à tort et à travers, les dessins de Davila sont agréables, de bonne facture pour un comics. Les personnages se distinguent aisément. Les vêtements comportent des détails en quantité suffisante. Les arrière-plans sont présents régulièrement, et assez développés pour rendre de compte de la spécificité des lieux. Les scènes de combats disposent d'un minimum de mise en scène pour ne pas se limiter à une juxtaposition de cases avec des gens se tapant dessus au hasard de postures que le dessinateur trouve cool.
Davila arrive à reproduire assez d'éléments spécifiques à chaque héros pour qu'ils ne soient ni interchangeables, ni fades. Il n'y a vraiment que les héros de Kirby qu'il n'arrive pas à assimiler au steampunk (il faut dire que le choix de ces personnages était incongru dès le départ). Bien sûr quand Red Sonja finit par apparaître, elle arbore son soutien-gorge en cotte de mailles (mais elle porte un vrai pantalon). Par contre le mode de représentation fait ressortir avec force l'idiotie pour Steve Austin de disposer d'un bras bionique, puisque le reste de sa musculature humaine est incapable de supporter les poids soulevés ou maniés par ce bras.
De son côté, Bill Willingham ne dispose que de 7 épisodes pour concevoir, présenter et installer une dizaine de personnages, dans un environnement où tout est à construire. Il ne faut donc pas espérer beaucoup de personnalité pour chaque héros. le scénariste s'appuie sur les particularités déjà connues du lecteur et arrive tout juste à donner quelques répliques sémillantes à Zorro, et un semblant de suffisance à Silver Star. Pour le reste, ils sont tous valeureux et courageux. Finalement, c'est encore Devil (le chien robotique de Phantom) qui sort les répliques les plus piquantes. Il s'appuie également sur les criminels de chaque héros pour fomenter un complot à grande échelle, afin de régner sur tous les territoires. le lecteur voit donc apparaître Lidia Valcallan, Felix Avalon, Ming, Docteur Moreau, Général Tara, Kulan Gath.
L'intrigue et le développement de l'environnement priment donc sur les personnages. Willingham a conçu une trame générale (la recherche de Red Sonja portée disparue) qui fournit le motif des pérégrinations de Magna Spadarossa, au cours desquelles elle croise tous ces héros. le plan de conquête tient la route. Les rencontres sont justifiées par le scénario. Willingham a conçu son intrigue de manière satisfaisante. Alors que le lecteur peut s'agacer des disparités de technologies existant dans ce monde (pas que des moteurs à vapeur), l'apparition de Flash Gordon fournit une explication à ces divergences.
Au final ce tome constitue un divertissement léger à base d'aventures grand spectacle, dans le cadre d'un environnement steampunk qui dépasse les limites strictes du genre. Les personnages n'ont que peu de personnalité, l'objectif étant de poser les fondations d'un environnement dans lequel d'autres créateurs pourront venir jouer par la suite (l'amorce d'une franchise d'un genre très pointu). Si le lecteur est venu chercher un récit bien ficelé, rigoureux, avec des thèmes adultes, il sera déçu par un récit attaché à servir de bible pour les auteurs suivants. 3 étoiles. S'il vient chercher une aventure sans conséquence, il pourra apprécier une histoire facile à lire, avec des personnages hauts en couleurs, et un parfum steampunk un peu original. 4 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
helvetius
  18 janvier 2018
Quel magnifique objet-livre! J'ai totalement craqué sur cette couverture lors de la dernière masse critique graphique et je n'ai pas été déçue quand j'ai réceptionné ce magnifique objet ! le coup de coeur était déjà assuré et le contenu a fini par m'achever tant j'ai aimé et l'histoire et le graphisme.
Je n'ai pas beaucoup de connaissances en super-héros et comics mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier ma lecture et ma découverte des différents protagonistes de cette histoire. À part pour Flash Gordon et Zorro, j'avoue que les autres personnages sont d'illustres inconnus pour moi, mais plus pour très longtemps. L'avantage de ce comics, c'est qu'il regroupe les 7 numéros de Legenderry et pour l'instant, c'est le seul tome sorti à ce jour. Et si une suite doit voir le jour, je me jetterai dessus sans aucune hésitation tant j'ai apprécié l'histoire de ces supers héros qui s'allient pour combattre les supers méchants. Bon, bien entendu, résumé comme ça, c'est un peu bateau mais au final, c'est un peu toujours pareil quand il s'agit des héros de comics américains....J'ai eu un coup de coeur pour Vampirella (bah oui, moi et les vampires...) mais bien évidemment, Red Sonja est le personnage que l'on suit le plus longtemps et que j'ai apprécié, autant lorsqu'on la suite en tant que Magna qu'en tant que Sonja, même si Red Sonja est vraiment un personnage bien badass comme je les aime !
Donc un coup de coeur pour le visuel de la couverture et pour l'objet-livre en lui-même, un autre pour les personnages, il ne manque plus que le coup de coeur graphique...Et bien évidemment, j'ai eu également un coup de coeur graphique! Les personnages sont très bien dessinées, bien que certaines planches soient un poil bâclées par moment, les couleurs sont vives et donnent du pep's à l'histoire. Vraiment, ça attire l'oeil et donne vraiment envie de se plonger dans cet univers entièrement steampunk. Et voilà donc le dernier point qui m'a fait aimé ce comics, l'ambiance steampunk qui est parfaitement exploité dans cet univers de Legenderry. Les graphismes, les couleurs, le contexte, tout nous plongent en plein coeur de l'époque industrielle, une société en pleine évolution où les technologies avancent presque plus vite que la pensée humaine (merci Flash Gordon!)...Vraiment, grande fan de steampunk, je ne pouvais pas ne pas aimer ce comics qui exploite cet univers à merveille !
Les bonus présents à la fin de l'ouvrage permettent de prolonger le plaisir de la découverte de l'univers de Legenderry. Nous avons droit à une description, vraiment très détaillée parfois, du scénario imaginé par Bill Willigham qui donne ainsi des directives et permet aux illustrateurs de comprendre ce que veut réellement le scénariste. Les planches finales nous montrent différentes illustrations des personnages ainsi que les couvertures originelles et c'est vraiment un pur régal visuel!
Vraiment, je remercie très chaleureusement Babelio et Graph Zeppelin pour l'envoi de ce comics dans le cadre de masse critique car j'ai vraiment adoré découvrir cet univers et j'ai hâte de pouvoir m'y replonger !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nekomusume
  06 janvier 2018
Tout d'abord merci à Babelio et à l'éditeur Graph Zeppelin pour m'avoir fait parvenir ce comic.
Je découvre encore autant l'univers des comics que celui du steampunk mais pour l'instant je ne suis pas déçue.
Dans cette histoire, nous sommes projetés en quelques instants d'une soirée agréable dans un cabaret à une bagarre ultra violente entre la propriétaire des lieux et une bande de malfrat cherchant à récupérer la jeune femme qu'ils traquaient. En quelques cases nous voilà plongés dans une aventure palpitante.
Magna est à la recherche de sa soeur disparue Sonja, ne comprenant pas pourquoi soudainement elle est la cible de ce qui semble être une organisation criminelle. Heureusement pour elle, dans sa détresse elle pousse la bonne porte et va rencontrer des alliés inattendus et passer de protecteurs en protecteurs. La première partie de l'ouvrage est ainsi consacrée à la rencontre des différents compagnons de notre héroïne ainsi qu'à la découverte du plan fomenté par les "méchants".
Ce qui m'a étonné dans ce livre, c'est la quantité de "têtes connues" qui s'y trouvent revisités à la sauce steampunk: Vampirella, le Frelon Vert et Kato, Zorro, l'ombre qui marche, Flash Gordon, le major Steve Austeen (l'homme qui valait trois milles Yar), le Docteur Moreau, l'Empereur Ming ... Sortis de mes souvenirs d'enfance, BD, comics, séries, films, romans... ils sont tous là ayant subit un relooking mais toujours aussi efficaces, quelque soit le coté duquel ils se trouvent. Toujours aussi redoutables, n'ayant perdu aucune de leurs facultés, cette double association dantesque promet une confrontation épique.
J'ai été happée par cette histoire, autant par le scénario que par le plaisir de retrouver de vielles connaissances. de plus pour ne rien gâcher les dessins sont magnifiques. Cette lecture fut donc une très belle surprise. A voir si celle ci se confirme par la suite..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Keikana
  08 janvier 2018
Merci beauoup à Babelio et aux éditions Graph Zeppelin !!
C'est la magnifique couverture et la promesse d'une grande aventure dans un univers steampunk qui m'a fait cocher la petite case de ce comics lors de la dernière Masse Critique de Babélio. Adorant l'esthétique steampunk et les comics, j'avais hâte de m'atteler à cette lecture.
Le début de l'aventure était très intriguant et entraînant mais rapidement, quelque chose m'a dérangé.
Malgré ce que la couverture fait miroiter, je n'ai pas trouvé les graphismes très agréables. Les couleurs sont très belles et donnent beaucoup de vitalité aux images. Tout comme le choix des angles de vue et le découpage judicieux des scènes. Par contre, les traits des visages changent sans arrêt, déformés par les émotions des personnages au point qu'il est parfois difficile de les reconnaître, ce qui m'a beaucoup déplu.
Et puis j'ai trouvé les dialogues étranges. Parfois le vocabulaire est emprunté et inadapté au caractère des personnages. D'autres fois, les tirades n'ont simplement ni queue ni tête. Je sais que les dialogues de combats sont très présents dans les comics, cela fait partie des codes du genre mais, dans cette BD, ils sont dissonants.
Ensuite, le scénario part un peu dans tous les sens, malheureusement. Willingham est un grand scénariste de comics, j'ai donc été très surprise en lisant Legenderry : la trame centrale est assez simple, ce qui n'est pas un problème en soi, mais les intrigues cousues tout autour ne sont pas très développées non plus ni très attrayantes. le panel de héros, bien que bigarré et réjouissant (Green Hornet, Iron Man et Zorro dans la même équipe, c'est assez fun, il faut l'avouer !) mais leur alliance ne m'a pas parue très profonde, l'évolution de leur relation ne m'a pas convaincue.
Et enfin, il y a bien une esthétique steampunk dans ces pages mais, hélas, elle n'est que ça : une esthétique. Il y a des zeppelins dans le ciel, du cuivre et des roues crantées un peu partout, certes, mais le steampunk ne fait pas partie de l'histoire. Il n'intervient pas dans le mode de vie des héros ou dans l'évolution historique du monde ; en tous cas, on n'en a pas la preuve sur les planches.
Un grand dommage pour ce comics dont j'attendais beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          02

critiques presse (1)
Sceneario   11 janvier 2018
Une partie bonus nous attend à la fin, avec le script du premier épisode, des recherches sur les personnages et les couvertures. Une bonne surprise que je vous invite à suivre. Un bon récit d'aventure assez surprenant.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
90040899004089   21 octobre 2017
Bien le bonjour, voyageur ! Soyez le bienvenue à Legenderry, une Terre alternative où se croisent vos héros préférés !
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Bill Willingham (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bill Willingham
Fables, tome 1 : Légendes en exil de Bill Willingham et Lan Medina
Résumé : Les héros de contes de fées existent et vivent parmi nous ! Chassés de leurs royaumes par l'Adversaire, les Fables trouvent refuge dans notre monde et établissent leur communauté au c?ur même de New York. Mais loin du conte de fées, la s?ur de Blanche-Neige, Rose Rouge, est trouvée assassinée, et c'est à Bigby, shérif de Fableville et Grand Méchant Loup repenti, de résoudre l'affaire. Deux suspects se détachent : Barbe Bleue, ex-amant de la jeune victime et serial killer compulsif, et Jack, bon à rien débonnaire descendu de son haricot.
Fables, tome 2 : La ferme des animaux de Bill Willingham et Mark Buckingham
Résumé : Depuis qu'ils ont été chassés de leurs Royaumes par l'Adversaire, les Fables non humains vivent à la Ferme. Dans cette vaste propriété du nord de l'État de New York, ils sont à l'abri des regards inquisiteurs des Communs. Mais après des siècles d'isolement, les Fables de la Ferme sont au bord de la révolte, encouragés par les discours enflammés de Boucle d'Or et des Trois Petits Cochons, Et quand Blanche Neige et Rose Rouge découvrent leur projet de libération des Royaumes, les responsables de la Ferme sont prêts à tout pour réduire les deux femmes au silence !
Fables, tome 3 : Romance de Bill Willingham et Mark Buckingham
Résumé : Alors que l'on pensait le calme revenu, aussi bien à la ville qu'à la ferme, suite aux récents événements, Blanche-Neige et son Grand Méchant Loup de shérif, en proie à un étrange sortilège, se jette tous deux entre les griffes d'un ennemi que l'on pensait disparu. Entretemps, à New York, le Prince Charmant se met en tête de devenir le futur maire de Fableville.
INSTAGRAM : http://instagram.com/lesbetisesdemanu LIVRADDICT : http://www.livraddict.com/profil/manuvdw/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/lesbetisesdemanuyoutube TWITTER : @manuvdw13 CONTACT : lesbetisesdemanu@gmail.com
+ Lire la suite
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2215 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre