AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782365352987
152 pages
Warum (20/09/2017)
3.68/5   25 notes
Résumé :
Une jeune Coréenne arrive en France. Déboussolée, elle tente de s’orienter et de s’intégrer au sein d’une petite ville, Angoulême.

Pour ne rien arranger, son apparence change du jour au lendemain : elle se retrouve avec une tête de chien à la place du visage, mais elle semble être la seule à remarquer cette mutation.

Au gré des rencontres et de son immersion dans la vie française, tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 25 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

blandine5674
  01 novembre 2021
Si je me souviens bien, il y a eu Lettre à France de Polnareff auquel a répondu Véronique Sanson dans une chanson dont je ne sais plus le titre. Pour ce roman graphique, deux personnes ont raconté leurs histoires communes mais visiblement différentes puisqu'elle est coréenne et lui français (que j'ai hâte de lire). Eun-mee débarque en France pour y étudier la langue et intégrer une école d'art. Pas facile de se faire comprendre en français, qu'elle a pourtant étudié, quand les gens parlent vite avec des mots étranges et des choses bizarres comme l'absence de lunettes sur les toilettes qui l'a déstabilise. Les vacances au pays vont lui montrer qu'elle s'est éloignée des codes familiaux, sociaux et nationaux. Quelle est désormais sa vraie identité ? Est-ce pour cette raison qu'elle se voit en tête de chien ? Dessins en noir et blanc fins et détaillés très jolis. Thème souvent abordé mais ici avec ce petit quelque chose en plus, que je ne saurais définir, qui m'a touchée. le talent ? le trait de crayon ? La sincérité. Une belle réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
cecilit
  10 janvier 2021
Subtile bédé sur le déracinement, le choc que l'on peut ressentir lorsqu'on se retrouve seule dans un pays étranger avec d'autres habitudes et codes que les siens. Yunbo, jeune auteure sud-coréenne, se souvient de ses années d'étude en France, de son éloignement d'avec sa famille, de son sentiment "de ne pas être d'ici " . Si elle parle bien d'elle-même, elle raconte son vécu par sa jeune héroïne Eun-mee. de surprise en méprise, la jeune étudiante est confrontée à une autre langue, à d'autres us qu'elle soit apprendre. Son retour en Corée lors de vacances lui feront comprendre combien les habitudes qu'elle a prises en France l'éloignent de sa famille et créent de l'incompréhension.
Subtil, toute en retenue, ce récit autobiographique est porté par un crayon fin et tout en détails, à la fois précis et comme flouté. Quelques effets très bien trouvés imagent les ressentis de l'héroïne. L'idée de génie de Yunbo est d'avoir matérialiser la sensation de "ne pas à être comme" par la transformation de la jeune héroïne qui se découvre un jour avec une tête.. de chien.. !
En parallèle de cette oeuvre, à découvrir celle de Samir Dahmani "Je suis encore là-bas "sur les difficultés qu'on a à réapprendre les codes de sa propre culture après avoir vécu ailleurs.
Deux oeuvres conjointes, comme le sont ces deux jeunes artistes, élaborées dans la Maison des Auteurs d'Angoulême.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Myriam3
  06 novembre 2018
Ecrit en parallèle de Je suis encore là-bas, de de Samid Dahmani ( le conjoint de l'auteure), ce roman graphique évoque les différences rencontrées par une jeune étudiante coréenne qui arrive en France. Outre le dessin, que j'aime bien, certaines questions que le personnage se pose sur sa place dans le monde, dans la société et sur son identité, une fois qu'elle est seule et anonyme, ont fait écho à des sensations que j'ai éprouvée moi-même dans des situations similaires dans le passé: quand on voyage, quand on n'est plus dans un univers familier, qu'est-ce qui nous définit encore? le voyage est aussi une opportunité pour se redéfinir, mais à quel point sommes-nous libres de le faire, quel libre-arbitre avons-nous pour nous réinventer?
Une jeune étudiante coréenne qui venait de lire ce livre m'a répondue, lorsque je lui ai si elle reconnaissait quelques situations: "je ne les reconnais pas, je les connais. C'est exactement comme pour moi".
Commenter  J’apprécie          190
MurielT
  17 septembre 2018
Je ne suis pas d'ici – Yunbo –
Eun-Mee est un jeune Coréenne du sud qui arrive à Paris pour apprendre le français, pour enssuite pouvoir étudier la bande dessinée à Angoulême.
Elle est tellement désorientée par tout ce qu'elle découvre et la différence de culture que lorsqu'elle se regarde dans une glace son aspect physique à changer. Elle se voit avec une tête de chien.
C'est une très belle BD, j'ai beaucoup aimé le graphisme. Les dessins sont en noir et blanc avec de temps en temps une petite touche de couleur qui fait ressortir certains dessins ou certaines scène.
J'ai trouvé l'histoire à la fois très réaliste mais aussi pleine de poésie et de tendresse et j'ai beaucoup compatis à la détresse de cette jeune fille.
Bd à lire sans plus attendre.
Commenter  J’apprécie          110
Erik_
  01 novembre 2020
Il est toujours difficile pour un étranger de quitter son pays et de venir pour s'adapter au mode de vie à la française. Les gens sont différents par leur attitude ou leur comportement. Ce ne sont pas les mêmes règles de politesse ou de respect. On ne sait parfois pas sur quel pied danser au point d'être totalement déboussolé. C'est ce qui arrive à cette jeune étudiante en art venant de Corée du Sud.
On aurait envie pour elle de la délivrer du joug familial qui pèse même à plus de 10000 kilomètres. Elle arrivera tant bien que mal à gérer cette situation au gré de multiples rencontres pas toujours heureuse mais qui apprennent à avancer.
Je suis généralement preneur de ce type d'oeuvre assez intimiste dans la mesure où on arrive à ressentir les sentiments exprimés. Certes, il y a l'artifice de se transformer en chien mais c'est plutôt bien trouvé. J'ai beaucoup aimé également la sensibilité du dessin qui colle à merveille avec ce scénario.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
BDZoom   22 septembre 2017
Expérience originale que celle de publier deux récits de voyage, ou plus exactement, deux récits de séjour à l’étranger, réalisés par deux personnes qui se connaissent bien et qui, chacun à leur manière, évoque le déracinement.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BoDoi   21 septembre 2017
Un double projet intelligent et audacieux, qui met des mots et des images sur un tourbillon de sentiments rarement abordés. Bravo.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
alouettalouett   20 octobre 2017
Ce matin, la curiosité, l’excitation et la confusion sont au rendez-vous. Tout m’intéresse : le paysage, les immeubles, les arbres, les odeurs. En Corée, j’étais la fille, la sœur, l’amie, l’étudiante qui aimait travailler toute la journée dans les cafés, manger dans les pojangmacha, discuter peinture ou cinéma et se promener dans la nuit des néons. C’était moi avant. Mais ici, qui suis-je ?
Commenter  J’apprécie          20
MurielTMurielT   17 septembre 2018
Avant, communiquer avec les autres n’avait pas vraiment d’importance pour moi...
parce que tout allait de soi.

Maintenant, c’est devenu la grande affaire de ma vie !
Commenter  J’apprécie          40
Stephanie39Stephanie39   30 janvier 2021
Je n'arrivais pas à réaliser que je partais pour de bon... Jusqu'à ce que je prenne place dans l'avion.
Commenter  J’apprécie          50
Stephanie39Stephanie39   30 janvier 2021
Ma vie d'aujourd'hui ne me convient plus. Ce qui me manque ici. Je le trouverai là-bas. C'est effrayant, ce saut dans l'inconnu... Mais j'ai hâte d'y être...
Commenter  J’apprécie          20
Stephanie39Stephanie39   30 janvier 2021
Et pour la première fois de ma vie, je suis partie loin. Très loin.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
autres livres classés : expatriationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1338 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre