AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368460713
Éditeur : Steinkis Editions (20/09/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Après dix ans passés en France, Sujin est de retour en Corée.
Chargée d'accompagner Daniel, un client français, durant son séjour, c'est l'occasion pour elle de se replonger dans cette langue qui lui est chère.
Peu à peu, elle se confie à lui, parvient à mettre des mots sur le décalage qu'elle ressent, la difficulté de se réapproprier les codes de sa propre culture et de se fondre dans le modèle traditionnel coréen.
Autant d'interrogations que p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
  29 avril 2018
Ce roman graphique fait partie d'un projet, celui de Samir Dahmani et YunBo, l'un français, l'autre coréenne (et conjoints), mettant tour-à-tour en scène les difficultés à s'intégrer dans une culture étrangère et celles de réapprendre les codes de sa propre culture après des années d'absence.
Ces deux albums ont été dictés par l'expérience de YunBo, venue comme étudiante en France, suivi de son retour, avec Samir, en Corée. Deux pays très différents avec des codes implicites: en Corée par exemple, il y a une forte hiérarchie dépendant non seulement de l'âge mais aussi de son rang d'ancienneté dans l'entreprise.
Dans ce roman, Sujin va être le chaperon de Daniel, un client français, pendant tout son séjour. Ce sera l'occasion pour elle de lui parler des dix ans passés en France mais surtout de lui montrer les aspects de sa culture auxquels elle a dû mal à se réhabituer, comme les pressions familiales sur les études et le mariage, et le regard en général que les gens portent les uns sur les autres. On apprend ainsi une foule de choses sur la culture coréenne, à tel point qu'on pourrait supposer que le récit est plus un prétexte à cette découverte qu'une intrigue en soi, et c'est un peu dommage. Tant qu'à faire, j'aurais aimé qu'il y ait aussi plus de parallèles mis en place avec la culture française mais le pauvre Daniel se retrouve trop souvent à simplement écouter et hocher la tête, on ne sait pas vraiment ce qu'il pense de tout cela et son personnage est sans profondeur.
Mais ce roman faisant partie d'un diptyque, j'ai très envie de lire celui se passant en France, Je ne suis pas d'ici de YunBo, fermant ainsi la boucle sur ce sentiment d'étrangeté qu'on peut ressentir face à une autre culture.
Les illustrations sont réalistes et bien travaillées et font office de récit dans le récit, par le choix des couleurs notamment.
Très complet, il me semble pourtant que cet album ne présente qu'une infime partie d'un pays tellement différent de ce que l'on connait!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Luria
  19 décembre 2017
"Comme des bibliothèques aux multiples rayons que l'on classe, déplace, aménage, lentement mes identités se recomposent."
Ce livre est tout particulier pour moi car j'ai crapahuté en Corée du Sud durant deux mois il y a au moins 15 ans de cela. A l'époque, on me regardait dans la rue comme si j'étais un ovni, de haut en bas dans le métro, je n'avais pas de guide, les plans qu'on m'avait filé à peu près tous faux et je me repérais, quand je voulais visiter un temple, au son des cigales. Les noms occidentalisés étaient différents je crois par rapport au livre car je me rappelle de trucs comme chongyeo sam ga, incheon et du shopping à Ewa's women university.
J'ai donc retrouvé le Seoul de mes souvenirs, vu de quelqu'un qui revenait y vivre après 10 ans à l'étranger, un peu comme si je revenais moi aussi avec cette jeune fille. Le constat est le même que tout ceux qui sont partis ont pu faire : là-bas tu es étranger mais au retour tu ne te sentiras plus à ta place.
Et Samir Dahmani en excellent conteur, nous offre un récit plein de retenue et pourtant riche en émotions. Les pages s'envolent et on s'attache très vite à ce petit monde sous nos yeux. Quel dommage qu'il reste dans le texte fautes (jusque dans les remerciements !) et coquilles, quel dommage aussi ce dessin haché que j'ai trouvé laid, négligé, comme si l'auteur voulait se détacher de son héroïne par un trait lâché. Pourtant les masques, les couleurs eau de pluie larmes, ponctuent très intelligemment le récit. Il y avait de quoi faire du magnifique. Il n'y a que du beau (et c'est déjà pas mal).

[Masse Critique]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Chri
  07 octobre 2018
« Je suis encore là-bas » n'est que le constat amer de celui ou celle qui ne supporte plus la morale de son pays d'origine après avoir connu autre chose.
Cette histoire a tout d'une histoire personnelle, et même l'histoire de deux moitiés, dont je ne veux pas rompre ici le charme singulier. Attendez de lire la préface.
Le jeune auteur nous parle donc d'une jeune coréenne Sujin qui retourne travailler à Séoul après plusieurs années passées en France, consacrées à ses études.
Mais l'important est ce qui va se passer après les premiers constats amers, la recomposition d'une nouvelle individualité :
« Comme des bibliothèques aux multiples rayons que l'on classe, déplace, aménage, lentement nos identités se recomposent ».
L'auteur emprunte cette citation à Viviane Choucas. Lui de son côté apporte beaucoup de sensibilité dans un style manga perso, ou manhwa dans le style coréen.
Commenter  J’apprécie          80
Deedr
  21 février 2018
Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'avais envie d'aborder le contexte dans lequel ce livre a été écrit. Vous avez peut-être entendu parlé de son « jumeau » : Je ne suis pas d'ici, de Yunbo, qui n'est autre que la compagne de Samir Dahmani. Ces deux livres (dont je n'arrête pas de confondre les titres) se font écho et sont en quelque sorte deux facettes du même thème, et de l'expérience personnelle de Yunbo.
Je ne suis pas d'ici raconte l'histoire d'une jeune coréenne qui vient d'arriver à Paris pour y suivre des études d'art.
Je suis encore là-bas, celle de Sujin, une femme coréenne qui, depuis qu'elle est rentrée en Corée après avoir fait ses études en France, se sent déracinée dans son propre pays. Elle doit accompagner Daniel, un français, pour son travail, et notamment traduire les divers rendez-vous.
Cette rencontre est l'occasion pour elle de renouer avec la langue française, de faire remonter des souvenirs, d'interroger son ressenti dans tout ça et de se confier à Daniel.
On suit alors toutes ces interrogations de Sujin. Comme dans Retour à Bandung, dans lequel l'auteure raconte son retour en Indonésie, son pays d'origine, le personnage de Je ne suis pas d'ici porte un regard extérieur sur son propre pays. le fait de partir un temps en France, dont la culture et le mode de vie sont bien différents de ceux de la Corée lui fait prendre du recul sur ce qui lui plait et ce qu'il lui plait moins dans sa vie en Corée. Elle se sent différente voire incomprise de ses proches, ses collègues, sa famille : son séjour à l'étranger l'a changée et la société coréenne a évolué pendant son absence. Pour faire écho au titre, je trouve qu'on voit bien qu'une partie d'elle est « encore là-bas », encore en France, alors même qu'elle est revenue en Corée. A la lecture, on la sent tiraillée, un peu perdue, elle a du mal à trouver sa place.
Au début du livre, le lecteur est prévenu : les dialogues en coréen seront en noir, ceux en français seront en bleu. J'ai beaucoup aimé que la distinction soit faite, c'est rarement le cas dans les livres qui parlent de cette thématique, et pourtant je trouve ça vraiment important.
Au fur et à mesure de l'histoire, Sujin, l'héroïne, se teinte de plus en plus de bleu, seule note de couleur dans les dessins noir et blanc. Je ne sais pas si il faut vraiment y voir un message, mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y voir l'écho des dialogues français en bleu, comme si au contact de Daniel, elle retrouvait un peu cette partie d'elle restée en France.
J'ai aimé toutes ces thématiques et la façon dont elles étaient traitées, de manière à la fois très « vraie », sans filtre, et très pudique. C'est le genre de livre qui, de base, a toutes les chances de me plaire, pas de surprise donc à ce niveau-là. En revanche, je trouve que le côté diptyque est très intéressant, et me donne vraiment envie de découvrir Je ne suis pas d'ici et les parallèles et passerelles qui doivent apparaître entre les deux ouvrages.
Bien que s'inspirant de la vie de Yunbo, l'auteure du deuxième livre, Je suis encore là-bas a aussi la particularité d'être écrit non pas par Yunbo elle-même, mais par son compagnon. Je trouve que cela confère à l'ouvrage un côté à la fois forcément moins personnel, et paradoxalement plus intime, plus vrai, car plus objectif et distancié. Samir Dahmani a également nourrit son récit de témoignages d'étudiants coréens rencontrés lors de son master, et de ses propres voyages en Corée.
Je suis encore là-bas propose donc un regard très intéressant et original sur le déracinement, l'expatriation et le fait de se sentir ou non à sa place dans la société. Une lecture qui, a mon avis, prend tout son sens en lisant également l'ouvrage de Yunbo, mais qui a été pour moi un très bon moment.
Lien : https://www.deedr.fr/je-suis..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
supernova7
  15 janvier 2018
Sunjin est une Coréenne ayant passé plusieurs années en France et qui est revenue en Corée depuis deux ans. Bien qu'il s'agisse de son pays natal, elle a beaucoup de difficultés à se réintégrer dans la société coréenne soumise à de nombreux codes et imposant une pression terrible au travail, valeur très importante pour tous les Coréens. Lorsqu'elle doit accueillir un collaborateur français et lui servir de traductrice, elle panique d'abord à l'idée de devoir retrouver son français un peu rouillé mais s'ouvre à lui petit à petit, au fil de leurs discussions après le boulot.
À travers ces échanges, on découvre la société coréenne et le mal-être dans lequel Sunjin est plongée. On comprend sa difficulté de retrouver sa place dans son pays aux moeurs tellement différentes des habitudes françaises. J'ai beaucoup aimé cette façon de traiter le déracinement puis la réintégration nécessaire et c'était très éclairant. L'idée d'utiliser deux couleurs différentes pour les dialogues en français et en coréen est excellente et cela rend très clair le texte. Je l'ai lue d'une traite, c'est très réussi ! J'ai un peu moins aimé le dessin, au moyen de ces traits noirs rapidement exécutés. Cela donne un style au dessin mais je n'ai pas accroché…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
BoDoi   21 septembre 2017
Résonnant en écho avec Je ne suis pas d’ici de Yunbo, Je suis encore là-bas sonne juste et impressionne par sa maîtrise narrative pour un premier album. Joli coup.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LuriaLuria   19 décembre 2017
En fait, c'est pas les gens qui ont changé, c'est moi qui suis devenue différente. Tu crois que si l'on oublie qui on est on peut redevenir celle qu'on a été ?
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3622 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre