AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207302261
Éditeur : Denoël (21/01/1977)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Après un cataclysme mondial, ce qui reste de l'humanité vit en communauté pacifique et soumise à l'intérieur de la Maison, lieu hermétiquement clos dont les nombreuses Ailes sont situées sur des planètes différentes et reliées entre elles par une espèce de métro, le « subspatial », permettant des translations presque instantanées.
Sur cette société veille la Famille, composée de clones ou doubles d'un spécimen unique. Le chef de cette famille dirige... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ellane92
  22 avril 2015
Première partie : Angelo di Negri, dit Angel, est l'ancien parrain d'une organisation mafieuse du 20ème siècle, celle que l'on appelait la Famille. Cryogénisé, il est rappelé à la vie des siècles plus tard, par son arrière-arrière-arrière-petit fils (j'ai raté quelques "arrières"). A ce moment-là, sa progéniture est toujours à la tête d'une organisation de grande envergure, mais ce n'est pas la seule à vouloir le pouvoir. Son descendant demande à Angel d'accomplir un contrat, pour le bien de l'organisation, la Famille. Il doit tuer une sorte de chercheur isolé sur une planète ultra-protégée. Pour se remettre dans le bain, pour gagner une place dans ce nouvel espace-temps, Angel accepte la mission. S'approcher du futur mort n'est pas une sinécure, mais Angel est surtout troublé des messages délivrés par sa victime : il aurait trouvé le moyen d'annihiler la violence de l'humanité.
Seconde partie : l'humanité s'est essaimée sur toutes les planètes de la galaxie. Les humains vivent dans la Maison, dont chaque aile, sur une planète différente, est reliée aux autres par des portes de téléportation, et à sa propre fonction. Les humains également ont leur propre fonction, déterminée par des machines sous le contrôle discret de la Famille, des clones d'un même individu, avec ses caractéristiques propres, et dont l'un est le Relais, celui qui a emmagasiné en sa mémoire les souvenirs et la personnalité des Relais qui l'ont précédé. La Famille surveille également les humains, veillant à ce qu'aucun n'ait d'idées controverses. Les humains ne connaissent pas plus la violence que la lumières des étoiles. Mais un certain Mr Black semble bien déterminé à mettre fin à cette période de paix jusque-là inconnue en lançant une vendetta contre la Famille !

Il est fort, ce Zelazny : on croit qu'il nous raconte une certaine histoire, par exemple une vendetta contre un pouvoir établi dans une société post-acopalyptique, et il nous amène complètement ailleurs, posant au regard du lecteur des questions plus philosophiques que la vengeance ou le pouvoir !
J'ai adoré Aujourd'hui, nous changeons de visage. Divisé en trois parties complètement inégales (la première et la troisième ne font que quelques pages), le roman s'ouvre sur une scène apocalyptique d'attaque sur une planète ultra-sécurisée. Les descriptions sont incroyables, on se croirait au cinéma ! Et puis cette première séquence se termine, abruptement et cyniquement, et il m'aura fallu (beaucoup) plus que quelques pages pour comprendre que je n'étais plus dans le même espace-temps (oui, je sais, je ne suis pas maline, mais c'est comme ça : un Zelazny, c'est une lecture qui se mérite !).
Dans la seconde partie, nous suivons la vie, et la mort, des Relais qui se succèdent et sont victimes de la poursuite du mystérieux Mr Black. A travers leurs yeux, nous découvrons la nouvelle organisation sociétale de l'humanité, la pacification, les méthodes pour éliminer les gêneurs, le travail de berger de la Famille auprès de son troupeau d'humanité. Et au fur et à mesure, on se rend compte que nos sympathiques Relais, pas autant pacifiés que le reste des humains, ne pas sont pas si gentils et altruistes que ça. Ajoutons à tout ça des courses poursuites dans des environnements délirants, une mystérieuse jeune femme jolie et intelligente, et l'esprit retors du Relais qui, débloquant au fur et à mesure les personnalités des Relais précédents (plus archaïques) pour faire face à cette menace inattendue, on se rend vite compte que le roman dispose de tous les ingrédients pour faire un très bon livre. J'aime beaucoup le positionnement de Zelazny quant à l'inélianabilité de la liberté des hommes à disposer d'eux-mêmes (avec toutes les limites que l'on connait), perspective que l'on retrouve également dans Seigneur de lumière. Enfin, parce que Zelazny est Zelazny et qu'il s'interroge toujours sur l'homme, ses paradoxes, sa complexité et sa complémentarité (L'oeil de chat traite également de ce sujet), je ne peux qu'admirer la façon dont, une fois encore, il symbolise cette multiplicité.
Dans Aujourd'hui, nous changeons de visage, Zelazny manipule son lecteur, en jouant sur l'espace-temps et les personnalités de son/ses personnages. Il lui présente un tas de petites pièces qui ne se mettront à leur place que dans les dernières pages, et lui laisse une grande liberté de compréhension et d'interprétation. C'est une lecture un peu exigeante certes, mais très intéressante pour les questions qu'elle soulève, sans compter que le récit, très maitrisé, foisonne d'actions et de rebondissements ! Excellent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          339
valunivers
  20 janvier 2010
J'ai lu, il y a quelques années de cela, la superbe saga des princes d'Ambre et j'en ai gardé un excellent souvenir.
Aujourd'hui nous changeons de visage est un peu plus complexe et ne m'a pas passionné.
Je pensai lire un roman post-apocalyptique mais ici, le monde a déjà été reconstruit depuis des lustres et l'humanité vit dans un environnement protégé (une sorte de maison géante avec des ailes donnant chacune sur un monde différent).
Une famille secrète de clones y règne depuis des siècles, conditionnant lentement mais sûrement l'humanité dans un esprit purement pacifique. C'est un des grands thèmes de la science-fiction cela. Un monde aseptisé, blanc comme dans Bienvenue à Gattaca et lisse comme dans La zone du dehors.
C'est justement dans ce monde de paix, qu'Angelo di Negri, grand truand mafieux du 20è siècle ? (je ne sais plus), se fait sortir de sa congélation cryogénique. C'est son arrière arrière arrière….petit fils qui a pris la décision de le réveiller pour effectuer un dernier travail (vous l'aurez compris, pas de compassion ni d'esprit de famille ici). La mission d'Angelo : assassiner un scientifique sur une des planètes inhabitées, et laisser s'exprimer au grand jour son talent de meurtrier avec l'élimination des dirigeants de la planète (les fameux clones). Il faut les tuer tous, un par un jusqu'à remonter à l'origine du premier clone pour changer le futur de l'humanité.
Pas toujours facile à suivre ce héros qui cumule les traques meurtrières. La fin est quand même intéressante. Zelazny a du talent dans sa façon d'aborder la confusion d'identité, le clonage et…les téléphones. Mauvais moment pour cette lecture ? je ne sais ! mais à l'heure d'aujourd'hui, je ne garderai pas grand chose de ce roman.
Si vous avez envie d'en discuter, c'est par ici...
Lien : http://www.valunivers.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Ellane92Ellane92   22 avril 2015
Malgré ce que les romanciers voudraient nous faire croire, la vie ne pivote pas essentiellement sur un axe de crises cycliques. S'il est exact que nous sortons parfois de certaines épreuves avec une interprétation toute neuve de la réalité et du miracle de l'existence, cet état d'esprit disparait très vite, nous laissant, ainsi que la réalité, inchangés une fois de plus.
Commenter  J’apprécie          210
Ellane92Ellane92   18 juin 2015
Comprendre ce qui s'était passé n'impliquait pas l'accepter, ni d'ailleurs pouvoir y faire quoi que ce soit. Impuissant, je contemplais ce que j'étais devenu, à savoir, en langage clair et vu sous deux angles opposés en même temps : mon ennemi mortel.
Commenter  J’apprécie          240
Ellane92Ellane92   11 juin 2015
- As-tu l'intention de le ramener ici pour un interrogatoire ?
- Mon but est plus modeste, répondis-je en hochant la tête. J'ai la ferme intention de le tuer, ce salaud.
Commenter  J’apprécie          81
Video de Roger Zelazny (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Zelazny
Les 9 princes d'Ambre de Roger ZELAZNY : Extrait Audio
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Roger Zelazny

Quelles sont ses années de naissance et de mort ?

1937-1995
1906-2011
1873-1951
1902-1973

11 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Roger ZelaznyCréer un quiz sur ce livre