AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Frédéric Joly (Traducteur)
EAN : 9782330138820
124 pages
Éditeur : Actes Sud (01/07/2020)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dans la solitude et l’enfermement, Slavoj Zizek observe ce qui est à l’œuvre à l’échelle du monde. La pandémie a mis à nu ce que nous parvenons d’ordinaire à accepter ou à dissimuler : la barbarie à visage humain dans ses multiples formes. Il traque les virus idéologiques qui ont favorisé l’apparition et la dissémination du Covid-19, mais aussi ceux que la pandémie active ou réactive, les virus des fake news, des théories du complot, du racisme qui explose, etc. Il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
kielosa
  18 février 2021

Slavoy Zizek est un sociologue, psychanalyste et critique culturel, qui est actuellement considéré comme un des penseurs les plus importants et populaires de notre époque.
Il est né en 1949 en Slovénie, le même pays qu'une certaine Melania Knavs-Trump.
Avec ses écrits, Zizek pourrait facilement remplir une belle bibliothèque, tellement qu'il a été prolifique comme écrivain. Babelio dans sa bibliothèque virtuelle en mentionne 39, mais je présume que toutes ses oeuvres n'ont pas été traduites en Français.
C'est en 1999 que j'ai lu mon premier livre de l'auteur : "Subversions du sujet : Psychanalyse, philosophie et politique", qui venait de sortir et que j'ai trouvé impressionnant. Un autre livre qui m'a plu de lui est "Plaidoyer en faveur de l'intolérance" en 2004.
Pour mes ami-e-s français, je signale que Slavoy Zizek est un grand spécialiste de Robespierre et Lacan.
Son mariage en 2005 avec la belle Analia Hounie, ex-modèle argentin 30 ans plus jeune que lui, n'a apparemment pas freiné son ambitieux programme de travail.
Slavoy Zizek est, grâce et en partie à sa solide formation multidisciplinaire, un homme aux idées originales et parfois provocatrices. Il est évident que l'on ne peut dès lors pas être d'accord avec tout ce qu'il avance et écrit, mais même en cas de désaccord l'on a appris quelque chose, ne fût-ce que l'approfondissement de sa propre pensée par une approche toute neuve d'une question bien déterminée.
C'est la raison qui m'a poussé à acheter et lire cet ouvrage sur l'impact du Covid-19 sur nos vies de tous les jours, bien que de ce virus j'en aie comme la plupart d'entre nous, ras-le-bol. le sous-titre du livre en ma langue maternelle (le Néerlandais) est : "Comment la corona a changé le monde".
Ce virus que Donald Trump a un jour très scientifiquement défini comme la "maladie chinoise au nom mexicain" provoquant des protestations à Pékin et Mexico-City.
Comme titre de son introduction, l'auteur cite une locution biblique : la phrase du Christ à Marie-Madeleine, selon l'Évangile de Saint-Jean, "noli me tangere" ou ne me touche pas ! Probablement une des phrases les plus reproduites, sous des formes linguistiques diverses, de par le monde depuis l'apparition de ce virus à Wuhan en Chine, en décembre 2019.
Mais Zizek exprime tout de suite après l'espoir que la distance physique intensifiera justement notre lien avec autrui.
Entretemps, le Covid-19 a fait presque 2 millions et demi de morts. Au 18 février 2021 exactement : 2.407.478 victimes (source : John Hopkins Coronavirus Center).
L'ouvrage, qui compte 124 pages, contient 11 chapitres, allant de nous sommes tous logés à la même enseigne, en passant par les 5 stades de l'épidémie et le virus de l'idéologie à la question : "Est-ce que notre sort sera une barbarie à visage humain ?"
Le chapitre relatif au virus de l'idéologie pose la question pertinente d'où se terminent les données et statistiques du virus et commence l'idéologie politique ?
Dans une annexe finale, Slavoy Zizek passe en revue des réactions positives à la pandémie ou en d'autres termes de nobles réactions humaines à cette terrible catastrophe, comme par exemple les plus de 400.000 jeunes anglais qui se sont portés volontaires pour secourir ceux qui se retrouvent à cause du virus dans le besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
sebito
  17 février 2021
Un essai sur la situation sanitaire actuelle et ses implications politiques. Facile à lire, le propos est pertinent, même si je ne suis pas toujours d'accord avec l'auteur. Celui-ci en appelle à l'instauration d'un nouveau communisme pour aider ceux qui sont fortement impactés par les décisions gouvernementales pendant cette épidémie de covid-19. Un auteur optimiste, un peu utopiste, qui appelle à l'entraide et à la solidarité. Intéressant, même si ce n'est pas transcendant et un peu facile. Je conseille sa lecture.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  19 juillet 2020
Une réflexion sur des mécanismes de solidarité mondiale et de remédiation globale qui appelleraient un véritable communisme du XXIe siècle.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2020/07/19/note-de-lecture-dans-la-tempete-virale-slavoj-zizek/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
kielosakielosa   17 février 2021
Dédicace :
" Pour Michael Sorkin, je sais qu'il n'est plus parmi nous, mais je refuse de le croire. "

Le critique américain mondialement réputé en matière d'architecture et d'urbanisation est décédé fin mars 2020, à 72 ans.
Commenter  J’apprécie          190
Charybde2Charybde2   19 juillet 2020
(…) Il est probable que les épidémies virales affecteront nos interactions les plus élémentaires, avec les personnes comme avec les objets : il nous faut éviter de toucher des choses sur lesquelles le virus pourrait traîner en toute invisibilité, les poignées par exemple ; ne pas s’asseoir sur les cuvettes de toilettes publiques, sur les bancs des lieux publics ; éviter d’embrasser autrui, de serrer des mains… Et veiller tout particulièrement au contrôle de notre propre corps, à nos gestes spontanés : ne pas se toucher le nez, ne pas se frotter les yeux… Bref, ne pas jouer avec soi-même. Ce ne sont donc pas seulement l’État et autres organismes qui chercheront à nous contrôler : nous allons devoir apprendre à nous contrôler et à nous discipliner nous-mêmes ! Pas impossible, dans ces conditions, que la réalité virtuelle finisse par être considérée comme la seule véritablement sûre ; pas impossible non plus que le fait de se déplacer librement dans un espace ouvert devienne un privilège d’ultra-riches, praticable uniquement sur les petites îles qu’ils possèdent. (…)
Autre phénomène observable, étrange, le retour triomphant de l’animisme capitaliste – ou comment traiter des phénomènes sociaux tels les marchés ou le capital financier comme s’ils étaient des entités vivantes. A lire nos grands journaux, il semblerait qu’il y a plus inquiétant que les milliers de personnes qui sont déjà décédées et que toutes celles, plus nombreuses encore, qui vont mourir : il y a « les marchés (qui) sont en proie à la panique ». Indéniablement, le coronavirus perturbe toujours plus le bon fonctionnement du marché mondial. Aussi est-il urgent de réorganiser l’économie globale afin qu’elle ne soit plus à la merci des mécanismes du marché. Je ne songe bien évidemment pas au communisme à l’ancienne, mais simplement à un type d’organisation globale qui soit en mesure de contrôler et de réguler l’économie, et de limiter, si nécessaire, la souveraineté des États. Des pays furent jadis en mesure de procéder ainsi en temps de guerre, et nous approchons effectivement d’un état de guerre sanitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   19 juillet 2020
Dans un discours récent, Viktor Orbán a déclaré : « Un libéral, ça n’existe pas. Un libéral n’est rien de plus qu’un communiste avec un diplôme. » Et si c’était précisément le contraire qui était vrai ? Si, par « libéraux », nous désignions ceux qui se soucient de nos libertés, et, par « communistes », ceux qui sont conscients que ces libertés ne peuvent petre sauvées qu’au moyen de changements radicaux – puisque le capitalisme mondial est entré dans une crise majeure -, alors nous devrions dire que ceux d’entre nous qui se considèrent aujourd’hui comme des communistes sont des libéraux munis de diplômes – des libéraux qui ont sérieusement étudié les raisons pour lesquelles nos valeurs libérales sont désormais menacées et qui ont compris que seul un changement radical pouvait les sauver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15

Videos de Slavoj Zizek (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Slavoj Zizek
Slavoj Zizek 25/02/2008
autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox