AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782913372801
145 pages
La Fabrique éditions (23/10/2008)
4.02/5   24 notes
Résumé :
« Celui qui voit ne sait pas voir » : telle est la présupposition qui traverse notre histoire, de la caverne platonicienne à la dénonciation de la société du spectacle. Elle est commune au philosophe qui veut que chacun se tienne à sa place et aux révolutionnaires qui veulent arracher les dominés aux illusions qui les y maintiennent. Pour guérir l'aveuglement de celui qui voit, deux grandes stratégies tiennent encore le haut du pavé. L'une veut montrer aux aveugles ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
chartel
  26 octobre 2010
Ma première rencontre avec l'oeuvre de Jacques Rancière fut une véritable révélation (voir ma critique de "Le maître ignorant"). Il était donc indispensable de la prolonger, car ce philosophe est un éveilleur de conscience, un constructeur de nouvelles pensées.
C'est bien pour cela que j'ai fait l'effort de poursuivre ma difficile lecture de "Le spectateur émancipé". Cette difficulté n'est pas due à un style alambiqué ou pompeux, - rien de tout cela chez Rancière, bien au contraire, j'y ressens le souci de la simplicité et de la précision, pas de vocabulaire hermétique aux non-spécialistes – elle s'expliquerait plutôt par les sujets de recherche du philosophe qui exigent une remise en cause des idées reçues et conduisent vers des champs inapprivoisés et incertains.
S'appuyant sur ses recherches précédentes, Jacques Rancière sort du permanent soupçon porté sur l'art, et particulièrement sur les images de l'art. Il est en effet commun de dire péremptoirement que seuls les experts et les sages savent et comprennent les messages d'un artiste et de ses oeuvres. Comme si ces créations portaient une vérité seule et unique, à la manière, qu'il nomme policière, de la pratique politique qui cherche à imposer un principe de « bon sens »de la gestion du pouvoir, un principe présenté comme inévitable et nécessaire, comme la fumeuse réforme actuelle des retraites sensée sauver le système par répartition, réforme qui n'est pas à discuter, parce qu'elle a été élaborée par des experts, des gens qui savent et qui seuls connaissent ce qui est bien et bon.
Au contraire, Jacques Rancière rappelle que le consensus politique et artistique pousse à l'inaction et au blocage, et que le dissensus est encore le meilleur moyen d'ouvrir des horizons nouveaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
observatoiresituationniste
  22 janvier 2022
Jacques Rancière a lu Debord en spectateur frustré : insatisfait de ne pas saisir l'acuité radicale de la critique de la Société du spectacle, il l'a ridiculement rangée dans les catégories qui lui étaient accessibles : une sorte de platonisme aplati.
En fait de "spectateur émancipé", il suffit de regarder oui, justement, où en sont les spectateurs par temps de pandémensonges, pour constater le degré d'aveuglement volontaire où l'on est arrivés. La fausse conscience est partout chez elle où la passivité se prétend informée : "qui regarde toujours, pour savoir la suite, n'agira jamais : et tel doit bien être le spectateur." Debord, Commentaires sur la société du spectacle.
"Le flux des images emporte tout, et c'est également quelqu'un d'autre qui gouverne à son gré ce résumé simplifié du monde sensible ; qui choisit où ira ce courant, et aussi le rythme de ce qui devra s'y manifester, comme
perpétuelle surprise arbitraire, ne voulant laisser nul temps à la réflexion, et tout à fait indépendamment de ce que le spectateur peut en comprendre ou en penser. Dans cette expérience concrète de la soumission permanente, se trouve la racine psychologique de l'adhésion si générale à ce qui est là ; qui en vient à lui reconnaître ipso facto une valeur
suffisante." (idem).
Rideau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Rafale32
  07 mai 2022
Ce livre remet en question la perception du spectateur passif, inactif ainsi que l'artiste laissant un message unique à travers son oeuvre. Il y a création par l'émancipation des frontières fixées comme celle du maitre et de l'ignorant, de l'actif et du passif, de l'égalité des intelligences ou de la non égalité.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
boadalioboadalio   16 novembre 2008
L’émancipation, elle, commence quand on remet en question l’opposition entre regarder et agir, quand on comprend que les évidences qui structurent ainsi les rapports du dire, du voir et du faire appartiennent elles-mêmes à la structure de la domination et de la sujétion.
Commenter  J’apprécie          180
chartelchartel   26 octobre 2010
Les images de l’art ne fournissent pas des armes pour les combats. Elles contribuent à dessiner des configurations nouvelles du visible, du dicible et du pensable, et, par là même, un paysage nouveau du possible. Mais elles le font à condition de ne pas anticiper leur sens ni leur effet.
Commenter  J’apprécie          112
chartelchartel   26 octobre 2010
Le système de l’Information ne fonctionne pas par l’excès des images, il fonctionne en sélectionnant les êtres parlants et raisonnants, capables de « décrypter » le flot de l’information qui concerne les multitudes anonymes. La politique propre à ces images consiste à nous enseigner que n’importe qui n’est pas capable de voir et de parler. C’est cette leçon que confirment très platement ceux qui prétendent critiquer le déferlement télévisuel des images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
MaliseMalise   30 janvier 2017
L'émancipation intellectuelle est la vérification de l'égalité des intelligences. Celle-ci ne signifie pas l'égale valeur de toutes les manifestations de l'intelligence mais l'égalité à soi de l'intelligence dans toutes ses manifestations. Il n'y a pas deux sortes d'intelligence séparées par un gouffre.
Commenter  J’apprécie          40
BambambinoBambambino   19 octobre 2021
La mélancolie se nourrit de sa propre impuissance. Il lui suffit de pouvoir la convertir en impuissance généralisée et de se réserver la position de l'esprit lucide qui jette un regard désenchanté sur un monde où l'interprétation critique du système est devenue un élément du système lui-même.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jacques Rancière (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Rancière
Comment promouvoir et défendre l'émancipation dans notre société ? Aliocha Wald Lasowski pose la question à son principal théoricien, Jacques Rancière, dans un livre-dialogue "Penser l'émancipation" (L'Aube). Invités de France Culture, les deux philosophes reviennent aussi sur l'état de notre société dite "démocratique".
#JacquesRancière #philosophie #politique _____________ Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/watch?v=xJHbbKHstIM&list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : emancipationVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
391 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre