AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782755693836
443 pages
Hugo Poche (06/01/2022)
4.22/5   127 notes
Résumé :
La Dame blanche. Fragile, fugitive et menacée. À moins qu'elle ne cache son jeu. Et que la vraie menace, ce ne soit elle.

Elle ne devait jamais sortir. Dehors est un monde hostile, un danger permanent. Mais nul ne sait comment elle peut réagir.

Un étrange manoir dans l'Yonne qui abrite un terrible secret. Une recluse blonde au visage de geisha dont l'existence n'est connue que d'une poignée de personnes.

Lorsque, une nuit... >Voir plus
Que lire après La dame blancheVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (100) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 127 notes
5
62 avis
4
25 avis
3
10 avis
2
2 avis
1
0 avis
Ce roman est une véritable bombe atomique prête à exploser. Avant d'entamer ce livre, je tenais à préciser, que Denis Zott possède une double personnalité un écrivain talentueux, et un véritable psychopathe. N'oubliez pas de prendre un rendez vous chez votre psychiatre, l'auteur n'a aucune empathie pour ses lecteurs et jubile à torturer leurs neurones. l'histoire se déroule ,dans le Tarn ma région d'adoption. Un enlèvement qui se passe mal, rien ne se déroule comme prévu. Nous faisons la connaissance de la d'Elise, surnommée la Dame blanche.
La famille Renard détestable, au plus haut point une envie de les massacrer dés le début, aucune empathie pour les gens qui gravitent autour d'eux. le pauvre Césaire, qui sert de pushing ball, un souffre douleur, homme à tout faire, je me suis projetée dans l'Amérique ségrégationniste, comment peut-on traité un tel homme. Il est considéré comme un chien, une utopie .,aucune personnalité, un lavage de cerveau de ces malades. Arrivera t-il à à trouver le bonheur?
Elise, la dame blanche, arrive à s'échapper, tout le monde est à sa recherche. Mais qui est-elle vraiment, trop de secrets enfouis qui refont surface.
Une histoire à multiples rebondissements, un rythme à cent à l'heure, un suspens intense, pas le temps de s'ennuyer, essayer de prendre une bouffée d'air pour ne pas suffoquer.
Les indices s'imbriquent, tel un puzzle, au fur et à mesure de la lecture.
Une intrigue qui nous prend aux tripes , un véritable uppercut. L'auteur a l'art et la maniére de tenir ses lecteurs en haleine du début jusqu'au final, que j'étais loin de m'imaginer, une fin digne du roman .Durant la lecture mes sentiments ont divergé passant de la haine à la colère, à la compassion, et à la peur.
Certaines scènes sont assez violentes.
Une écrite fluide percutante, visuelle. La lecture est totalement addictive; Un univers à l'atmosphère mystérieuse et sombre. Un livre que je n'ai pas pu lâcher, malgré les 443 pages, il fallait absolument que je découvre le pourquoi du comment.
Une vraie pépite à déguster sans modération.


Commenter  J’apprécie          10611
Qui est cette mystérieuse dame blanche, enlevée dans un manoir près d'Auxerre et que l'on retrouve en fuite dans le Tarn, capable à la fois de tuer un homme froidement et de délicatement couvrir de son étole un enfant blessé ?
Vous l'apprendrez dans ce roman policier au rythme soutenu, qui enchaine les rebondissements sur quelques jours , sans nous laisser beaucoup souffler.
Certains méchants le sont vraiment, certains beaucoup moins qu'on ne pourrait le croire, d'autres apparemment bien sous tout rapport démoniaques, et puis quelques personnages secondaires, victimes de leur environnement et de la méchanceté des autres, avec une palme pour Césaire, domestique traité comme un chien dont j'ai attendu et même espéré le sursaut, qui arrive très tard mais qui sera spectaculaire.
Beaucoup de personnages dans ce polar, qui frôlent et parfois franchissent la limite avec la caricature, mais heureusement de façon intermittente.
Les différentes pièces du puzzle se mettent en place et toutes les bizarreries notées au cours de la lecture s'expliquent. Tout n'est pas bien qui finit bien, mais presque. Je vous laisse en découvrir plus.
Une bonne découverte pour laquelle je remercie les éditions Hugo Poche Suspense #LaDameblanche #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          63142
Un western dans le Tarn.
Un bel embrouillamini.
Une histoire où je me suis laissée porter par les événements.
Des rebondissements, des secrets, de la violence et pas qu'un peu (âmes sensibles s'abstenir).
Le kidnapping d'une jeune femme, sa fuite et les recherches qui vont s'en suivre sèmeront le chaos.
Des personnages parfois caricaturaux mais en accord avec ce thriller sombre et sordide.
Honneur aux dames : d'abord Élise, la dame Blanche, qui est tout sauf ce à quoi l'on s'attend.
Ensuite, la mère Renard, vieille femme lubrique et perverse ainsi que ses fils, des brutes bêtes et méchantes.
Puis Césaire (le chien), souffre-douleur et bonne-à-tout faire des Renard. Incapable de méchanceté, il va se laisser emporter par ce vent de violence.
Je m'en arrête là pour les protagonistes mais sachez qu'il y en a beaucoup d'autres certains très infâmes d'aures moins.
Tout un tas de circonstances et de manigances vont les rassembler pour le pire.
Un livre où Denis Zott s'est bien amusé à mon avis et c'est contagieux. C'est un thriller avec une fin surprenante ( je ne m'y attendais pas !). Une excellente découverte.
Et voilà, à votre tour de tomber sous le charme de la dame Blanche.
Merci aux éditions Hugo Thriller
#La dame blanche#NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          426
Un enlèvement qui tourne mal puisqu'ils vont avoir un accident. Tout le monde veut retrouver cette fameuse dame blanche qui s'est enfuit
Le style est fluide, l'histoire a un bon rythme et le suspense présent. Merci à Hugo éditions et à Net Galley pour cette découverte, je vais essayé de me procurer un autre livre de l'auteur

#NetGalleyFrance #LaDameblanche
Commenter  J’apprécie          350
Avec Denis Zott les histoires ne sont jamais aussi simples qu'elles pourraient sembler au premier abord.
Une partie de cartes qui dérape furieusement. Un enlèvement qui se termine mal. Un ange désincarné sous influence . Un maire omnipotent qui se rêve roi de son domaine en pays d'Oc. Un esclave soumis dans une maison de dégénérés. de vieilles histoires de famille qui ressurgissent sans crier gare. Un trafic juteux. Des voyous malchanceux. le monde de la ruralité en version western .Le malheur dans le pré et quelques cadavres pour “ égayer ” le propos.

Toutes ces pièces et ses personnages vont progressivement s'emboîter pour nous donner ce thriller protéiforme gourmand en rebondissements.
Eh oui ! Vous l'aurez compris, ce petit monde ne vit pas vraiment dans une osmose des plus bienveillantes. On a beau être à la campagne, le principe de Nietzsche est respecté : gare aux faibles, gare à ceux qui ne prévoient pas le coup d'après ou qui sous-estiment leurs adversaires.
Certains trouveront sans doute certains portraits quelque peu caricaturaux mais ils en sont encore plus savoureux dans leur méchanceté gratuite ou dans leur docilité aveugle, surtout quand arrive le grand “retournement ”...

Denis Zott nous propose un récit audacieux qui mélange les genres et met ses protagonistes dans des situations totalement improbables.
Le rythme de l'écriture quant à lui s'accentue progressivement avec la tension de l'atmosphère et l'explosivité des événements qui se succèdent.
Certains personnages attirent un peu plus notre attention que les autres comme Césaire , ce métisse malmené par la famille Renard et dont on attend avec impatience le moment de sa rébellion , le capitaine Roll, l'obligé de Baron soumis à la volonté de son cousin et de sa hiérarchie ou la fameuse Dame blanche, victime et cobaye à la fois.
Trois êtres persécutés. Trois âmes en perdition , qui vont se réincarner dans ce chaos ambiant.
Une belle image qui perce dans toute cette noirceur ambiante, dans cet univers vicié et corrompu.
Un roman qui tient la route sur la durée comme ses promesses d'un thriller haletant et sans fausses notes.


Commenter  J’apprécie          252

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
_ La jeune femme en question est en fuite, armée et sans doute blessée. Elle porte des vêtements blancs et vous n'allez pas me croire... elle a un visage de geisha.
_ Un visage de...
_ Un rire éclata, cristallin.
_ Elle a l'air rocambolesque votre histoire ! Dans notre cambrousse , on n'en voit jamais des trucs comme ça.
Commenter  J’apprécie          170
Césaire se sentait comme un ours aux prises avec un essaim d'abeille. Les questions l'assaillaient, le tourmentaient, le piquaient. Il avait beau les chasser, elles le poursuivaient jusque dans le potager où il s'était mis à bêcher rageusement un coin de terre en vue d'y planter des pieds de tomates.
Commenter  J’apprécie          180
Le double canon d’un fusil de chasse se posa sur l’épaule du domestique.
- Dégage de ma route ou j’explose ta sale tête d’enfoiré !
Le doigt sur la gâchette, la vieille Renard visait Baron sans trembler.
- Et dis à tes crétins d’abaisser leurs pétoires !
Baron leva la main, les armes des chasseurs retombèrent.
- C’est un simple contrôle, Germaine. On recherche une fugitive responsable de l’accident survenu ce matin aux Mallet. Il y a un enfant dans le coma. Thomas, mon petit-fils.
Un sourire éclaira la face de fouine de la vieille.
- Rien à foutre de ta mauvaise graine, Baron ! Par contre, le premier qui dérange ma Rox qu’est en train d’agoniser, il est mort…
Baron considérait Césaire, tête basse, dégoulinant de sueur.
- Césaire, t’aurais pas vu une jeune femme blonde vêtue d’une veste de treillis et d’une chemise d’homme ?
- Il a rien vu, mon chien, rien ! brailla la vieille. Et une femme, pardi, manquerait plus que ça !
Commenter  J’apprécie          30
Un cri déchire l’habitacle.
– Attention, le petit garçon !
Dans le rétro, il voit le regard effaré, les yeux écarquillés de la jeune femme.
Où il est, le petit garçon ?
Devant lui, la route est vide. À droite, des champs de colza jaunes comme une coulée d’or.
Où il est le petit garçon ?
Toujours rien devant. Juste une bande de bitume inégale et l’horizon noyé de soleil qui ouvre sa gueule de fournaise.
Et si elle avait raison ?
Johnny freine.
Au sommet de la pente, la route semble se jeter dans le vide à travers un rideau de feu.
Trop vite, Johnny !
Il écrase le frein.
À l’amorce de la descente, le flash d’un éclat métallique. Johnny donne un coup de volant. L’arrière du véhicule chasse.
Quelque chose frappe la carrosserie.
La voiture dérape, butte contre le repli d’une rigole de drainage et décolle.
Commenter  J’apprécie          20
« Voilà ce qu’on faisait avec les esclaves… Regarde tes ancêtres, le nègre. »
La vieille lui avait montré un livre, des images d’hommes marqués au fer rouge. Des nègres qui portaient des chaînes aux pieds, la peau de leurs chevilles à vif. Des nègres que l’on pendait pour l’exemple dans les arbres ou à l’entrée des villes, les corbeaux leur bouffant les yeux et la langue, les vers finissant le travail.
« On les laissait pourrir sur place… Je te raconte pas l’odeur, avait dit la vieille en se pinçant le nez, et tu trouves encore qu’ici on te traite pas bien, mon chien ? »
Césaire avait secoué la tête.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (210) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Maudite" de Denis Zott.

Quel sport est mis en avant au début du roman ?

le rugby
le tennis
le foot

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Maudite ! de Denis ZottCréer un quiz sur ce livre

{* *}