AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350874788
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (15/11/2018)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 68 notes)
Résumé :
« Grâce à Dieu, je vais mourir. Comme tout le monde. Comme vous. Avant vous sans doute : ma vie est déjà longue, j'approche du bout du chemin. Mais rien de plus capricieux que cette mort si certaine. L'histoire est imprévisible. Ce qu'il faut dire avec force dès le début de ce petit livre, c'est que personne n'est sûr de rien. » Ainsi s'ouvre Un hosanna sans fin. « Disons les choses avec simplicité, avec une espèce de naïveté : il me semble impossible que l'ordre de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
mcd30
  19 novembre 2018
Jean d'Ormesson nous offre un dernier cadeau à titre posthume et c'est avec beaucoup d'émotion que je l'ai lu ou plutôt écouté car j'ai eu l'impression de l'entendre.
C'est un texte court, épuré, dépouillé. L'auteur va à l'essentiel : la vie, la mort, la science et Dieu, c'est sobre. A travers ce qu'il sait de notre monde, de notre histoire qui l'ont tant épaté et émerveillé, il nous montre ses questionnements , ses doutes et ses certitudes qui sont forts peu différents des nôtres. Mais il le fait avec esprit et malice comme d'habitude tout en y montrant une certaine résignation ou acceptation de ces réponses que nous n'aurons jamais car notre vie et notre mort restent un mystère pour tous. Si merveilleuse et si fantastique qu'elles soient la connaissance, la science et le croyance ne nous apporteront jamais toutes les réponses.
Jean d'Ormesson nous transmet une leçon d'humilité. Sa vie, son expérience, ses croyances lui ont apportées certaines réponses qu'il partage avec nous. On peut ne pas être d'accord avec lui mais ce sont ses réponses et c'est très intime : c'est le constat de la vie d'un homme qui cherchait sa vérité, l'a fait avec beaucoup de grâce et nous laisse une oeuvre magnifique où nous replonger avec plaisir car il était toujours pétillant comme du champagne.Je lui laisse le mot de la fin :
A la question :
_ Mais qu'y aura-t-il après la pensée et les hommes ?
La réponse est assez simple :
_ Autre chose. (p. 85)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          555
FredMartineau
  06 janvier 2019
J'ai trop aimé l'auteur Jean d'Ormesson de son vivant, pour ne pas lire son dernier ouvrage, Un hosanna sans fin. J'y ai retrouvé sa verve littéraire, son érudition et le plaisir de partager encore un moment de lecture avec lui, même s'il fut bref : cet opus s'avale en moins de deux heures. La vie, la mort, la mort, la vie, des mystères irrésolus tant qu'on est entre ces deux bornes ; ce questionnement sur le sens de l'une ou de l'autre parait bien naturel lorsqu'on s'avance ou que l'on sent venir l'extrémité censé nous apporter une réponse...ou pas.
Commenter  J’apprécie          472
lecassin
  06 janvier 2019
Au terme de sa vie, Jean d'Ormesson nous gratifie d'une trilogie existentielle débutée par « Comme un chant d'espérance » et poursuivie par un « guide des égarés » ; et qui se clôt avec cet « Un hosanna sans fin ».
Un hosanna sans fin ! Voilà une formule qui sied bien comme point final à la carrière littéraire de Jean d'Ormesson. Notre homme n'a-t-il pas déclaré à maintes reprises avoir adoré la vie ?
« Un hosanna sans fin », un petit opus où l'on sent irrémédiablement l'homme qui va partir et qui ne voudrait pas le faire sans revenir sur certaines notions – certes maintes fois par lui commentées, débattues… − qui ont fait de sa vie un questionnement.
Oui, le premier tiers du livre ne se passe pas sans le mot « mort » à chaque page ; mais à mesure que les pages se tournent, vient se substituer celui d'espérance…
Et Dieu dans tout ça ?
Notre homme est clair : « Je ne sais pas si Dieu existe. Je suis agnostique » ou encore : « Ce que j'aimerais par-dessus tout, c'est que, sous une forme ou sous une autre, j'hésite beaucoup sur ce point, Dieu existât. »
Un petit opus à peine achevé de corriger avant l'arrivée de « la faucheuse », publié en l'état, nous indique sa fille et éditrice, en avertissement, en s'excusant presque de « quelques répétitions et imprécisions qu'il aurait sans nulle doute, rectifiées ou gommées. »
Qu'importe. Un texte émouvant, qui, dans son style si particulier, nous permet de clore ce chapitre de la littérature française par un hosanna ; et à moi par le truchement de ce modeste billet de dire à l'auteur que j'ai suivi en littérature autant qu'en radio et en télévision : Adieu l'artiste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Herve-Lionel
  14 février 2019
La Feuille Volante n° 1324
Un hosanna sans finJean d'Ormesson – Éditions Héloïse d'Ormesson.
Avec cet ouvrage publié en août 2018, Jean d'Ormesson clôt sa trilogie commencée avec « Comme un chant d'espérance » et poursuivie avec « Guide des égarés ». Cet immense écrivain, disparu en décembre 2017, qui a servi admirablement notre belle langue française tout au long de sa vie, nous prouve, s'il en était besoin, qu'il est un authentique « immortel ».
Il a consacré une partie de son oeuvre à puiser dans sa biographie et à réfléchir sur le sens de la vie et de la mort, sur l'existence de Dieu. Il se penche sur notre naissance, rappelle qu'elle reste un mystère, due au hasard ou est prévue de toute éternité mais résulte avant tout de la copulation d'un homme et d'une femme qui sont nos parents, qu'avant nous n'étions nulle part et qu'il y a des chance pour que ce soit la même chose après notre mort, que nous ne sommes pour rien dans notre venue sur terre et que nous ne sommes sûrs que d'une chose, notre mort, parce que c'est la condition humaine. Entre notre naissance et notre mort, il y a notre vie dont nous sommes les victimes parce que nous ne l'avons pas voulue, mais qui reste une aventure unique, une chance ou une souffrance, une bénédiction ou une malédiction selon le cas, moins le domaine de la liberté que celui des possibilités sans que nous sachions bien ce que nous sommes venus faire ici-bas. Nous devenons héro ou salaud, quidam ou célèbre ! Il prétend que nous sommes viscéralement attachés à notre vie parce que, en la quittant, nous entrons dans l'inconnu et que c'est angoissant, parce que l'après-mort sera toujours une interrogation et que ce qui distingue l'homme des autres êtres vivants, c'est sa faculté de penser. Malgré cela, nous passerons notre vie à oublier cette échéance fatale, avec pour seule consolation la science qui nous aide à tout comprendre de la réalité du monde depuis le début, depuis le Big Bang. Il note alors que le vide régnait dans l'univers, la vie commençait timidement et en silence à s'organiser sans qu'on sache exactement comment ni à partir de quand. Plus tard, avec la venue de l'homme, se développeront les sentiments, la sensibilité, la souffrance, la notion de liberté, l'intuition de l'individu avec sa propension pour le mal et la mort qui s'impose parce que la vie est forcément temporaire. Face à cela la pensée qui est l'enchantement du monde va lentement s'installer et avec elle la parole puis triompher parce que Dieu, à l'origine de toutes choses, laisse l'homme libre de se substituer à lui, au hasard ou à la nécessite parce qu'il est orgueilleux. La pensée va donc transformer l'univers, éclairer et embellir ce monde grâce au langage qui exprime la vérité, organise les passions, la connaissance et donne naissance aux vertus qui sont le moteur de toute civilisation. Avec l'émergence du bien et du mal, deux concepts qu'on recherche et qu'on fuit naturellement, va s'installer l'erreur qui est la dimension diabolique de cette faculté de choisir, mais aussi l'espérance et l'angoisse qui selon notre auteur rapprochent l'homme de Dieu. La pensée humaine est fragile, est elle aussi appelée à disparaître parce que tout en ce monde est contingence. Mais qu'y aura-t-il après, demande-t-il. Ce qui est sûr c'est que la science qui pourra sans doute un jour tout expliquer de notre vie ne pourra jamais élucider notre destin après la mort ni apaiser notre angoisse. Y a-t-il donc autre chose ? Notre auteur tente une réponse : la religion et spécialement le monothéisme et la foi qui s'y attache. L'histoire est là pour nous enseigner que la religion, liée au doute et à l'ignorance et parfois même à l'absurde, a aussi déchaîné les passions et généré la mort autour d'elle. Notre auteur rappelle que la foi(et évidemment la foi chrétienne) est une chance puisqu'elle a inspiré la création d'oeuvres d'art, a contribué, par la « grâce » qui est d'essence divine, à l'évolution des sociétés humaines et même à l'émergence d'une pensée laïque.
Puis viennent les confidences intimes, notre auteur confessant son agnosticisme, son ignorance à propos de l'existence de Dieu, tout au plus la souhaite-t-il ardemment, au moins a-t-il remplacé la foi par l'espérance parce qu'un monde sans Dieu serait injuste parce qu'Il est espérance ! Il en fait donc « le pari » mais note que la religion n'est pas sans faille. Il ne nous resterait, selon lui, que la naïveté et la gaieté mais la question reste entière : Que faisons-nous ici ? L'homme, et non le hasard, a organisé le monde en fonction de la nécessité. Et Dieu dans tout cela ? Il est un mystère ou plus exactement une invention des hommes, née de leur imagination et de leurs angoisses, une idée plus humaine que divine. Il est pourtant difficile, voire impossible d'imaginer Dieu mais il en va de même selon lui du miracle de la vie qui chaque se déroule sous nos yeux et les chrétiens ont au moins un modèle incontestable : Jésus-Christ.
J'ai lu attentivement ce petit livre autant par curiosité que par nécessité de recueillir une ultime fois le message d'un penseur que je ne partage pas entièrement. J'ai goûté avec le même plaisir ce texte sobre, érudit et remarquablement écrit, j'ai apprécié son humilité devant la mort, l'analyse pertinente qu'il fait des interrogations humaines, mais je dois dire que je m'attendais à quelque chose qui éclairerait mes doutes et résoudraient mes questions. J'ai été un peu déçu sur ce point. Que notre auteur qui a sans doute eu une belle vie, en attribue le mérite à un Dieu dont il imagine l'existence et l'en remercie, on peut facilement le concevoir. Dans la liturgie chrétienne, un hosanna, est une acclamation de joie, celle que le peuple a crié à Jésus lors de son entrée dans Jérusalem et qui nous est rappelée à la fête des Rameaux, mais c'est aussi une prière pour être sauvé. C'est peut-être l'ultime espoir de notre auteur ?
©Hervé GAUTIER – Février 2019. http://hervegautier.e-monsite.com


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Education_Litteraire
  14 janvier 2019
Qu'y-a-t-il après la mort ? du Big Bang à l'extinction de notre soleil, de notre naissance au retour au néant, quelles croyances, quelles espérances, quelles sciences répondaient, répondent, ou répondront à nos doutes ?

le temps est mis en perspective, Jean d'Ormesson aimait tant le faire ; d'un coup de crayon, c'était l'ombre d'un espoir qu'il dessinait. Évidemment, son dernier livre, fini mais non achevé, est davantage une dernière bouchée livrée à ses lecteurs sevrés depuis la mort de l'auteur, le 5 décembre 2017, que son plus grand chef d'oeuvre. Dans une courte préface, sa fille nous avertit : Lui qui avait l'habitude de raffiner ses textes mois après mois, n'aura pas eu ce loisir cette fois ci, la mort le cueillant peu après avoir couché les derniers mots de son manuscrit.

Clôturant sa trilogie commencé avec Comme un chant d'espérance, suivi du Guide des égarés, Un hosanna sans fin est un dernier chant qui à chaque note donne l'envie de se replonger dans La Gloire de l'Empire, ou dans l'Histoire du juif errant. du moins, de se replonger dans toutes ses oeuvres où la culture et l'immensité du monde s'offrent à celui ou celle qui du fond de son canapé parcourt les pages de l'académicien. Rien que dans ce petit opus qui ne peut pas prendre plus d'une ou deux heures à lire, il est convoqué Bossuet, Chateaubriand, Proust, Goethe, Héraclite, Socrate, Platon, Aristote, Thucydide, Tacite, Gibbon, Michelet, Molière, Spinoza, Hegel, Niels Bohr, Darwin, Montesquieu, Voltaire, Marx, Buffon, Archimède, Péguy, etc.
Inutile de faire une liste à la Prévert exhaustive. Et rien qu'en la commençant, on s'aperçoit que quiconque essaierait de replacer ces noms dans un ouvrage en deviendrait amphigourique et assommant. Peut-être le génie de D'Ormesson est-il là : Il expose le savoir avec une humilité qui le rend simple, comme une invitation à apprendre. Encore jeune, s'il était possible de regarder ce vieux monsieur à la télévision, je regrette que les nouvelles générations ne puissent plus grandir avec son sourire et son espièglerie. Il était peut-être un vestige du passé, mais aussi une inspiration, et il restera de lui son héritage littéraire qui certes, n'est pas celui de son maître Chateaubriand, mais vaut bien, il me semble, la place dans la Pléiade qui lui a été contestée.
Comme tout le monde, il était entré dans la vie avec la loi d'en sortir. Tout le monde meurt. Mais sans doute tout le monde ne reviendra-t-il pas, comme lui, planer sur nos envies de relecture lorsque, en quête de rêve, nous passerons en revue notre bibliothèque où trônera à jamais Jean d'Ormesson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61

critiques presse (1)
Lexpress   03 décembre 2018
Jean d'Ormesson n'a de cesse d'opposer science et religion, en se contentant de les accepter toutes les deux, dans un fatalisme bon teint, sans que le schmilblick en soit transformé. Mais alors, pourquoi diable écrire un tel livre ? A cette question non plus, il n'y aura pas de réponse.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
fklevesquefklevesque   11 novembre 2018
Disons les choses avec simplicité, avec une espèce de naïveté : il me semble impossible que l'ordre de l'univers plongé dans le temps, avec ses lois et sa rigueur, soit le fruit du hasard. Du coup, le mal et la souffrance prennent un sens - inconnu de nous, bien sûr, mais, malgré tout, un sens. Du coup, je m'en remets à quelque chose d'énigmatique qui est très haut au-dessus de moi et dont je suis la créature et le jouet. Je ne suis pas loin de penser qu'il n'y a que l'insensé pour dire : " Il n'y a pas de Dieu. " Je crois en Dieu parce que le jour se lève tous les matins, parce qu'il y a une histoire et parce que je me fais une idée de Dieu dont je me demande d'où elle pourrait bien venir s'il n'y avait pas de Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
FredMartineauFredMartineau   06 janvier 2019
Vivre est une occupation de tous les instants. Une expérience du plus vif intérêt. Une aventure unique. Le plus réussi des romans. Souvent un emmerdement. Trop souvent une souffrance. Parfois, pourquoi pas ? une chance et une grâce. Toujours une surprise et un étonnement à qui il arrive de se changer en stupeur.
Commenter  J’apprécie          280
tristantristantristantristan   21 mai 2019
Nous ne savons ni d'où nous venons, ni pourquoi nous sommes là, ni surtout ce que nous allons devenir dans un avenir plus ou moins proche, mais en tout cas inéluctable.
Il n'y a pas d'autre question que celle-là. Nous multiplions les occasions de l'oublier, de la nier, de la camoufler sous des torrents d'inutilité. Mais, de siècle en siècle, génération après génération, elle revient avec obstination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marc21Marc21   27 janvier 2019
Je ne sais pas si dieu existe : je suis agnostique. L'agnostique est trop souvent jeté dans le même sac que l'athée. C'est une erreur. L'athée est très loin de ne pas savoir : il sait de source sûre que Dieu n'existe pas. Je souhaite, au contraire, avec une sorte de passion, que Dieu existe. Pour dire, une fois de plus, les choses aussi vite que possible, j'ai remplacé la foi par l'espérance.
Pour nous qui ne savons rien, qui ne pouvons rien savoir hors des limites du temps, il n'est pas impossible que croire en Dieu, ce soit espérer qu'il existe. Si espérer qu'il existe, c'est déjà croire à Dieu, alors, oui, je crois à Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Marc21Marc21   27 janvier 2019
Associée à la parole, une catégorie invraisemblable, rigoureuse et changeante, fait son entrée sur la scène : la vérité. Elle est la rigueur même et elle ne cesse de varier dans l'espace et dans le temps. Elle règne sur le monde et sur son savoir et la couronne passe son temps à lui tomber de la tête.
Tous les sentiments, toutes les passions, toutes les vertus apparaissent successivement : le courage, la compassion, la bonté, la justice, la curiosité, l'ambition. Aucune passion, aucune vertu n'était attachée à la vie, aucune n'existait avant la révolution de la pensée.
Quelque chose de plus inouï encore et que la vie ignorait aussi se lève en silence sur le monde
pour l'envahir et s'y combattre : le bien et le mal. Il y a du bien et il y a du mal. Nous recherchons le bien et nous fuyons le mal. C'est nous qui décidons - et, souvent, nous nous trompons. Quelque chose de divin et de diabolique s'est installé dans le monde en même temps que la pensée.
Au-delà du bien et du mal, liée étroitement à la mort, une forme aussi puissante, et plus puissante, que toutes les forces physiques et métaphysiques à l'œuvre depuis si longtemps s'empare de nous et nous emporte : l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean d`Ormesson (126) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d`Ormesson
Retour sur la soirée des 40 ans de notre collection Bouquins.
"La bibliothèque idéale de l'homme cultivé de notre temps" - Jean d'Ormesson
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..