AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207274430X
Éditeur : Gallimard (11/01/2018)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 33 notes)
Résumé :

Il n’y a qu’un seul roman – et nous en sommes à la fois les auteurs et les personnages : l’Histoire. Tout le reste est imitation, copie, fragments épars, balbutiements. C’est l’Histoire que revisite ce roman-monde où, tantôt homme, tantôt femme, le narrateur vole d’époque en époque et ressuscite sous nos yeux l’aventure des hommes et leurs grandes découvertes.
Vivant de cueillette et de chasse dans une nature encore vierge, il parvient,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Krout
  01 février 2018
Non, non, non je ne suis pas soudain devenu nécrophile et à vouloir profiter d'une manière ou d'une autre de l'ombre crépusculaire d'un quelconque illustre ; car à ce jeu là, il faut bien dire que tout fait farine au moulin et que l'on se bouscule, plus encore que dans le métro ou à l'ouverture des soldes -70% sur une pâte à tartiner aux noisettes, pour être le premier à la chasse de la meilleure place dans la lumière. Attitude hautement paradoxale^^ mais de plus en plus prisée - au point de s'interroger si ce n'est pas dans le cours de l'histoire - par une foule déchaînée. Or j'ai pour habitude de m'en tenir loin et qui plus est de laisser les morts enterrer les morts.
Déjà que je passe trop de temps dans les livres et pas assez parmi les vivants. Pour tout vous dire ce qui m'amène ici est un triple cadeau que je dois à la gentillesse d'amis bourguignons, à la vie qui fut si généreuse avec Jean d'Ormesson, à la vie encore qui l'est aussi avec moi. Sinon j'aurais laissé passer le temps, retomber la poussière à la poussière, pour un peu plus de recul, ou qui sait passer négligemment à côté : donc trois fois merci. Et tchin, tchin !
Paraphrasant Jules César (ou son nègre ;)) je poserai lapidairement cette citation d'une toute autre portée pour résumer l'histoire :
"Je suis venu, j'ai vu, j'ai vécu" (*)
avec cela je n'ai pas l'arrogance d'y entrer mais elle peut-être cogne-t-elle aux portes de la postérité ? Jean d'Ormesson a fait cela, pleinement, d'une vie qui si elle n'aura pas été en tout point admirable aura à tout le moins été d'une immense, joyeuse et tendre admiration pour elle-même, et c'est en soi une formidable leçon. Soit-elle comprise que le monde s'en porterait mieux et le cours de l'histoire pour un temps infléchi.
L'histoire c'est elle que Jean d'Ormesson chevauche et nous fait parcourir au grand galop sautant au grès de sa fantaisie d'un sujet à l'autre, au fil du temps suivant les faits les plus marquants, ou ménageant sa monture pour nous rapporter quelque anecdo(c)te digne de nous instruire et nous distraire. Une dernière coquetterie d'écrivain, j'ai envie de dire facétie, le narrateur, mais laissons-le : "Tantôt homme, tantôt femme, je suis, vous l'avez déjà deviné, je suis l'espèce humaine et son histoire dans le temps. Ma voix n'est pas ma voix, c'est la voix de chacun, la voix des milliers, des millions, des milliards de créatures qui par un miracle sans nom, sont passées par cette vie. Je suis partout. Et je ne peux pas être partout. Je vole d'époque en époque, je procède par sondages, je livre mes souvenirs." p.42
Ce n'est pas un livre facile car l'histoire de l'humanité, et quelle autre pourrait nous intéresser si ce n'est celle de l'univers lui-même, est d'une densité et grouillante comme une forêt vierge dans laquelle se déplace avec une aisance magistrale Jean d'Ormesson. Bien plus jeune que lui, j'éprouve bien des difficultés rien qu'à le suivre. Quelle mémoire prodigieuse, encore dans ses vieux jours ! Moi tous ces noms illustres, toutes ces batailles, toutes ces découvertes, tous ces bâtiments, toutes ces oeuvres d'art, toutes ces comptines, tous ces textes qu'ils soient de lois, de littérature jusqu'aux poèmes, je les oublie, ils n'ont pas l'inflexion des voix chères qui se sont tues.
Alors la balade fut par moments ardue mais aussi éblouissante, peur de me perdre et en même temps excitation de découvrir ou redécouvrir toutes ces espèces de grands arbres entremêlés. Et Jean d'Ormesson de me les décrire toutes et de passer de lianes en lianes. WAOUOUOUHHH ^^ Après un long cheminement, digne du Juif Errant, dans cette jungle touffue qu'est l'histoire humaine, et je pense que cette pensée de Pascal n'est pas pour rien en bonne place dans ce livre : "Toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement .", nous arrivâmes enfin au lac de la sagesse. Ah, ces quatre derniers chapitres à tenue plus philosophique, cette ironie et cette fausse (ou fausse fausse, allez savoir avec tant de subtilité) autodérision, ce désir de plaire (toujours) et de transmettre (encore)...
(*) Krout, le 31 janvier 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4610
mcd30
  02 février 2018
Je vous mets cinq étoiles pour votre roman parce que vous êtes entré dans le temps et l'histoire et qu'il ne m'appartient plus de vous juger.
Qui d'autre que Jean d'Ormesson pouvait m'offrir cette promenade dans le temps avec l'histoire. J'ai aimé découvrir ce que vous aimiez dans ce monde à travers vos yeux, votre légéreté et votre bonne humeur. Quel émerveillement !
Vous vous êtes posé beaucoup de questions que nous nous posons aussi: le temps, la vie, la mort et toutes ces interrogations qui peuvent assombrir l'existence et vous nous en avez fait part avec légéreté, même si vous n'en aviez pas les réponses. Peut-être les avez-vous maintenant ? En tout cas, merci pour cette dernière promenade qui me propose quelques escapades pour mieux découvrir ces hommes et ces lieux qui comptaient tant à vos yeux et aussi pour votre oeuvre que vous nous avez laissé.
Merci à vous Jean d'O pour Ces moments de bonheur, ces midis d'incendie. Vous nous manquerez.
Et voilà ma critique qui n'en est pas une, car le coeur a ses raisons que la raison ignore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4111
hcdahlem
  23 mars 2018
L'Histoire sans lui
Pour son dernier roman, Jean d'Ormesson réécrit l'Histoire du monde à sa façon, érudite, exaltante, pétillante. Champagne!
« Tantôt homme, tantôt femme, je suis, vous l'avez déjà deviné, je suis l'espèce humaine et son histoire dans le temps. Ma voix n'est pas ma voix, c'est la voix de chacun, la voix des milliers, des millions, des milliards de créatures qui, par un miracle sans nom, sont passées par cette vie. Je suis partout. Et je ne peux pas être partout. Je vole d'époque en époque, je procède par sondages, je livre mes souvenirs. » le narrateur omniscient de ce superbe roman commence par jeter un oeil hors de la caverne où il se reposait pour nous parler de sa vie, de l'invention du feu qui va bouleverser sa façon de voir le monde, de se déplacer, de se nourrir mais aussi ses relations avec les autres. « Longtemps je m'étais déplacé de bas en haut et de haut en bas. Maintenant je marchais droit devant moi, la tête haute, impatient et curieux. le soleil n'en finissait pas de se lever devant nous. Je découvrais avec ahurissement, avec admiration un monde nouveau dont je n'avais aucune idée: des peuples, des langues, des villes, des religions, des philosophes et des rois. »
C'est ainsi que de fil en aiguille, d'un continent et d'une époque à l'autre Jean d'Ormesson va nous livrer un époustouflant récit, côtoyant aussi bien Alexandre le Grand que Napoléon, des bords du Nil à ceux du Tibre, de Christophe Colomb à Robespierre, du long de la Muraille de Chine aux baraquements d'Auschwitz.
Et moi je vis toujours est un régal de tous les instants, tellement riche qu'on aimerait cocher chaque page, pouvoir réciter tant de passages savoureux, histoire de s'approprier un peu de l'esprit aussi brillant qu'espiègle de cet immortel qui a décidé, ultime pied de nez de l'académicien facétieux, qu'après tout cette immortalité n'était pas faite pour lui, qu'il lui fallait bien un jour aller voir si tout ce qui se dit sur «l'autre côté» avait un semblant de vérité.
S'il nous fait partager son érudition, il nous sert aussi de guide à Vérone: « allez donc à Vérone. Vous y prendrez un repas de rêve aux Dodici Apostoli, vous irez voir les portes de bronze de l'église San Zeno, vous admirerez dans l'église Sant Anastasia le tableau de Pisanello - Saint Georges délivrant la princesse de Tréhizonde - où brille la croupe d'un cheval blanc. Et vous vous promènerez sur le Ponte Pietra où flotte encore au-dessus de l'Adige, le souvenir de Dietrich von Bern. » Bien entendu, il n'oublie pas Venise et ses merveilles, à commencer par les vénitiennes: « J'ai été gondolier à Venise. Je m'appelais alors Marcantonio. Je dois l'avouer: je ramais fort, je chantais assez bien et j'étais plutôt joli garçon. Je promenais de temps en temps sur la lagune la fille d'une de ces familles hautaines de Venise: Bianca Cappello. J'ai eu de la chance: elle est tombée amoureuse de moi. Elle habitait un palais sur le Grand Canal. J'avais un petit logement à San Pietro di Castello, derrière l'Arsenal. Elle avait seize ans. J'en avais dix-neuf. Elle n'avait pas froid aux yeux. »
Et c'est ainsi que l'on passe du coq à l'âne, si je puis dire, que l'on passe des grandes idées aux grands sentiments, du principal au trivial.
Reste la plume virevolante d'un auteur qui parvient à nous faire partager sa jubilation, allant même jusqu'à se mettre dans la peau du Jean d'Ormesson imité par Laurent Gerra en affirmant qu'il a bien connu les auteurs dont il nous présente les oeuvres: « J'avais connu beaucoup de monde. J'étais jeune encore. Je n'étais plus un enfant. Tout m'amusait : je m'amusais moi-même. Une occupation nouvelle était entrée dans ma vie : je me mettais à lire. Sinon déjà à Athènes, du moins un peu plus tard, à Rome et à Byzance, je lisais Platon, Sophocle, Hérodote, Thucydide. Je les ai connus. Je peux vous l'assurer: ils ont existé. Ce ne sont pas des inventions de savants fous ou de poètes exaltés. le talent, le génie se promenaient à l'ombre de l'Acropole: Athènes était alors le centre et la gloire du monde connu. » 
Iconoclaste et facétieux, l'ex pilier du Figaro s'amuse à s'imaginer communiste, à trouver la Révolution inévitable et, par un raccourci audcieux, à y mêler sa belle Vénitienne: « Ce n'est ni une invention scientifique ou technique, ni une oeuvre d'art, ni un ouvrage de l'esprit. C'est un bouleversement, une idée, une explosion collective. On s'est beaucoup demandé si elle aurait pu être évitée. C'est de nouveau l'histoire de la brioche de Bianca Cappello. La Révolution était nécessaire et inéluctable puisqu'elle a eu lieu. Il n'existe pas de plan B à mon parcours torrentiel. Il n'y a pas d'alternative. À chaque instant, dans la grandeur et la petitesse, dans la justice et la vanité, dans l'enthousiasme et dans l'horreur, ce qui est fait est fait et ne pouvait pas ne pas être fait. La Révolution vient de loin, elle a mûri, elle a été longuement préparée. Elle devient inévitable. Comme l'avait prévu Voltaire, elle éclate comme une grenade. » Et la déflagration est telle qu'elle secoue le monde sur bien des années, emportant dans son sillage bien des rêves de liberté, d'égalité et de fraternité. C'est une chose étrange à la fin du livre que de constater combien Jean d'Ormesson nous manque déjà.
Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Squirelito
  15 janvier 2018
Chaque livre est différent, chaque livre s'ouvre avec un sentiment distinct, parfois intense, parfois craintif, parfois neutre. Mais pour le dernier roman de Jean d'Ormesson c'est une approche bien étrange. Dans ses mains, on sait que l'on détient un objet rare, un bien précieux qu'il faut manipuler avec précaution. le regarder, le retourner, le feuilleter, fermer les yeux pour se souvenir. Puis, commencer la lecture, tout doucement, prendre son temps parce que c'est justement de lui qu'il s'agit, ce temps qui passe et qui ne revient pas, ces hommes et ces femmes qui vivent et trépassent inéluctablement. C'est l'Histoire, la nôtre, la vôtre, cette histoire universelle que nous conte l'académicien et qui, par son écriture, personnalise ce qui nous lie tous : l'humanité et sa fuite en avant.
C'est le récit d'un voyage qui a commencé un jour ou une nuit, et personne ne sait quand il se terminera. Il a débuté sans les animaux, sans les hommes. Puis, progressivement, les êtres vivants sont apparus, ont évolués jusqu'au moment de la découverte du feu qui a été un grand pas en avant vers les civilisations. C'est là que s'ouvre « Et moi, je vis toujours » où l'auteur nous entraîne à travers les siècles, les continents, où l'auteur se transforme en 1001 personnages, tantôt homme, tantôt femme afin de faire vibrer les vies qui font le roman de l'épopée humaine commencée il y a des milliers d'années en Afrique.
En seulement 280 pages vous détenez la plus précieuse des bibles, Jean d'Ormesson étant à lui seul une encyclopédie et tel un Ulysse c'est une invitation à une odyssée perpétuelle entre larmes et rires, entre guerre et paix, entre haine et amour, le tout englobé dans l'ivresse de l'art, de la philosophie, d'anecdotes et de découvertes comme, par exemple, celle de la brioche de Bianca Cappello.
Cette publication posthume de Jean d'Ormesson est une profonde émotion. le bonheur de le lire encore, de s'enivrer de sa verve, de savourer son humilité, de sourire face à un humour qu'il a dû pratiquement garder jusqu'à son dernier souffle. La tristesse aussi, en sachant que c'est le dernier opus (à moins que certains soient cachés et qu'un jour…), et que Monsieur Jean n'est plus là pour nous épater.
Pourtant, écoutez :
« Longtemps je m'étais déplacé de bas en haut et de haut en bas. Maintenant je marchais droit devant moi, la tête haute, impatient et curieux. le soleil n'en finissait pas de se lever devant nous. Je découvrais avec ahurissement, avec admiration un monde nouveau dont je n'avais aucune idée ; des peuples, des langues, des villes, des religions, des philosophes et des rois ».
Ou encore :
« J'ai pleuré et j'ai ri. Il y a de quoi rire : rien ne m'a autant amusé que la vie. Et il y a de quoi pleurer : je suis aussi la faim, la soif, la pauvreté, l'ignorance, la maladie, les chagrins d'amour, la dépression, la folie. »
Son timbre nous berce, ses mots resplendissent. Sacha Guitry disait « quand on a entendu du Mozart, le silence qui suit est encore du Mozart ». Pour ce Guépard de l'atticisme, désormais « loin de tout, qui a rejoint le domaine des certitudes éternelles », c'est exactement ce même silence. Un silence vivant.

Lien : http://squirelito.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185
PiertyM
  28 avril 2018
Je commence la lecture, des mots m'enchaînent à l'instant, des courtes phrases, saisissantes, alléchantes m'empoignent d'un seul coup. Et cette solitude qui cristallise l'enfance, et qu'on en parle avec pincement au coeur, ça m'a beaucoup éblouit. Mais quand j'avance juste un peu dans ma lecture, je me perds, je me dis que le vieux dérape ou quoi, après ce moment de brouille passé j'ai compris que le vieux voulait simplement me dire que tout peut passer mais seule l'histoire reste...Et lui, il a fait son histoire, il nous le raconte tout en retraçant avec ingéniosité l'histoire du monde!
Commenter  J’apprécie          230

critiques presse (4)
LaPresse   07 mars 2018
L'Histoire livre ses mémoires. Elle est homme, elle est femme : cette narratrice représente l'espèce humaine et prend le point de vue de différents personnages de l'ombre. Elle a été aux côtés de Platon, d'Alexandre le Grand, de Molière, de Napoléon.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   20 février 2018
Alors que l'immense émotion nationale provoquée par la mort de Jean D'Ormesson n'est toujours pas retombée, doit-on obligatoirement dire du bien de son nouveau livre Et moi, je vis toujours?
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   17 janvier 2018
Dans Et moi, je vis toujours, son ultime roman, Jean d'Ormesson fait montre d'un savoir encyclopédique, avec légèreté et esprit.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   12 janvier 2018
Disparu le 5 décembre 2017, l'Académicien français Jean d'Ormesson offre "Et moi, je vis toujours" (Gallimard), roman posthume et ultime clin d’œil de l'immortel à ses lecteurs.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
KroutKrout   06 février 2018
Beaucoup de définitions ont été données du bourgeois. Il est réservé et il a des réserves. Il ne s'engage jamais tout entier. Il a plus d'intérêts que d'idéal. Il aime le confort et il est conformiste. Il est prudent, sûr de lui, parfois chafouin, affolé de culture, près de ses sous. Il se réclame d'un passé d'ailleurs plutôt récent, d'un art souvent moderne pour essayer de donner le change, de la tradition, de la beauté. Il tente toujours de passer pour audacieux, mais il craint l'avenir, les artistes et l'amour. Il est plus familier des banques et des assurance que de l'agriculture et de la pêche en haute mer. Tout tient en seul mot : l'argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
KroutKrout   08 février 2018
Au nom de l'espèce humaine, qui est la vôtre autant que la mienne, allez donc à Vérone. Vous y prendrez un repas de rêve aux Dodici Apostoli, vous irez voir les portes de bronze de l'église San Zeno, vous admirerez dans l'église Sant Anastasia le tableau de Pisanello - Saint Georges délivrant la princesse de Tréhizonde - où brille la croupe d'un cheval blanc. Et vous vous promènerez sur le Ponte Pietra où flotte encore au-dessus de l'Adige, le souvenir de Dietrich von Bern.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
SpilettSpilett   27 juin 2018
L'imprimerie donne le départ à une catégorie d'objets culturels nomades d'une utilisation aisée: les livres. Dans mes jeunesses innombrables et successives, j'ai lu des livres dans des couvents, sur des plages, sur des bateaux, dans des trains, dans de vastes fauteuils, dans des bibliothèques qui étaient leurs cathédrales, à l'ombre des tilleuls, dans des lits où je n'étais pas toujours seule, à l'école, dans le travail et pour le plaisir. Mes vies se sont confondues avec les livres. Les bibliothèques et les librairies ont été mon destin. Vivre, pour moi, pour tous les moi où je me suis glissée les uns après les autres, c'était d'abord lire un livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
KroutKrout   31 janvier 2018
Il meurt en pleine gloire à quatre-vingt-quatre ans. S'il avait vécu plus vieux encore ou s'il était né plus tard, il aurait été adulé en 1789 - et guillotiné en 1793. Mais avisé comme il l'était, il n'aurait pas, lui, le philosophe des Lumières, raté sa fuite à Varennes. Je l'aurais rencontré, toujours vif et subtil, aux côtés de Talleyrand, en Louisiane ou à Londres.
Commenter  J’apprécie          254
mcd30mcd30   15 janvier 2018
Thomas (d'Aquin), qui devait être reconnu par Rome, trois cents ans plus tard, comme docteur de l'Eglise, fut assez indulgent pour m'accorder l'absolution que je sollicitais avec humilité. Mais il l'assortit d'une pénitence : pour avoir tant péché contre Dieu et contre les hommes au nom d'un pouvoir dont j'acceptais jusqu'aux excès et jusqu'à l'injustice, j'étais condamné à me détourner des puissants de ce monde que j'avais trop bien servis et à m'occuper, dans une autre vie, des plus pauvres et des plus démunis.
La tâche n'était pas très difficile. Ce qui manque le moins dans ce monde, c'est le malheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Jean d`Ormesson (118) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d`Ormesson
AU PLAISIR DE DIEU Film de Mazoyer dans les années 70s tiré du roman de Jean D'Ormesson.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14007 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .