AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749943732
Éditeur : Michel Lafon (28/05/2020)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Existe-t-il une frontière entre l'imaginaire et le réel ?

Dans un futur pas si lointain, un terrible virus a frappé la Terre et fait disparaître tous les hommes de sa surface, épargnant mystérieusement les femmes. Pour s'évader dans ce nouveau monde, il faut passer par La Sphère : des simulations permettent de découvrir de nouveaux horizons, des époques passées ou futures... mais, aussi, de rencontrer des hommes.

Noria mène une vie de r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  08 juin 2020
Je n'ai encore jamais lu de roman de cette auteure, je vais donc ici découvrir une nouvelle plume.
Nous sommes dans un univers futuriste où la population a été en grande partie décimée par un virus (plutôt actuel non ?). Cela a eu pour conséquence une nouvelle population essentiellement féminine.
Noria est mannequin vedette « grande taille » pour une grande marque, elle est au moment de ce roman au sommet de sa carrière et bénéficie d'une vie plutôt riche et agréable. C'est une jeune femme avec un sacré tempérament. Elle assume ses formes généreuses ce qui en fait une héroïne un peu différente de ce que l'on voit d'habitude. Au travers de certaines de ses remarques on ressent cependant son rejet des diktats de la mode et du côté filiforme, mort-de-faim des autres mannequins. Elle est parfois un peu incisive sur certains sujets et même parfois agressive quand elle se sent mal dans sa peau. Et on verra au vu des événements qu'elle va se retrouver souvent dans des situations totalement bizarres pour sa conception de son monde. Cela pourrait la laisser penser égoïste ou égocentrique mais je l'ai plus ressenti comme un moyen de défense face à toutes ces inconnues qu'elle ne comprend pas et ces peurs qui se réveillent.
Sa meilleure amie, Killian fait partie de ces jeunes femmes qui se privent à chaque instant pour faire un 32. C'est pourquoi, lorsque celle-ci lui propose de passer leur semaine de vacances dans un complexe virtuel, Noria n'est pas enchantée, mais par amitié pour Killian, accepte de l'accompagner car elle sait qu'elle y a mis beaucoup de ses économies pour vivre un moment spécial dans un des mondes virtuels proposés par ce complexe.
Pour leurs premières vacances depuis quelques temps, les voici donc inscrites à un programme virtuel appelé « La sphère ». le complexe est décrit de telle façon que l'on s'y croirait et que l'on ressent les émotions de nos deux héroïnes face à cette aventure qui les attend. Elles partent ainsi pour vivre une semaine dans un monde virtuel où les hommes existent toujours et où le flirt est un rêve réalisable. Une semaine de rêve les attend !
Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu. Leur choix se porte sur un programme inédit qui va les entraîner dans l'espace à bord d'un énorme vaisseau-ville. On trouve ici le côté SF grâce aux descriptions et aux améliorations de la vie sur ce vaisseau (les IA, l'électronique à tous niveaux, puces d'identité, puce-GPS, et les vêtements sont plus faciles à ranger par exemple).
Mais des événements vont chambouler tout ce que Noria pense savoir de cette expérience, de sa vie et de ses proches. Avec tout ce qu'il se passe, elle est à deux doigts de passer pour folle auprès du beau médecin qui la fait sortir d'hibernation. Elle découvre un univers qui ne semble pas lui apporter les mêmes informations qu'aux autres sphéreuses. C'est l'incompréhension totale. Mais alors où est la vérité ? Où se situe le virtuel ? car même son amie Killian semble différente de celle qu'elle a toujours côtoyé comme si l'expérience lui avait apporté un plus ou un moins que Noria n'a pas reçu. Que lui cache-t-on ? A-t-elle bien intégré le programme de « la sphère » comme convenu ou quelque chose s'est-il détraqué en route pour qu'elle se sente en déphasage total avec le reste du monde ?
Alexyane de Lys a su bien emmêler l'écheveau de son scénario pour nous perdre et nous faire douter de tout et surtout de tout le monde.
Chaque pas en avant apporte des informations que la logique dément. C'est franchement bien fait même si certains détails manquent pour que tout soit totalement parfait. Des détails qui passent à l'as en quelques pages sans que cela soit gênant pour l'histoire mais simplement pour le réalisme.

Les personnages sont intéressants. Troublants car on ne sait à qui se fier. Chaque action apporte son lot de surprises. Chaque avancée dans l'enquête de Noria sur cet univers la pousse vers encore plus de questions. Et quand viennent les révélations finales c'est la claque. Je ne m'attendais pas à cela ni à cette fin plutôt surprenante.
Voici un roman à la fois SF et polar psychologique avec un soupçon de romance et surtout beaucoup d'émotions en tous genres. Avec Noria on va expérimenter le doute, la colère, la peur aussi. C'est un sacré personnage aux facettes multiples. La sphère va lui apporter à la fois du bon, du très bon mais aussi du très mauvais et elle devra trouver en elle la force d'y faire face pour se sauver et protéger ceux auxquels elle tient. Les personnages secondaires sont peu à vraiment prendre un rôle mais mon personnage favori reste Alan. J'aimerais beaucoup avoir la chance de côtoyer une personnalité comme lui. Il est vraiment surprenant et attachant.
C'est un one-shot qui au vu de l'univers proposé et de la trame aurait tout aussi bien pu prendre un tome ou deux de plus pour amplifier encore le sentiment de doute et de trouble de l'héroïne. Découvrir plus avant les personnages et l'environnement de l'Artémis ne m'aurait pas dérangée. Même si les explications se suffisent je ne suis pas contre, non plus, plus de développements car si je me suis sentie à l'aise dans cet univers, y plonger encore plus n'aurait pas été désagréable.
Merci Michel Lafon pour cette belle découverte que j'ai failli ne pas faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Carole94p
  08 juin 2020
La semaine dernière, je terminais ma lecture des Ailes d'émeraude de l'auteure Alexiane de Lys et cela tombait plutôt à pic avec l'arrivée de son tout dernier roman, La Sphère. Un roman de science-fiction qui s'annonçait vraiment sympa. Il faut dire que le résumé avait fortement piqué ma curiosité. Je n'ai donc pas attendu longtemps et me suis littéralement jetée dessus.

La sphère nous plonge dans le futur. Un virus (sujet très d'actualité) a frappé la terre et n'a laissé pour seuls survivants que les femmes. Noria, dont la carrière est à son plus haut accompagne sa meilleure amie dans La Sphère. Là bas, elles vont pouvoir s'essayer aux réalités virtuelles, des simulations qui vont leur permettre de découvrir d'autres horizons mais aussi de rencontrer des hommes. Si l'expérience est coûteuse et emballe totalement sa meilleure amie, Noria n'est pas vraiment heureuse à l'idée de s'y plonger. Entre réel et virtuel il n'y a parfois qu'un pas.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ai su que cette lecture ne serait pas totalement à la hauteur de mes espérances. Et malheureusement au fil des pages, je n'ai fais que déchanté. L'héroïne, Noria m'a comme qui dirait tapé sur le système assez rapidement. La jeune femme n'a rien à envier à ses collègues mannequins, elle assume sa taille, ses formes et ça c'est plutôt vraiment cool de la part de l'auteure. En revanche, son caractère, ses réflexions et ses actions ont été rédhibitoires pour moi. En fait, j'ai eu la sensation que pour se sentir bien, elle devait sans cesse rabaisser, critiquer et juger les autres (même si c'est uniquement dans sa tête, ça en dit long sur sa personnalité). Quant à ses actes et son comportement, j'avoue avoir souffler de désespoir à plusieurs reprises... Les autres personnages auraient pu être intéressants et relever le niveau mais j'avoue qu'aucun d'eux ne s'est démarqué. Je n'ai pas ressentie d'empathie et ne me suis pas attaché à eux.

Honnêtement, quand on me dit roman de science-fiction, je m'attendais vraiment à quelque chose de futuriste. Avec La sphère, hormis le côté simulateur du départ, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Et même comme ça, je trouve que c'est très peu exploité. Il faut dire que prendre le partit d'un one-shot pour un univers comme celui-ci, c'est à double tranchant. Car du coup, il faut assez vite plonger le lecteur dans son récit et ce n'est pas toujours simple en si peu de pages. Pour ma part, je suis restée sur ma faim à ce niveau là.

Du côté de l'intrigue, une fois de plus, je m'attendais à tellement mieux... concrètement, il ne se passe pas grand chose dans la première moitié du roman. L'auteure tente de semer le doute dans l'esprit du lecteur et pour le coup ça marche plutôt bien parce que j'en perdais le fil. Honnêtement j'ai trouvé que cela partait un peu trop dans tous les sens pour donner quelque chose de cohérent. L'héroïne m'énervait toujours autant si ce n'est plus et son idylle naissante m'a paru assez fade et tellement prévisible que je n'ai pas réussi à me raccrocher à cela. Pourtant, je suis bon public de ce côté là. Mais ici, honnêtement, ça n'a pas aider loin de là.

Passé la moitié du roman je me suis posée la question. Est-ce que je devais continuer ou non. Je n'aime pas abandonner une lecture, parce que je me dit que ça peut toujours s'améliorer mais là, j'étais à un stade où plus j'avançais et plus j'avais la sensation que mes impressions devenaient négatives. Alors j'ai été lire les derniers chapitres en occultant quelques passages du milieu. Et là, deuxième désillusion... la fin m'a encore plus donné la sensation que cette histoire n'avait ni queue ni tête. Je me suis faite la réflexion "tout ça, pour ça ?". J'ai lu quelques chapitres de plus que j'avais zappé et non décidément, même en savant la fin, rien n'y faisait, j'ai abandonné ma lecture en ayant lu plus de la moitié.

C'est étrange mais en y repensant, je pense que dix ans plus tôt, j'aurais sans doute davantage aimé cette lecture (dans une certaine mesure). A l'heure d'aujourd'hui, en connaissant l'auteure pour ces autres romans, je m'attendais à tellement plus... Je crois qu'au final, je suis déçue d'avoir été déçue. Cette lecture s'annonçait prometteuse mais je n'ai ni accroché aux personnages, ni à l'univers et n'ai pas réussi à passer un bon moment de lecture.
Lien : http://www.my-bo0ks.com/2020..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
IdeesALire
  01 juin 2020
Bon… Je ne vais pas y aller par quatre chemins, cette lecture était catastrophique du début à la fin pour moi. Je t'avoue que quand le livre est arrivé et que j'ai vu son épaisseur (moins de 300 pages), tout en sachant que c'est un tome unique de SF, j'ai paniqué. Et encore une fois, ma panique était justifiée : retour sur ce petit livre de SF (vite fait).

Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par te parler de la protagoniste qui est tout simplement insupportable. A chaque chapitre. Chaque phrase qu'elle pense ou prononce. Dans tout ce qu'elle dit. Quoi qu'elle fasse. Il n'y a pas un moment où je me suis sentie touchée par elle, par son histoire ou ses émotions, elle m'a tout simplement agacée à un point que je ne pensais pas atteindre un jour, à coup de remarques stupides et de pensées dignes d'une enfant de 15 ans. de son déjà culte « Voir mon sébum salir le meuble impeccable me procure une grande satisfaction » (meuble touché juste pour être encore plus lourde qu'elle ne l'est déjà) à ses « olala je suis une personne spéciale regardez-moi je fais une taille 40 regardez ces squelettes à mes côtés je suis la plus belle la plus bonne elles sont toutes jalouses parce qu'elles doivent se faire vomir » sur des pages et des pages, tout en insultant un autre personnage secondaire ayant perdu sa main suite à un accident (seulement appelé « mécanicien manchot » dans le bouquin d'ailleurs, et de façon péjorative, mais vu que madame « s'en tape » et c'est pas moi qui le dit c'est elle…), elle m'a tapé sur le système comme JAMAIS et je te jure qu'après avoir lu 30 pages j'avais déjà des envies de meurtre. du jamais vu.
Même moi je suis choquée.
Malheureusement il n'y a pas que les remarques de Mademoiselle-je-suis-trop-spéciale qui m'ont soulée, parce que ses actions ne sont pas meilleures : elle prend la tête à tout le monde pour rien, pense tout savoir sur tout et choisit tout pour ses amis parce qu'elle pense les connaître mieux qu'eux-mêmes, enchaîne connerie sur connerie, écoute rien de ce qu'on lui dit… Je n'ai jamais vu un perso aussi égoïste et stupide à la fois. Elle était un sketch à elle toute seule et je savais plus si je devais me mettre à rire ou à pleurer à certains moments. Mon cerveau a jamais été aussi paumé.

Côté intrigue, oublie le côté SF si c'est ce que tu cherches : il faut avoir lu le bouquin pour s'en rendre compte mais la SF n'est présente que les 30 premières pages et il n'y a absolument aucun worldbuilding et encore moins de profondeur. C'est vide. C'est vraiment le néant et j'ai été incapable de m'imaginer quoi que ce soit tellement on manque d'explications, de descriptions, de contenu… il y a 80% de dialogues mal écrits ici, d'où peut-être ce manque flagrant de construction à mes yeux.
Et surtout, sans rien spoiler mais… après avoir refermé le bouquin, je ne comprends même pas l'intérêt d'avoir ramené ces 30 pages SF ici. L'intrigue part complètement en vrille à la moitié du livre et finit très clairement en gros WTF-flop-hein. Je ne sais même pas si j'ai tout compris tellement l'ensemble était tiré par les cheveux, et à cette heure-ci je suis incapable de te dire si c'est parce que je dormais encore à moitié ou si c'est parce que ça n'a juste ni queue ni tête. Tu remarqueras que j'essaie de rester le plus vague possible pour ne rien spoiler, mais c'est compliqué là. Tout ce que je peux te dire, c'est que c'est WTF. Et pas dans le bon sens. Plutôt dans le sens « hein mais quel est le fuck oula ? ». L'autrice essaie de faire des choses mais il n'y a aucune tension dans les scènes d'action, aucun suspens puisqu'on ne sait même pas où on va (et quand on y arrive on comprend rien), aucune émotion puisque les personnages sont soit exécrables soit pas approfondis, certaines scènes étaient proches du pathétique tellement j'ai levé les yeux au ciel…
Et j'en POUVAIS PLUS. Voilà.

Tu pensais que j'avais fini ? Mais j'ai pas encore abordé l'écriture, qui ne rattrape absolument pas le reste parce qu'elle n'a rien de spécial. Je relève toujours des citations quand je lis pour mes posts, il y en a toujours au moins UNE qui arrive à transmettre l'ambiance du roman, qui est pertinente, mais là… nada. Rien du tout. Il n'y a pas de poésie, pas de charme du moins pas comme je l'entends, tout est très robotique et ça a joué à 200% dans le fait que je n'ai rien ressenti pendant ma lecture. On le ressent aussi dans les dialogues qui sont très carrés et ne font pas du tout naturels, et c'est vraiment gênant pendant la lecture.

Bref. Voilà. J'espère que t'as rigolé, au moins.
Merci à Michel Lafon pour l'envoi !
Lien : https://ideesalire.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Doryenis
  22 juillet 2020
J'ai découvert Alexiane de Lys par hasard, à Auchan. Je suis tombé sur la couverture des Ailes d'Émeraude. J'ai lu le résumé puis le prologue, et j'ai tout de suite accroché. Il faut croire que le hasard fait bien les choses. J'ai enchaîné les trois tomes avec une soif de fantastique et de science-fiction toujours plus grande. J'ai dévoré le Secret de Lomé (et j'ai attendu le troisième tome comme un toxico qui n'aurait pas eu sa dose). Alors, quand La Sphère est sorti, je me suis empressé de l'acheter.
C'est un livre à vous en retourner le cerveau. [Si vous ne l'avez pas lu, attention aux spoilers]. On croit que l'histoire se déroule dans un futur où un virus a décimé les hommes et a épargné les femmes, mais il n'en est rien. Et moi-même je ne parvenais pas à croire (ou du moins je ne le voulais pas) que Noria était juste victime d'un pervers narcissique. Quand elle a vu le film "La Sphère" au cinéma, et qu'elle s'est rendue compte que tout ce qu'elle croyait être ses souvenirs venait de ce film, je n'ai rien compris. J'étais complètement perdu.
du début à la fin, Alexiane de Lys m'a donné envie de tourner la page. J'ai a-do-ré ! Je me couchais tard le soir, car à chaque fois qu'on apprenait quelque chose, j'avais encore plus de questions que je n'avais de réponses ! J'ai beaucoup aimé ce caractère fort et sceptique de la protagoniste ; c'est une véritable spécialité lyséenne (il faut bien trouver un adjectif à mon auteure préférée). Et puis l'ironie d'Alexiane de Lys... C'est à en mourir de rire !
J'avoue que j'étais sceptique au début, je me disais qu'un livre de science-fiction, c'était quelque chose de nouveau pour l'auteure, qui avait déjà écrit deux trilogies fantastiques. Mais j'ai tellement aimé... Même si je pense qu'une trilogie permet de mieux s'attacher aux personnages et à l'univers du roman. Ça m'a brisé le coeur de devoir quitter Cassiopée et les Myrmes. Il m'en a fallu du temps pour me séparer de Bâl'Shanta. C'était plus facile avec La Sphère, puisque l'univers de l'histoire était moins vaste. On se concentrait plus sur l'histoire de Noria que sur celle d'un peuple ou d'une minorité. Ce livre est un véritable thriller à s'en arracher les cheveux.
Dès le début de ma lecture, j'ai fait attention à cette question qu'Alexiane de Lys a posé sous le résumé de l'intrigue : "Existe-t-il une frontière entre l'imaginaire et le réel ?" La réponse ? Ce qu'on croyait être la frontière entre l'imaginaire et le réel se morcelle au fur et à mesure que la vérité (qu'on croyait être une illusion) nous soit dévoilée.
SHDB.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaBibliodeLu
  12 juin 2020
Tout d'abord, merci beaucoup à Masse Critique de m'avoir envoyé ce livre! J'avais très envie de découvrir cette auteure, dont je n'avais entendu que du bien avec la trilogie Les Ailes d'Emeraude.
Cependant... Ca ne l'a pas fait pour moi. Plusieurs points m'ont gênée dans ma lecture et je n'ai pas accroché au personnage principal, que je trouve trop négatif ( le point culminant a été à la fin, où elle fait une réflexion à une personne, alors que bon sang, cette personne ne le méritait vraiment pas! Bref).
Tout d'abord, le topo de départ: les hommes ont disparu, il ne reste que des femmes dans un univers futuriste. Je trouve cette partie SF là pas assez développée: qu'est-ce que c'était que cette maladie qui n'a tué que les hommes et surtout, qui les as tous tué? A quoi bon rajouter par dessus une histoire un peu complotiste? Bref, c'est assez peu crédible, on a envie d'en savoir plus.(no spoil, c'est les premières pages)
Ensuite, la Sphère: j'aime beaucoup cette idée. Cependant, une fois dedans... Ce n'est pas du tout comme j'aurais pu l'imaginer. Et c'est dommage, en tant qu'amatrice de SF, j'en attendais là-dessus, mais le "paysage" dans lequel elle s'éveille est très déroutant et je ne suis même pas sûre qu'il soit "scientifiquement" correct. Et en plus, c'est trop peu exploité, il y aurait eu tant de choses à découvrir!
Enfin, l'histoire: elle se tourne beaucoup plus sur un côté "thriller" que sur son côté futuriste. Et je ne suis pas fan des thrillers, donc peut-être pas la plus calée sur le sujet... Cependant, je trouve qu'il y a trop peu d'indice, et surtout pas assez d'approfondissement des "découvertes" pour qu'on s'attache à ce qu'il se passe. J'ai été totalement opaque à la résolution, alors que clairement c'est là pour qu'on fasse "Wow, je l'avais pas vu venir". L'explication finale est un peu longue, elle aurait pu être abrégée, et soulève une ou deux incohérences sur certains personnages et leurs actions. Et pour une des révélations, je l'avais vue venir depuis le début donc forcément, je n'ai pas été surprise là-dessus.
La fin fin, celle après le dénouement, est pas mal, mais un peu... Niaise je dirais. En tout cas, trop pour moi, mais ça plaira surement à plein de gens.
J'ai beaucoup parlé du négatif, mais il y a quelques points positifs, notamment quelques sujets importants qui sont soulevés. Malheureusement, celui de l'écologie et des maladies sont pour moi trop peu approfondis pour être vraiment pertinents.
En bref, une bonne idée de départ, mais qui aurait mérité plus d'approfondissements, éventuellement une ou deux intrigues secondaires pour pimenter tout ça, et un personnage principal plus empathique et moins auto-centré.
Dommage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
DoryenisDoryenis   22 juillet 2020
Sam me rejoint finalement et vient s'asseoir en face de moi, sirotant son café comme si de rien n'était. Son regard finit par tomber sur le nettoyant pour vitres et le chiffon en microfibre que j'avais laissés sur le sol dans l'intention d'effacer le mot tagué sur ma baie vitrée, avant de me rendre compte que le mot en question n'avait en fait jamais existé. Enfin, j'espère.
- Ne me dites pas que vous êtes une de ces maniaques qui nettoient leurs vitres étincelantes tous les jours après avoir pris leur petit déjeuner à cinq heures du matin ?
Je me pince l'arête du nez, tentant de garder mon calme.
- Vous, on peut dire que vous savez parler aux femmes. Et après c'est moi qui suis un cadeau du ciel, hein ?
- Vous ne répondez pas à la question, en attendant.
- Mais parce que je me moque bien de savoir quelle opinion vous avez de moi. Si ça peut vous faire plaisir de penser que je me lève tous les matins à cinq heures du matin pour astiquer ma baraque, grand bien vous fasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DoryenisDoryenis   22 juillet 2020
Je m'accroche à ses épaules musclées (faites-moi penser à me gifler plus tard), autant pour ne pas tomber que pour l'obliger à me regarder dans les yeux.
- Il faut que j'aille à la sécurité.
Il fronce les sourcils, mécontent.
- Il en est hors de question, vous...
- Si vous ne me conduisez pas à elle, je rétorque d'un ton menaçant, je me mets à hurler comme une possédée et rameute la moitié de la population à l'infirmerie ! On sera bien obligé de me faire enfermer aussi, et alors je pourrai le voir.
Sam a l'air très en colère d'un coup, et je dois bien admettre que ça ne fait qu'ajouter à son charme. Ben quoi ? Je ne peux pas ne pas remarquer les belles choses.
Quel âge peut-il bien avoir, d'ailleurs ? Vingt-sept, vingt-huit ans ? Et qu'est-ce que ça peut bien me faire de toute façon ?
- Si vous hurlez, menace-t-il à son tour, je vous ligote comme un saucisson à ce lit et vous bâillonne. Vous serez bien obligée de vous calmer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie2406Marie2406   13 juin 2020
Puis c’est le silence. Je sens une angoisse sourde me prendre aux tripes. Killian n’est pas rentrée chez elle hier soir. J’en suis intimement persuadée. Mais alors où est-elle ? Et avec qui ? Et si les actionnaires de la Sphère s’en prenaient à elle pour me réduire au silence ? Pour me faire peur ? Elles pourraient très bien envoyer un des programmes (l’officier Harper par exemple) pour lui faire du mal…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DoryenisDoryenis   22 juillet 2020
- Vous allez mieux ? Plus de délires et autres hallucinations ?
Honnêtement ? J'ai pitié de lui. Il ne sait même pas qu'il n'existe pas... Et pourtant, c'est lui qui me prend pour une folle.
Je me penche en avant, curieuse malgré moi.
- Sérieusement ? Vous êtes persuadé que vous êtes réel ? Que vous êtes vraiment à bord d'un vaisseau qui va atterrir sur une nouvelle planète ?
Docteur Sam plisse les yeux et me fixe en silence pendant un moment, sondant mon regard. Sa main frôle le pistolet neuroneutralisant pendu à sa ceinture.
Comprenant immédiatement que j'ai commis une erreur, j'éclate d'un rire joyeux qui le fait sursauter. Ça y est, s'il ne me croyait pas folle, maintenant je suis sûre qu'il n'a plus aucun doute.
- Je plaisante, dis-je en faisant mine de trouver la situation hilarante. Non, docteur, plus de délires ni d'hallucinations. Mis à part cet affreux mal de tête, que je vous dois certainement d'ailleurs, tout va bien.
Il laisse échapper un discret soupir de soulagement.
- Vous m'avez fait peur, j'ai cru que vous replongiez.
Si tu savais, mon pote...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marie2406Marie2406   11 juin 2020
Nous prenons l’ascenseur qui nous dépose au rez-de-chaussée. Mon Electrover est sagement garé devant la porte, à l’emplacement 23. C’est un engin qui existe depuis bientôt quinze ans et qui a remplacé les voitures électriques, encore trop dangereuses et inconfortables. C’est une sorte de voiture sans roues, survolant le sol grâce à un système d’électroaimant. Il se manœuvre tout seul et n’a pas de volant. J’ai juste à donner l’adresse pour qu’il nous y conduise, toujours sans encombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Alexiane de Lys (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexiane de Lys
Julie Muller Volb, lauréate 2017, nous livre ses impressions à chaud suite à la remise du Prix obtenu pote son roman L'hayden, le secret d'Eli. Alexiane de Lys et Charline Rose, lauréates 2014 et 2016, témoignent de leur propre experience et marquent leur soutien à Julie.
autres livres classés : realite virtuelleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les ailes d'émeraude (saga)

Le village où vivent les Myrmes s'appelle:

Springfield
Tornwalker
Philadelphie
Atlanta

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Les ailes d'émeraude, tome 3 : L'île des secrets de Alexiane de LysCréer un quiz sur ce livre

.. ..