AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070536262
Éditeur : Gallimard (18/09/2002)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 35 notes)
Résumé :

Mai 1944. Il neige. Il neige des fleurs de cerisier. Derrière ce brouillard de neige, un brouillard de larmes. Un petit garçon voit sa mère disparaître à jamais au bout d'un champ. Avril 1918. Le soldat est beau comme une photo. Il a dit qu'il était américain. Qu'il repartait pour le front et qu'il voulait offrir un cadeau à une femme. Juliette l'a conseillé au mieux, elle y a mis tout son cœur. Un poudrie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
july57
  05 mai 2016
Avec ce recueil de nouvelles, le lecteur passe d'une guerre à l'autre, de la 1ère Guerre mondiale à la 2ème Guerre mondiale.
Sept nouvelles chargées d'émotions sur les thèmes de l'amour, l'amitié, la séparation, la famille, la mort.
Ces nouvelles s'intitulent:
- le noyer
- Initiales
- Père et fils
- A la vie à la mort
- Rose
- La cabane
- Brouillard de neige
A titre personnel, ma préférée est "Initiales": Avril 1918. le soldat est beau comme une photo. Il a dit qu'il était américain. Qu'il repartait pour le front et qu'il voulait offrir un cadeau à une femme. Juliette l'a conseillé au mieux, elle y a mis tout son coeur. Un poudrier. Il a dit qu'il voulait y faire graver des initiales... La chute est tout simplement magnifique...
J'en ai encore des frissons dans tout le corps rien quand y pensant...
Car se sont des récits mais peut-être se sont- ils vraiment déroulés et c'est ce doute qui me bouleverse...
Dans ce livre, j'ai vraiment apprécié la douceur de l'écriture et des mots qui glisse comme une caresse sur la peau pour apaiser les horreurs de la guerre.
Un livre pour adolescents mais que je conseille fortement aux adultes car c'est une vraie bouffée d'émotions et une ode à la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Avalon
  19 octobre 2009
J'ai beaucoup aimé ce recueil de nouvelles qui n'abordent que la Première Guerre Mondiale et la Seconde Guerre Mondiale. Je pense que je vais les commenter les unes après les autres.
Le noyer : Ce n'est pas ma nouvelle préférée bien qu'elle soit triste. Néanmoins, elle est bien menée et on comprends assez facilement les motivations du personnage principal qui se décident à couper le noyer alors qu'au départ, il refusait catégoriquement.
Initiales : Il s'agit d'une de mes préférés. Elle est vraiment belle et la fin est assez inattendue, je m'attendais pas du tout à ce qu'elle se finisse ainsi (je parle des initiales car il y a aussi la toute fin de l'histoire).
Père et fils : C'est une des nouvelles les plus longues du recueil mais aussi une des plus tristes. Je ne veux pas tout dévoiler mais celle ci m'a fait pleurer surtout à la fin.
A la vie à la mort : La nouvelle eponyme du recueil. Elle parle de la résistace des lycéens durant la Seconde Guerre Mondiale, elle m'a aussi beaucoup touché, peut-être celle-ci qui m'a le plus touché avec la dernière car je suis aussi une lycéenne et je me suis demandée ce que j'aurais fait si j'étais à leurs places, ...
Rose : Une jolie nouvelle sur le courage d'une femme qui aida une Juive à accoucher pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elle est aussi très bien et pleine d'espoirs.
La cabane : Tout comme le noyer, j'ai moyennement apprécié cette nouvelle. Elle ne m'a pas beaucoup touchée contrairement aux autres.
Brouillard de neige : Il s'agit de la nouvelle qui m'a le plus touché. Elle parle d'un petit garçon dont la mère a disparu et qui souhaite la retrouver, savoir ce qui s'est passé, ... Elle m'a fait pleuré.
En conclusion, je dirais simplement que c'est un très beau recueil de nouvelles. Je conseille cet ouvrage à tous le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ConfidencesLitteraires
  23 avril 2016
Autant j'avais beaucoup aimé ce livre quand je l'ai lu en 3ème, autant à 20 ans il m'a laissée un peu plus indifférente.
Les histoires sont toutes émouvantes (la jeune femme qui adopte un bébé juif, les deux adolescents qui cachent un résistant, un soldat américain qui part au front en laissant un souvenir à une inconnue...), mais sont clairement destinées aux adolescents. Des récits un peu magiques, mais des récits simples.
de même, l'écriture n'est pas très recherchée et on perçoit un petit je-ne-sais-quoi qui la rend assez enfantine.
Je conseille tout de même ce recueil aux jeunes, ce sont des nouvelles agréables à lire sur les Première et Seconde Guerres mondiales, qui nous replongent dans ces époques d'incertitude.
Commenter  J’apprécie          40
Linelo
  14 août 2015
En quelques pages, l'auteur parvient à nous raconter sept histoires poignantes se déroulant pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Tranches de vie, actes héroïques, souvenirs, rencontres fortuites, la forme des sept nouvelles varient pour aborder des thèmes tels que le départ pour la guerre et les combats, la vie de famille à l'arrière du front, la Résistance ou la déportation.
Dans l'ensemble, j'ai aimé toutes ces nouvelles, qui sont parfois à chutes. Certaines histoires sont plus dures, d'autres sont pleines d'espoir. Toutes ne m'ont pas plu de la même façon et c'est ce que j'aime aussi dans les recueils de nouvelles : on est parfois un peu déçu par une histoire et on tombe sur la suivante que l'on trouve géniale. J'ai ici été particulièrement touchée par "Initiales", une des plus courtes, dans laquelle un soldat souhaite faire un dernier cadeau à sa femme avant de partir au front...

Un recueil à mettre à disposition des 3è, qui ont l'étude des deux Guerres mondiales au programme d'Histoire. Chez moi, j'ai beau essayer de les "vendre", les nouvelles ne sont quasi jamais empruntées, mais je pense que la couverture et le titre de celui-ci devraient les interpeler.

Lien : http://ocalypso.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Laviniaa
  15 février 2016
Point de résumé aujourd'hui puisque ce roman est en fait un recueil de diverses nouvelles aux personnages et aux histoires plutôt variés. Seul point commun entre toutes, un thème central: la guerre. Première ou deuxième, peu importe où et quand, toutes concernent des personnages qui souffrent d'événements historiques dramatiques. Des vieux, des jeunes, des filles, des garçons, des amoureux, des parents.. Tous sont très différents mais tous souffrent de la perte de quelqu'un et encore une fois Paule du Bouchet réussit à faire partager un florilège d'émotions à travers des mots simples mais efficaces. Je l'avais déjà beaucoup apprécié à travers son Big Easy, je l'aime encore plus après A la vie, à la mort.
Le sujet me parle puisque ceux qui me lisent un peu savent que j'adore tous les romans qui tournent autour de ce thème. (Je suis un peu sado-maso je crois) Par contre, ce n'était pas totalement gagné puisque je ne suis pas du tout fan du format des nouvelles, souvent je trouve ça plat et sans fond mais là pas du tout. Malgré ce côté bref, je me suis attachée à tous les personnages rencontrés et j'ai ressenti énormément d'émotions (souvent de la tristesse) à leur côté. Chapeau bas donc pour avoir réussi à me faire aimer ce style-là!
A la vie, à la mort est sans conteste un recueil à lire. C'est rapide, c'est intéressant, c'est bien écrit, c'est émouvant.. que demander de plus?
Lien : http://mamantitou.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Ricochet   11 mai 2016
La forme est parfaitement maîtrisée. Du narrateur très externe au discours indirect libre en passant par les courts dialogues ou les extraits de journaux intimes, la psychologie des personnages est à l’honneur.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   24 juillet 2012
La guerre, c'était aussi la loi du silence. Qui pensait quoi ? Que pouvait-on dire? A peu près rien. La discorde, la trahison étaient en germe dans chaque conversation de café, dans chaque entreprise, dans chaque famille, dans chaque communauté humaine, si petite soit-elle. L'ère du soupçon, le règne omnipotent de la méfiance. On se taisait donc. Même si l'on n'avait rien à cacher, il y avait toujours quelque chose à taire. Les petits le sentaient bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
july57july57   02 mai 2016
Ils prirent brusquement conscience que résister, ce n'était pas seulement l'instant du "non". Ce n'était pas seulement l'action d'éclat, celle qui se montrait et qui se voyait. Résister, c'était d'abord tenir. Tenir, c'était durer. Et pour durer, il fallait se cacher.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2016
Pendant toutes ces années, l’anglais était resté sa langue secrète, la langue de ses bonheurs et de ses malheurs, réels ou inventés. La langue qu’elle se parlait à elle-même quand elle était une autre. Dix ans plus tard, bien que n’ayant que très rarement l’occasion de parler, l’anglais lui remontait aux lèvres comme si elle n’avait jamais cessé de converser dans la langue de ce père disparu.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2016
Elle le nourrissait de sa vitalité et de sa tendresse, au même titre que sa propre avidité d’apprendre en classe. Avec Louise, il partageait. Non des sentiments communs, non des idées ni des désirs fous, simplement quelque chose de la vie de tous les jours et ce presque rien était presque tout. De toutes les personnes qui l’entouraient, de près ou de loin, Louise était la seule qui ne lui demandait rien. Rien en échange de sa présence. Elle pouvait lui raconter une blague et rire toute seule de sa blague. Le rire de Louise le faisait sourire et l’instant était gagné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2016
On le savait que les Juifs ne revenaient pas, ceux qui voulaient savoir savaient. Il y avait maintenant un enfant. Ce fut une évidence, que sa mère, avec qui elle vivait, accepta également comme telle, avec la même simplicité. Pour dire le vrai, avec plus de simplicité encore.
La simplicité de ceux qui ne se posent pas de question quand ils jugent qu’il n’y a pas lieu.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz autour de "mon amie,Sophie Scholl"

Cette histoire a été écrite pendant quelle période de l’histoire de l’Allemagne ?

La 1ere Guerre Mondiale.
La dictature d’Hitler
La guerre froide

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Mon amie, Sophie Scholl de Paule du BouchetCréer un quiz sur ce livre
.. ..