Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Julie Wolkenstein (Éditeur scientifique)
> Jean Pavans (Traducteur)

ISBN : 2080711814
Éditeur : Flammarion (2004)


Note moyenne : 3.92/5 (sur 38 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sous ce titre métaphorique, Henry James devait composer, en 1903, un très singulier colloque sentimental qui est en même temps, l'une de ses nouvelles les plus abouties.
Au hasard d'une rencontre dans une somptueuse demeure londonienne où rayonne la poésie de l'h... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marti94, le 26 février 2015

    Marti94
    Pour Henry James « Dépeindre la vie des gens n'est rien tant que l'on a pas décrit leurs perceptions ». de fait, il a écrit « La bête dans la jungle » en 1903, inspiré par la mort de Constance Fenimore Woolson, à Venise en 1894. Bouleversé, James se prépare à aller assister aux obsèques à Rome mais y renonce en apprenant qu'il s'agit d'un suicide. Solitaire et neurasthénique, elle était probablement amoureuse de lui. L'horreur de ce destin et de ce malentendu trouvera un puissant écho dans ce texte qui est sans doute le plus intime de l'auteur.
    James nous emmène donc dans les méandres de la conscience. Un homme et une femme font connaissance. Ils s'étaient déjà rencontrés ; il pense s'en souvenir, elle s'en souvient très bien. Il lui avait alors confié son secret : il vit avec la conviction d'être promis à un sort mystérieux ; un événement extraordinaire, terrible peut-être, fondra sur lui un jour. Ils scellent un pacte étrange : elle sera la compagne de cette attente. Leur vie s'écoule, immobile, inquiète : la “bête” ne se montre pas. Mais, comme le suggère Henri James, n'aura-t-elle pas été, elle, cette femme, le destin qu'il n'a su saisir ?
    Ce texte aux accents philosophiques est saisissant et Marguerite Duras en a fait une adaptation en 1962 que je vais m'empresser de lire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mmy, le 11 décembre 2012

    mmy
    La vie du solitaire John Marcher est marquée par un terrible secret : il est convaincu qu'un jour, il lui arrivera quelque chose, comme s'il était traqué par une bête tapie dans l'ombre dont il ressent la présence menaçante. Avec son amie May, il va donc guetter la bête. Mais de quoi s'agit-il réellement ? Qu'a donc de si particulier la vie de John Marcher ? Une nouvelle vertigineuse du génial et troublant Henry James, qui vous mettra le cerveau tout à l'envers.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sand94, le 29 janvier 2012

    Sand94
    Henry James n'est pas auteur facile, enfin je trouve. Il manie le non-dit, le suggéré avec art, déroutant un peu son lecteur (ou sa lectrice) lui donnant peu d'indices, le laissant se dépatouiller avec les quelques informations distillées dans le texte. Bien qu'aimant beaucoup cet auteur, j'ai toujours ressentie comme un malaise, le sentiment désagréable parfois que le texte résiste. Ce fut encore le cas avec ce roman : quel est donc ce secret, exactement ? Les hypothèses sont allées bon train, et je fus comme rassurée à la fin quand , enfin, ce que j'avais cru comprendre fut révélé comme vrai.

    Lien : http://leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/2012/01/27/la-bete-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Marti94, le 28 février 2015

    Aucune passion ne l’avait jamais touché, car c’était bien cela qu’exprimait le mot passion ; il avait survécu, il avait larmoyé et langui ; mais où était son profond ravage, à lui ? [...].
    La chose extraordinaire dont nous parlons fut la soudaine irruption dans sa conscience de la réponse à cette question. La vision que ses yeux venaient d’avoir lui nommait, comme en lettres de flamme, la chose qu’il avait si totalement, si absurdement manquée. Et cette chose manquée faisait de toutes les autres une traînée de feu, les faisait se révéler, lancinantes, dans son for intérieur. Il avait vu hors de sa propre existence et non appris par le dedans, la façon dont une femme est pleurée quand elle a été aimée pour elle-même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par CorinneCo, le 15 novembre 2013

    Quelque chose se tenait embusqué quelque part le long de la longue route sinueuse de son destin comme une bête à l’affût se tapit dans l’ombre de la jungle, prête à bondir

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Marti94, le 28 février 2015

    L’aimer, voilà quelle eut été l’issue ; alors, alors il aurait vécu.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (32)

Videos de Henry James

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Henry James


Hélène Frappat présente Henry James, "La coupe d'or", Seuil
Après avoir amassé une fortune considérable, l'industriel américain Adam Verver écume l'Europe avec sa fille unique Maggie. Il y acquiert de précieuses œuvres d'art afin de fonder un...








Sur Amazon
à partir de :
8,55 € (neuf)

   

Faire découvrir La bête dans la jungle par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz