AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Joëlle Sanchez (Autre)Philippe Bouquet (Autre)
ISBN : 2264010835
Éditeur : 10-18 (2008)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 41 notes)
Résumé :
À Stockholm, un sénateur américain, "héros" de la guerre du Viêt Nam est reçu officiellement par le Premier ministre suédois. Cette visite, loin de faire l'unanimité, déclenche des manifestations d'hostilité d'une partie de la population. Martin Beck et son équipe, chargés d'assurer la protection des deux personnalités, mettent en place un important dispositif de sécurité. Malgré to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Rodin_Marcel
Rodin_Marcel04 novembre 2015
  • Livres 2.00/5
Sjöwall Maj et Wahlöö Per – "Les terroristes" – rééd. Rivages/noir, 2010 (ISBN 978-2-7436-2057-8) – original suédois publié en 1975
– Première édition française publiée en 1987
- Roman traduit directement du suédois par Philippe Bouquet et Joëlle Sanchez. – Préface d'Anna Holt (cop. 2010).

Il s'agit du dixième et dernier volume de la série «Le roman d'un crime» centrée autour de l'enquêteur Martin Beck, dont j'aurai donc personnellement lu et recensé six romans : "Roseanna" (1965), "L'homme au balcon" (1967), "Le policier qui rit" (1968), "L'abominable homme de Säffle" (1971), "La chambre close" (1972) et le présent "Les terroristes" (1975).

De 1965 à 1975, l'évolution de ces deux auteurs est clairement perceptible : ce dernier roman (précisément daté puisque le récit s'ouvre le 5 juin 1974 en page 36) revêt carrément un aspect «manifeste politique d'extrême gauche» que le lecteur sentait venir au fil des volumes précédents, ce qui fait de ce texte un document incontournable pour tout historien du mouvement des idées contestataires diffusés par et dans les cercles intellectuels gauchistes tout au long de ces années post-soixante-huitardes.

En effet, toutes les instances officielles d'un pays occidental sont ici tournées en dérision, selon le mode de pensée et la phraséologie en cours dans cette strate intellectuelle et à cette époque. Ainsi, le procès longuement relaté au chapitre trois (pp. 41-97) n'est qu'une comédie burlesque, jouée par des intervenants tout aussi burlesques (Bulldozer Stern Robert Olsson, Pétard Braxen, le juge, les jurés, la plupart des témoins), récapitulée par Rhéa Nielsen en page 66 :
« L'enquête a été bâclée. L'affaire devrait être reprise à zéro. Rien n'est vraiment établi. Je déteste les flics à cause de ça, justement, outre la violence et tout le reste, bien entendu. Ils transmettent à la justice des dossiers qui ne sont ni faits ni à faire. Et puis le procureur se pavane comme un coq sur un tas de fumier et ceux qui vont rendre le verdict sont là uniquement parce que ce sont des bons à rien qui ne peuvent servir à rien d'autre sur le plan politique. »

A la page suivante (p. 68), l'avocat nous délivre un premier réquisitoire politique sur « la comédie qu'est la démocratie en Suède… », véritable morceau d'anthologie des discours en vogue dans ces années-là. Bien entendu, la pôvre Rebecka n'était qu'une victime « du système » (encore un mot typique de ces discours).

C'est d'ailleurs cette Rebecka Lind qui constitue le véritable personnage central de cette histoire. A travers elle, les auteurs nous campent un véritable archétype répandu dans les représentations gauchistes du brave populo : la pôvre fille finalement très humaine (mais un peu simplette) ne peut pas comprendre le «système» tellement il est injuste. Elle ne se soucie que d'élever la petite fille qu'elle a engendrée avec un brave jeune déserteur états-unisien ayant refusé de rejoindre les combats au Vietnam, qui s'est rendu aux autorités, lesquelles l'ont emprisonné. Elle n'aime pas la ville (pp. 232-239). Elle voulait tout bonnement qu'on lui donne de l'argent et ne souhaitait pas du tout braquer la banque. Qu'on ne s'y méprenne point, elle a «beaucoup réfléchi» et connaît «le système» dans lequel «tout le monde ment» (page 441).

Cette intrigue simplette est mélangée avec une autre, qui justifie le titre de l'ouvrage, à savoir la préparation d'un attentat terroriste contre le premier ministre, attentat organisé par une mystérieuse organisation dont les auteurs nous disent qu'on ignore leurs visées politiques. Une fois de plus, nous baignons dans les années 1970-1975 : la prise d'otages et le massacre d'athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich en 1972 par un commando palestinien a frappé le monde entier, les agissements de la bande à Baader (Rote Armee Fraktion) défraient l'actualité en Allemagne tout comme celle des Brigades Rouges en Italie, mais le mode d'action terroriste n'est pas encore vraiment connu dans le grand public. C'est ce qui explique probablement l'échec de nos deux auteurs dans la narration de cette partie d'intrigue, qui n'est vue que comme la volonté de faire un coup d'éclat paramilitaire émanant d'un groupe de terroristes hétéroclite baptisé ULAG (pp. 188-193). Encore une fois, le lecteur doit se montrer indulgent : dans ces années-là, personne ne bénéficiait encore d'une étude un tant soit peu sérieuse et approfondie de ce phénomène terroriste qui a depuis pris une ampleur considérable. Ainsi, l'action terroriste évoquée au tout début de cet ouvrage et qui se déroule en Amérique du Sud se termine par une galéjade : après tout, la victime de l'attentat avait une tellement sale tronche…

De toute façon, le groupe terroriste d'opérette mis en scène par nos deux auteurs n'aura guère l'occasion d'exercer ses talents et se montrera plutôt incompétent. En revanche – et c'est la thèse centrale – c'est la pôvre fille simplette qui finira par commettre un acte terroriste, tant «la société» l'aura poussée dans ses derniers retranchements. On le voit, on barbote dans les thèses favorites de certains groupes d'extrême-gauche de cette époque (en France, on pourrait rapprocher ça des thèses chères aux « mao-spontex » de la GP, grands théoriciens de la « spontanéité des masses » qui allait inéluctablement déboucher sur « des actions révolutionnaires » violentes).

Le début de l'ouvrage est marqué par cette « profonde » réflexion, émanant du policier suédois présent en tant qu'observateur lors d'un grand défilé dans une dictature sud-américaine :
« En dépit de toutes les autres différences, ce pays était, comme la Suède, une pseudo-démocratie régentée par une économie capitaliste et des politiciens cyniques, attachés à donner au régime l'apparence d'une sorte de socialisme de pure façade » (p. 36)
Une diatribe similaire explose en page 320, après que Dag Hammarskjöld en ait pris pour son grade en page 290. Il revient à l'avocat fantaisiste de donner la clé politique de ce roman (p. 464-466), dont la dernière phrase se termine sur le nom du « grand et cher » camarade Karl Marx.

En marge, notons quelques épiphénomènes tout aussi typiques de ces années-là.

Par exemple, lorsque Martin Beck songe à sa compagne Rhéa Nielsen (p. 64), on peut lire :
« Elle était plus forte moralement et plus libre d'esprit que lui ; sans doute plus intelligente aussi, en tout cas plus éveillée. »
C'est l'époque en effet où apparaissent ces assertions qui vont désormais être matraquées le plus souvent possible, commençant toujours par « les femmes sont plus » suivies par un qualificatif éminemment positif, sans que la comparaison soit portée à son terme par la mention grammaticalement indispensable (puisqu'on introduit une comparaison) qui devrait être immanquablement « que les hommes ». Aujourd'hui encore, nous sommes littéralement immergés dans cette formulation, à tel point qu'il est rare désormais de s'en rendre compte.

Un peu plus loin (pp. 107-113), le dialogue entre Martin Beck et Rhéa Nielsen reflète parfaitement la tendance aux grandes considérations politiques contestataires, généralisée à cette époque dans cette couche de la population y compris dans la plus stricte intimité…
C'est d'ailleurs Rhéa qui a ramené et affiché le poster de Mao dans l'appartement de Beck, ce qui a réellement existé.
Cette même Rhéa qui (chapitre 9, p. 204) passe bien sûr ses vacances chez son ex-mari dont elle est divorcée, et qui s'est remarié… c'était la théorie du «divorce apaisé» fort à la mode…

Autre ratage propre à ce roman, ratage hélas important : du début jusqu'à la moitié environ du récit apparaît une autre intrigue secondaire, celle d'un père assassinant celui qui a fait en sorte d'attirer sa fille dans le réseau des films pornos, prélude à la déchéance dans la drogue et la prostitution. Il est fort regrettable que nos deux auteurs se soient laissés aveugler par leur passion politique sectaire au point de négliger ce thème, d'autant plus que la Suède était bien – dans ces années-là – le principal pays fournisseur et initiateur de ce genre de films.

NB : la préface hagiographique d'Anna Holt me semble confondante de conformisme et n'apporte vraiment pas grand-chose en dehors d'une grande déception.

Pour conclure, un roman, et même une suite de romans, que tout historien de la pensée soixante-huitarde se doit de lire tant cela illustre le mode de pensée, d'action, de vie en vigueur dans ces cercles intellectuels dits gauchistes.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          21
Sharon
Sharon01 mars 2014
  • Livres 4.00/5
Et la boucle est bouclée. Dix ans après Roseanna, Maj Sjöwall et Per Wahlöö mettaient un point final à la série Martin Beck - volontairement. Et ces Terroristes sont l'occasion pour eux de s'interroger sur l'évolution de la société suédoise.
Il est question de démanteler la brigade criminelle, non qu'elle soit inutile ou incompétente, mais parce qu'elle obtient de trop bons résultats. Ces forces pourraient être employées ailleurs, là où l'on en a vraiment besoin. Aberration ? Vu de France, bien sûr. En Suède, cela semble logique, tout comme le fait que la formation des policiers soit inexistante, et que la plupart soit des abrutis finis. D'ailleurs, le successeur que Beck s'était choisi a démissionné, occupe désormais un poste à mi-temps dans un musée, et se consacre principalement à ses rôles d'homme au foyer et de père, pendant que sa femme s'épanouit dans sa carrière - impensable en France aujourd'hui, alors en 1975, je vous laisse imaginer. Reste ce brave Gustav Larsson, insupportable, imbuvable, mais fiable - et il en vivra, des aventures, dans ce dernier opus.
N'oublions pas le sujet : les terroristes. Il est inimaginable que des terroristes osent agir sur le sol suédois, comme il est impensable que ces braves suédois n'accueillent pas à bras ouverts le sénateur américain, ardent défenseur de la guerre au Vietnam. Et pourtant... Ce roman se révèlera tout aussi palpitant que ces homologues américains. Ce n'est pas seulement une course contre la montre pour empêcher l'attentat et arrêter les suspects, c'est aussi le procès de la justice suédoise et de ses dysfonctionnements flagrants. le procureur ? Il n'intervient que s'il est sûr de gagner. Les avocats ? le meilleur se ferait sortir d'un tribunal français dès la seconde incartade - et même avant. Il prononce pourtant un vibrant plaidoyer, constat d'échec de la société suédoise à prendre soin des siens.
Les terroristes, une oeuvre majeure de la littérature policière suédoise.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
LUKE59LUKE5920 novembre 2011
...tout le monde se dit qu'il faut mentir pour s'en sortir dans la vie,et,quand ceux qui ont le plus de pouvoir et qui sont chargés de dire aux autres ce qu'ils doivent faire et ne pas faire,quand ces gens-là sont encore plus menteurs que les autres,eh bien voilà ce que ça donne.Comment est-ce qu'un filou,une canaille,peut être placé à la tête d'un pays tout entier?(p441)
Commenter    J’apprécie          60
LUKE59LUKE5916 novembre 2011
Malm avait atteint sa situation actuelle grâce à ce qu'il est convenu d'appeler une habile gestion de sa carrière,c'est-à-dire un ensemble de procédés vulgairement qualifiés de "léchage de bottes".(p171)
Commenter    J’apprécie          60
LUKE59LUKE5916 novembre 2011
C'était un homme excessivement occupé qui avait tellement peu le temps d'être chez lui,par exemple,qu'il lui avait fallu trois semaines pour découvrir que sa femme l'avait quitté définitivement et qu'elle était remplacée par un message laconique posé sur l'oreiller.(p41)
Commenter    J’apprécie          40
LUKE59LUKE5920 novembre 2011
Plus d'un mois avant la veille de Noël,c'est-à-dire le grand jour,un matraquage publicitaire en faveur de tout et n'importe quoi,harcelait les nerfs des gens dans le seul but ,apparemment,de leur extorquer jusqu'à leur dernier sou.(p531)
Commenter    J’apprécie          20
LittleMary226LittleMary22603 février 2015
« Bon, c'est moi qui commence. Alors je dis X. X comme dans Marx. »
Commenter    J’apprécie          40
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : suédoisVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre