AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Diane de Margerie (Préfacier, etc.)
ISBN : 2080707868
Éditeur : Flammarion (1993)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 226 notes)
Résumé :
Dans le New York flamboyant de la fin du XIXe siècle, Newland Archer est un jeune homme bien éduqué de la haute bourgeoisie. Promis à un avenir brillant, il est sur le point d'annoncer ses fiançailles avec la pure May Welland, quand, à l'Opéra, tous les regards se tournent vers une loge... L'apparition de la belle comtesse Olanska, la scandaleuse cousine de May qui a eu l'audace de quitter son mari et dont l'indépendance, en ce temps-là, est considérée comme impardo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Marple
08 novembre 2015
  • 4/ 5
Le temps de l'innocence ? Tu parles ! Il n'y a rien d'innocent dans ce roman magnifique d'Edith Wharton, plutôt beaucoup d'hypocrisie, de lâcheté et de bêtise, ainsi que quelques rares mais très beaux moments d'amour, de vérité ou de liberté.
L'intrigue se résume en quelques mots : à New York, dans les Années 1870, Newland Archer, jeune homme de très bonne famille, doit épouser May Welland, jeune et jolie oie blanche de presqu'aussi bonne famille. Mais sa rencontre avec la fantasque, brillante et libre cousine de May, Ellen Ollenska, le fait douter. Et, sans forcément agir beaucoup, il va douter longtemps...
Ces doutes constituent le cœur du roman, car ils montrent à la fois la personnalité de Newland Archer, certes attaché aux traditions et aux convenances, mais aussi ouvert, intelligent, épris de la culture et des gens, chaleureux, très humain, loyal, passionné... et permettent d'aborder des thèmes très modernes pour un livre écrit dans les Années Vingt : la place de la femme, l'hypocrisie de la société bien-pensante, les carcans qu'elle impose et les difficultés à penser ensuite par soi-même, le mariage et le divorce, la communication, la manipulation et les luttes intérieures.
Cerise sur le gâteau, la très belle histoire d'un amour impossible, un amour vrai mais jamais vécu, qui est à mes yeux la seule chose innocente dans ce roman, par ailleurs tristement réaliste.
Challenge Atouts Prix 10/xx
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
LiliGalipette
12 mars 2012
  • 5/ 5
New York 187*. le jeune Newland Archer est fiancé à la jolie May Welland. La jeune femme est l'incarnation de la pureté et porte sur son front serein les promesses d'un mariage heureux. Chacun s'accorde à le dire : les deux promis formeront un couple délicieux. « En dépit des goûts cosmopolites dont il se piquait, Newland remercia le ciel d'être un citoyen de New York, et sur le point de s'allier à une jeune fille de son espèce. » (p. 34) Pas un nuage ne semble pouvoir obscurcir le radieux horizon marital d'Archer, d'autant plus qu' « il était de son devoir, à lui, en galant homme, de cacher son passé à sa fiancée, et à celle-ci de n'en pas avoir. » (p. 47)
Mais voici que revient d'Europe la comtesse Ellen Olenska, cousine de May. Dans son sillage, un parfum de scandale très tenace fait les choux gras de la haute société new-yorkaise : Ellen a quitté son époux et parle de divorce. La belle comtesse Olenska est une femme compromise qui pense trouver réconfort et soutien auprès des siens, mais c'est compter sans leur goût des apparences et leur respect affiché des convenances. Par amour pour sa fiancée, Newland Archer prend fait et cause pour Ellen. « Il serait tenu à défendre, chez la cousine de sa fiancée, une liberté que jamais il n'accorderait à sa femme, si un jour elle venait à la revendiquer. » (p. 47) le temps passant, Archer s'éprend de la belle comtesse, mais il n'est pas question de rompre les fiançailles : le scandale serait trop retentissant.
Dans ce roman, Edith Wharton oppose la femme formée pour être une épouse et l'épouse qui cherche à redevenir une femme. Entre la sage et douce May qui est presque programmée pour vouer son existence à son époux et la rebelle Ellen qui veut être libre dans un monde qui assigne aux femmes des fonctions très précises, Archer choisit la raison, sacrifiant l'amour vrai sur l'autel de l'amour sage. « Quand on la trouve, la femme qu'on attend, elle est toujours différente – et on ne sait pas pourquoi. » (p. 302) Persuadé qu'il pouvait façonner son épouse à son goût et orienter son jeune esprit vers des réflexions brillantes, Newland Archer ouvre les yeux trop tard sur un mariage où il s'est perdu. « Comment la vie pouvait-elle continuer aussi pareille, quand lui-même était devenu si différent ? » (p. 195)
Le scandale et la rumeur sont deux composantes essentielles du roman : la haute société new-yorkaise déteste le premier autant qu'elle raffole secrètement de la seconde. Dans cette hypocrisie ambiante, les drames se nouent d'autant plus vite qu'ils ne peuvent se soustraire à la scène publique. Si certains regardent à la dérobée, d'autres poussent le vice à nier toute forme de scandale et d'agitation. Préserver la sérénité et la probité d'une famille passe alors par de mesquins arrangements et des attitudes de composition. « Rien ne lui était plus agréable chez sa fiancée que la volonté de porter à la dernière limite ce principe fondamental de leur éducation à tous les deux : l'obligation rituelle d'ignorer ce qui est déplaisant. » (p. 27)
Le temps de l'innocence, c'est d'abord celui des fiançailles où l'innocence est physique autant que biblique. May perd cette première innocence avec bonheur et consentement dans le mariage. Mais elle perd une autre innocence, celle de l'ingénuité de l'esprit, quand elle perce à jour le secret du coeur de son époux. Pour Archer, le temps de l'innocence cesse dès qu'il rencontre la comtesse Olenska : dès lors, sa tranquillité et ses sereines certitudes sont ébranlées et ne manqueront pas de s'effondrer.
Encore un roman où Edith Wharton dépeint sans concession et sans aménité l'hypocrisie de la haute société new-yorkaise. Les élans de liberté des femmes sont toujours réprimés, voire étouffés, par un monde riche et bien-pensant qui fonde ses principes sur une tradition pourtant toute récente. Lily Bart s'y était brûlé les ailes et Charity Royall y avait presque perdu son honneur. Ici, la comtesse Olenska est d'abord repoussée parce que ses manières européennes dérangent. Mais on aurait pu les lui pardonner si elle était immédiatement rentrée dans le moule : or la fantaisie n'est tolérée que si elle ne déborde pas du cadre d'une bienséance définie par ceux, et surtout par celles, qui ne rêvent que de la bafouer. À la différence des romans Chez les heureux du mondeet Été, c'est un jeune homme qui fait finalement les frais d'une société corsetée dans des principes étouffants.
Je cherche maintenant l'adaptation cinématographique faite par Martin Scorsese avec Daniel Day-Lewis, Winona Ryder et Michelle Pfeiffer. Si vous avez, faites-moi signe ! Je serai ravie de prolonger la lecture de cet excellent roman par le film du grand Martin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
juliette2a
11 juillet 2014
  • 5/ 5
Le talent d'Edith Wharton réside dans le fait qu'elle permet au lecteur de vivre une formidable aventure avec des personnages auxquels on peut facilement s'attacher.
Le Temps de l'Innocence n'échappe pas à la règle : on suit en effet le destin du jeune avocat Newland Archer, issu d'une famille de la bourgeoisie, et qui, à la fin du XIXème siècle, à New York, vient d'annoncer ses fiançailles avec la sage et innocente May Welland. Toutefois, la vie de Newland va basculer lorsque la cousine de May, la comtesse Ellen Olenska, qui vient de quitter son mari violent et infidèle et souhaite le divorce, rentre d'Europe et recherche le soutien de sa famille et de ses proches en Amérique. Newland, ordinairement soucieux des coutumes de son époque, change alors tout à fait de comportement après l'arrivée d'Ellen, celle-ci se montrant obstinée et libre, à la différence des autres femmes de son entourage…
Ce roman, en plus d'être un grand roman d'amour, puisque Newland, en essayant de convaincre Ellen d'annuler son divorce, tombe finalement amoureux d'elle, est aussi une réflexion sur la condition humaine, encore valable aujourd'hui. Ainsi, Edith Wharton dresse également une critique de son époque, à travers l'attitude parfois grotesque de certaines familles, par exemple celles n'acceptant pas encore qu'une femme puisse vivre indépendamment de son mari.
Le personnage d'Ellen Olenska m'a beaucoup plu, ainsi que celui de Newland Archer, car ils remettent en question des faits considérés comme « normaux » à leur époque ; de même, leur amour est un évènement passionnant du récit, et j'ai été à la fois touchée et émue par certaines scènes qui méritent toute notre attention, notamment la scène finale, émouvante et tragique.
Bref, encore une fois, après Chez les heureux du monde, ce roman ne m'a pas du tout déçue, et au contraire, il a dépassé toutes mes espérances. J'ai dévoré ce roman, et je n'attends maintenant qu'une seule chose : continuer de découvrir l'oeuvre si grandiose de la grande Edith Wharton !
A lire !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
AgatheDumaurier
20 avril 2016
  • 5/ 5
Le Temps de l'Innocence ...Je ne comprends pas le titre...Innocence de qui, de quoi ? Innocence, en latin, c'est ce qui ne peut pas faire mal (nocere)...Mais dans ce livre tout fait mal ! Il n' y a pas d'innocents. May ? la jeune fiancée ? Mais elle est nuisible, c'est une machine de guerre aux grands yeux bleus et vides, toute dévouée à son clan de patriciens new-yorkais, sans l'ombre d'une idée personnelle. Newland ? D'abord machine,puis être humain par l'expérience du doute, il a déjà trahi May avant même le début du roman, en lui mentant sur sa vie de jeune homme, puis en tombant amoureux de sa cousine Ellen, double inversé de May. Ellen ? Scandaleuse (enfin, pour eux...), mais ayant connu la violence et la perversité d'un comte polonais qu'on lui a fait épouser, elle en sait bien plus sur la vie que sa famille américaine. Quant à tous les autres c'est masques et hypocrisie à tous les niveaux. Alors expliquez-moi le titre. C'est peut-être un rêve d'innocence, celle que les jeunes générations que l'on trouve à la fin du livre attribue à leurs parents et grands-parents, comme si le silence assourdissant où leurs aînés ont souffert n'était pour eux qu'un silence paisible...
Bref, en tout cas, un roman archétypal d'Edith Wharton, à la perfection triangulaire, où la société broie les êtres, tous, les forts et les faibles. Où l'on est condamné à rater sa vie. Où nulle fuite n'est possible. D'une tristesse infinie. Avec le vrai visage de l'amour dans les yeux d'Ellen. Avec Newland qui s'approche de la liberté jusqu'à en sentir le souffle ...Avec May qui le retient, ses deux bras frêles gonflés de la force surhumaine que lui procure le soutien de toute une culture...Ce ne sont pas les hommes qui dominent le monde, leur corset est aussi serré que celui des femmes...C'est un principe de soumission à un ordre supérieur qui ne supporte aucune forme de chaos, qui se construit et se reconstruit à chaque génération, dans le sang de ses victimes sacrificielles, et qui change toujours de visage, pour que jamais les contemporains ne le reconnaissent. Quel est le nôtre, madame Wharton ? -Lis donc les grands auteurs de ta génération, Agathe, et tu apercevras le visage de la bête...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Missbouquin
06 avril 2012
  • 4/ 5
C'est un grand roman que nous a livré Edith Wharton à travers le Temps de l'Innocence. On y retrouve ses thèmes favoris : la solitude, l'amour frustré, la force des barrières sociales. Ici, elle nous fait respirer, l'espace de 200 pages, l'atmosphère d'un New-York puritain et bourgeois, admirablement décrit dans ses forces et faiblesses.
Car la lutte de Newland Archer n'est pas seulement une lutte intérieure, mais aussi celle d'un homme contre l'inertie d'une société. Une inertie contre laquelle il va se briser, lui et sa passion, qu'il n'a pas le courage de vivre.
C'est ce combat qui en fait un roman remarquable par la force humaine qui s'en dégage : la volonté de liberté de Newland et de la comtesse Olenska; le poids du clan; la force des traditions. Tout se mêle et s'entremêle pour en faire un récit terrible sur l'amour mais aussi et surtout sur les faiblesses humaines.
On suit avec angoisse la progression de Newland (je l'encourageai presque, j'en criai presque quand je le voyais retomber dans les filets de la société), qui est conscient de son emprisonnement, et veut s'en sortir ! désespérément ... :
"Mais ne pas faire comme tout le monde, c'est justement ce que je veux ! insista l'amoureux."
Mais j'avoue que quand May lui répond, je me suis aussi sentie gagnée par le découragement :
"Vous êtes si original ! dit-elle, avec un regard d'admiration. Une sorte de découragement s'empara du jeune homme. Il sentait qu'il prononçait toutes les paroles que l'on attend d'un fiancé, et qu'elle faisait toutes les réponses qu'une sorte d'instinct traditionnel lui dictait - jusqu'à lui dire qu'il était original".
Cette intuition, cette volonté du départ, qui court tout le long du récit, est encore renforcée par la rencontre avec la comtesse Olenska et les longues discussions qu'ils peuvent avoir :
"- Franchement, que gagneriez-vous qui pût compenser la possibilité, la certitude d'être mal vue de tout le monde ?
- Mais ... ma liberté : n'est-ce rien ?
Petit à petit, on le voit évoluer. Il pose un regard de plus en plus lucide sur cette société qu'il critique tout en s'y sentant chez lui ("Archer goûtait un plaisir d'une qualité rare à se trouver dans un monde où l'action jaillissait de l'émotion.") Mais en même temps, il sait ce qui l'attend : "Il songeait à la platitude de l'avenir qui l'attendait et, au bout de cette perspective monotone, il apercevait sa propre image, l'image d'un homme à qui il n'arriverait jamais rien."
May, qui représente à la fois les délices de la société, mais aussi son fléau, le met devant cette faiblesse, le force à prendre une décision qu'il refuse de toutes ses forces. Jusqu'à l'assaut final où il comprend que l'individu n'est rien face à la force sociale de son clan.
Il n'y a pas de héros ici, pas de morale, juste un texte plein de vie, d'une lucidité rare sur la condition humaine et sur la société toute entière. Mais ce n'est pas pour autant un récit complètement sombre puisqu'il est évoqué ensuite l'évolution de cette société, à travers les enfants de Newland, qui n'ont pas connu la période puritaine et étouffante de sa jeunesse. Il se termine donc sur une note positive : que toute société tend vers plus de liberté ... nous l'espérons aussi ...
Un texte intemporel et éternel.
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations & extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
VermeerVermeer18 novembre 2016
Ill sentait qu'elle était femme à changer en lui l'échelle des valeurs et comprit qu'il serait forcé de se plier à des ponts de vue extrêmement nouveaux s'il voulait lui être utile
Commenter  J’apprécie          10
VermeerVermeer18 novembre 2016
La monotonie de sa vie lui mettait dans la bouche un goût de cendres, par moment, il avait le sentiment d'être enterré vivant
Commenter  J’apprécie          00
VermeerVermeer18 novembre 2016
Ils vivaient dans un monde fictif où personne n'osait interroger la réalité ni même y penser
Commenter  J’apprécie          00
MusardiseMusardise29 août 2016
Le cas de la comtesse Olenska avait troublé en lui de vieilles convictions traditionnelles. Son exclamation :"Les femmes devraient être aussi libres que nous", avait touché la racine d'un problème considéré comme dans son monde comme inexistant. Il savait que les femmes "bien élevées", si lésées qu'elles fussent dans leurs droits, ne revendiqueraient jamais le genre de liberté auquel il faisait allusion ; et les hommes se trouvaient, dans la chaleur de l'argumentation, d'autant plus disposés à la leur accorder. De telles générosités verbales n'étaient qu'un plaisant déguisement des inexorables conventions qui réglementaient le milieu où il vivait. Néanmoins, il serait tenu à défendre, chez la cousine de sa fiancée, une liberté que jamais il n'accorderait à sa femme, si un jour elle venait à la revendiquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JoohJooh20 juillet 2014
Du moins, poursuivit-elle, c’est vous qui m’avez fait comprendre que, sous l’ennui et l’uniformité de cette vie, se cachent des choses si belles, si nuancées, si délicates, que même celles à quoi je tenais le plus dans mon ancienne vie semblent médiocres en comparaison. Comment dire ? Je n’avais jamais compris jusqu’alors que les plaisirs les plus raffinés s’achètent souvent au prix de la cruauté, de la bassesse…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Edith Wharton (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edith Wharton
Hervé Gardette : "Choisir un livre pour son été, c'est toujours un petit dilemme" .Un livre pour l'été, le conseil du jour ! Hervé Gardette, producteur de du Grain à moudre vous propose un livre à découvrir pour cet été. Son choix : "Ethan Frome" d'Edith Wharton. A partir du 4 juillet et jusqu'au 28 août, retrouvez la grille estivale de France Culture ! Tous les détails ici > http://bit.ly/28QJC1e
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
. .