AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Wilhelm et Jacob Grimm (32)


 Wilhelm et Jacob Grimm
Verdorie   04 juin 2014
Wilhelm et Jacob Grimm
Trois femmes avaient été métamorphosées en fleurs et brillaient ainsi dans la campagne. Cependant le charme permettait que l'une d'elles retournât chaque nuit dans sa demeure. Il y avait quelque temps qu'elle subissait cette métamorphose, lorsqu'elle dit à son mari: "L'aurore va paraître, et je devrai te quitter de nouveau pour rejoindre mes compagnes et redevenir, comme elles, fleur des champs; mais si tu arrives aujourd'hui avant midi, et que tu me cueilles, l'enchantement cessera, et je ne te quitterai plus désormais." Vous me demanderez maintenant comment son mari aura pu la reconnaître, puisque toutes les fleurs étaient pareilles?
Commenter  J’apprécie          5112
grisette88   13 août 2018
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Et parce que cela lui donnait toujours un air poussiéreux et sale, elles l'appelèrent " Cendrillon ".
Commenter  J’apprécie          150
Villoteau   01 mars 2013
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Avant que j'accède à votre désir, il me faut avoir trois robes, une dorée comme le soleil, une argentée comme la lune, et une brillante comme les étoiles : en outre j'exige un manteau fait de mille peaux et de mille fourrures, pour lequel chaque animal de votre royaume devra donner un morceau de sa peau..

("Peaux-de-Mille-Bêtes")
Commenter  J’apprécie          150
grisette88   18 octobre 2018
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Le jour suivant, on tint un procès contre le soldat, et bien qu'il n'eût rien fait de bien méchant, le juge le condamna à mort.
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   21 septembre 2018
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
C'était l'hiver.

Une reine cousait, assise auprès d'une fenêtre dont le cadre était en bois d'ébène, tandis que la neige tombait à gros flocons.

En cousant, la reine se piqua le doigt et quelques gouttes de sang tombèrent sur la neige. Le contraste entre le rouge du sang, la couleur de la fenêtre et la blancheur de la neige était si beau, qu'elle se dit :

- Je voudrais avoir une petite fille qui ait la peau blanche comme cette neige, les lèvres rouges comme ce sang, les yeux et les cheveux noirs comme les montants de cette fenêtre.
Commenter  J’apprécie          90
LydiaB   15 décembre 2012
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
— Eh ! monsieur le renard, cria de nouveau le chat, vous voilà bien embourbé avec vos cent arts divers ! Si vous n’aviez su que grimper comme moi, vous seriez en ce moment un peu plus à votre aise.
Commenter  J’apprécie          90
litolff   22 novembre 2010
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux.
Un matin, elle les rassembla et leur dit :
- Mes enfants, je dois aller dans la prairie. N'ouvrez la porte à personne. Surtout, prenez garde au loup ! S'il arrivait à entrer dans la maison, il vous mangerait tout crus ! Ce coquin sait se déguiser et jouer la comédie.
- Ne t'inquiète pas, répondirent les chevreaux, nous ferons bien attention.
Tu peux partir sans crainte.
Peu de temps après, quelqu'un frappa à la porte...
Commenter  J’apprécie          90
PaulBLAIZE   11 juillet 2019
Le Petit Chaperon rouge - Album de Wilhelm et Jacob Grimm
Il était une fois une petite fille qui portait toujours un bonnet rouge sur la tête. On l'appelait le Petit Chaperon rouge.

Un jour, sa maman lui dit :-

"Ta grand-mère est malade. Tu vas aller la voir et lui porter cette galette et ce petit pot de beurre. Ne traîne pas en route, elle t'attend."
Commenter  J’apprécie          70
Aunryz   21 novembre 2020
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
– Si tu me rends encore la liberté, dit le poisson, je te donnerai de nouveau le château et l’armoire ; mais pour le coup tiens-toi ferme et garde-toi bien de dire à qui que ce soit de qui tu tiens ces richesses sinon, tu les perdras de nouveau.
– J’y prendrai garde, répondit le pêcheur.
Et il rejeta le poisson dans l’eau.
Quand il revint chez lui, tout avait repris son éclat et sa femme était radieuse mais la curiosité ne la laissa pas longtemps en repos, et deux jours s’étaient à peine écoulés qu’elle recommença à questionner son mari. Celui-ci finit par céder.
Le château s’évanouit, et ils se trouvèrent dans leur ancienne cabane.
– Tu l’as voulu, dit le pêcheur : grâce à toi, nous allons recommencer notre vie misérable.
– Hélas ! répondit la femme, je préfère encore me passer de la richesse que de ne pas savoir d’où elle me vient.
Commenter  J’apprécie          50
Aelle   06 juillet 2015
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Une chose est certaine, c’est que la vieille n’était pas une sorcière, comme les gens le croyaient, mais une sage-femme pleine de bonnes intentions. C’est probablement d’elle que, dès sa naissance, la princesse tenait le don de pleurer des perles en guise de larmes. Ces choses-là n’arrivent plus de nos jours, sans cela les pauvres gens auraient tôt fait de s’enrichir.
(La gardeuse d’oies à la fontaine)
Commenter  J’apprécie          50
Cress   13 décembre 2015
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
J'aimerais tant avoir un enfant dont la peau serait aussi blanche que la neige, les lèvres aussi rouge que le sang et les cheveux aussi noirs que l'ébène.
Commenter  J’apprécie          40
Aelle   06 juillet 2015
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Il était une fois une reine qui avait une fillette encore toute petite qu’elle devait porter dans ses bras. Un jour, l’enfant ne fut pas sage, elle ne tenait pas en place quoi que sa mère pût lui dire. Celle-ci s’impatienta, et, comme une volée de corbeaux traçaient des cercles autour du château, elle ouvrit la fenêtre et dit : « Je voudrais que tu sois un corbeau et que tu t’envoles, ainsi j’aurais la paix. » A peine eut-elle dit ces mots que l’enfant fut changée en corbeau et, quittant son bras, s’envola par la fenêtre. Elle s’en fut dans une sombre forêt et y resta longtemps, et ses parents n’eurent plus de ses nouvelles.
(Le Corbeau)
Commenter  J’apprécie          40
OrianeCorbet   29 janvier 2014
Les contes des frères Grimm de Wilhelm et Jacob Grimm
Le lièvre et le hérisson :
La morale de cette histoire, c'est d'abord que nul, si important qu'il s'imagine être, ne doit s'aviser de rire aux dépens d'un plus petit, fut-ce un hérisson ; et, secondement, qu'il est bon, si vous songez à prendre une femme, de la prendre dans votre condition et toute semblable à vous. Si donc vous êtes hérisson, ayez bien soin que votre femme soit hérissonne, et de même pour toutes les espèces.
Commenter  J’apprécie          40
myriampele   01 octobre 2012
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombe   17 juillet 2011
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
"Miroir, miroir joli,
Qui est la plus belle au pays?"
Celui ci répondit: "Madame la reine, vous êtes la plus belle ici
Mais Blanche Neige est encore mille fois plus belle"

La reine en fut épouvantée.Elle devint jaune et verte de jalousie...
Commenter  J’apprécie          30
Acerola13   20 avril 2021
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Avec une remarquable économie de moyens, le conte, et spécialement le conte de Grimm, nous présente donc un petit roman familial dont le schéma est pour ainsi dire invariable: un enfant naît dans une famille anonyme en un lieu non situé (l'anonymat des lieux est constant, mais on remarquera aussi combien les noms de personnages sont rares dans nos histoires : on parle simplement du héros comme du «prince» ou plus souvent encore comme du « jeune homme »); il est, selon les cas, aimé de ses parents ou maltraité par eux, et chose remarquable, les pires traitements lui viennent surtout de sa mère, dont la férocité tranche nettement sur la bonté un peu lâche, un peu rêveuse aussi, du père.
Commenter  J’apprécie          20
gerard-lepapy   01 juin 2019
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Il était une fois un vieux renard à neuf queues qui croyait que sa femme ne lui était pas fidèle et qui voulût l'induire en tentation. Il se coucha sous le banc sans plus remuer et se fit passer pour mort. Dame Renarde entra dans sa chambre tandis que sa servante, une jeune chatte, faisait la cuisine dans l'âtre. Lorsque la nouvelle de la mort du vieux renard fut connue, les prétendants s'annoncèrent.
Commenter  J’apprécie          20
Anis0206   25 juillet 2016
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Il était une fois une femme pauvre, dont le fils avait grande envie de voyager. « Comment veux-tu partir en voyage ? lui dit sa mère. Nous n’avons pas un sou que tu puisses emporter ! » Mais le fils répondit. « Cela ne fait rien, mère, j’arriverai bien à me débrouiller ! Et d’abord, je n’arrêterai pas de répéter : Pas beaucoup ! Pas beaucoup ! » Il s’en alla et marcha un bon bout de temps en répétant sans cesse, « Pas beaucoup ! Pas beaucoup ! » Puis il arriva devant un groupe de pêcheurs. « Dieu vous aide ! leur dit-il en guise de salut, pas beaucoup, pas beaucoup ! – Comment dis-tu, gamin ? Pas beaucoup ? » Et quand ils ramenèrent leur filet, il n’y avait vraiment pas beaucoup de poissons dedans ; alors ils t’attrapent un
gourdin et lui font dire ce qu’ils pensent sur le malheureux dos du garçon. – Qu’est-ce qu’il faut dire,
alors ? leur demanda-t-il – Tu dois dire : Tout plein ! Tout plein ! » Très bien ! Il marche un bon bout de
chemin, et tout au long il répète.- « Tout plein ! Tout plein ! » Puis il arrive devant une potence où l’on va
pendre un malheureux coupable. « Bonjour ! dit le gars. Tout plein ! Tout plein ! – Qu’est-ce que tu nous
dis là, mon gaillard ? Tout plein ? Est-ce que tu voudrais plus de malandrins sur la terre ? N’y en a-t-il
pas déjà assez comme cela ? » Sur quoi le bâton entre en jeu et lui fait entrer la leçon par le bas du dos.
« Mais qu’est-ce qu’il faut dire, alors ? – Que Dieu prenne pitié de la pauvre âme ! » Très bien ! « Que
Dieu prenne pitié de la pauvre âme ! Que Dieu prenne pitié de la pauvre âme ! » Et avec ce refrain, il fait
encore un grand bout de chemin, puis arrive devant l’équarrisseur qui vient d’abattre un vieux cheval.
« Bonjour ! dit le jeune gars. Que Dieu prenne pitié de la pauvre âme ! – Que dis- tu là, mécréant ? s’indigne l’ équarrisseur en attrapant son grand crochet pour lui frictionner les oreilles et lui apprendre un peu à vivre. – Mais que faut-il dire, alors ? – La charogne gît dans sa fosse ! » Très bien ! Alors, en répétant sans cesse « La charogne gît dans sa fosse ! », il continue sa route, quand, finalement, il croise une voiture pleine de gens. « Bonjour ! dit-il. La charogne gît dans sa fosse ! » Mais la voiture, pour l’éviter, verse au fossé ; alors le cocher bondit avec son fouet et lui en administre une si bonne ration, que c’est en rampant qu’il rentre chez sa mère, le malheureux. Et de sa vie, il n’a plus eu envie de voyager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aelle   04 juillet 2015
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Mais la gentillesse de la vieille était feinte, car c’était une méchante sorcière qui guettait les petits enfants et n’avait bâti sa maisonnette de pain que pour les attirer. Quand il en tombait un en son pouvoir, elle le tuait, le faisait cuire, le mangeait et pour elle, c’était jour de fête. Les sorcières ont les yeux rouges et ne voient pas de loin, mais elles ont du flair comme les animaux et sentent les hommes venir. Quand Jeannot et Margot arrivèrent dans son voisinage, elle eut un rire mauvais et dit sardoniquement : « Je les tiens, ils ne m’échapperont plus. »
(Jeannot et Margot)
Commenter  J’apprécie          20
zagzaguel   15 février 2015
Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob Grimm
Et quand il eut fini, il prit son essor et partit devant eux à tire-d'aile, et ils le suivirent jusqu'à une maisonnette sur le toit de laquelle il se posa; et en s'approchant ils virent que la maisonnette était de pain et couverte d'un toit de gâteau; quant aux fenêtres elles étaient en sucre candi.
(Jeannot et Margot)
Commenter  J’apprécie          20



Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

les nom de contes

la belle au ............ dormant

cygne
bois
rose
roi

7 questions
294 lecteurs ont répondu
Thème : Les contes de Grimm : Version intégrale de Wilhelm et Jacob GrimmCréer un quiz sur cet auteur

.. ..