AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.63/5 (sur 324 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dammarie-Les-Lys (Seine et Marne) , le 28/05/1944
Mort(e) à : Villejuif (Val de Marne) , le 21/07/2022
Biographie :

Michel Schneider est un écrivain, énarque, haut fonctionnaire et psychanalyste français.

Ancien élève de l'ENA, il commence sa carrière à la direction de la prévision du ministère de l'Économie et des Finances en 1971. Il est nommé conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1981.

Il a été directeur de la musique et de la danse au Ministère de la Culture de 1988 à 1991.

Il mêle littérature et psychanalyse dans des textes qui explorent les œuvres d'art aussi bien que les correspondances et les témoignages. A la frontière entre biographie et roman, il retrace l'existence de Glenn Gould ("Glenn Gould, piano solo", 1988), de Charles Baudelaire ("Baudelaire, les années profondes", 1994), ou encore les relations complexes que Marcel Proust entretenait avec sa mère ("Maman", 1999). Il est également l'auteur d'un essai sur l'infantilisation des citoyens français ("Big Mother", 2002).

En 2003, il reçoit le prix Médicis de l'essai pour "Morts imaginaires", dans lequel il imagine les derniers instants de grands écrivains. "Marilyn Monroe, dernières séances" (2006), qui envisage les liens troubles de Marilyn Monroe et de son dernier psychanalyste, Ralph Greenson, figure dans la liste du prix Goncourt, du prix Interallié, du prix Renaudot et du prix Femina 2006.

Il obtient dix voix lors de l'élection à l'Académie française du 7 février 2008, où il brigue la succession de Bertrand Poirot-Delpech.
+ Voir plus
Source : Le Monde
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Schneider   (30)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"[…] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […] On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […]" (Roland Jaccard.) 0:14 - Bernard Shaw 0:28 - Julien Green 0:45 - Heinrich von Kleist 1:04 - Georges Henein 1:13 - Ladislav Klima 1:31 - Michel Schneider 1:44 - Hector Berlioz 1:55 - Henry de Montherlant 2:12 - Friedrich Nietzsche 2:23 - Roland Jaccard 2:37 - Alphonse Allais 2:48 - Samuel Johnson 3:02 - Henrik Ibsen 3:17 - Gilbert Keith Chesterton 3:35 - Gustave Flaubert 3:45 - Maurice Maeterlinck 3:57 - Fiodor Dostoïevski 4:08 - Aristippe de Cyrène 4:21 - Générique Vous aimerez peut-être : DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #3 : https://youtu.be/A6¤££¤86S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL83¤££¤ DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #1 : https://youtu.be/PAkTz48qZrw NI ANGE NI BÊTE : https://youtu.be/aBUASQxO9z4 S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL... : https://youtu.be/bHCEHBhdLLA LES CHIENS CÉLESTES : https://youtu.be/zZ-0H1qTlJg PETITE FOLIE COLLECTIVE : https://youtu.be/Ge4q_tfPWjM AD VITAM AETERNAM : https://youtu.be/YjvEBidvMXM QUE SUIS-JE ? : https://youtu.be/sbWh58UeGvE LA LUCIDITÉ POUR LES NULS : https://youtu.be/mMXwZq9N2kk Philosophie : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8pT0¤££¤55Attribution-NonCommercial95¤££¤9ptGAv Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982. Images d'illustration : Marquise de Lambert : https://de.wikipedia.org/wiki/Anne-Thérèse_de_Marguenat_de_Courcelles#/media/Datei:Anne-Thérèse_de_Marguenat_de_Courcelles.jpg George Bernard Shaw : https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Bernard_Shaw#/media/Fichier:G.B._Shaw_LCCN2014683900.jpg Julien Green : https://www.radiofrance.fr/franceculture/le-siecle-d-enfer-de-l-ecrivain-catholique-et-homosexuel-julien-green-8675982 Heinrich von Kleist : https://fr.wikipedia.org/wiki/Heinrich_von_Kleist#/media/Fichier:Kleist,_Heinrich_von.jpg Georges Henein : https://www.sharjahart.org/sharjah-art-foundation/events/the-egyptian-surrealists-in-global-perspective Ladislav Klima : https://www.smsticket.cz/vstupenky/13720-ladislav-klima-dios Michel Schneider : https://www.lejdd.fr/Culture/Michel-Schneider-raco

+ Lire la suite
Podcasts (13) Voir tous


Citations et extraits (161) Voir plus Ajouter une citation
Les lettres, les romans n'arrêtent pas la mort, n'abolissent aucune séparation, n'apaisent aucun manque. Mais on le croit, et cela permet de continuer à vivre, et parfois de créer.
Commenter  J’apprécie          320
Écrire, c'est vouloir oublier que quelqu'un manque, et connaître que toujours quelque chose manque , à l'intérieur des mots ou entre les mots.
Commenter  J’apprécie          240
La célébrité, pour moi, ce n'est pas tout le bonheur. C'est très fugitif, même pour une orpheline. Et j'ai été élevée comme une orpheline. La célébrité, ce n'est pas un repos quotidien. Ça ne vous rassasie pas. C'est un peu comme le caviar, vous savez. C'est agréable d'en manger, mais pas à tous les repas.
Commenter  J’apprécie          211
Dans les morts, ou les séparations, ce n'est pas l'absence qui est insupportable, c'est la présence. Une présence comme celle des objets hallucinés, une présence dont on ne peut rien faire, dont on ne sait se défaire, parce qu'il n'y a plus de lien.
Commenter  J’apprécie          200
Une fois dans la Recherche, Maman appelle son fils " mon grand loup". En général, comme dans la vie, c'est plutôt " mon petit loup", ou " mon loup". Mais ce jour là, le petit lui annonce qu'il va devenir grand : il va épouser Albertine . Marcel était le loup de sa Maman. Mais elle était aussi celle qui lui racontait des histoires de loup, destinés à dire sa peur, celle des parents _ et d'abord la mère _ inspirent et consolent à la fois. Or, ce petit nom, loup, ce mot qui effraie, sera tout au long du roman lié au mensonge et à la dissimulation.
Commenter  J’apprécie          190
On peut aimer la maladie comme une compagne, une amante, une mère. Freud disait qu'on est plus attaché à ses symptômes qu'aux désirs dont ils sont les masques.
Commenter  J’apprécie          200
Arthur Miller dira d'elle : "Sous son insouciance et son humour, la mort était sa compagne partout et tout le temps, et c'est cette présence invisible qui la rendait si poignante comme si elle dansait au bord de l'oubli."
Commenter  J’apprécie          160
Dans le temps, les mères étaient le plus souvent vêtues de noir. Toujours un mort à pleurer, un amour qui ne reviendra pas, ou bien le deuil de la femme morte en elles. Veilleuses, nuit sur nuit, elles avaient en charge l'autrefois . Elles ne donnaient pas la mort, mais la gardaient parmi les plis de moire ou de faille, communicantes d'une foi dans l'absence et l'infini, adoratrices perpétuelles du défaut et du défunt. Mais parfois, l'été, elles mettraient des robes légères et claires, des voiles presque transparents dans le contre-soir. Alors, c'était des petites filles qui riaient. Leurs fils regardaient de loin ces inconnues soudain si belles, avec l'angoisse de découvrir quelqu'un qu'on ne connaît pas, une disparue, une prisonnière, une fugitive revenue du passé. Le cœur serré, ils s'efforcaient de sourire en détournant les yeux.
Commenter  J’apprécie          140
Robert Schumann naît le 8 juin 1810 dans la petite ville de Zwickau en Saxe, dans une Allemagne en pleine effusion romantique. L'heure n'est plus aux Lumières et à la Raison, mais à la nuit et à l'univers de "Sturm und Drang". Pour cette avant-garde de l'esprit romantique, il est presque attendu d'un artiste qu'il devienne fou ou meure jeune. Schumann connaîtra ce double destin.
Commenter  J’apprécie          120
De même qu'il ne se sentira ni juif ni chrétien. Proust ne se croira ni homosexuel ni hétérosexuel. Non pas bisexuel, selon la vision d'une sexualité dédoublée, positive et assumée, qui n'est d'ailleurs qu'un mythe, mais véritablement neutre, ni l'un ni l'autre.
Nulle part il n'est dit dans la Recherche que Maman __et par conséquent le narrateur __est juive. Et dans la vie de Proust il en allait de même. Ce n'est que dans une lettre écrite au moment de l'enterrement de sa mère qu'il peut dire: " Comme elle n'avait pas changé sa religion juive en épousant Papa, parce qu'elle y voyait un raffinement de respect pour ses parents, il n'y aura pas d'église." Pourtant, représentations déplacées de Maman, deux figures de femmes juives sont évoquées dans la Recherche, celle mythologique et presque sacrée, d'Esther, et celle mondaine et prostituée, de Rachel.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Michel Schneider (539)Voir plus

Quiz Voir plus

Savez-vous de quels livres sont tirés ces films ?

Coup de foudre à Bollywood de Gurinder Chadha

Les Hauts de Hurlevent de Emily Brontë
Orgueil et Préjugés de Jane Austen
Zoya de Danielle Steel

16 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , adapté au cinémaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..