AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 234 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 28/05/1944
Biographie :

Michel Schneider est un écrivain, énarque, haut fonctionnaire et psychanalyste français.

Ancien élève de l'ENA, il commence sa carrière à la direction de la prévision du ministère de l'Économie et des Finances en 1971. Il est nommé conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1981.

Il a été directeur de la musique et de la danse au Ministère de la Culture de 1988 à 1991.

Il mêle littérature et psychanalyse dans des textes qui explorent les œuvres d'art aussi bien que les correspondances et les témoignages. A la frontière entre biographie et roman, il retrace l'existence de Glenn Gould ("Glenn Gould, piano solo", 1988), de Charles Baudelaire ("Baudelaire, les années profondes", 1994), ou encore les relations complexes que Marcel Proust entretenait avec sa mère ("Maman", 1999). Il est également l'auteur d'un essai sur l'infantilisation des citoyens français ("Big Mother", 2002).

En 2003, il reçoit le prix Médicis de l'essai pour "Morts imaginaires", dans lequel il imagine les derniers instants de grands écrivains. "Marilyn Monroe, dernières séances" (2006), qui envisage les liens troubles de Marilyn Monroe et de son dernier psychanalyste, Ralph Greenson, figure dans la liste du prix Goncourt, du prix Interallié, du prix Renaudot et du prix Femina 2006.

Il obtient dix voix lors de l'élection à l'Académie française du 7 février 2008, où il brigue la succession de Bertrand Poirot-Delpech.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Michel Schneider - Miroirs des princes .
Michel Schneider vous présente son ouvrage "Miroirs des princes" aux éditions Flammarion. Notes de Musique : "Leaving" by Kai Engel (http:kaiengelmusic.wix.com/kaiengel)
Podcasts (26) Voir tous

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleur   04 octobre 2015
Glenn Gould piano solo de Michel Schneider
Gould n'était pas un surréaliste en mal de provocation, mais une sorte de cathare de la musique. Son retrait fut conséquent avec ce constat : les salles ne sont pas le meilleur endroit, pour écouter de la musique, à cause de la présence des images, et de l'absence de solitude qu'elles impliquent. Le concert lui semblait immoral, parce que la musique, comme Dieu, ne souffre pas la représentation.



(p. 114)
Commenter  J’apprécie          104
patatipatata   20 juillet 2012
Glenn Gould piano solo de Michel Schneider
il aurait voulu que ses enregistrements de Beethoven ( deuxième concerto ) possédasse le son de ceux de Schnabel, pauvre en harmoniques. A quoi son ingénieur du son répondit : « Vous n’avez qu’à les écouter au téléphone sur un appel longue distance.»

/.../ j’aime cette idée que la musique puisse finalement n ‘être que cela : un appel longue distance. On joue, on ne sait qui on appelle. On n’ignore qui appelle en soi. Une simple vibration de l’air entre deux lointains, une ligne bruissante joignant deux êtres dont on ne sait rien, sinon qu’ils sont perdus.
Commenter  J’apprécie          90
jostein   09 novembre 2011
Comme une ombre de Michel Schneider
J'ai pensé : c'est ça, les vies. Ça ne se brise pas sur le coup, à un moment précis. Après, avec surprise, on constate la brisure.
Commenter  J’apprécie          100
andras   01 octobre 2019
Marylin : Dernières séances de Michel Schneider
Quelques semaines avant de rencontrer Raph Greeson, Marilyn disait W.J. Weatherby : « Souvent je me dis que ce serait mieux de n'être pas célèbre. Mais nous, les acteurs, nous nous torturons avec notre image, nous sommes – quel est le mot ? – narcissiques. Je reste des heures assise devant mon miroir à guetter les signes de l'âge. Je veux vieillir sans lifting facial. Relever un visage qui tombe, c'est la facilité. Ca retire la vie du visage, le caractère. Je veux être loyale avec mes traits, avec le visage que je me suis fait, avoir ce courage-là. Mais parfois je pense que ce serait plus facile d'éviter la vieillesse, de mourir jeune, mais alors, qui finira votre vie ? Qui saura qui vous êtes ? »
Commenter  J’apprécie          80
Laurane_C   18 janvier 2010
Marylin : Dernières séances de Michel Schneider
" Vous l'avez connue quand elle n'était pas le mythe qu'elle est devenue. Juste une actrice. Vous savez, je l'aimais, Marilyn. Et vous êtes assez intelligent pour savoir ce qu'aimer veut dire, dans la psychanalyse comme ailleurs, dans ce que vous appelez la vraie vie. "
Commenter  J’apprécie          80
ClarissaDalloway   16 avril 2010
Glenn Gould piano solo de Michel Schneider
Sa solitude était un moyen de rejoindre chacun dans sa propre solitude. Gould nous a témoigné l’amitié ou la pudeur de n’être pas là quand on l’écoute.
Commenter  J’apprécie          80
Bibalice   07 septembre 2011
Comme une ombre de Michel Schneider
J'aimais mon frère caché dans cette musique. Je l'aimais comme on n'ose même pas aimer Dieu, et comme je n'ai jamais aimé une femme. Je mens [...] Quand on pense à quelqu'un en écoutant de la musique les larmes aux yeux, ce n'est pas sur lui qu'on pleure, mais sur la musique, ou sur celui qu'on était quand il était encore là.
Commenter  J’apprécie          70
KRYSALINE555   30 décembre 2017
Marylin : Dernières séances de Michel Schneider
L'étonnement est une des formes les plus délicates du plaisir et la damnation la quête la plus raffinée du malheur.
Commenter  J’apprécie          80
soukee   04 mars 2011
Marylin : Dernières séances de Michel Schneider
Il la prend, la jette. Avec amour et abjection, il l'écoute, deux ans et demi. Il n'entend rien et la perd. Ce serait une histoire triste, sinistre, dont rien ne rachèterait la mélancolie, même pas ce sourire par lequel Marilyn semblait s'excuser d'être si belle.
Commenter  J’apprécie          70
brigittelascombe   17 novembre 2011
Comme une ombre de Michel Schneider
On ne commence à écrire que quand il est trop tard.Quand il n'y a rien d'autre à faire.Quand c'est mieux que rien.Quand on n'en est pas sûr.Quand on n'est plus sûr de rien.On écrit sur ce qui s'est passé ou sur le contraire de ce qui s'est passé;on retourne les souvenirs comme les doigts d'un gant;on efface les silences infinis sous des dialogues bavards;on ravaude par des phrases les trous d'une vie,avec la patience de Loné raccommodant les pulls des petits Forger.
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..