AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Agatha Raisin enquête, tome 13 : Chantage au ..
  18 janvier 2019
Agatha Raisin enquête, tome 13 : Chantage au presbytère de M. C. Beaton
👠 Treizième tome de la saga Agatha Raisin.👠





Agatha n'a vraiment pas de chance avec les hommes. Son ex-mari, James Lacey l'a quitté pour entrer dans les ordres et au moment de prêter ses voeux disparaît ; James Armitage son nouveau voisin l'a prise pour une femme facile, ce qui l'avait terriblement blessée. Non, non et non ! Les hommes pour Agatha c'est TERMINÉS !! Plus JAMAIS elle ne regardera un nouvel homme ! 🤬

Mais voilà qu'un nouveau vicaire pointe son nez. Avec son visage d'ange, son physique d'Apolon, Agatha diablement tentée.... 😈Et lorsque celui-ci est assassiné, Agatha se lance dans une enquête avec l'aide de son encombrant voisin, John Armitage.





Personnellement, j'ai offert les derniers tomes dès leurs sorties à ma maman qui apprécie cette série et les couvertures assez sympathiques. Comme d'habitude, après qu'elle les a lus, me voilà contrainte d'y jeter un oeil... enfin je vous avoue que ce n'est pas une torture.

Au final, rien d'exceptionnel, de sensationnel dans cette nouvelle aventure. On reprend les mêmes personnages, les mêmes situations et on recommence le tout. Cet aspect redondant n'apporte pas le côté réaliste à cette saga puisque les meurtres s'enchainent dans le sillage d'Agatha, et cette dernière trouve le coupable à chaque fois en manquant par la même occasion de se faire assassiner.





Globalement, un épisode sans grand intérêt, mais, reconnaissons-le, apporte un moment de détente plaisant. En effet, le fait de connaître la trame générale de la série permet une lecture détendue, sans trop de concentration. Les personnages récurrents sont attachants et parfois donnent envie de les secouer. Ce personnage d'Agatha Raisin est assez clivant : d'un côté, son autorité et sa position irritent le lecteur... de l'autre, ses faiblesses et ses peurs la rendent plus humaine.





🤷‍♀️ Au final, un nouvel épisode dans la droite ligne des précédents. Rien de nouveau dans les Costwolds si ce n'est un moment de lecture agréable en compagnie d'Agatha Raisin et son petit univers.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          910
Stony Bay Beach : Sam & Jase
  18 janvier 2019
Stony Bay Beach : Sam & Jase de Huntley Fitzpatrick
Excellent, super, magnifique… En un mot parfais. Ce livre était vraiment bien, les personnages était très bien construit, leur émotion était presque transparente, pas besoin de réfléchir une heure pour savoir ce qu’ils pensent, c’est vraiment direct. Ce beau livre très coloré apporte du soleil à cette hiver triste autant avec la couverture qu’avec le contenue. Le récit est fluide, fraie…super. Peut être un peu dommage que la mère de Samantha est était moins décrit, ce qui aurait rapporté encore plus de vraisemblance. Je trouve pourtant que Sam et Jam vont un peu trop vite dans leur relation, ils se connaissaient à peine. La famille de jam est super bruillante, joyeuses… Mais la fin est un petit point noire, sur la robe blanche, elle st invraisemblable et la réaction de Sam rappelle plusieurs films à l’eau de rose avec chantage, aveu et tout le tralala. Sinon super livre. Auteur à suivre
Commenter  J’apprécie          00
Marina Oswell
  18 janvier 2019
Marina Oswell de Julianne Viricel
Cette intégrale est composée de 2 tomes. Je dois dire que j'ai été très surprise par l'intrigue, que j'ai trouvé très intéressante et passionnante. L'univers m'a beaucoup plu grâce à la certaine originalité qui s'en dégage ! Malheureusement, je l'ai trouvé sous exploité alors que cela aurait pu être de la bombe ! En fait, le plus gros problème pour moi, c'est le premier tome qui est très introductif et assez long à cause notamment de l'inactivité de l'héroïne ! Pourtant, il ne faut pas lâcher prise car le second tome vient remonter le niveau et mettre de l'action ! L'univers se fait également plus original et davantage développé !



Parlons maintenant des personnages. Marina Oswell, est une lycéenne, qui va se retrouver impliquer dans la malédiction de l'étoile bleu, après la visite d'une mystérieuse grotte lors d'une sortie scolaire. Dans le premier tome, je l'ai trouvé très peu impliqué. Elle se laisse porter par les événements, qui se déroulent ;par sa vengeance et la malédiction qui la poussent à faire un carnage parmi les créatures surnaturelles. Franchement, j'ai beaucoup de mal avec ce type d'héroïne. Heureusement, elle se prend davantage en main dans le second tome et décide de se battre pour un objectif. Cependant, elle m'a vraiment agacé à la longue à force de nous dire toutes les 5 minutes qu'elle était un monstre...

Sinon au niveau des autres personnages, ils sont assez survolés, même Tristan, qui est censé être l'un des amants maudits à cause de la malédiction. Certes, on le voit un peu plus souvent que les autres mais rien de très poussé... De plus, certains sont, quant à eux, carrément radiés de la vie de Marina en un tour de main sans raison ni plus de développements, ou presque !



Pour conclure, malheureusement, c'est une petite déception pour moi car il y a trop de défauts à mon goût. De plus, c'est très frustrant car l'univers aurait pu être top mais il n'est pas aussi bien exploité que je l'aurai voulu, même si je le reconnais : cela s'améliore énormément dans le second tome !


Lien : https://fantasybooksaddict.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
My best friend's exorcism
  18 janvier 2019
My best friend's exorcism de Grady Hendrix
: En débutant ce livre, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Je ne suis pas une spécialiste de livres d’horreur mais j’ai été intrigué par le titre du livre : l’exorcisme est un mystère si compliqué à mettre en place et, malgré tout, très ambigu donc un livre sur le sujet ne peut être qu’un chef d’œuvre ou une comédie sur papier… J’attendais de voire. Le début m’a un peu surprise, le style était très soft, simple, claire et fluide. C’était très agréable à lire, distraillant. Le récit était très bien, c’est vrai que je n’ai pas suivi toutes les réactions des personnages, trop nombreuses, entassé. L’action était… mouvementée mais par certains moments l’adrénaline faisait place à l’ennui. J’ai parfois perdu le fil ( tu as sauté des pages me direz-vous) mais l’histoire était vraiment beaucoup trop longue. Abby était un personnage vraiment attachant, on s’identifiait très bien à elle : ses réactions n’étaient pas idéalisées, elles étaient simplement disposé sur les feuilles sans transformation au préalable. Ce qui m’a le plus déçu a été sans aucun doute la personnalité de Gretchen, trop parfaite pour l’histoire. Conclusion l’histoire était bien et agréable, elle m’a ouvert les portes d’un nouveau monde peuplé d’un genre nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
365 Jours pour réfléchir à notre Terre
  18 janvier 2019
365 Jours pour réfléchir à notre Terre de Yann Arthus-Bertrand
Par Claire Giroux (ICI RadioCanada.ca) : 365 Jours pour réfléchir à notre Terre

Livre de photos dans la série «La Terre vue du ciel». Chaque jour est illustré par une photo et un texte. Chaque mois a son thème.

-- Ce livre nous invite à réfléchir sur notre monde consommation, sur notre façon d'interagir avec la nature, sur notre capacité à répondre aux besoins du présent sans compromettre les besoins des générations à venir.
Commenter  J’apprécie          10
À la Di Stasio
  18 janvier 2019
À la Di Stasio de Josée Di Stasio
Par Charlotte Poitras (ICI RadioCanada.ca) : A la di Stasio

« Josée nous propose ici un savoir-vivre qui lui ressemble. Des plats tout simples, faciles à reproduire qui s’avèrent au gourmand d’une ravissante complexité. Une cuisine qui murmure comme un ruisseau sous bois et puis s’éclate à plein soleil. Pour tout dire, Josée nous met en appétit. À pleines dents on mord dans la vie, rassuré de savoir que le bonheur est possible, qu’il fleure bon le gingembre et le thym, et gicle à la lumière, verte de menthe, rouge poivron, pourpre betterave, zestes d’orange et jaune citron. Avec Josée, on croque la roquette et on rit de l’amertume.

-- De superbes photos accompagnent les recettes, un plaisir de redécouvrir les recettes de Josée Di Stasio !
Commenter  J’apprécie          00
A mon fils : A l'aube du troisiéme millénaire
  18 janvier 2019
A mon fils : A l'aube du troisiéme millénaire de Gilbert Sinoué
Par René Bolduc (ICI RadioCanada.ca) : A mon fils, à l'aube du troisième millénaire

Un homme décrit sans complaisance les travers du monde à son fils.

-- Les problèmes du monde actuel expliqués en vrac à un enfant afin qu'il puisse savoir et agir.
Commenter  J’apprécie          00
Et tu embrasseras mes larmes
  18 janvier 2019
Et tu embrasseras mes larmes de Fleur Hana
Que vous dire sur ce livre si ce n’est de foncer le lire si ce n’est pas déjà fait !!! Ne passez pas à côté de cette merveille !!!



Ce roman de Fleur Hana est un hyper méga coup de coeur… pour la seconde fois car il l’avait déjà était il y a de celà quelques années quand il fût publié sous le titre « Les bottes rouges ». C’est donc une réédition très bien travaillée et améliorée par l’auteure. A l’époque de sa première édition, cette lecture m’avait complètement dévastée et étant masochiste, j’ai voulu voir ci après quelques années, il me ferait toujours le même effet. Après tout, j’ai changé, Fleur l’a modifié,…



Alors ?? … bah, alors c’était encore pire que la première fois. Ce livre m’a coupé le souffle et m’a foudroyé. Cette lecture fût comme une vague qui m’a submergé dès le début et qui m’a complètement paralysée jusqu’à la fin. Impossible de décrocher de mon livre, je tournais les pages de façon frénétique et avec plaisir, joie, angoisse, parfois tristesse et aussi appréhension.



Comme l’a souligné Sophia, précédemment, Angie et Valentin sont des âmes écorchés auxquels il est très facile de s’attacher. Ils sont charismatiques, vrais, fidèles à leurs émotions, bouleversants et attendrissants. Ils déversent dans nos coeurs, une palette d’émotions et de sensations phénoménales. On ri. On souffre. On peste. On pleure, beaucoup. L’auteur nous fait littéralement vivre son récit au travers de chaque mot. Mon coeur a souffert de nombreux ratés au cours de ma lecture. Boom boom boom _____ Boom boom ____. Il a battu la chamade au rythme de leur troublante histoire. J’ai adoré le personnage d’Angie et je suis tombée sous le charme indéniable de Valentin.



Une nouvelle fois Fleur Hana nous offre un véritable diamant livresque d’une pureté authentique. Elle compte parmi les auteurs dont je ne loupe pas une sortie (j’attends sa prochaine sortie avec impatience d’ailleurs) et que je recommande les yeux fermés. Elle me charme à chaque fois et cette fois ne fait pas exception. J’aime la fluidité et la finesse de sa plume qui nous transporte aisément et agréablement dans sa trame à laquelle elle sait inclure les rebondissements qu’il faut, les émotions qu’il faut pour nous subjuguer, nous bluffer et nous émouvoir. Elle parvient à nous pousser dans nos retranchements d’un point de vue émotionnel. Sa plume est insidieuse comme un poison qui s’infiltre dans nos veines et c’est toujours un immense plaisir que de se laisser empoisonner par Fleur Hana et ses récits.




Lien : http://liresesreves.com/2019..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cauchemars, tome 2 : Dullahan
  18 janvier 2019
Cauchemars, tome 2 : Dullahan de Sophie Fischer
Ce second tome est addictif ! J'ai adoré ! Déjà le premier tome je l'avais dévoré très rapidement et je m'étais sentie amputé prématurément à la fin. Heureusement le second tome est arrivé rapidement.



Que dire de celui-ci, hormis que j'ai passé un excellent moment - trop court encore une fois - mais quand on aime on voudrait que ça s'arrête jamais, n'est ce pas ?!



La plume de l'auteur est fluide, bien ficelée. Les personnages sont touchants et j'ai appris beaucoup sur les protagonistes. Il y a beaucoup d'humour, et de tendresse.



Dans ce tome, on en apprend un peu plus sur jack. Ténébreux, affreux, visqueux, mais finalement pas que ça.

Will o wisp, son fidèle compagnon qui je trouve n'avais pas de grande importance limite un peu effacé dans le premier tome, m'a conquise dans celui-ci. Drôle, un chouïa sadique, ce personnage offre de nombreuses perspectives pour la suite et j'ai hâte de savoir!



Quant à Niamh, je l'adore. Elle est forte, courageuse, le pilier de l'équipe malgré qu'elle n'ai pas assez confiance en elle. Sa relation avec Jack est de plus en plus étonnante. L'auteur à développé la relation entre deux laissant un peu de côté Mr Marlding et Ian, mais cela ne m'a pas dérangé car eux aussi ont leurs petits secrets et hâte de découvrir la vérité !



En résumé, ce tome est créatif, palpitant et ça va être dur d'attendre le tome 3 ....



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aide-moi à te parler ! : La communication par..
  18 janvier 2019
Aide-moi à te parler ! : La communication parent-enfant de Gilles Julien
Par Caroline Lapointe (ICI RadioCanada.ca) : Aide-moi à te parler !

Portraits d'enfance difficiles et solutions possibles pour aider les parents dans un quartier pauvre de Montréal par une équipe unique de pédiatrie sociale.

-- « Les ingrédients sont simples et accessibles : l'accueil, la compréhension, la compassion et l'amour des enfants... Il n'est pas toujours facile d'être accueillant... l'accueil c'est la porte d'entrée, le déclencheur de toute relation saine.... »
Commenter  J’apprécie          00
Rhizome
  18 janvier 2019
Rhizome de Nadia Coste
Nous sommes en 2081, dans les tours de Mauges. Après de nombreuses catastrophes naturelles, la population mondiale a été divisée par six et le monde est devenu toxique. Mais l’humanité a été sauvée par les Plantes importées de l’espace. Jaro est un jeune botaniste qui étudie le développement de ses mystérieuses plantes purifiantes et il s’intéresse à une éventuelle mutation. Lors d’une expédition dans l’agroforêt, il est envoyé à l’hôpital suite à un incident...





L’auteure plante rapidement un cadre original et efficace. On reste curieux face aux Sky Cities, ces villes faites de tours protégées par les Plantes, ou encore face aux nombreux drones et à la télépensée. On se projette dans ce monde futuriste assez facilement et les pages se tournent. Les Plantes ne manquent pas non plus d’attirer notre attention, puisqu’elles sont aussi vénérées que craintes. On sent venir les problèmes.





On fait la connaissance de Jaro dans des circonstances assez inquiétantes. Suite à l’incident, sa santé se dégrade et il est contacté par télépensée par Semper qui tient des propos étranges sur les Plantes. Cette intrusion est inexplicable, et effraie notre héros qui se voit finalement chargé d’une mission. En somme, Jaro est ce jeune homme ordinaire à qui on demande de sauver le monde au prix de sa propre vie. Cette constatation nous fait passer par des tas d’émotions.





Je ne pensais pas autant m’attacher à Jaro et à Semper. Surtout avec ce qui est en jeu, surtout avec ce qui se déroule sous nos yeux. J’ai aimé l’un pour ses convictions, l’autre pour sa sensibilité, sa détermination. Ils sont liés l’un à l’autre d’une manière tout à fait étonnante, qui nous déstabilise parfois mais on se laisse convaincre par la notion d’harmonie qui revient régulièrement dans le récit.





Rhizome est un roman de science fiction pour ados, à portée écologique, et il m’a bien plu. En particulier parce qu’on laisse la parole à la nature, mais aussi parce qu’il nous fait réfléchir sur bien des sujets d’actualité. Ce sont des réflexions qui ne font pas seulement référence au respect qu’on porte (ou non) à la nature et j’ai été agréablement surpris. De manière subtile, on en vient à penser au racisme, à la politique, à la manière dont tourne le monde. C’est un peu court pour vraiment aller jusqu’au bout de la réflexion mais le dénouement permet de faire passer un beau message d’espoir.


Lien : https://revesurpapier.blog4e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Après le colonialisme : Les conséquences cultur..
  18 janvier 2019
Après le colonialisme : Les conséquences culturelles de la globalisation de Arjun Appadurai
Par Mohamed Dioury (ICI RadioCanada.ca) : Après le colonialisme : Les conséquences culturelles de la globalisation

Ce qui est rarement dit, c'est que la mondialisation concerne au premier chef la culture, et de manière positive. Loin d'appauvrir l'invention culturelle, d'uniformiser les créations, d'abêtir les peuples, la mondialisation permet des déploiements inédits de l'imagination collective, stimule la fabrication d'identités originales. Au lieu du temps sans esprit qu'on nous annonce, une efflorescence sans exemple serait amorcée. C'est ce que soutient l'anthropologue Arjun Appadurai

-- Le travail de l'imagination collective est ici l'élément clé. Dans la lignée de Benedict Anderson, mais aussi de Castoriadis ( L'Institution imaginaire de la société ), Appadurai insiste sur le fait que les groupes d'exilés dispersés, ou même ces exilés temporaires que sont les touristes, se refabriquent un ancrage, une identité symbolique, indépendamment des pesanteurs du sang, de la terre et du sol. Telle serait la leçon majeure de la mondialisation : comme il n'y a plus de dehors, et plus d'altérité radicale, les relations de chaque groupe avec son passé, avec lui-même, avec les autres, se réinventent. Cette multiplicité de constructions identitaires rend caduque la représentation d'une culture liée de manière fixe à un lieu et un mode de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Antimanuel d'économie : Tome 1
  18 janvier 2019
Antimanuel d'économie : Tome 1 de Bernard Maris
Par Guy DesRosiers (ICI RadioCanada.ca) : Antimanuel d'économie

Avant d’aborder le résumé, disons que c’est un « beau livre », petit, mais riche de par sa présentation (bellement illustré) et riche d’extraits de texte de romanciers (Orwell, Beigbeder, Zola…) de philosophes et d’autres… pour un sujet aussi rébarbatif que l’économie! Tous les thèmes connus de l’économie : des fondateurs de la « science » qui dès le départ occultaient les questions de pouvoir, de partage, de temps et qui voyaient l’humain comme un rouage rationnel… jusqu’à la mondialisation, les marchés financiers, la bourse. Passant de l’esprit moutonnier aux prédictions auto-réalisatrices, du rôle de l’État, de la recherche, de la culture… pour nous rappeler que l’économie est un moyen et que pour ne pas en être l’instrument, il est déjà préférable et nécessaire de penser autrement.

-- Parce que nous croyons plus jamais que « l’argent mène ou doit mener le monde »… Parce ce nous en sommes tellement imbibés que nous ne nous voyons pas vivre dans « l’aquarium de l’économisme », celui que nous disons être notre « réalité »… inéluctable… Parce que sans êtres nazis nous semblons tout aussi confiant et « innocents » que les Allemands avant la deuxième guerre mondiale… (j’exagère… à peine!) Pour ne pas se faire imposer un éléphant Blanc ( plutôt noir funeste) à l’échelle tant locale qu’internationale… Pour ne pas tomber dans une « Grande Noirceur » économique dont il nous faudra beaucoup de peines et de courage pour s’en sortir… Parce que le discours économique ne doit pas appartenir qu’aux seuls initiés… Parce qu’en traitant sur un ton à la fois léger et incisif, (donc vivant) d’un sujet que beaucoup voudraient inaccessible… Ce livre nous permettra de moins… s’en faire conter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
L'or et le sang, tome 3 : Les princes du Dj..
  18 janvier 2019
L'or et le sang, tome 3 : Les princes du Djebel de Fabien Nury
Ça fait déjà quelques jours, peut-être semaine que j'ai lu les deux premiers tomes. Et j'avais en mémoire, une certaines légèreté sur fond de guerre et de trafic divers.

Mais après cette 3ème lecture de la série, j'ai l'impression inverse : une impression de gravité sur un petit fond de légèreté.

Les histoires trafic sont un peu mises de côté, et on découvre le côté politique. Ce n'est pas ce qui me passionne dans une BD, mais ça a eu le mérite de m'apprendre beaucoup de choses sur l'entre deux guerres, sur les magouilles de puissances coloniales et aussi un peu sur le maroc.
Commenter  J’apprécie          70
Au bonheur des ogres
  18 janvier 2019
Au bonheur des ogres de Daniel Pennac
Avec ce premier tome des aventures de Malaussène, on plonge avec bonheur dans un univers baroque. Pennac multiplie les personnages secondaires, les digressions. Ça grouille comme dans une fourmilière. Le rire n'est jamais loin des larmes, le sordide côtoie le sublime. --Bruno Ménard

...

Par Camille Senteni (ICI RadioCanada.ca) : Au bonheur des ogres

«Côté famille, maman s'est tirée une fois de plus en m'abandonnant les mômes, et le Petit s'est mis à rêver d'ogres Noël. Côté coeur, tante Julia a été séduite par ma nature de bouc (de bouc émissaire). Côté boulot, la première bombe a explosé au rayon des jouets, cinq minutes après mon passage. La deuxième, quinze jours plus tard, au rayon des pulls, sous mes yeux. Comme j'étais là aussi pour l'explosion de la troisième, ils m'ont tous soupçonné. Pourquoi moi ? Je dois avoir un don... » —Quatrième de couverture

-- Une fable magnifique sur la famille décomposée, recomposée, éclatée et surtout aimante. Ce que la famille est devenue et surtout ce vers quoi elle pourrait tendre. Une ode à la tendresse et au clan. Une critique de la société moderne. Le racisme et la pauvreté y sont abordés avec humour. Savoureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Gaspard, entre terre et ciel
  18 janvier 2019
Gaspard, entre terre et ciel de Marie-Axelle Clermont
Parce que ma fille me l'a prêté, parce que je n'ai pas eu le courage de lui dire simplement non merci... il me fallait le lire, je l'ai lu.

J'ai bien sûr été très bouleversée par cette effroyable histoire mais, malgré la réelle détresse et l'épouvante des parents face à la mort d'un enfant, l'authenticité et la sincérité de leur cœur dont je n'ai douté à aucun moment... l'indicible de cette épreuve livrée en partage avec tant d'insistance et de religiosité, m'a mise parfois mal à mon aise...



Mais, mais... et trois fois mais, le plus important est tout le réconfort et l'ouverture à cœur que ce partage semble avoir apporté à quantité d'internautes et peut-être de lecteurs dont je ne m'exclus pas.



Commenter  J’apprécie          60
Dis Ours, tu sors ?
  18 janvier 2019
Dis Ours, tu sors ? de Jory John
Je retrouve mes deux comparses toujours aussi hilarants !! Je ne m'en lasse pas ! A lire à voix haute pour rire encore plus !!
Commenter  J’apprécie          20
Au coeur de la naissance : Témoignages et réfle..
  18 janvier 2019
Au coeur de la naissance : Témoignages et réflexions sur l'accouchement de Lysane Grégoire
Par Collectif (ICI RadioCanada.ca) : Au coeur de la naissance : Témoignages et réflexions sur l'accouchement

Je crois que pour comprendre la société, il est important de comprendre la naissance, les sentiments qui s'y rattachent et plus que tout, le côté spirituel et émotif du rite de passage qu'est l'accouchement. Et surtout, il est bien de comprendre comment la société traite la grossesse et l'accouchement, puisque sans enfant, aucune société ne peut exister! --Lucie Charbonneau, Montréal

...

On entend très souvent parler, en termes médicaux, des accouchements de nos amies, soeurs, cousines... La médecine a envahit la naissance à un point tel que les femmes ont de la difficulté à exprimer ce qu'elles ont vécu autrement qu'en centimètres de dilatation, fréquence des contractions, interventions médicales... Ce livre nous offre des témoignages qui décrivent les sentiments, les craintes, les émotions, la fierté, la liberté que les femmes et les hommes ressentent dans ces moments si intenses. Enfin, on fait voir au monde l'autre côté de la médaille - le vrai! --Mélanie Dufour, Montréal

...

Un des collaborateurs de ce recueil, le docteur Marsden Wagner qui a été consultant pour l'Organisation mondiale de la santé pendant plusieurs années, dit ceci: En médicalisant l’accouchement, c’est-à-dire en séparant la femme de son environnement habituel et en l’entourant de personnes étrangères utilisant d’étranges machines pour lui faire subir d’étranges traitements ayant pour but de l’aider, la femme est tellement perturbée, mentalement et physiquement, que l’accouchement est sans doute modifié et a probablement des répercussions sur l’état de l’enfant à la naissance. Le résultat est que l’on n’est plus en mesure de savoir comment se seraient passées les naissances avant ces manipulations, les dispensateurs de soins ne sachant plus ce qu’est une naissance « non médicalisée ». C’est un problème d’une importance considérable. […] Toute la littérature sur l’obstétrique moderne et sur la néonatalogie repose essentiellement sur l’observation d’accouchements « médicalisés » . --Catherine Chouinard, Montréal

...

Dans cet ouvrage, des femmes, des hommes, des couples, des familles ont délibérément choisi de mettre au monde leurs enfants en toute responsabilité. Peut importe le lieu de naissance (maison, maison de naissance,hôpital), c'est tout d'abord une question de choix éclairé, informé, responsabilisé. Dans notre société actuelle, plusieurs institutions tendent à nous prendre en charge.... la naissance est l'un de ces aspects. Le corps médical a pris en charge la naissance comme s'il s'agissait d'une pathologie en devenir. Cela est faux et l'on trouve plusieurs questionnements-réponses et témoignages touchants dans AU COEUR DE LA NAISSANCE. D'un point de vue plus large, on ne peut plus rester passif et tranquillement se laisser «gérer, organiser, diriger» par une petite classe dirigeante qui n'oeuvre pas nécessairement pour le bien-être collectif. Pour que des changements sociétals se produisent, il faut d'abord que les individus qui la composent agissent individuellement et collectivement afin de créer, re-créer la société idéale où il fera meilleur vivre. --Martine Quimper, Rive-sud de Montréal

...

Récemment, les sages-femmes ont fait, et continuent à faire, de grands pas en vue de la reconnaissance de leur pratique. Elles peuvent maintenant pratiquer l'accouchement à domicile en toute légalité, et les maisons de naissance ne réussissent pas à répondre à la demande. Les femmes, qui s'en sont entièrement remises à la médecine depuis plusieurs année pour tout ce qui concerne la grossesse, prennent actuellement conscience qu'elles peuvent choisir de vivre ce moment autrement. Qu'elles peuvent prendre contact avec cette force, ce pouvoir merveilleux qu'elles ont de donner la vie. Et qu'elles peuvent vivre cette aventure le plus naturellement possible, à l'écoute de leurs besoins et, surtout, de ceux de leur bébé. Ce livre en témoigne. --Julie Tremblay, Montréal

...

La peur de l'imprévu, la recherche du "risque zéro", le refus de la douleur - et du plaisir parfois - ont dépossédé les femmes de leur corps pendant l'accouchement, au profit d'une prise en charge médicale qui ne tient pas ses promesses en matière de sécurisation. Les statistiques le prouvent. Mais cette dépossession touche aussi les pères en devenir, les familles, les fratries... Ce livre est le témoignage vivant d'actes "citoyens" (libres, informés, responsables) par lesquels des femmes et des hommes ont repris en main leur destinée à travers un acte fondateur de la vie. Il nous rappelle que la diversité est l'expression directe de l'autonomie des êtres vivants, une réalité que la naissance "industrielle" pouvait nous faire oublier. --Bernard Bel, Venelles (France)

...

Ce livre est un remarquable outil pronant l'humanisation des naissances. Il redonne aux femmes la confiance en leurs capacités d'enfantement. Ce livre magnifique rempli de ressources nous aide à comprendre mieux notre époque par la place prépondérante de la famille qu'il véhicule. Il démontre aussi le chemin accompli jusqu'à nos jours afin de redonner aux femmes le pouvoir d'enfanter librement, selon leurs désirs. --Myriam Frégeau, Outremont
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Au nom de la conscience, une volée de bois vert
  18 janvier 2019
Au nom de la conscience, une volée de bois vert de Jacques Grand'Maison
Par Nynon Lessard (ICI RadioCanada.ca) : Au nom de la conscience, une volée de bois vert

Convaincu que l'avenir de notre société dépend largement de la qualité des consciences, l'auteur fait l'éloge de la conscience, ce lieu privilégié de construction d'une solide liberté intérieure qu'aucun pouvoir ne peut domestiquer, ni aucune mode du temps aliéner.

-- Ce petit livre explique les conséquences de la déculturation de la conscience et le pourquoi de ce vide spirituel (bien de notre époque) Sans espoir les jeunes se suicident, sans charité que vaut une collectivité, sans le respect de la nature, une consommation effrénée et la destruction de la Terre. Où est le jugement, qui l'enseigne ?
Commenter  J’apprécie          00
La délicatesse
  18 janvier 2019
La délicatesse de David Foenkinos
Le 8è roman de David Foenkinos paru en 2009 a été couronné par 10 prix littéraires et porté à l'écran en 2011 par son auteur et son frère, Stéphane. Le film, avec Audrey Tautou et François Damiens, a été nommé deux fois aux Césars.



Nathalie, très jolie jeune femme dynamique, nage dans le bonheur auprès de François jusqu'à ce dimanche matin où sa vie bascule.



Un roman tout en délicatesse, d'une lecture agréable; un hymne à la reconstruction, avec, en prime, quelques références littéraires pour de prochains partages :-)



Retrouvez sur le blog, du même auteur, Charlotte article de Lise du 20 octobre 2016, Le mystère Henry Pick, article d'Annie du 19 février 2018 et Les souvenirs article d'Estelle du 5 juillet 2018.
Lien : http://partageonsnoslectures..
Commenter  J’apprécie          10


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2057 critiques

LeFigaro

2056 critiques

LeMonde

2244 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1830 critiques

Bibliobs

1483 critiques

LePoint

774 critiques

LesEchos

918 critiques

Lexpress

3826 critiques

Telerama

2593 critiques

LaPresse

1863 critiques

LaLibreBe...

1180 critiques