AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266239455
608 pages
Éditeur : Pocket (03/10/2013)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.08/5 (sur 1452 notes)
Résumé :
A quelques jours de Noël une affaire d'envergure démarre pour Lucie Henebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, quai des Orfèvres. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue et amie a disparu, alors qu'elle enquêtait sur un dossier explosif dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier détenu par un enfant er... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (227) Voir plus Ajouter une critique
bibiouest
  03 octobre 2019
Quelle maîtrise de l'histoire!!! Franck Thilliez fidèle à son habitude, est très documenté, c'est très technique mais très abordable. En plus il nous tisse une enquête parallèle au principal sujet du livre, du grand art.
L'auteur m'a emmené exactement où il voulait, je suis bluffé, je le soupçonne de commencer son récit par la fin. Comment ça j'exagère?
Franck Sharko et Lucie Henebelle toujours aussi attachants tentent de se reconstruire...Il est conseillé de lire les romans où apparaissent Franck et Lucie dans l'ordre chronologique.
le seul (tout petit) bémol, 600 pages c'est un peu long, mais tellement bon que j'en redemande, Merci Franck Thilliez pour cet excellent thriller.
Curieux le hasard tout de même deux livres de suite traitant du même sujet principal, le nucléaire, il n'en faut pas plus pour modifier mon point de vue. En effet, avant cette double lecture j'étais plutôt pour le nucléaire, aujourd'hui j'avoue mon inquiétude et la nécessité de se passer du nucléaire et passer à des sources d'énergies alternatives.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          761
garrytopper9
  14 septembre 2014
CHALLENGE PAVES 2014/2015 (2)
Nous retrouvons pour la troisième fois réunis, le duo de flics Sharko et Hennebelle. Après « Le syndrome E » et « Gataca » nous voici donc dans le dernier volume de la trilogie. Enfin, c'est un peu compliqué car au départ « Le syndrome E » et « Gataca » sont censé être un diptyque, mais lorsque l'on va sur le site officiel de Franck Thilliez, « Atomka » est inscrit comme le dernier volet de la trilogie. Donc je ne sais pas si je dois le classer tel quel ou pas. bref, quoiqu'il en soit, ce nouveau volet se place dans la continuité de nos deux héros, donc pensez a lire les histoires précédentes sinon vous seriez perdus.
Concernant l'histoire, je l'ai trouvé très poussive. le livre fait 600 pages et avant que les choses avancent vraiment il faut compter a peu près 250 pages. C'est assez long tout de même. D'ailleurs j'ai trouvé que l'auteur avait tendance a trop en rajouter, beaucoup de scènes superflues. Je pense qu'une coupe de 150 pages aurait été bienvenue.
L'intrigue en elle-même est sympa, mais un peu trop simpliste. Je trouve que Franck Thilliez s'éloigne de ce qu'il faisait lors de ses premiers livres. Il n't pas plus de scène macabre, gore, de mise en scène spectaculaire. Au lieu d'avoir un bon thriller/polar, j'ai eu le sentiment d'avoir un roman d'aventure, avec des héros qui voyagent dans d'autres pays et des complots internationaux. Ce n'est pas pour ça que j'ai aimé Franck Thilliez à la base.
J'espère qu'il va vite revenir à ses premiers amours, car a trop vouloir en faire, j'ai peur qu'il s'égare.
Les personnages ont également pris une drôle de tournure dans ce livre. Franck Sharko qui était quand même le flic par excellence, le pitbull qui ne lâche rien, se fait ici piétiner par Lucie Hennebelle (sa compagne) qui le traite comme un moins que rien. Quant à miss Hennebelle je trouve qu'elle se focalise trop sur elle-même et son désir d'enfant.
Ce qui, pour moi sauve le livre n'est pas l'intrigue principale, mais la deuxième, celle centrée sur Frank Sharko, mise en place lors de « Gataca ». Là dessus on est sur quelque chose de très intéressant, quelque chose de bien plus sombre, on est dans ce que Franck Thilliez fait le mieux. En fait, je pense qu'il n'aurait du faire que cette intrigue-là.
Quoiqu'il en soit, ça reste quand même un bon livre, assez divertissant, mais un peu redondant par rapport aux deux premiers de la trilogie. Dans quelques semaines sort « Angor », son nouveau livre ou l'on retrouvera une fois de plus Sharko et Hennebelle réunis et qui lancera une nouvelle saga puisque ce sera le premier volet. J'espère que cette fois-ci l'intrigue sera mieux ficelé, sans quoi je commencerais a me poser des questions sur l'association de ses deux personnages. Peut-être que je préfère ces one-shot ?
La réponse dans un mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
Eve-Yeshe
  20 février 2019
Le livre commence avec une citation de Jules Renard que j'aime beaucoup (la citation autant que Jules Renard) :
« Pourquoi serait-il plus difficile de mourir, c'est-à-dire de passer de la vie à la mort, que de naître, c'est-à-dire de passer de la mort à la vie ? »
Dans ce troisième opus, l'auteur nous propose un voyage au pays de l'atome.
Dans le prologue, nous avons un Russe qui a travaillé pendant la catastrophe de Tchernobyl et qui s'enfuit avec un ouvrage précieux et réussit à passer plusieurs frontières…
Un journaliste est retrouvé mort dans son congélateur, torturé. Il a réussi à graver un nom dans la glace de l'appareil, certainement un aveu pour son tortionnaire. On apprend que sa petite-amie a disparu.
En parallèle, on découvre les corps de plusieurs jeunes femmes, retrouvés dans des lacs très froid et bizarrement l'enquête démontre qu'elles étaient mortes avant d'être noyées. Ce qui conduit les enquêteurs à Chambéry, dans un hôpital, où l'on retrouve un tueur possible (le nom gravé dans le congélateur !)
Tout ceci nous conduit à un hôpital psychiatrique, sur les traces d'un moine rescapé de l'incendie de sa communauté.
Quel peut bien être le lien entre Tchernobyl, un manuscrit, des femmes retrouvées mortes dans des lacs alpins, un moine brûlé au xième degré et un journaliste dans un congélateur ?
Sans oublier la fameuse copine du journaliste, sur les traces de laquelle on va se retrouver, à Albuquerque, dans une région désertique où ont eu lieu les essais nucléaires dans le cadre du programme Manathan.
En fait, on se retrouve en plein milieu de la course à l'arme nucléaire entre les USA et l'ex URSS qui a abouti à Tchernobyl, ce qui permet d'explorer d'une autre manière les scientifiques qui jouent les apprentis sorciers.
D'autre part, ces mêmes scientifiques, côté russe, planchent sur les procédés permettant de mettre en place la cryogénisation pour de futurs vols longue durée, vers Mars ou qui sait peut-être encore plus loin, la Terre est bousillée alors pourquoi ne pas aller coloniser (et par conséquent détruire) d'autres planète ?
Franck Thilliez a une fois de plus potassé son sujet avant de se lancer dans l'écriture de ce thriller passionnant mais qui fait froid dans le dos car tout ce qui concerne le nucléaire, les expérimentations, notamment quand elles se font sur des enfants rescapés de Tchernobyl ( cela signifie absinthe en ukrainien) sans le moindre scrupule me révulsent.
« Atomka » conclut très bien cette trilogie, sur les dangers des techniques actuelles lorsqu'elles sont utilisées à des fins criminelles par des apprentis sorciers comme si le vieux rêve de la vie éternelle était réalisable ; mais est-ce vraiment souhaitable de vouloir échapper à la mort dans le monde actuel ?
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
caro64
  11 septembre 2013
Avec ce roman, Franck Thilliez nous donne des nouvelles de son duo de flics du fameux 36 Quai des Orfèvres, Franck Sharko et Lucie Hennebelle, personnages de durs à cuire d'abord évoluant dans deux série en parallèle puis réunis dans leur métier et dans la vie depuis le syndrome [E] et Gataca. Et encore une fois, Thilliez nous subjugue avec ce polar scientifique haletant qui nous balade des Alpes aux coins les plus reculés de la Russie, en passant par le Nouveau-Mexique.
Franck et Lucie, qu'on a un immense plaisir à retrouver au moment où ils essaient d'avoir un enfant,, sont confrontés à un début d'enquête qui va s'avérer très vite longue et compliquée. On vient de retrouver le cadavre d'un journaliste enfermé dans un congélateur, Christophe Gamblin. Les deux policiers enquêtent et découvrent que le journaliste suivait la piste d'un tueur qui jette ses victimes, inconscientes, dans les lacs quasi gelés et appelle in extremis la police. Au même moment, une autre journaliste, Valérie Duprès, amie de Christophe Gamblin, est portée disparue alors qu'elle enquêtait sur un dossier visiblement explosif mais dont personne ne connaît le contenu. Enfin un enfant de 10 ans, sans identité est retrouvé avec comme seul indice les coordonnées de la journaliste. Qu'est ce qui relie tous ces faits ? de son côté, Sharko doit faire face à d'anciennes blessures, l'enlèvement et la mort de sa femme. Un homme joue avec ces souvenirs douloureux et fait du policier un pion impuissant.
Avec beaucoup de talent, Franck Thilliez distille les indices au fil des pages, dans un récit aux ramifications complexes, imbriquant différentes histoires qui ne semblent pas liées les unes aux autres et pourtant… Au final 600 pages pour une intrigue foisonnante et passionnante. 600 pages et pas une de trop… quel exploit ! Scientifiquement très documenté, ce polar nous plonge dans ce que le nucléaire et la radioactivité peuvent faire de pire, dans la tragédie de Tchernobyl et la folie de certains hommes. Un livre qui ne connaît pas de temps morts avec nos deux héros éprouvés par leurs souffrances passées, plus touchants et combatifs que jamais, en passe de devenir aussi célèbre que Patrick Kenzie et Angela Gennaro chez Dennis Lehane. Une fois commencé difficile de lâcher cet excellent policier. Et outre le fait de nous offrir un très bon suspense avec de nombreux rebondissements à couper le souffle , l'auteur nous amène à réfléchir sur des sujets d'actualité. En deux mots : absolument bluffant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Marple
  29 janvier 2015
Ce qui est bien avec Franck Thilliez, c'est qu'on n'a pas de mauvaise surprise, on se retrouve toujours avec un polar scientifique efficace et intéressant. Ce qui est moins bien avec Franck Thilliez, c'est qu'on n'a pas non plus de bonne surprise, de livre qui renverse ou qui laisse bouche bée.
Atom[ka] est en ce sens tout à fait représentatif de sa littérature : des meurtres bien sanglants et des bons psychopathes pour nous faire peur, des enquêteurs normaux et attachants pour nous accrocher, des éléments scientifiques assez fouillés sur l'atome, la radioactivité et le grand froid pour nous instruire, du suspense, des flics, des voyages...
Le petit plus de ce tome à mes yeux, c'est le terrifiant rappel de Tchernobyl et de ses conséquences. La visite guidée de la zone interdite et déserte est d'ailleurs beaucoup plus terrifiante que tous les meurtres ! le petit moins, c'est la romance entre Sharko et Hennebelle qui frise par moments la niaiserie romantique...
Au final, j'ai passé un bon moment de lecture et je continuerai probablement la série pour en passer encore d'autres...
Challenge Pavés et challenge Variétés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402


critiques presse (1)
LeFigaro   06 décembre 2012
Thilliez montre sa maîtrise, sa capacité à tenir dans sa plume les mille et un éléments de son histoire foisonnante, sans se laisser déborder.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   02 juin 2013
Une explosion de couleurs.
Jamais, au cours de ses voyages, Sharko n'avait vu un tel spectacle. il avait toujours imaginé la Russie comme un territoire austère, gris, aux terres plates qui s'étalaient telles des coulées de ciment. Mais, en réalité, c'était tout l'inverse. Le front collé au petit hublot circulaire, il avait l'impression d'assister à la genèse d'un diamant. Les steppes avaient cette capacité à transformer la lumière rasante du soleil en une pluie d'étincelles. La nature buvait l'eau des lacs aux formes douces, les torrents rageaient, les forêts de pins et de bouleaux s’accrochaient aux flancs des montagnes prisonnières du givre. Des bleus stellaires, des verts de jungle, des blancs furieux bataillaient dans ces arènes de silence et donnaient l'envie de se coucher là, à regarder le ciel indéfiniment.
Puis arriva la grande ville, comme un cancer dans un organisme sain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ZilizZiliz   01 février 2015
- Le gamin présentait un taux de césium 137 de 1 400 becquerels par kilo. [...] Le becquerel est une unité de mesure radioactive. Pour vous donner une idée de ce taux, si le gamin pèse trente kilos, cela veut dire qu'il y a plus de quarante mille particules d'énergie émises par son corps chaque seconde.
Quarante mille. Chacun tenta d'estimer en silence ce que cela pouvait représenter.
- Et, même mort, ça continuera à émettre. Son squelette continuera à balancer de la radioactivité dans dix, vingt ans. Et à supposer qu'on l'incinère, alors chaque milligramme de cendre, répandu au gré du vent, pulserait comme la lumière d'un phare. Toujours, toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
RickyFabinouRickyFabinou   24 juillet 2015
" Et, tandis que les termes d’iode 131, plutonium, fuite du réacteur, zone interdite, liquidateur accompagnaient chacune de mes pensées, le spectre de Tchernobyl m’habitait chaque jours davantage, il y eut Fukushima, le 11 mars 2011 L’accident eut lorsque j’écrivais le chapitre 7 de mon roman. Je décrivais alors l’état physique d’un enfant dévoré par l’atome. Une bien sinistre coïncidence. Un horrible choc. J’ai été incapable d’écrire sur toute cette période où le monde était suspendu aux réacteurs nucléaires de la centrale japonaise.
…..
J’ai alors repris l’écriture, mais quelque chose avait changé. Le passé m’avait rattrapé et j’ai longuement hésité à poursuivre dans la voie que je m’étais fixée. En définitive, je me suis tenu à mon plan initial, faisant néanmoins quelques allusions à Fukushima, parce qu’il fallait évidemment en tenir compte. J’ai commencé ce roman en étant persuadé qu’il n’y aurait plus de Tchernobyl.
Je l’ai terminé avec le goût de l’atome sur les lèvres. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EcolenotredameEcolenotredame   16 janvier 2013
Miraculeusement, la France a été épargnée, les douaniers du ciel ont arrêté le nuage juste aux frontières.

Encore un de ces sales mensonges de l' atome. Tout le monde a été frappé. En Corse le nombre de cancers de la thyroïde ou de problèmes de régulation de la glande est en train d' exploser, vingt-six ans après Tchernobyl. Les taux sont trois fois supérieurs à la moyenne nationale. Ces gens sont les empreintes vivantes du passage du nuage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
CormorobinCormorobin   06 février 2016
Il raconta qu'il aimait Moscou, ses structures, sa puissance, sa richesse, ses habitants. Pour lui, les Occidentaux étaient comme des pêches, et les Russes comme des oranges. D'un côté, des individus d'apparence ouvertes, qui se saluaient dans la rue, mais qui cachaient un noyau dur dès qu'on creusait. De l'autre côté, des gens de prime abord fermés, mais qui s'ouvraient jusqu'au cœur une fois la carapace percée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Franck Thilliez (150) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Thilliez
Dans "Il était deux fois" paru chez l'éditeur Fleuve éditions, Franck Thilliez fait la différence entre les techniques d'investigation de la période de 2008 à 2020. 12 années qui ont vu de nouvelles méthodes d'enquête se mettre en place pour arrêter les criminels. le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato, principal protagoniste du roman, se plonge dans une enquête en 2008 pour retrouver sa fille disparue.

"Mon personnage est un peu perdu. On se rend compte à quelle vitesse va le monde. C'est terrible quand on est amnésique, on vit des drames deux fois. le polar permet de parler du monde dans lequel on vit aujourd'hui".
+ Lire la suite
autres livres classés : tchernobylVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Atomka" de Franck Thilliez.

Quel est le nom de l'homme retrouvé dans le frigo ?

Andreï Mikhaliov
Christophe Gamblin
Sebastien Duquenne

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Atomka de Franck ThilliezCréer un quiz sur ce livre

.. ..