AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266239457
Éditeur : Pocket (03/10/2013)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.07/5 (sur 994 notes)
Résumé :
A pocos días de Navidad, un suceso de gran envergadura irrumpe en las vidas de Lucie Hennebelle y Franck Sharko, policías de la famosa sección criminal del número 36 del Quai des Orfèvres. Aparece el cadáver de Christophe Gamblin, periodista de sucesos, encerrado en el congelador de su casa y su compañera desaparece mientras llevaba a cabo una serie de entrevistas sobre un caso explosivo del que nadie conoce los detalles. La única huella que parece haber dejado es s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (173) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  14 septembre 2014
CHALLENGE PAVES 2014/2015 (2)
Nous retrouvons pour la troisième fois réunis, le duo de flics Sharko et Hennebelle. Après « Le syndrome E » et « Gataca » nous voici donc dans le dernier volume de la trilogie. Enfin, c'est un peu compliqué car au départ « Le syndrome E » et « Gataca » sont censé être un diptyque, mais lorsque l'on va sur le site officiel de Franck Thilliez, « Atomka » est inscrit comme le dernier volet de la trilogie. Donc je ne sais pas si je dois le classer tel quel ou pas. bref, quoiqu'il en soit, ce nouveau volet se place dans la continuité de nos deux héros, donc pensez a lire les histoires précédentes sinon vous seriez perdus.
Concernant l'histoire, je l'ai trouvé très poussive. le livre fait 600 pages et avant que les choses avancent vraiment il faut compter a peu près 250 pages. C'est assez long tout de même. D'ailleurs j'ai trouvé que l'auteur avait tendance a trop en rajouter, beaucoup de scènes superflues. Je pense qu'une coupe de 150 pages aurait été bienvenue.
L'intrigue en elle-même est sympa, mais un peu trop simpliste. Je trouve que Franck Thilliez s'éloigne de ce qu'il faisait lors de ses premiers livres. Il n't pas plus de scène macabre, gore, de mise en scène spectaculaire. Au lieu d'avoir un bon thriller/polar, j'ai eu le sentiment d'avoir un roman d'aventure, avec des héros qui voyagent dans d'autres pays et des complots internationaux. Ce n'est pas pour ça que j'ai aimé Franck Thilliez à la base.
J'espère qu'il va vite revenir à ses premiers amours, car a trop vouloir en faire, j'ai peur qu'il s'égare.
Les personnages ont également pris une drôle de tournure dans ce livre. Franck Sharko qui était quand même le flic par excellence, le pitbull qui ne lâche rien, se fait ici piétiner par Lucie Hennebelle (sa compagne) qui le traite comme un moins que rien. Quant à miss Hennebelle je trouve qu'elle se focalise trop sur elle-même et son désir d'enfant.
Ce qui, pour moi sauve le livre n'est pas l'intrigue principale, mais la deuxième, celle centrée sur Frank Sharko, mise en place lors de « Gataca ». Là dessus on est sur quelque chose de très intéressant, quelque chose de bien plus sombre, on est dans ce que Franck Thilliez fait le mieux. En fait, je pense qu'il n'aurait du faire que cette intrigue-là.
Quoiqu'il en soit, ça reste quand même un bon livre, assez divertissant, mais un peu redondant par rapport aux deux premiers de la trilogie. Dans quelques semaines sort « Angor », son nouveau livre ou l'on retrouvera une fois de plus Sharko et Hennebelle réunis et qui lancera une nouvelle saga puisque ce sera le premier volet. J'espère que cette fois-ci l'intrigue sera mieux ficelé, sans quoi je commencerais a me poser des questions sur l'association de ses deux personnages. Peut-être que je préfère ces one-shot ?
La réponse dans un mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          514
caro64
  11 septembre 2013
Avec ce roman, Franck Thilliez nous donne des nouvelles de son duo de flics du fameux 36 Quai des Orfèvres, Franck Sharko et Lucie Hennebelle, personnages de durs à cuire d'abord évoluant dans deux série en parallèle puis réunis dans leur métier et dans la vie depuis le syndrome [E] et Gataca. Et encore une fois, Thilliez nous subjugue avec ce polar scientifique haletant qui nous balade des Alpes aux coins les plus reculés de la Russie, en passant par le Nouveau-Mexique.
Franck et Lucie, qu'on a un immense plaisir à retrouver au moment où ils essaient d'avoir un enfant,, sont confrontés à un début d'enquête qui va s'avérer très vite longue et compliquée. On vient de retrouver le cadavre d'un journaliste enfermé dans un congélateur, Christophe Gamblin. Les deux policiers enquêtent et découvrent que le journaliste suivait la piste d'un tueur qui jette ses victimes, inconscientes, dans les lacs quasi gelés et appelle in extremis la police. Au même moment, une autre journaliste, Valérie Duprès, amie de Christophe Gamblin, est portée disparue alors qu'elle enquêtait sur un dossier visiblement explosif mais dont personne ne connaît le contenu. Enfin un enfant de 10 ans, sans identité est retrouvé avec comme seul indice les coordonnées de la journaliste. Qu'est ce qui relie tous ces faits ? de son côté, Sharko doit faire face à d'anciennes blessures, l'enlèvement et la mort de sa femme. Un homme joue avec ces souvenirs douloureux et fait du policier un pion impuissant.
Avec beaucoup de talent, Franck Thilliez distille les indices au fil des pages, dans un récit aux ramifications complexes, imbriquant différentes histoires qui ne semblent pas liées les unes aux autres et pourtant… Au final 600 pages pour une intrigue foisonnante et passionnante. 600 pages et pas une de trop… quel exploit ! Scientifiquement très documenté, ce polar nous plonge dans ce que le nucléaire et la radioactivité peuvent faire de pire, dans la tragédie de Tchernobyl et la folie de certains hommes. Un livre qui ne connaît pas de temps morts avec nos deux héros éprouvés par leurs souffrances passées, plus touchants et combatifs que jamais, en passe de devenir aussi célèbre que Patrick Kenzie et Angela Gennaro chez Dennis Lehane. Une fois commencé difficile de lâcher cet excellent policier. Et outre le fait de nous offrir un très bon suspense avec de nombreux rebondissements à couper le souffle , l'auteur nous amène à réfléchir sur des sujets d'actualité. En deux mots : absolument bluffant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Marple
  29 janvier 2015
Ce qui est bien avec Franck Thilliez, c'est qu'on n'a pas de mauvaise surprise, on se retrouve toujours avec un polar scientifique efficace et intéressant. Ce qui est moins bien avec Franck Thilliez, c'est qu'on n'a pas non plus de bonne surprise, de livre qui renverse ou qui laisse bouche bée.
Atom[ka] est en ce sens tout à fait représentatif de sa littérature : des meurtres bien sanglants et des bons psychopathes pour nous faire peur, des enquêteurs normaux et attachants pour nous accrocher, des éléments scientifiques assez fouillés sur l'atome, la radioactivité et le grand froid pour nous instruire, du suspense, des flics, des voyages...
Le petit plus de ce tome à mes yeux, c'est le terrifiant rappel de Tchernobyl et de ses conséquences. La visite guidée de la zone interdite et déserte est d'ailleurs beaucoup plus terrifiante que tous les meurtres ! le petit moins, c'est la romance entre Sharko et Hennebelle qui frise par moments la niaiserie romantique...
Au final, j'ai passé un bon moment de lecture et je continuerai probablement la série pour en passer encore d'autres...
Challenge Pavés et challenge Variétés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
gruz
  14 octobre 2012
Ayant été en admiration quasi fusionnelle avec les trois précédents romans de l'auteur, allais-je entrer en fusion avec cet Atom[ka] ? Allions-nous nous trouver des atomes crochus ?
Difficile de douter quand débarque la nouvelle fournée du plus talentueux auteur français de thrillers scientifiques. Depuis quelques romans, il a placé la barre très haut et tient le cap avec celui-ci.
600 pages passionnantes, éprouvantes, touchantes, surprenantes, édifiantes.
Retour des deux héros récurrents de l'auteur, deux atomes instables réunis dans un même noyau. Leur histoire se chevauche avec un récit qui les dépasse ; histoire entrecoupée d'une (més)aventure qui plongera au plus profond du passé de Sharko.
Pour le reste, toujours un récit très documenté mais restant super accessible. Cette fois-ci avec pour thème le nucléaire et des évènements qui prendront une tournure particulièrement bouleversante tout au long des ces pages. C'est la force de cette nouvelle histoire qui irradie d'humanité.
Peut être pas aussi novateur que le binôme "syndrome E / Gataca", une première partie avec quelques scènes qui sentent le déjà lu. Oui mais une seconde partie qu'on dévore goulûment, happé et abasourdi par cette histoire qui se permet d'être "à message" ; les informations sur le nucléaire étant particulièrement éclairantes.
A mon sens, un (très) léger ton en dessous des précédents, mais Thilliez atomise toujours allègrement la concurrence.
4,5/5
Lien : http://gruznamur.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Paco
  11 octobre 2012
Franck Thilliez nous emmène vers les pays de l'Est, le Nouveau-Mexique, mais également un peu partout en France, à Paris bien sûr, dans les régions de Chambéry, d'Annecy - tiens donc -, plus généralement dans les régions Rhônes-Alpes, PACA, le froid, la montagne, mais surtout vers la mort, et/ou presque; grand voyage qu'est ce roman!
Nous retrouvons Lucie Hennebelle et Franck Sharko, nos deux personnages unis à la vie - à la mort - qui vont au fil d'une enquête complexe atteindre le paroxysme de l'horreur. L'auteur n'a plus grand chose à prouver en ce qui concerne ses personnages; on les connaît bien, très bien même pour certains j'imagine, et leurs psychologies, leurs épaisseurs, leurs âmes perdus et bouleversés nous ont déjà bien atteints!
Lucie, femme battante - toujours! -, tente de continuer à vivre en conflit avec son âme lancinante, sans ses petites filles jumelles qui ont quitté tragiquement ce monde hostile bien trop tôt! Nous, lectrices et lecteurs, nous ressentons ce poids de plomb qui la tire en bas chaque journée, à chaque instant, inlassablement, une tristesse profonde qui nous gagne, bien évidemment. L'auteur, dans ce nouveau roman, ne se gêne pas de nous le rappeler par une Lucie extrêmement touchante et bouleversante. Mais Lucie, c'est aussi cette jeune femme flic qui ne lâche rien, qui a la rage!
Le commissaire Franck Sharko, son collègue, son ami mais surtout son amour - le père de son futur enfant? - est à ses côtés, au boulot comme au "civil", pour la soutenir et l'aimer. Mais voilà, ce flic du 36 a déjà pas mal de démons du passé à affronter et c'est un couple cassé et tourmenté que nous suivons, page après page... Un couple oppressé et affligé mais au combien efficace - complémentaire! - lorsqu'il s'agit de mener ensemble une enquête complexe et démoniaque! Franck, aussi déstabilisé qu'il puisse l'être, est un homme qui a le boulot dans le sang.
"Même avec les années, les souffrances traversées et les êtres chers perdus à cause de ce fichu métier, le shoot de l'arrivée sur le lieu d'un crime gardait toujours une intensité inaltérable.. / ... Sharko ne se rappelait plus précisément son premier cadavre, mais il se souvenait encore, plus de vingt ans après, de l'explosion de sensations qu'il avait ressenties: du dégoût, de la colère et de l'excitation. Et la vague revenait, enquête après enquête, toujours dans cet ordre."
Mais Sharko est bien conscient que ce garde-fous qui le protège a une limite, une hauteur qui risque un jour de ne pas suffire, qu'il risque de franchir, d'autant plus que parmi ses démons du passé l'un d'eux a choisi de refaire surface et de ne plus le lâcher. Une traque au plus proche de sa vie privée, au plus profond de son intimité. Faut-il raccrocher une fois pour toute? Surtout pas maintenant...
Lucie et Franck, voilà deux êtres qui nous semblent constamment en équilibre précaire sur ce fil qu'on appelle la vie, et qui risquent de tomber d'un côté comme de l'autre à tout moment, s'ils ne se retiennent pas solidement l'un à l'autre. Il faut reconnaître que cette vie ne les a pas vraiment épargnés et la mort, la souffrance, les a nargués de près à plusieurs périodes de leur existence en leur ôtant les repaires les plus importants.
Franck Thilliez nous tisse - et je ne m'y attendais pas - une enquête parallèle qui prend une place énorme dans ce roman, un jeu de piste macabre dont le commissaire Franck Sharko devient la cible, un chemin qu'il n'a pas le choix de suivre, qui le relie aux périodes les plus insoutenables de sa vie. Un jeu pervers dont il devient le pion totalement impuissant qu'on déplace petit à petit sur un échiquier géant - presque dans le sens propre du terme! - manipulé par un malade. Un fou qui l'oblige à revoir son passé, le revivre, y revenir même peut-être; les amateurs des romans de Franck Thilliez vont avoir l'occasion de faire quelques pas difficiles en arrière avec notre commissaire qui se déplace avec une épée de Damoclès sur la tête, un couperet qui risque de s'abattre à tout moment. Vous vous rappellerez... Red Angel?
Lucie et Franck, c'est dorénavant l'un avec l'autre; mais certainement pas l'un sans l'autre, ce qui engendrerait irrémédiablement la fin de tout, et pour les deux. Une dépendance vitale? Certainement... Une délivrance probable et envisageable? Peut-être... Aussi, c'est intéressant de percevoir quelques signes furtifs très explicites provenant de Sharko, un comportement très instinctif de... (futur) père? Protection, éloignement, désire de fuire, craintes?
Décembre 2011. Nous sommes à l'approche des fêtes de Noël, le blanc commence à dominer sur les autres teintes, le froid commence à pointer le bout de son nez et les gens sont heureux; mais pas tous. La scène de crime se trouve à Trappes, près de Paris. Un journaliste, Christophe Gamblin, a été retrouvé mort enfermé dans son congélateur. Les éléments sur place permettent d'imaginer que son agresseur a pris son pied à observer cette agonie; et un message...
Journaliste à La Grande Tribune à Paris, cet homme semblait s'intéresser à des faits divers - ou d'hiver! - se déroulant dans la région Rhône-Alpes, CAPA, entre les années 2001-2004. Des femmes retrouvées noyées dans des lacs de montagne, gelées. Mortes, mais aussi vivantes pour certaines, sauvées in extremis. Des jeunes femmes aux profiles physiques proches, sportives, skieuses de la région, qui n'ont pas été tuées là où l'on pourrait vraiment le croire, et surtout pas pour des raisons que l'on pourrait imaginer! Ceci, évidemment, n'est que la pointe de l'iceberg, si j'ose m'exprimer ainsi...
Parallèlement, une collègue de Christophe Gamblin, la journaliste d'investigation Valérie Duprès, demeure introuvable. Selon son boss, cette femme avait pris un peu de temps pour se pencher sur l'écriture d'un livre d'investigation, un sujet gardé secret par la journaliste. La connaissant, son patron s'attend à un truc énorme. Franck Sharko et Lucie Hennebelle vont se pencher à leur tour sur le sujet et vont décider de reprendre l'enquête de cette femme. le chemin sera long mais déjà quelques points communs; La Oroya, au Pérou, Linfen, en Chine, Richland, Etat de Washington ou encore Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Une enquête minutieuse et une bonne part de psychologie seront essentielles pour avancer et progresser. Ne pas lâcher, tout écouter, même les rêves; ou les cauchemars.
Et quel est le lien avec cet enfant de 10 ans retrouvé près de Paris dans un état préoccupant, tatoué comme du bétail - comme un cobaye -? Pas d'identité, terrorisé, muet et chose étrange, des organes usés, tels que le coeur, ou encore atteint de cataracte. Aussi, un billet dans la poche écrit en toute hâte; Valérie Duprès, Paris. Je ne vous le cache pas, tout est absolument lié.
On sent petit à petit que l'ingénieur Franck Thilliez nous emmène vers un phénomène étrange, de fou. Une machination abjecte et inimaginable. Nous avons quelques débuts de pistes, on sent venir le truc. Mais, attention, d'une manière d'abord tranquille, enquête assez standard, quoique tout de même relativement étrange, juste quelques éléments troublants, assez pour nous donner la chair de poule. Et cette chair de poule vous allez l'avoir du début jusqu'au terme du roman. le froid. Cette information sensorielle va vous coller à la peau pour ne plus vraiment vous lâcher. L'auteur nous plonge dans l'eau glacé, vers des expériences inhumaines - et pourtant -, vers des abominations qui nous feront énormément réfléchir.
Peut-on jouer avec la mort, l'apprivoiser, la manipuler, tenter de maîtriser l'entre-deux, avant l'au-delà? Mais à quelles fins, et surtout comment? Que se passe-t-il dans notre corps, lorsque l'on atteint cette fameuse frontière; pas vraiment mort, mais plus vraiment vivant...? Juste quelques questions comme ça...
Entre le monde scientifique, voir médical, et l'atrocité, la distance n'est parfois pas très grande. La physique et la chimie prennent une importance capitale dans cette enquête, peut-être même en allant jusqu'à leurs précurseurs. Franck Thilliez, par cette intrigue aux ramifications impressionnantes, s'attaque au coeur même des gens...
Et surtout, souvenez-vous de cette monstrueuse catastrophe historique qui s'est déroulée en Ukraine. Vous n'aurez jamais été aussi proche, physiquement et psychiquement, de ce ravage, ce carnage, de cette merde sans nom. Ah si, Atom[Ka]... Car l'atome, comme le froid, va vous coller à la peau mais aussi aux restes de vos organes; terrifiant, réellement! Car là, nous ne sommes plus dans de la fiction; la réalité des choses nous bouffe la gueule de l'intérieur, comme celle de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui n'avaient pas vraiment choisi de vivre cette merde. L'auteur nous y enfouit progressivement, nous sème quelques atomes à droite à gauche et ... vous comprendrez....
Quel malheureux voyage nous organise ici l'auteur! Marcher sur cette terre gelée aux couleurs indéfinissables, sentir le crépitement de la glace mais aussi le grésillement des atomes qui fredonnent la mort un peu partout, un air sourd et continu qui semble ne s'être jamais interrompu depuis plusieurs années. Cette grisaille, cette mort que nous ressentons, ce silence gênant et quasi palpable, lourd; et ces enfants... Je vois encore ces enfants irradiés au bord de la route qui attendent, sans vraiment savoir ce qu'ils attendent vraiment; mais nous on le sait pertinemment et c'est écoeurant.
Bon encore deux choses! Je suis toujours aussi impressionné par le travail de précision que nous livre Franck Thilliez. C'est absolument bluffant d'imaginer jusqu'où il est allé fouiner pour ensuite nous transmettre ses découvertes, ses recherches. C'est précis, cohérent, avéré (pour ce que j'ai pu vérifier) et bien rendu, d'une manière simple et claire. Pas besoin d'être l'arrière petit-fils d'Albert Einstein - tiens donc encore... - pour comprendre la teneur scientifique de l'intrigue. Franchement, on en apprend beaucoup et c'est extrêmement bon à prendre si vous êtes, comme moi, un peu curieux de nature!
Et la seconde chose, je n'arrive toujours pas à comprendre comment l'auteur arrive à tisser une intrigue aussi complexe, avec autant de ramifications, et qui se tient jusqu'au bout, ceci sans jamais se perdre! Vous allez me dire que c'est normal étant donné que c'est son job. Oui mais... Il y en a certains qui ne se gênent pas, perdus entre deux lignes, pour planter quelques heureux hasards ou coïncidences pour évoluer dans l'intrigue; facile.
Franck Thilliez a l'art de nous envoyer dans toutes les directions - cela nous semble sur le moment absolument aléatoire - puis il nous pose tel un morceau de plomb exactement là où il le voulait, au millimètre près. Et le pire, c'est qu'on ne le sent (presque) jamais venir. Parfois je me demande s'il n'écrit pas ses romans en commençant par la fin, l'apothéose, pour revenir gentiment en arrière... Bref, j'arrête mon délire, mais il faut me comprendre, j'ai le cerveau encore totalement congelé, ou même surgelé - nuance - en venant juste de ressortir de ce roman que je qualifierai de glacial. Une chose est sure, après cette lecture, vous n'ouvriez plus votre congélateur avec la même insouciance et indifférence qu'auparavant!
Cela vous plairait un petit week-end vers Chambéry? Ouvrez ce roman et plongez dans l'eau glacé; vous comprendrez peut-être mieux... de quoi je parle? Bonne lecture...
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (1)
LeFigaro   06 décembre 2012
Thilliez montre sa maîtrise, sa capacité à tenir dans sa plume les mille et un éléments de son histoire foisonnante, sans se laisser déborder.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   02 juin 2013
Une explosion de couleurs.
Jamais, au cours de ses voyages, Sharko n'avait vu un tel spectacle. il avait toujours imaginé la Russie comme un territoire austère, gris, aux terres plates qui s'étalaient telles des coulées de ciment. Mais, en réalité, c'était tout l'inverse. Le front collé au petit hublot circulaire, il avait l'impression d'assister à la genèse d'un diamant. Les steppes avaient cette capacité à transformer la lumière rasante du soleil en une pluie d'étincelles. La nature buvait l'eau des lacs aux formes douces, les torrents rageaient, les forêts de pins et de bouleaux s’accrochaient aux flancs des montagnes prisonnières du givre. Des bleus stellaires, des verts de jungle, des blancs furieux bataillaient dans ces arènes de silence et donnaient l'envie de se coucher là, à regarder le ciel indéfiniment.
Puis arriva la grande ville, comme un cancer dans un organisme sain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
canelcanel   01 février 2015
- Le gamin présentait un taux de césium 137 de 1 400 becquerels par kilo. [...] Le becquerel est une unité de mesure radioactive. Pour vous donner une idée de ce taux, si le gamin pèse trente kilos, cela veut dire qu'il y a plus de quarante mille particules d'énergie émises par son corps chaque seconde.
Quarante mille. Chacun tenta d'estimer en silence ce que cela pouvait représenter.
- Et, même mort, ça continuera à émettre. Son squelette continuera à balancer de la radioactivité dans dix, vingt ans. Et à supposer qu'on l'incinère, alors chaque milligramme de cendre, répandu au gré du vent, pulserait comme la lumière d'un phare. Toujours, toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
EcolenotredameEcolenotredame   16 janvier 2013
Miraculeusement, la France a été épargnée, les douaniers du ciel ont arrêté le nuage juste aux frontières.

Encore un de ces sales mensonges de l' atome. Tout le monde a été frappé. En Corse le nombre de cancers de la thyroïde ou de problèmes de régulation de la glande est en train d' exploser, vingt-six ans après Tchernobyl. Les taux sont trois fois supérieurs à la moyenne nationale. Ces gens sont les empreintes vivantes du passage du nuage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
RickyFabinouRickyFabinou   24 juillet 2015
" Et, tandis que les termes d’iode 131, plutonium, fuite du réacteur, zone interdite, liquidateur accompagnaient chacune de mes pensées, le spectre de Tchernobyl m’habitait chaque jours davantage, il y eut Fukushima, le 11 mars 2011 L’accident eut lorsque j’écrivais le chapitre 7 de mon roman. Je décrivais alors l’état physique d’un enfant dévoré par l’atome. Une bien sinistre coïncidence. Un horrible choc. J’ai été incapable d’écrire sur toute cette période où le monde était suspendu aux réacteurs nucléaires de la centrale japonaise.
…..
J’ai alors repris l’écriture, mais quelque chose avait changé. Le passé m’avait rattrapé et j’ai longuement hésité à poursuivre dans la voie que je m’étais fixée. En définitive, je me suis tenu à mon plan initial, faisant néanmoins quelques allusions à Fukushima, parce qu’il fallait évidemment en tenir compte. J’ai commencé ce roman en étant persuadé qu’il n’y aurait plus de Tchernobyl.
Je l’ai terminé avec le goût de l’atome sur les lèvres. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Didier_TrDidier_Tr   06 février 2016
Il raconta qu'il aimait Moscou, ses structures, sa puissance, sa richesse, ses habitants. Pour lui, les Occidentaux étaient comme des pêches, et les Russes comme des oranges. D'un côté, des individus d'apparence ouvertes, qui se saluaient dans la rue, mais qui cachaient un noyau dur dès qu'on creusait. De l'autre côté, des gens de prime abord fermés, mais qui s'ouvraient jusqu'au cœur une fois la carapace percée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Franck Thilliez (91) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Thilliez
Un update lecture spécial Thrillers sous forme de vlog, ca te dit? Attention, j'ai oublié de régler la musique de fin de vidéo, elle peut te faire sursauter car elle est (un peu...) forte!
Merci d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir !Plus de vidéos : http://goo.gl/hCnYmr . Déroulez pour plus d'infos :)
? Livres cités - La nuit des cannibales de Gabriel Katz - La vie enfuie de Martha K d'Angelique Barberat - La chambre des morts de Franck Thilliez
? Chaînes / blogs cités Lectures de Fann _ ? Me contacter
SITE : http://www.leblogdeptitelfe.fr/ FACEBOOK : http://goo.gl/huya0v TWITTER: https://twitter.com/Ptitelfe1982 - @ptitelfe1982 INSTAGRAM: https://instagram.com/leblogdeptitelfe MAIL: contact@leblogdeptitelfe.fr
A bientôt! Hélène
+ Lire la suite
autres livres classés : tchernobylVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Atomka" de Franck Thilliez.

Quel est le nom de l'homme retrouvé dans le frigo ?

Andreï Mikhaliov
Christophe Gamblin
Sebastien Duquenne

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Atomka de Franck ThilliezCréer un quiz sur ce livre
. .