AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Quand sort la recluse
  20 novembre 2017
Quand sort la recluse de Fred Vargas
bon... comment dire ?

j'avoue être plutôt fan de cet auteur(e) et je pense avoir lu avec plaisir tous les livres précédents.

mais là je suis un peu déçu... pour faire simple on va dire que c'est un peu capillotracté.... on a le sentiment qu'elle ne sait pas trop comment finir l'histoire... bref pas le meilleur de ses bouquins...
Commenter  J’apprécie          00
Monsieur Loup a les crocs
  20 novembre 2017
Monsieur Loup a les crocs de Sandrine-Marie Simon
Merci à la Masse Critique, aux éditions Rue de l'Echiquier (et par la même occasion, au petit mot, classique mais sympa quand même, de Noémie).



Voici un petit conte sympathique, joliment mis en dessin, où, l'hiver étant vu et ayant les crocs, monsieur le Loup va tout simplement dire la vérité et dire qu'il a faim. Et pour le coup ça va marcher. Il va être invité à la table des trois petits cochons. Et, par la même occasion, il va découvrir le plaisir des légumes et des fruits et du frometon. Un petit conte sur le partage et la découverte du régime végétarien. Eh oui, pourquoi pas. Les légumes sont bons aussi (enfin pas que ça hein !).



C'est sympathique, c'est mignon, le loup est attachant. Et c’est une histoire qui plaira probablement à mon neveu de 3 ans quand j’aurai l’occasion de lui lire.
Commenter  J’apprécie          00
La Mort devant soi, tome 1 : La Fureur de l..
  20 novembre 2017
La Mort devant soi, tome 1 : La Fureur de l'aube de Ophélie Curado
un livre très spécial. Un vocabulaire très coloré et très recherché. Un thème intéressant qui est "que feriez-vous si on venait vous annoncer la date de votre mort? Mélina a eu une visite lui indiquant qu'elle allait mourir dans une semaine.... Sujet épineux s'il en est... bravo pour ce thème qui sort de l'ordinaire.
Commenter  J’apprécie          00
Complètement cramé !
  20 novembre 2017
Complètement cramé ! de Gilles Legardinier
"....Alice....m'a appris que les vieux ont aussi été des enfants..."
Commenter  J’apprécie          00
Je vous sauverai tous
  20 novembre 2017
Je vous sauverai tous de Emilie Frèche
Sans nouvelles de sa fille depuis 6 mois une mère raconte son désarroi face à l’inéluctable : Eléa est parti en Syrie, elle est devenue musulmane intégriste. Ce récit croisé sous forme de journal nous plonge dans la extrême tristesse d’une famille qui a perdu sa fille suite à un embrigadement très rapide sur internet. Le pire ce que les parents n’ont rien vu venir, rien qui aurai pu permettre d’éviter ce drame. Au fils des pages nous partageons les confidences d’autres familles dans la même situation. Une association de déradicalisation a été créé. Nous accompagnons ainsi pas à pas des jeunes interceptés juste avant leur départ pour la Syrie. Hélas, souvent leurs convictions restent intactes : ils n’ont qu’un seul but, tromper leur entourage afin de pouvoir partir aider les enfants martyrs en Syrie, servir la cause d’Allah.

L’écriture est puissante sans tomber dans la niaiserie. On ne peut que compatir avec cette mère pour qui sa vie n’a plus de sens si elle n’arrive pas à récupérer son enfant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Quatrains
  20 novembre 2017
Quatrains de Omar Khayyâm
Je le veux
Commenter  J’apprécie          00
Nuit
  20 novembre 2017
Nuit de Bernard Minier
1ere découverte d'un livre audio pour moi !

Et pas n'importe quelle découverte...un ouvrage de Bernard Minier, ça s'annonce prometteur.

J'ai donc retrouvé le policier maintenant bien connu qu'est Martin Servaz. Il poursuit en compagnie de Kirsten Nigaard un tueur qu'il connaît finalement bien : Julian Hirtmann

La couverture nous annonce un livre glacial, c'est donc avec un peu d'appréhension que j'écoute Hugues Martel lire le récit. La voix et son intonation donne une ambiance aussi à l'écoute. L'ayant principalement écouté en voiture, j'avoue que ça m'a donné envie de rouler encore et encore pour arriver à savoir ce qui allait se passer.

J'avoue que ce qui m'a été compliqué pour rentrer totalement dans l'histoire c'est le fait qu'elle soit lue finalement. Non pas parce que le lecteur ne sait pas y faire, au contraire. C'est plutôt parce que j'ai du couper très souvent ma lecture.



Alors ce qui s'est produit c'est que j'ai eu moins "peur" que dans les précédents opus de Bernard Minier. J'ai eu des frissons et des angoisses mais pas autant que j'imaginais. Le commandant Servaz est mis à rude épreuve dans ce roman mais celui qui tient les rênes pour cette fois-ci est bien Julien Hirtmann.

Le rythme est angoissant notamment au début j'ai trouvé lorsqu'ils se retrouvent un peu en huis clos avec Kirsten Nigaard

C'est une lecture qui m'a permis de découvrir Bernard Minier d'une manière différente. Quand je lis sur papier j'imagine à ma façon mais avec une voix portée sur les mots écrits cela rend plus concret et parfois même plus vrai certains actes. J'ai quand même envie de retrouver plus Martin Servaz que les méchants ;) Son personnage est très bien travaillé et psychologiquement il est super intéressant car c'est un être torturé et j'aime beaucoup cela.



Je suis ravie d'avoir retrouvé Martin Servaz et d'avoir découvert en Audiolib également. C'est une autre approche de la lecture qui me paraît prometteuse et qui doit être très pratique lors de longs trajets (à tester pour moi !)


Lien : https://leslecturesdelailai...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Into the wild
  20 novembre 2017
Into the wild de Jon Krakauer
Sous forme de reportage, ce livre offre des précisions et des anecdotes qui démontrent l'humanité inouïe qu'avait Christopher McCandless, en plus de rappeler les faits réels (parfois un peu modifiés dans le film).

Chouette livre donc. Principalement intéressant pour en apprendre plus sur la vie de ce garçon hors norme.

Le film reste infiniment plus touchant.
Commenter  J’apprécie          00
La clé à molette
  20 novembre 2017
La clé à molette de Elise Gravel
Bob a un souci avec son tricycle. Pour le réparer, il a besoin d'une clé à molette. Mais impossible de remettre la main dessus. Il se rend donc au Mégamarché, mais une fois là-bas le directeur le persuade d'acheter un chapeau-frigo. De retour chez lui, ses amis lui font comprendre que cet achat est ridicule et qu'il a oublié d'acheter une clé à molette. Il décide d'y retourner... Va-t-il réussir à acheter une clé à molette ?



Au premier abord, je dois avouer que cet album ne m'attirait pas particulièrement. Et puis au final, ce fut une bonne surprise. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences !



Bob est assez naïf car il se fait avoir par le directeur du magasin qui lui fait acheter ce dont il n'a pas besoin. Heureusement ses amis sont là pour lui faire comprendre les choses. Vous l'aurez compris, le principe de répétition est utilisé dans cet album et fonctionne très bien.



Cet album utilise un humour absurde et cocasse, et propose une réflexion sur la société de consommation.



Même si la première de couverture ne m'attirait pas au départ, j'ai trouvé les illustrations assez jolies, ainsi que les couleurs utilisées.



J'aime quand la littérature jeunesse aborde des sujets complexes pour les expliquer de manière plutôt simple, et cet album en fait partie.
Lien : http://lespetitslivresdelizo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
L'Arménien
  20 novembre 2017
L'Arménien de Carl Pineau
Avec son premier roman, l’auteur, Carl Pineau, fait le pari de nous embraquer dans les années 80, ce qui est très intéressant et je dois dire que de ce côté-là on est servi…. L’ambiance est vraiment palpable et tellement bien retranscrite qu’on s’y croirait.



Une histoire somme toute banale, un caïd des nuits nantaises qui se fait assassiner, cela aurait pu être une histoire simple, sans fioriture qui aurait fait passer un bon moment, sans laisser de souvenir impérissable. Mais l’auteur a un vrai talent et la construction narrative est excellente avec ces flashbacks, permettant peu à peu au lecteur de comprendre pourquoi le personnage principal, Luc, est retrouvé mort ce 22 décembre 1989, deux balles dans la peau, partiellement calciné…



L’auteur a réussi le tour de force de m’entrainer dans cette ambiance sombre du monde de la nuit, avec cette liberté qui prédominait au début des années 80, avec sexe à gogo, sans protection… C’est glauque, c’est cru, c’est noir et tellement bien construit que l’on visualise la drogue, les dealers, les boites de nuit avec ces videurs, bâtis comme des armoires… King Kong, un personnage secondaire archétype des nuits chaudes…



Bertrand, coiffeur et seul véritable ami de Luc., qu’on aime et déteste à la fois, queutard sans vergogne, confronté à la perte de son meilleur ami… Petite frappe des milieux nantais, dealer d’herbe à ses heures, mais avec de l’honneur, car ne veut pas toucher à la drogue dure… Qui fera connaître les endroits les plus mal famés de Nantes à Luca… Il va l’initier au monde de la nuit, comme un grand frère qui guide…



Françoise, psy de Luc depuis son enfance, qui a développé des liens qui peuvent sembler particuliers, mais que l’on arrive à comprendre au fil de la lecture.



La trame est différente de ce que j’ai pu lire jusqu’à aujourd’hui, puisque ce n’est pas réellement un déroulé d’enquête policière que nous suivons, mais la voix de ses amis qui nous font remonter le fil des évènements.



Carl Pineau, propose une intrigue très bien bien ficelée qui peut sembler débuter lentement, mais qui peu à peu entraine le lecteur vers des révélations qui donnent envie de poursuivre la lecture pour comprendre et surtout apprendre à connaitre ces personnages très bien construits, très différents les uns des autres, certains détestables, d’autres attachants… Un langage très crue,parfois vulgaire, qui peut choquer… Mais auquel on se fait très bien puisqu’il cadre parfaitement aux personnages et à l’atmosphère des années 80.



J’ai particulièrement apprécié l’alternance des points de vue et celle alternance entre passé et présent… Même si parfois, il fallait que je m’accroche pour savoir qui parlait … Les indications de temps restent assez floues, certainement voulues par l’auteur pour dérouter son lecteur et l’obliger à se concentrer sur l’intrigue et la construction narrative.



L’auteur parsème son histoire des évènements majeurs des années 80, l’élection de Mitterrand… La chute du mur de Berlin… La découverte du Sida et surtout l’impact que cela va avoir sur les relations sexuelles, la prise de conscience du danger des MST… Mais surtout la transcription de la vie des jeunes de cité et la seule échappatoire qu’ils trouvent en dealant, la place qu’ils ont du mal à se faire sans ces années « touches pas à mon pote » et le racisme auquel ils sont confrontés… En fin de compte, même si les choses ont quelque peu changé… Malgré les années d’écart… Peu des choses ont changé… Dans l’esprit de certaines personnes…



La couverture, faite «maison» présente bien l’ambiance froide et sombre des nuits nantaises dans laquelle le lecteur va plonger.



Pour un premier roman, l’auteur propose un excellent livre, auquel je n’ai trouvé aucun défaut, une plume très bien travaillée et un talent d’écrivain pour le plus grand plaisir des lecteurs amoureux des bons polars.
Lien : https://julitlesmots.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le coma des mortels
  20 novembre 2017
Le coma des mortels de Maxime Chattam
Le Coma des mortels est un one shot de Maxime Chattam très différent des autres romans (loiiiin de la merveilleuse trilogie du Mal).

J'ai beaucoup ri à l'humour noir et l'autodérision du narrateur. Ce long monologue sur la raison d'être, la raison de vivre et les obstacles de la vie est un bel essai sur la nature humaine (masculine et d'ailleurs un peu trop axée sur "les mecs pensent avec leur truc").

J'ai trouvé le récit un peu longuet vers la fin et la morale un peu trop moralisatrice. Néanmoins j'ai grandement apprécié cette lecture très différente du Chattam qu'on connait et j'ai hâte de renouveler l'expérience avec Que ta volonté soit faite.
Commenter  J’apprécie          00
A Demi-Mot
  20 novembre 2017
A Demi-Mot de Armentrout Jennifer
J'ai découvert ce livre grâce à mon amie Elé ! :)

J'ai beaucoup entendu parler de cette auteure et c'est une très bonne surprise pour moi. J'ai beaucoup aimé son style d'écriture.

Ici, on découvre l'histoire d'Andréa et Tanner. Ils sont comme chien et chat depuis des années. Toujours des phrases piquantes à s'envoyer dans la figure. Mais malgré tout, de nouveaux sentiments commencent à s'installer entre les deux personnages. C'est dans un chalet, qu'ils accompagnent leurs amis Syd et Kyler pour une semaine de vacances. Ils vont devoir mettre sur pause leurs différences afin de cohabiter pendant toute une semaine.

Mais ce qu'ignorent ses camarades, c'est qu'Andréa combat déjà ses propres démons. Et même ses amis ne peuvent pas l'aider.



J'ai très vite accroché à l'histoire, c'est une jolie romance avec une morale. J'ai trouvé sympa que l'on change de narrateur, on peut ainsi comprendre ce qu'il se passe dans la tête de la fille puis du garçon ! Je recommande ce roman à tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les Vampires de Chicago, tome 4 : Mordre vo..
  20 novembre 2017
Les Vampires de Chicago, tome 4 : Mordre vous va si bien de Chloe Neill
C'est une saga que je lis depuis quelques mois et que j'apprécie vraiment pas mal. Ce tome ne fait pas exception, même si j'avoue, la fin m'a brisé le coeur... Mais en tout cas, c'est encore un super roman.



L'histoire débute avec un rendez-vous entre Ethan, Merit et Tate (le maire de Chicago), a l'issu duquel, la Maison Cadogan se voit chargée de résoudre un problème qui semble lié aux vampires. En effet, ceux-ci semblent devenir agressifs et violents, voire même mettre la vie d'humains en danger lors de soirées. Tate n'est pas du tout ravi de cette nouvelle et charge donc Cadogan de résoudre l'enquête sous peine de sévères sanctions.

Bon vous me connaissez un peu maintenant, les enquêtes de police c'est quand même un truc que j'adore, et comme en plus je suis fan des personnages et surtout de Merit, je ne pouvais qu'apprécié ces nouvelles difficultés pour la jeune vampire.



Dans ce tome 4, Merit fait une nouvelle fois preuve de beaucoup de courage et montre aussi qu'elle mérite son grade de Sentinelle dans la maison. Elle fait tout pour protéger les intérêts de Cadogan, quitte à se sacrifier elle-même pour protéger la Maison ou Ethan. Cela ne l'empêche pas de se rebeller, et notamment contre le Présidium (un groupe de vampires qui dirigent les Maisons). A côté de cela, Merit tente de ne pas succomber aux tentatives de flirts d'Ethan. Ce qui est assez difficile puisqu'elle est attirée par lui et qu'il semble savoir comment la faire succomber. Bref, une Merit fidèle à elle-même que j'apprécie toujours autant.



Ethan quant à lui, tente vainement de reconquérir Merit après l'avoir blessé dans le précédent tome. Autant dire qu'il galère et que c'est marrant de voir ce vampire si expérimenté aussi démuni face à sa Sentinelle.

Mais surtout, Ethan tente tant bien que mal de préserver les intérêts de sa Maison tant face aux menaces du maire de Chicago, que face à celles du Présidium qui ne le ménage pas. Je n'ai pas du tout envié sa place dans cette situation, même si Ethan est plutôt doué quand il s'agit de politique. En tout cas ce roman le fait paraitre bien plus humain qu'auparavant et je l'apprécie toujours autant.



L'intrigue contient de multiples rebondissements. Si l'enquête n'est pas forcément très approfondie (après tout Merit n'est pas flic ^^) et si c'est le genre de twist qui sont souvent utilisés, je dois avouer qu'ils ont totalement rempli leur but. Je me suis éclatée durant ma lecture et j'ai adoré chaque passage. La fin par contre... Juste je m'y attendais pas du tout... Et j'ai versé quelques larmes. Du coup, je suis impatiente de découvrir le tome 5 pour voir comment l'auteur va solutionner cette fin (punaise j'espère qu'elle fait quelque chose les amis !!!).

Quant à l'écriture, elle est toujours aussi fluide et les descriptions des sentiments m'ont beaucoup parlées. Donc j'ai lu ce roman très vite et j'ai adoré chaque page.



En bref, un très beau tome 4 qui donne envie d'en savoir plus sur la suite.
Lien : http://meliegrey.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les désastreuses Aventures des Orphelins Baud..
  20 novembre 2017
Les désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire - Intégrale, tome 1 de Lemony Snicket
Les Orphelins Baudelaire et moi, c’est une vieille histoire.

Je fais partie des gosses qui avaient adoré l’adaptation cinématographique.

Pendant des mois, l’actrice interprétant Violette était devenue mon idole et même encore aujourd’hui, j’affectionne toujours ce film.

La série TV, sortie il y a peu longtemps (enfin, pas hier non plus mais on se comprend), m’avait tout autant plu.

Du coup, il était logique que je finisse enfin par me procurer les livres.



Et puis, je dois avouer que cette édition, je la trouve superbe, alors c’était une autre bonne excuse.



L’intégrale numéro 1 est donc composée des 3 premiers Tomes.

Tomes repris pour le fil conducteur du film (et d’une partie de la série il me semble, mais quelques scènes m’échappent, j’ai pas une super bonne mémoire et je suis souvent distraite quand je regarde quelque chose).



Ce qui m’a d’abord fait sourire (puis moins au fil des pages), c’est la présence du narrateur externe omniprésent omniscient tout comme sur nos écrans. En effet, Lemony Snicket se plaît à nous conter l’histoire en y mettant parfois un peu trop de sa présence.

Au départ, je trouvais ça sympa, ces petites coupures où l’auteur nous prend par surprise à coup de « oups, j’étais parti chez mon amie truc et il s’est passé muche, enfin bref voici la suite de l’histoire ». Oui, c’était sympa.

Pendant un moment.

Au bout des presque 500pages, je trouvais ses interventions de plus en plus malvenues et quelque peu redondantes. Il finit par nous rabâcher encore et encore que les orphelins vivent de terribles choses et qu’on ferait mieux de fermer ce livre.



Du coup, je suis arrivée à la conclusion qu’il vaut mieux ne pas lire d’un trait les trois tomes.

Pris un par un avec une autre lecture entre chaque tome, je pense que cela m’aurait été moins irritant. Après, c’est un style d’écriture qui me plaît tout de même, mais c’était un rien trop extravaguant à la longue pour ces récits.



Concernant l’histoire, j’en ai été parfaitement ravie, à vrai dire, l’adaptation cinématographique est plus que fidèle donc j’y ai vraiment retrouvé tous les aspects tordus que j’apprécie.

A dire si j’arriverai à tenir pour la multitude d’autres tomes sans me lasser, c’est une bonne question. Mais jusqu’ici j’ai trouvé le rythme vraiment bien mené, ponctué quand il fallait de retournements de situation rocambolesques.



Vraiment, les histoires sont torchées, l’auteur est carrément allumé et c’est génial.

Les personnages sont vraiment des caricatures (pour mentionner Olaf évidemment en premier lieu), mais ce n’est pas non plus too much. C’est juste approprié au ton de l’histoire. Après, cela reste de la jeunesse donc il ne faut pas s’attendre à une intrigue bien poussée et à s’en tirer les cheveux. Les histoires sont simples et suivent un schéma similaire au fil des Tomes mais ça n’en reste pas moins particulier à découvrir à chaque fois!



Au final, je suis bien contente d’avoir entamé la lecture de cette intégrale. J’achèterai la suite, mais je ne pense pas me les enfourner l’une à la suite de l’autre. Ce ne sont pas des livres faits pour ça, rien que pour ne pas que le narrateur nous tape sur le système. Je les recommande aux amoureux des univers particuliers, un peu à la Burton, avec des personnages complètement illuminés et des héros trop attachants!
Lien : https://mydearema.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Manifeste incertain, tome 1
  20 novembre 2017
Manifeste incertain, tome 1 de Frédéric Pajak
Un tel projet force l’admiration que ce soit vis à vis de l’auteur Frédéric Pajak comme de l’éditeur, Noir sur blanc ayant pris le relais des PUF. Car il y a là, derrière le risque d’inscrire dans la durée une entreprise littéraire, historique, biographique en l’échelonnant avec un certain nombre de volumes, une vision artistique d’une ténacité et d’une singularité sans égales ni équivalent dans ce qui se publie de nos jours. Ils ne savent pas où ils vont ni le temps que cela prendra mais ils savent qu’ils y vont. C’est d’autant plus remarquable qu’en creusant ce sillon unique, l’artiste a inventé son genre et sa forme. Ni bande dessinée ni roman graphique, appelons « du Pajak » ces histoires dans l’Histoire où le texte et le dessin, tracés par la même main, dialoguent et se complètent.
Lien : http://larepubliquedeslivres..
Commenter  J’apprécie          00
Depuis l'au-delà
  20 novembre 2017
Depuis l'au-delà de Werber Bernard
Dans un premier temps, je tiens remercier les éditions Albin Michel pour ce partenariat.



Chaque année, l’arrivée de l’automne est synonyme de la sortie d’un nouveau roman de Bernard Werber.

Et c’est sans grande surprise, mais avec beaucoup de bonheur que début octobre, lorsque les feuilles commencent à tomber des arbres que fleurissent dans nos librairies le petit bijou que nous a concocté Bernard Werber durant l’année écoulée.



Ouais ! Ok, là, je ne sais pas pourquoi je suis parti sur le thème de l’automne, car au final, le dernier roman de Bernard Weber n’a rien à voir avec les saisons… Bref, revenons à ce qui nous intéresse, c’est-à-dire « Depuis l’au-delà » de Bernard Werber. (que certains lecteurs / blogueurs nomment par son prénom, comme s’ils passaient leur matinée à boire des cafés avec lui lorsqu’il écrit ses romans tranquillement installé à un café)… Pourquoi je vous dis ça moi ???



Avec son nouveau roman, Bernard Werber renoue avec l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolue, on retrouve également dans cette nouvelle enquête la famille Wells avec Gabriel Wells écrivain de roman à suspens qui meurt assassiné. Après sa mort, ce dernier n’a qu’une obsession : savoir qui a bien pu l’assassiner et pourquoi ? Pour mener son enquête, il sera aidé par Lucy Filipini médium de profession, qui elle cherche désespérément son premier amour. C’est ainsi que commence une double enquête, trouver l’assassin de Gabriel Wells et retrouver Samy Daoudi l’amoureux disparu de Lucy Filipini.



Avec ce nouveau roman, on retrouve la marque Bernard Werber, une histoire passionnante et pleine de suspens entrecoupé par des extraits de l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu. Ou comment apprendre de nouvelles choses sans s’en rendre vraiment compte.



Bernard Werber en profite pour régler ses comptes avec les critiques littéraire qui ne considère toujours pas Bernard Werber et la science-fiction et suspens comme un genre littéraire à part entière.

Jean Moisi est la caricature que l’auteur fait de ce petit monde pseudo-intello du monde des critiques littéraire, qui adulé par la critique son cependant incapable de vendre un livre.



En cela je rejoins Bernard Werber, la littérature n’est pas et ne doit pas être l’apanage d’une élite pseudo-intellectuelle. La preuve en ai, la France est l’un des pays où il se lit le plus et surtout depuis quelques années grâce au livre numérique, les jeunes sont de plus en plus attiré par la littérature. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise littérature, mais des genres différents. Et du Young Adult peut attirer de nouveaux lecteurs dans une librairie, moi, je dis pourquoi pas.





Pour conclure, je dirais que j’ai passé un très bon moment de lecture. Depuis 1991 avec la sortie des fourmis, je ne me suis jamais perdu un roman de Bernard Werber. Et cette année, « Depuis l’au-delà est un très bon cru, que je vous invite à découvrir.
Lien : http://www.bouquinovore.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Une bonne intention
  20 novembre 2017
Une bonne intention de Solène Bakowski
Une bonne intention est un roman noir très bien écrit et très bien ficelé. On retrouve la belle plume de Solène Bakowski (pour ceux qui ont lu Un sac). Par contre, il y a trop de bons sentiments pour moi et je n'ai pas été happée par l'histoire de la petite Matti qui veut à tout pris sauver sa famille de ce terrible mal qu'est le deuil.
Commenter  J’apprécie          00
La Force du silence
  20 novembre 2017
La Force du silence de Robert Sarah
Ce livre devrait être sur tous les chevets de lit au monde francophone. Il se lit par petites tranches, par petites touches, tel un tableau pointilliste. Un moyen littéraire et pratique pour s'extraire du monde si bruyant qui nous entoure à l'extérieur de son ego, de telle manière que notre fort intérieur se trouble à en devenir lui même étonnamment bruyant.
Commenter  J’apprécie          10
Le Bâtard de Kosigan : Le Fou prend le Roi
  20 novembre 2017
Le Bâtard de Kosigan : Le Fou prend le Roi de Fabien Cerutti
Quand les femmes prennent le pouvoir et sauvent les fesses des hommes...



Un complot dans le complot



C'est l'histoire de Pierre qui prend un contrat auprès du sénéchal d'Angleterre...mais aussi auprès du roi de France (on ne se refait pas) et finit par se faire avoir parce que, non on ne peut pas TOUT prévoir.



Pendant ce temps, au XIXème siècle, Kergaël est dans le coma suite à un accident (ou une tentative de meurtre) provoqué par une secte secrète pour l'empêcher de découvrir la vérité sur son ancêtre mais aussi des éléments liés à la magie. Comme pour son ancêtre, ses amis vont lui sauver la mise en continuant l'enquête et en le protégeant d'autres tentatives d'assassinat.



Dans ce deuxième tome, Fabien Cerruti réussit à nous rendre humain Pierre de Kosigan en nous montrant ses failles, mais aussi en mettant en avant les compétences de son équipe, qui vient rattraper la mise. Comme quoi, on peut foirer sa mission et s'en sortir quand même grâce à ses facultés de recrutement !



L'auteur sait aussi habilement entremêler les deux histoires et établir des liens entre Kergaël et Pierre à des siècles d'intervalle. Les deux hommes sont intelligents, rusés, mais pêchent parfois par excès d'orgueil ou par des situations qui les dépassent. A voir s'ils apprendront de leurs erreurs dans les tomes suivants...



Un côté historien assumé dans le récit



Un peu plus que dans le tome précédent, Fabien Cerutti nous dévoile ses talents d'historien avec les personnages du Professeur Lavisse et du professeur Delisle partis à Bruges sur les traces de l'ancêtre de Kergaël. Ce dernier étant dans le coma suite aux événements de la fin du tome 1, nous avançons dans l'enquête sur Pierre à travers les deux professeurs et Charles Deighton.



Les découvertes effectuées par les historiens sur la présence effective de la magie à une époque où elle semble allégorique et est montrée comme telle.



Par exemple, la découverte d'une vierge aux pieds nus et aux oreilles pointues à Bruges, identique à celle trouvée en France par Kergaël, avec des matériaux et des systèmes d'engrenages inconnus de l'époque les poussent à se poser des questions et à croire peu à peu à la véracité des manuscrits de Pierre de Kosigan.



Le fait de faire mener l'enquête par des scientifiques et des enseignants ajoute un degré d'authenticité aux découvertes et interroge le lecteur sur l'Histoire : Et si la magie avait existé ? Et si l'Histoire avait été réécrite pour mieux cacher certaines vérités ?



Tout cela tend à étayer l'existence d'une conspiration européenne historique, pour notre plus grand plaisir.



Quand les femmes sont à l'honneur



Les femmes sont plus présentes dans ce second tome, et sous un bon jour. On sait que Pierre se fait facilement avoir, même s'il a du mal à le reconnaître, au vu de ses penchants pour le sexe faible. Voir les femmes tirer leur épingle du jeu change la donne.



Dùnevia monte en grade après une mission d'infiltration auprès du Prince Noir qui manque de tourner à la catastrophe. Elle sauve aussi les fesses de certains membres de la compagnie dans un traquenard, prouvant ainsi que la compagnie sait se serrer les coudes et que même une femme a sa place dans cette "famille" reconstituée.



Adelys de Quieret, image emblématique de ce deuxième tome, nous apparaît d'abord comme une jeune femme innocente et à sauver en début de tome. Par la suite, elle devient rédemptrice auprès de Pierre (malgré lui) en fin d'ouvrage et montre des facultés de manipulation hors pair. Une jeune fille pas si innocente que ça en fin de compte, malgré ses intentions louables.



Quant à Isabelle de France, la reine d'Angleterre, personnage sous-jacent dans le complot qui est mené contre le roi d'Angleterre, elle permet de découvrir la face cachée et affreuse des lits royaux et nous montre que la fonction de reine n'est pas à envier. Ce qui rend plus compréhensible le complot orchestré contre le Roi et aussi plus humaine la reine.



Cependant, on notera que malgré toutes ces femmes autour de lui, Pierre ne s'attache à personne. Comment alors expliquer sa descendance ? Ce deuxième tome fait avancer un peu plus l'enquête sur ses origines avec la présence du Druwides mais cela reste par petites touches, l'essentiel étant à venir dans un troisième tome.



En conclusion : Un deuxième tome des aventures du Bâtard qui continue avec panache à nous surprendre et donne un côté plus humain à son personnage principal. L'auteur n'est pas tombé dans l'écueil d'un tome 2 passable comme c'est souvent le cas dans les séries mais relève le niveau d'un cran. Il nous tarde de découvrir la suite dans le Marteau des Sorcières, troisième tome de la série déjà paru.
Lien : http://portdragon.fr/le-bata..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ça a commencé comme ça
  20 novembre 2017
Ça a commencé comme ça de Angéla Morelli
Flore est une jeune mère de famille, pour qui la vie n’a pas toujours été facile. Entre un père genre Professeur Tournesol, une petite fille pleine de vie, une meilleure amie farfelue, un village un peu perdu et des tonnes de factures à payer, Flore va devoir trouver des solutions et se battre pour offrir une meilleure vie à sa fille.



N’oublions pas le père de sa fille, Gauthier, qui est exécrable au possible et le policier du village qui la courtise encore et toujours.



Je disais donc, dans une vieille bâtisse ébranlée et qui se dégrade avec le temps faute de moyen pour la rénover, Flore a créé son espace, entre pâtisseries, confitures et création de produits naturels, dont elle a fait un passe-temps, mais aussi une petite activité qui lui permet difficilement de joindre les deux bouts.



Dans cette vie déjà bien remplie, apparaît Corto, un jeune homme tatoué et mystérieux, dont tout le village se méfie. Le ténébreux paysagiste et vendeur de fleurs et fruits, cultive d’ailleurs le mystère qui l’entoure, car personne ne sait ni d’où il vient.



Allant de péripéties en découvertes, Flore va se retrouver plonger dans une histoire de figues et de confitures, qui l’entraineront dans une belle aventure.



Ce livre m'a fait découvrir la Plume d'Angela Morelli et j'ai beaucoup aimé. De l'humour, des toasts rocambolesques, quelques touches de nostalgie, des personnages imprévisibles, des situations cocasses et/ou renversantes, de la passion, du mystère, ... L'histoire de Flore est fraîche, pleine d’humour et elle fait du bien. Une lecture qui remonte le moral et m'a mis du baume au cœur !
Lien : http://www.bookinetcie.com/p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1479 critiques

LeFigaro

1709 critiques

LeMonde

1575 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1565 critiques

Bibliobs

1264 critiques

LePoint

630 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3475 critiques

Telerama

2419 critiques

LaPresse

1654 critiques

LaLibreBe...

1032 critiques