AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Une robe couleur de vent
26 septembre 2017
Une robe couleur de vent de Sophie Nicholls
J’ai lu ce roman dans un creux de lecture et, forcément, cela va s’en ressentir sur mon avis. J’ai débuté ma lecture sans plus de motivation que ça et en lisant petit bout par petit bout.



Au début du roman, Ella et sa mère Fabia s’installent à York. La maman ouvre un commerce de vêtements vintage qui va très vite plaire aux habitantes et Ella est une jeune adolescente sans histoire. Il y a quelques mystères qui sont amenés dans le roman : Fabia et son don pour les vêtements qui brode des mots cachés dans les tenues. Et Ella qui semble voir des couleurs autour d’elle dans certains endroits. J’attendais d’en savoir plus là dessus, sur ce don qui semblait unir les 2 femmes.



Petit à petit, on en apprend plus sur les origines de Fabia (qui n’est pas son nom de naissance). Iranienne, elle a épousé un italien qui ne fait plus partie de sa vie et on ne sait pas bien pourquoi. Est-ce que Fabia le fuit ? Est-il décédé ? Même Ella elle même semble ne pas savoir qui est son père… Fabia raconte également son enfance et conte notamment des histoires de son pays à sa fille. Les récits sont intégrés comme des apartés dans le roman et j’ai bien aimé ces parenthèses. Les contes sont très jolis.



Les petits mystères autour des « dons » m’ont intriguée et attachée à ma lecture mais je dois avouer que j’ai trouvé le récit assez plat. Les événements racontés ne m’ont pas captivée (et je rappelle que j’étais dans un creux de lecture). Il y a tout de même des personnages sympathiques, j’ai aimé les personnages masculins de Billy et David et le cadre de la boutique de vêtements est aussi assez plaisant.



J’ai toutefois été déçue par la fin, un mystère est explicité mais bon c’est pas non plus la grosse histoire hyper marquante et quant aux « dons » d’Ella et Fabia, finalement on ne saura rien de plus, je n’ai pas trop bien compris pourquoi. Je suis donc restée sur ma faim de ce point de vue.
Lien : https://liseusehyperfertile...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La nuit tombée
26 septembre 2017
La nuit tombée de Antoine Choplin
Un petit bijou. Gouri se rend à Prypiat deux ans après la catastrophe de Tchernobyl. Nouvelle ville à l'époque, moderne, dont l'activité tait celle de la centrale devint lors de la catastrophe une ville fantôme.

faisant escale parmi ses copains de l'époque, puis terminant son voyage pour trouver ce qu'il venait chercher, un cadeau pour sa fille, Gouri nous fait découvrir l'atmosphère post apocalyptique de ces lieux maudits.

Une tranquillité mortifère, une poétique maladie qui s'infiltre dans la nature même des choses, es relations perdues qui se retrouvent pour un dernier souffle, la vie autrement, la vie après.



C'est un texte délicat, un récit doux comme un bonbon, Antoine Choplin fait montre d'une grande sensibilité et 'une certaine pudeur. Chaque personnage est touchant mais demeure digne dans sa façon d'être et possède même une once d'héroïsme qui n'a rien de désespéré. C'est une autre vision de cette partie dévastée du monde, une autre façon de la décrire moins documentaire, moins tragique, mais avec la tristesse existentielle des personnes hantées par les fantômes d'autrefois.

La perte d'amis, mais surtout celle d'un quotidien jamais retrouvé.



Une vraie belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Eclipse
26 septembre 2017
Eclipse de Françoise Houdart
Gagné lors de la dernière Masse Critique du site Babelio, je me suis littéralement jetée sur ce petit livre à la couverture ensorcelante.



Coup du destin ou coup du hasard, ce livre tombe entre mes mains pendant mon regain d’intérêt pour la lune, le pouvoir des cycles et pour la féminité universelle. Le résumé pique ma curiosité et c’est le soir même de la réception que je termine ce roman mystérieux.



Dès le début, l’ambiance froide et angoissante nous enveloppe. Mado a disparu le soir de l’éclipse, de la « lune de sang ». Que s’est-il passé ? Pendant que Sacha tourne et retourne dans sa tête des milliers de scénarios expliquant la disparation de sa femme, la lune revient toujours au premier plan, peut-être est-ce finalement le personnage principal de ce livre.



En y réfléchissant, j’ai même pu associer les personnages féminins aux différentes phases lunaires. Lisant en parallèle Lune rouge, les forces du cycle féminin de Miranda Gray, j’ai pu retrouver dans Eclipse la « jeune fille », la « mère » et la « vieille femme ».



A la fois fascinée et terrifiée, je me suis laissée emporter par le rythme dynamique et cyclique du roman. On passe d’un personnage à l’autre, on revient, on repart, on revient, on repart… La solution s’approche… puis s’éloigne tout à coup ! L’auteure nous imprègne de la lueur blafarde de la lune à tel point qu’il est impossible de lâcher le livre sans l’avoir terminé. Un suspens à couper le souffle et une invitation à la méditation sur les forces féminines autant créatrices que destructrices.



Bien que l’intrigue soit infernale tout au long du roman, la chute m’a laissée un peu perplexe. J’ai tout de même été impressionnée par cette issue assez floue, qui ne se dévoile pas entièrement, grandiose et pourtant bien simple, un peu comme la Lune après tout.
Lien : https://lescarnetsdesalomebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Team Aventure, tome 1 : Opération Groenland
26 septembre 2017
Team Aventure, tome 1 : Opération Groenland de Khelifa Ismael
Un roman d'aventure plaisant qui nous parle d'écologie sans être trop moralisateur et en nous faisant prendre conscience par nous-même ce qu'implique le réchauffement climatique. Les personnages peuvent être parfois caricaturaux mais ils permettent de s'identifier facilement et ils prennent de a profondeur au fur et à mesure de l'aventure.
Commenter  J’apprécie          00
Lion: A Long Way Home
26 septembre 2017
Lion: A Long Way Home de Saroo Brierley
Histoire incroyable de Saroo,ce jeune indien de 5 ans qui se retrouve seul et perdu dans une ville inconnue. Il décrit l'enfer qu'il va vivre, la faim, la saleté, les dangers, avant de se retrouver dans un orphelinat. La chance lui sourit enfin lorsqu'une famille australienne l'adopte.

/il est émerveillé de voir sa vie basculer et découvre le mode de vie occidental avec tous ces contrastes.

Malgré sa nouvelle vie confortable, sa famille lui manque terriblement. A l'âge adulte il décide de rechercher les siens avec pour seuls indices les souvenirs d'un enfant de 5 ans. Ce livre est très émouvant, les retrouvailles sont magnifiques, je conseille ce livre./
Commenter  J’apprécie          00
Mousseline la Sérieuse
26 septembre 2017
Mousseline la Sérieuse de Sylvie Yvert
J’ai énormément apprécié cette lecture qui m’a replongé dans l’horreur de la Révolution française et de la Terreur, et qui m’a fait découvrir ce personnage historique trop méconnu.



Une très grande partie du roman se déroule pendant la Révolution française, période la plus documentée du roman. Ce dernier fourmille de détails sur la vie quotidienne de la famille royale, l’éducation des enfants, la relation entre le Roi et la Reine. Autant de précisions qui nous plongent véritablement dans l’époque au sein de la famille royale, dans les pensée de la toute jeune Marie-Thérèse qui ne comprend pas pourquoi ce père qu’elle adore est traité de la sorte par des gens rustres, et pourquoi sa mère est menacée de meurtre.



Quand on pense à la Révolution française, on pense à l’abolition des privilèges et à l’établissement de la liberté. On oublie souvent que pour cela, des massacres ont été perpétrés, des libertés ont été bafouées, et que le sang a largement coulé. C’est ce que nous rappelle Sylvie Yvert a travers les yeux d’une petite fille, qui devient adolescente derrière les barreaux d’une prison, totalement délaissée, séparée de sa famille, tout ça pour être née princesse de France.



Et oui, tout cela donne dans l’ensemble un roman assez dur et pesant à lire. La Révolution française du point de vue des sacrifiés est bien moins reluisante… Car la vie de Marie-Thérèse a été difficile, dès sa plus tendre enfance. Même si je connaissais son histoire, je n’ai pas pu m’empêcher de trembler avec elle lors de leur fuite des Tuileries, d’imaginer le pire quand elle fut séparée de sa famille, de m’indigner face au sort qui lui était réservé. A ce niveau, l’auteure a largement réussi son pari.



La plume de Sylvie Yvert est fournie et riche, très bien adaptée à la période, et pourtant le tout est très facile à lire. Si vous n’êtes pas habitué aux romans historiques, rassurez-vous : l’auteur rappelle régulièrement le contexte des événements, les dates et les périodes, ainsi que les personnages historiques qui gravitent autour de la famille royale, vous ne serez donc pas perdu.



Quant à sa vie après la Révolution, j’avoue qu’elle ne m’a pas forcément beaucoup marqué. On sent que cette période est bien moins documentée, et que l’auteure manquait de matière. Reste qu’on retient de son existence un immense gâchis, une grande tristesse, une vie d’exilée dans laquelle elle n’a jamais su trouver sa place. Mousseline a su me toucher, par sa pudeur et son abnégation : merci Sylvie Yvert de l’avoir si bien mise en lumière.
Lien : https://matoutepetiteculture..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Angel, Saison 11, tome 1 : Out of the Past
26 septembre 2017
Angel, Saison 11, tome 1 : Out of the Past de Corinna Bechko
Noooooonnn !!!! Pourquoi l'équipe créatrice a-t-elle changé depuis la saison 10 ?! Et encore, ce ne sont pas les seuls changements ! Autant dire que cette saison 11 d'Angel commence très mal.



Tout d'abord, Joss Whedon a décidé que la saison 11 ne comporterait que 12 numéros seulement. Ensuite, Faith ne fait plus partie de l'aventure. Enfin, l'intrigue générale tourne autour d'un voyage dans le temps.



Alors qu'Angel et Fred sont à Dublin pour exorciser un hôtel, le vampire torturé est pris d'une vision. Illyria qui aime bien écouter aux portes à travers le corps de son hôte, décide qu'un petit tour dans le passé d'Angel règlera le problème qui se présente. Mais c'était sans compter sur l'intervention du lourd passé de la déesse…



Pour ce premier saut dans le temps, Angel et sa partenaire Fred/Illyria sont coincés dans un temps très reculé où les dieux foulent encore la Terre. La raison de cette dérive ? La conscience d'Illyria. La déesse est hantée par une erreur de son passé qui l'a poussé à éradiquer une espèce entière de démons asservis à sa cause. La seule solution pour qu'Angel puisse à nouveau se concentrer sur son propre problème est d'aider la déesse à faire amende honorable.



Scénaristiquement, je ne suis pas convaincu. Le voyage dans le temps est toujours fascinant mais très casse-gueule. Et quand nos héros commencent à changer plein de trucs dans tous les sens, ben ça ne sent pas bon du tout ! Pourtant Fred évoque rapidement les risques de cette situation : "qui sait ce qu'il adviendra du futur si l'on écrase un insecte dans le passé". Cela n'empêche pas la scénariste Corinna Bechko de tout chambouler...certainement pour le pire !



Du côté des détails, le fait qu'Angel et Fred puissent communiquer avec les démons de cette époque m'a beaucoup dérangé. L'anglais était une langue qui n'existait certainement pas. Je veux bien qu'elle soit compréhensible dans d'autres dimensions pour diverses raisons, même implicites, mais dans un passé probablement préhistorique faut pas pousser !



Pour ce qui est des dessins, je n'ai rien contre Geraldo Borges qui a montré son talent chez DC Comics, mais je n'aime pas du tout sa manière de traiter l'univers d'Angel. Ou tout du moins des personnages et plus particulièrement d'Angel qui est tout a fait moche et méconnaissable. Je suis sûr qu'il pourrait embrocher des vampires avec ces trois pics dressés qui lui servent de frange gélifiée… Cliff Richards et Will Conrad proposaient des planches et des personnages beaucoup plus soignés. Pas cool Geraldo !



Il reste encore deux tomes pour conclure cette saison d'Angel (parce que là aussi Dark Horse n'a pas jugé judicieux de rassembler les 12 numéros en deux tomes comme pour Buffy quittent à augmenter les délais de publication) et j'espère que ça va un peu s'améliorer et ne pas finir en eau de boudin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Brève Histoire des Empires : comment ils surg..
26 septembre 2017
Brève Histoire des Empires : comment ils surgissent, comment ils s'effondrent de Gabriel Martinez-Gros
Un petit ouvrage intéressant dans une dynamique relevant de la tradition des histoires universelles .



Sa concision pertinente et son style agréable en font une lecture profitable pour ce qui est de la compréhension sociologique des dynamiques globales de l’histoire des empires , des conquêtes impériales , des dynamiques structurelles du maintien sur la durée de ces imperium , et des données qui alimentent la théorisation sur le rôle des envahisseurs qui semblent fatalement et systématiquement s’insérer dans ces édifices politiques complexes et différenciés , qui partagent néanmoins des points communs notables , de même que les « barbares « en partagent souvent aussi .



L’auteur s’appuie sur le travail d’un historien musulman du 14é siècle qui a cerné de près les aspects théoriques de ces questions , des empires et des barbares . Cet auteur a nourris la réflexion de Gabriel Martinez –Gros , et ses réflexions servent de canevas à cette brève histoire de qualité . Cet auteur musulman médiéval est Ibn Khaldum .



L’auteur examine de nombreux exemples dans l’espace eurasiatique (sur une large épaisseur temporelle) et personnellement je regrette que l’exemple de Byzance ne figure pas sérieusement au tableau , car il constituerait à mon sens , un contre-exemple assez édifiant face aux apparentes constantes de l’histoire eurasiatique de la naissance et de la transformation (chute ?) inéluctable des imperium eurasiatiques à travers l’histoire .

Fondamentalement ce texte évoque (postule) des tendances (génétique ?) « pacifistes « des empires , au stade ultime de leur développements avec pour corollaire une sorte d’inaptitude à la défense , résultant de variables sociologiques implacables et constantes .



Cet ouvrage est utile du point de vue sensibilisation à cette problématique centrale en histoire ( eurasiatique) , cependant on aurait tort de considérer ces réflexions comme universellement opérationnelles en histoire ancienne , médiévale et moderne .

En effet , que ce soit Rome , Byzance , les mogols , la chine ou autres empires , du type Trans-eurasiens ( mongols ) . Les contextes ( les barbares , les structures sociales , les édifices politiques des imperium … ) sont extrêmement différents les uns des autres et au final d’une variété insondable .

Cette matière diversifiée ne vient pas nécessairement confirmer les thèses de l’auteur dans les détails et dans l’examen du particulier .



Cependant c’est un des textes de vulgarisation sur ces thématiques qui est absolument incontournable ( en vulgarisation ) . Je ne saurais trop recommander au lecteur de se pencher sur l’histoire des dynamiques eurasiatiques en histoire ancienne et médiévale . Pour ce faire l’histoire universelle la pléiade me semble être parfaite pour collecter de l’information .

Sinon une lecture de l’histoire politique de l’empire byzantin et des comparaisons ciblées avec l’histoire occidentale serrait très édifiantes , même si difficiles du fait de tendances historiographiques problématiques .



Un texte intéressant donc à condition que le lecteur ne s’approprie une pensée simplifiée qui vient du caractère extrêmement synthétique dans l’approche d’un champ historique immense , doté d’une variabilité extrême qui vient dénaturer certaines généralisations qui : si elles sont utiles d’un point de vue théorique , ne fonctionnent pourtant pas dans le détail .



Je conclurais en insistant sur le fait que cet ouvrage n’est pas une monographie sur le monde musulman de même que ce n’est pas une monographie sur Ibn Khaldum , même si ces thématiques sont au cœur de ce petit ouvrage passionnant .

Un ouvrage qui rend néanmoins visible la violence organisée , en tant qu’agent historique et finalement comme concept opératoire en histoire sociale et ce n’est pas là , la moindre des qualités de cette petite monographie .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Viens, on s'aime
26 septembre 2017
Viens, on s'aime de Morgane Moncomble
Il y a deux catégories de livres : celui qu'on dévore en quelques heures et celui qu'on déguste morceau par morceau pour retarder l'inévitable : la fin de l'histoire et le moment de dire au revoir à des personnages qui ont fait partie de notre vie pendant un court instant et dont nous sommes déjà très attachés. "Viens, on s'aime" fait partie de cette seconde catégorie. J'ai aimé Loan et Violette mais aussi Jason et Ethan. J'ai ris, j'ai pleuré et j'ai aimé avec eux. Ce roman est un petit bijou qui m'a beaucoup touché par sa simplicité mais également par la force des sentiments des protagonistes.



/!\ Attention Spoiler.

Un 31 décembre, Violette, en retard comme toujours, monte dans son ascenseur pour rejoindre des amis. Un homme monte également : Loan Millet, pompier. Il parait distant et peu bavard. Il est nouveau dans l'immeuble. L'ascenseur tombe en panne subitement et Violette est prise d'une crise d'angoisse. Loan essaie de la rassurer et décide de faire connaissance pur lui changer les idées. Elle est bavarde, rigolote et n'a aucun filtre : tout ce qu'elle pense sort de sa bouche avant qu'elle ne s'en rende compte. Si c'est un complexe pour elle, pour Loan c'est une qualité qui l'attire instantanément. Il avoue être en couple avec Lucie, son premier amour et décide que Violette ferait une chouette amie même s'il doit admette qu'il l'a trouve assez attirante. Les mois passent, ils deviennent inséparables (Lucie travail la nuit, donc Loan passe ses soirées chez Violette). Des incidents se produisent (un baiser un soir par exemple) mais rien n'entache leur amitié.

Un jour, Lucie qui est devenu jalouse et suspicieuse concernant la relation Loan/Violette, décide de le quitter. Celui-ci, désemparé, s'installe en colocation avec Violette. Ils ne se parlent pas de leur enfance respective mais ils ont un point commun : un début de vie atroce. Ils pensent être les meilleurs amis du monde mais leur relation est tout de même étrange : ils dorment ensemble, dans les bras l'un de l'autre, ils utilisent la même brosse à dent et se font des câlins sans arrêt... Bref c'est un vrai petit couple avec le sexe en moins.

Violette fini par rencontrer Clément, un homme charmant (au début au moins car vers la fin c'est un vrai con !). Problème : elle est vierge et ne veut pas se ridiculiser la première fois. Elle demande à Loan de la dépanner. Ce dernier n'est pas chaud du tout mais fini par accepter. Dès ce jour là, tout part en vrille. Des sentiments, qui étaient là depuis le début, remontent à la surface. Loan prend en grippe Clément. Ce qui devait se produite qu'une fois va se répéter à plusieurs reprises et les sentiments vont être de plus en plus forts. Entre quiproquos, déclaration d'amour non avouée, décès d'un de leur ami et le retour d'une ex, tout va mal tourner pour nos deux héros avant un Happy End tant espéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le monde/La vie HS Histoire de l'homme
26 septembre 2017
Le monde/La vie HS Histoire de l'homme de Collectif
Très bonne synthèse de l'humanité du paléotithique au transhumanisme.

C'est toujours étonnant de faire le raccourci entre les sociétés de chasseurs-cueilleurs et la société de consommation actuelle. Mais cet ensemble de textes nous permet de nous remettre en question sur ce qui fait notre humanité, dans le meilleur comme dans le pire, sans tabou.
Commenter  J’apprécie          00
Agatha Raisin enquête, tome 2 : Remède de cheval
26 septembre 2017
Agatha Raisin enquête, tome 2 : Remède de cheval de M. C. Beaton
Toujours un plaisir de suivre les aventures de notre Agatha. c'est une lecture sans prise de tête, décalé où on sourit à certains passages, dont celui du pub avec le lavabo, j'en rigole encore. seuls ceux qui ont lu me comprendront.

Commenter  J’apprécie          00
Wizards, tome 1 : L'initiation
26 septembre 2017
Wizards, tome 1 : L'initiation de Diane Duane
Un bon moment passé en compagnie de Kit et Nita ! J'ai une petite préférence pour Kit qui est plus crédible à mes yeux ! Nita par moment m'agace un peu. C'est une histoire totalement jeunesse et fantastique ! Deux gosses qui apprennent la magie et qui doivent sauver le monde ! Bon... peu crédible mais si on se prete au jeu, l'histoire est sympa et il n'y a pas d'histoire d'amour ce que je trouve génial !!! Ils sont courageux et frondeurs ! J'aime beaucoup le style de l'auteur qui est simple mais ne nous ennuie pas ! Je continuerai surement cette saga
Commenter  J’apprécie          00
Belle de nuit
26 septembre 2017
Belle de nuit de Sonia Frisco
D'abord merci à Babelio de me faire découvrir des auteurs qui me sont inconnus.

Si le sujet de ce livre-ci est a priori intéressant , j'ai été fort déçue du récit en lui-même. Et je vois en lisant les autres critiques que je suis peut-être la seule. Au bout de 2 chapitres, j'avais déjà envie d'abandonner mais comme je devais le critiquer, je me suis forcée à le lire jusqu'au bout.

D'abord, le schéma narratif qui est fort brouillon. Tout au long du livre, le narrateur nous abreuve de principes généraux tels qu'on en trouve dans de nombreux livres destinés au bien-être. Ces principes sont repris plusieurs fois à divers stades du récit. Ces redites m'ont donné l'impression de remplissage de pages.

Les personnages sont mal caractérisés si ce n'est qu'au travers de ces fameux principes . Ils sont mal campés , alors que l'auteur dit s'appuyer sur des faits réels donc des personnages qu'il ne faut pas inventer.

L'histoire manque de consistance ; trop de clichés et de lieux communs de même qu'une écriture inégale avec des choses qui m'on fait bondir telles que : "des surprises surprenantes" - "appellatif" (p63) - "justicier"(p289).

Cet texte mériterait d'être retravaillé car je l'ai dit le sujet est intéressant : vouloir sortir des chemins établis par notre entourage et n'avoir que peu de moyens d'en sortir sinon en utilisant des voies de traverses peu valorisantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Train d'enfer pour Ange rouge
26 septembre 2017
Train d'enfer pour Ange rouge de Franck Thilliez
Train d’enfer pour Ange rouge est le premier tome de la saga Franck Sharko. Bienvenue dans l’univers de Franck Thillez, c’est parti en direction de Paris pour la première aventure de Sharko, commissaire de police à la brigade criminelle de Paris.



Nous allons faire la connaissance avec notre personnage principal Franck Sharko, qui s’accroche à son métier pour ne pas sombrer dans la folie. C’est un homme brisé et torturé depuis la disparition de sa femme Suzanne, il y a de cela plus de 6 mois. Malgré cela il est très courageux et fais preuve d’une grande intelligence. Il va être chargé d’enquêter sur la mort horrible d’une veuve de 35 ans Martine Prieur, qui a été retrouvé ligotée, ficelée et suspendu par des crochets avec la tête tranchée… Très vite d’autres meurtres du même genre suivront et Sharko sera personnellement visé par le tueur. L’enquête va le mener dans le milieu très pervers du sadomasochisme et de la torture extrême. Notre commissaire va devoir faire face à une enquête très complexe.



On est vraiment embarqué dans cette enquête et quel plaisir d’avoir comme narrateur le commissaire Sharko. Le style de l’auteur est recherché et très travaillé. Les scènes de violence sont réalistes et les personnages secondaires sont très approfondis. Et quelle maîtrise de cette ambiance si morbide.



J’ai beaucoup aimé ce premier tome des aventures de Franck Sharko, c’est un bon premier thriller qui est prenant et efficace. Franck Thilliez est vraiment l’un des auteurs les plus incontournables du thriller français.


Lien : https://lacavernedupolar.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Leçons de conduite
26 septembre 2017
Leçons de conduite de Anne Tyler
Très agréablement surprise par cette lecture alors que je ne connaissais ni le livre ni l'auteur.

Entre road trip d'une journée et flashbacks, on découvre la vie de Maggie, attachante, étourdie, parfois très chiante et de son mari Ira, calme, droit dans ses bottes. Elle va tout faire pour renouer avec sa petite fille et son ex belle fille, se mettant dans des situations impossibles. A ses rêveries et ses plans farfelus s'oppose le cote terre a terre d'Ira, sincère, un peu trop...

Au delà de l'histoire, c'est surtout la fluidité de l’écriture d'Anne Tyler que j'ai appréciée et son incroyable justesse dans la description de nos petits travers du quotidien, ça en était même gênant par moments tellement les réactions exagérées de Maggie peuvent rappeler certains de nos coups de gueule excessifs et surtout inutiles.
Commenter  J’apprécie          10
Angie
26 septembre 2017
Angie de Karin Slaughter
Angie, Karin Slaughter, HarperCollins, 572 pages



Je m'excuse par avance pour la qualité de cette chronique. J'ai lu ce livre en deux fois, une par intermittence, pendant la maladie de mon chien, l'autre plusieurs jours après son décès. Exceptionnellement, je vais plus faire un commentaire qu'une critique. De plus, je ne veux surtout pas spoiler pour les personnes qui voudraient commencer à lire l'œuvre de Karin Slaughter dans l'ordre. C'est d'ailleurs ce que je vous conseille, car en ce qui me concerne, je suis très attachée aux personnages. Bien que ce tome puisse se lire sans avoir lu les autres, il parle de details qui peuvent gâcher vos futures lectures. Je trouve que la quatrième de couverture révèle trop d'indices sur l'enquête en cours. J'ai fait un copié-collé, ayant pris le soin de supprimer la partie à ne pas lire :



Le corps sans vie d’un ex-flic vient d’être signalé dans un bâtiment destiné à devenir le prochain nightclub branché d’une star du basketball ; Marcus Rippy. Parce que ses empreintes sont retrouvées sur cette scène de crime particulièrement sordide, Angie est recherchée par la police d’Atlanta.

Elle est la femme de Will Trent, policier taiseux dont Rippy est un ennemi personnel.

[...]

Elle est surtout une flic, une survivante, une manipulatrice. Une femme qui a décidé d’en protéger une autre, sans limite.

Et Will Trent le sait bien : sa femme peut disparaitre ; elle finit toujours par revenir. Avec un plan.



Si les circonstances n'avaient pas été les mêmes, j'aurais enchaîné les pages, ce livre est un véritable page-Turner, comme toujours avec cette auteure. Je l'ai trouvé un peu moins noir qu'habituellement, mais le suspens est total. J'ai été surprise plus d'une fois par des rebondissements. J'ai beaucoup aimé le développement de la psychologie des personnages. Au dos du livre, il est écrit "Will Trent révèle enfin ses blessures...", mais pas seulement. Ce livre parle beaucoup d'Angie. J'ai lu que certains lecteurs n'avaient pas ressenti d'empathie pour cette femme manipulatrice, destructrice, alors que moi, j'en ai ressenti "contre mon gré".😀 Sara est peu présente physiquement, mais l'est en filigrane.

Il y a des personnages très noirs, d'autres qu'on pourrait supporter si on ne découvrait pas qui ils sont réellement et d'autres qui pourraient être nos amis.

Comme à son habitude, Karin Slaughter écrit un pavé (572 pages) sur un espace temporel très court, environ une semaine. Cela lui permet de développer l'enquête de façon très détaillée et à nous qui la lisons, d'avoir la sensation d'y participer en temps réel. Il n'y a pas de temps mort, pas de longueurs, tout s'enchaîne.



Pardon encore pour cette chronique. J'espère que malgré tout, j'aurais réussi à vous transmettre mon enthousiasme pour "Angie", à vous donner envie de le lire, car c'est du grand Karin Slaughter.


Lien : https://www.facebook.com/Val..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Quand sort la recluse
26 septembre 2017
Quand sort la recluse de Fred Vargas
Ca y est, j'ai compris : Jean-Baptiste Adamsberg n'est pas commissaire.

D'ailleurs, il n'est même pas humain.

JB serait plutôt, voyez-vous, une sorte d'esprit cosmique supérieur, doué d'incroyables pouvoirs de divination et habilement camouflé dans un costume de vieux flic bourru (et un peu dérangé quand même !), mais on ne me la fait pas, à moi !

Ah ah, démasqué, JB !



C'est au cours de cette neuvième enquête - pour le moins tarabiscotée - que sa véritable essence surnaturelle m'est apparue au grand jour, mais je n'ai pas grand mérite, tant les fulgurances du génial inspecteur sont ici transcendantes. Il ne faut à notre "Macgyver du polar" qu'un demi-indice, quelques coïncidences imparfaites et deux ou trois intuitions sibyllines pour élucider un mystère complexe et ramifié comme une toile d'araignée, sur fond de vengeance et de morsures venimeuses.



Le lecteur, lui, navigue à vue du début à la fin sur les traces d'un tueur en série, qui s'en prend à des vieillards en s'efforçant de faire porter le chapeau à une dénommée Loxosceles Reclusa, plus communément appelée araignée recluse. La pauvrette ne demandait rien à personne.

Heureusement, Adamsberg tient la barre, et évite avec la maestria qu'on lui connaît tous les écueils pour innocenter la brave Loxosceles.

Il trouve même le temps de déminer divers conflits au sein de la brigade, et de résoudre deux affaires annexes, sans lien aucun avec notre serial killer... Balèze, JB !



Comme souvent chez Vargas, logique cartésienne et investigations rigoureuses sont reléguées aux oubliettes (mieux : claquemurées dans un reclusoir moyen-âgeux !).

Comme souvent aussi, anecdotes historiques et curiosités du règne animal sont bien amenées, et l'on ne s'étonne plus de voir Wikipedia nous présenter l'auteur comme une archéozoologue et médiéviste française. Les fans vont adorer, les amateurs d'enquêtes fouillées et crédibles resteront un peu sur leur faim...



Mais au diable les nombreuses invraisemblances de cette aventure, laissons nous plutôt embarquer par le rythme effréné d'une intrigue originale, ponctuée de dialogues percutants - véritables ping-pongs verbaux plein d'humour ! - et servie par une plume toujours aussi alerte. Vargas joue admirablement avec les mots et réussit à nous faire avaler toutes ses couleuvres, en y ajoutant mêmes quelques arachnides velues et autres blaps puants.

Si l'on n'est pas trop regardant, on se régale !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Blue : La couleur de mes secrets
26 septembre 2017
Blue : La couleur de mes secrets de Camille Pujol
J’avais remporté ce livre lors de la masse critique Babelio de mars, mais la poste ayant frappé, je n’ai jamais reçu le livre. N’aimant pas rester sur une frustration, j’ai battu le rappel des copines et j’ai pu me le faire prêter.

Le bon côté de ce livre, c’est l’idée de départ qui est assez sympa et originale.

Malheureusement, le traitement de l’histoire n’est pas à la hauteur de cette idée et du résumé.

La première chose qui m’a frappée et qui m’a suivie tout au long de l’histoire, c’est l’impression d’une mauvaise série américaine. Alors que l’histoire se passe à Toulouse, le nom de l’héroïne est à consonance américaines (Blue Stevens), on nous parle de programme de protection des témoins, programme qui n’existe pas en France car jugé trop onéreux (chez nous, on ne protège de cette manière particulière que les « repentis », délinquants qui décident de balancer les copains ; les simples témoins, eux, ont tout au plus le droit à témoigner sous X), le père, bien que « sous protection » conserve le même emploi et enfin, la cerise sur le gâteau, c’est l’endroit où la famille est envoyée (mais il faut lire le livre pour comprendre).

Bref : incohérences sur incohérences font perdre toute crédibilité à l’histoire.

Les réactions de Blue la font paraître assez puérile, surtout quand on avance dans le récit et qu’on découvre son passé. Passé et présent semblent totalement incompatibles : comment peut-on être confrontée à ce genre de chose et avoir ce type de réaction ?

Du côté de l’écriture, il n’y a pas de fautes grammaticales ou de vocabulaire, mais il manque quelque chose. J’ai eu l’impression d’un texte qui ne reflète aucune personnalité, un texte peut être un peu trop lisse.

Cependant, l’idée de départ était excellente et l’auteur est toute jeune puisque c’est une adolescente. Elle écrit bien, elle a de bonnes idées. Le reste est dû, je pense, à son inexpérience et ne pourra donc que s’améliorer puisqu’elle semble disposer de bases solides.

Même si ce premier roman est plein de défauts, je vais quand même garder un œil sur cette jeune fille car je suis sûre que son prochain roman sera bien plus abouti.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La soupe de Kafka : Une histoire complète de ..
26 septembre 2017
La soupe de Kafka : Une histoire complète de la littérature mondiale en 16 recettes de Mark Crick
L'auteur s'amuse à imaginer ce que des auteurs célèbres tels que Le Marquis de Sade, Charles Dickens, Virginia Woolf ou encore Gustave Flaubert ferait à dîner. Chacun nous présente une recette mais une vraie recette de cuisine ! Sortez poêle, casserole, épices et condiments et lancez-vous dans cette drôle d'aventures littéraires gustatives qui fera danser et chanter vos papilles gustatives et votre esprit critique !



Une histoire qui a particulièrement attiré mon attention et qui je pense en sera de même pour vous ! J'ai retrouvé la plume de Flaubert ou plutôt, j'ai retrouvé l'un de ses personnages, Emma qui en cuisine confectionne une brioche tout en écoutant ce très cher et fabuleux président des États-Unis d'Amérique... Je vous dis de qui il s'agit ? Je ne suis pas cruelle à ce point et ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps ! Cette chère Emma s'est énamourée de Donald Trump ! Oui, oui, elle aurait pu en choisir tout plein mais il a fallu que ce soit lui ! Je ne vous en dis pas plus en revanche, je vous laisse le soin de découvrir par vous-même ce qu'a bien pu réserver Mark Crick à cette histoire hors du commun comme cet ouvrage d'ailleurs !



Les recettes ne prennent pas à chaque fois toute la place dans l'histoire, certaines sont intégrées avec ingéniosités que l'on pourrait ne pas prêter attention tant l'auteur a bien œuvré pour nous faire la cuisine ! D'autres, sont mélangées à des vers, et que c'est beau, j'en ai eu le souffle coupé puis d'autres sont noyées dans l'histoire ce qui a le mérite de nous faire oublier que nous tenons un livre de cuisine entre les mains.



L'auteur est un faussaire littéraire. Pourquoi faussaire ? Parce qu'il s'accapare les plumes, les styles, les photos, les dessins de ces célèbres personnages pour illustrer ces recettes (les artistes pastichés sont indiqués en fin d'ouvrage).



Je tiens à vous préciser que chaque texte à son traducteur, c'est rare et cela a le mérite d'être souligné. Concernant les recettes que nous proposent l'auteur elles sont tout à fait accessibles ! Nous avons la liste des ingrédients et les instructions sont dans le corps du texte, de la réalisation à la cuisson. Je n'ai pas essayé de réaliser les recettes de ce livre mais j'en ai repéré quelques unes, peut-être que j'en partagerai avec vous 😉.



En bref, un ouvrage que j'ai énormément apprécié pour son originalité, pour son voyage temporel et pour ses recettes !
Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Radikal
26 septembre 2017
Radikal de Olivier Castaignède
Une histoire complexe dirigée avec brio.

Un roman intense sur un sujet brulant qui ne vous laissera pas indifférent.

Au cœur de l’actualité, à lire de toute urgence.

Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1441 critiques

LeFigaro

1651 critiques

LeMonde

1497 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1550 critiques

Bibliobs

1242 critiques

LePoint

610 critiques

LesEchos

888 critiques

Lexpress

3430 critiques

Telerama

2419 critiques

LaPresse

1627 critiques

LaLibreBe...

996 critiques