AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Le gang des rêves
  26 mai 2018
Le gang des rêves de Luca Di Fulvio
Ce roman retrace en une grande fresque, l'histoire de l'Amérique, de New-York tout particulièrement, avec ses émigrés qui débarquent à Ellis Island, le plus souvent pauvres, sales, mais croyant au rêve américian .



Cetta débarque du sud profond de son Italie, un gamin sous le bras, fruit d'un viol, pour échapper à sa condition de "rien du tout" et donner à son fils une autre vie que celle qui lui est déjà tracée. Cetta, c'est un beau personnage de femme. Elle fait la putain, il faut manger et nourrir le petit, mais elle se garde une ligne de conduite et donne, de façon parfois presque enfantine, des repères à son fils et notamment qu'il est Américain, ce qui change tout, pense -t-elle. Son fils, Christmas, est celui qu'on va suivre alors que New-York se construit, que les gangs font la loi et que radio et cinéma balbutient. Au travers des aventures de Christmas , c'est essentiellement le New-York des pauvres que l'on voit, ceux qui crèvent ici au lieu de crever ailleurs mais qui finalement n'ont pas accès à la fameuse réussite américaine. Le rêve peut devenir amer...



Christmas, lui va mener son rêve jusqu'au bout, porté par l'amour si difficile de Ruth, sa mère, ses rencontres et ses choix. Il est ce rêve américain qui dit que pour celui qui veut, tout est possible.



J'ai pris plaisir avec ce livre de plus de 700 pages, qui se lit vraiment facilement. J'y ai trouvé quelques longueurs avec Bill,le personnage du vilain mais sans que ce soit désagréable. Mon problème, c'est qu'une fois le livre fermé, il me reste surtout les 250 premières pages , un peu court sur la longueur du roman. Il manque, je ne sais pas , de le densité, de la profondeur , des aspérités ? C'est trop lisse, les pages glissent les unes derrière les autres c'est vrai , mais ça glisse trop ,un peu comme le sable dans la main laissant une impression de vide qui me laisse sur ma faim. J'imagine que ça fera un bon film "tout public", l'écriture s'y prête, les personnages aussi et les décors ne devraient pas être un problème.
Lien : http://theetlivres.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Vis-à-vis, tome 3
  26 mai 2018
Vis-à-vis, tome 3 de Miya
Une fin de saga parfaite !



Oui, oui et oui. J'ai adoré le virage pris par la saga. Les mensonges sont révélés, tout comme la vraie nature de Daniel et au final, si tout s'écroule pour Elodie, ce chamboulement va permettre de révéler des vrais amitiés.



Des personnages prennent de l'importance et offrent un certain souffle de vent frais à ce tome.



J'ai été émue par la fin de saga. Par le tournant professionnel pris par Elodie, par les révélations sur Thomas et par ce couple que j'attendais depuis les premières pages de la saga !



En bref, tout est bien qui finit bien, mais parfois c'est bien aussi !!!



Bonne lecture à tous.
Commenter  J’apprécie          00
Vis-à-vis, tome 2
  26 mai 2018
Vis-à-vis, tome 2 de Miya
Un second tome frustrant !



Dans ce tome, Daniel avance ces pions, donnant au lecteur la folle envie d'entrer dans les bulles afin de frapper au visage Elodie !



J'étais frustrée qu'elle soit incapable de voir ce qu'il y avait sous ces yeux, énervée qu'elle soit parfois trop naïve, et agacée par l'aveuglement de tous les personnages.



Pourtant j'ai aimé ce tome, j'y ait trouvé de la folie, de l'humour, de la couture, et une bonne dose de machiavélisme.



Une bonne lecture.



Bonne lecture à tous.
Commenter  J’apprécie          00
Wanderer
  26 mai 2018
Wanderer de Sarah Léon
Histoire d'amitié, de musique.

Le récit du présent alterne avec les souvenirs du passé, au milieu de références très musicales notamment à Schubert et de texte en allemand.

Livre plein de lenteur, de non dit, de tristesse.

Jolie écriture mais j'ai été déconcerté par la profusion de référence musicales en allemand.
Commenter  J’apprécie          00
Ma raison de vivre, tome 1
  26 mai 2018
Ma raison de vivre, tome 1 de Rebecca Donovan
WoW!!! à l'heure où je vous écrit je viens juste de terminé le livre.

je ne sais pas par où commencer car il y a tellement de chose à dire. La première c'est que en fermant le livre je suis restée assise sans pouvoir bouger car l'histoire avait pénéttré dans mes vaines , les émotions étaient telllement bien décrite que j'avais l'impression de vivre l'histoire de ressentir la peur, la joie, la tristesse d'Emma. C'etait tellement réalistes que s'en était perturbant.

et la dernière chose que j'ai a vous dire et que : "le coeur a ses raisons que la Raisons ignorent." et "dans la vie, on a toujours le choix : aimer ou détester? ................

Commenter  J’apprécie          10
Magritte, Ceci n'est pas une biographie
  26 mai 2018
Magritte, Ceci n'est pas une biographie de Vincent Zabus
La vie très ordinaire, voire fade de Charles Singulier va se trouver complétement bousculée dès lors qu’il va s’acheter sur le marché des Marolles de Bruxelles, un chapeau melon ! Ce chapeau n’est autre que celui de Magritte. Il ne pourra enlever ce chapeau que lorsqu’il aura percé le mystère de son propriétaire ! Le voilà alors transporté dans l’univers surréel, décalé, de Magritte.

Nous traversons alors avec Charles les tableaux les plus connus de Magritte ce qui va l’aider et aider le lecteur à comprendre un peu mieux le surréalisme mais aussi nous donne quelques précisions sur la jeunesse de ce peintre provocateur.

Notre Charles semble souvent perdu et avoir du mal à comprendre ce qui l’entoure mais cela le fait réfléchir sur sa propre vie qui lui parait alors manquer de fantaisie…

Campi et Zabus ont fait une BD qui aurait sans doute plu à Magritte !

Commenter  J’apprécie          10
Pièce rapportée
  26 mai 2018
Pièce rapportée de Hélène Lenoir
Roman choisi totalement au hasard dans ma bibliothèque municipal. On ne peut pas nier à ce livre un rythme particulier, une écriture travaillée mais malheureusement pour moi, je me suis totalement perdu par moment. Je n'ai absolument pas compris la fin. Sur ce type de thème (une femme qui se remet en question après un événement tragique), j'ai lu bien mieux (notamment Douleur de Zeruya Shalev).
Commenter  J’apprécie          00
 Le club des veuves qui aimaient la littératu..
  26 mai 2018
Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique de Balli Kaur Jaswal
Pas un coup de coeur mais un bon moment de lecture, même si le rythme assez lent. Par contre, j'ai trouvé intéressante la peinture de cette communauté qui tente de conserver ses traditions orientales au milieu de notre occidentalité. Ces femmes sont touchantes.
Lien : https://la-clef-des-mots.e-m..
Commenter  J’apprécie          00
Le nez juif
  26 mai 2018
Le nez juif de Sabyl Ghoussoub
Hello....Merci pour l'accès ....meme si insulatant...?...
Commenter  J’apprécie          00
Louise et Hetseni - Dans les plaines sauvages
  26 mai 2018
Louise et Hetseni - Dans les plaines sauvages de Sophie Rigal-Goulard
Louise et Hetseni - Dans les plaines sauvages est un roman à double ligne du temps (une tendance décidemment omniprésente dans la fiction historique ces dernières années !), accessible aux enfants dès 9 ans, qui nous plonge dans l’Amérique de 1851, en pleine Conquête de l’Ouest alors que des groupes de colons traversent les Grandes Plaines à la recherche de terres fertiles et de minerai dans l’Eldorado californien.



Jonas est un garçon de onze ans qui quitte le Missouri avec son père et un groupe de pionniers pour aller chercher fortune en Californie. « Poltron », comme il se décrit lui-même, il souffre des conditions difficiles du voyage et craint d’être scalpé par un Indien, au grand désespoir de son père qui voudrait que son fils soit aussi intrépide que lui. Un évènement inattendu va cependant chambouler la donne en mettant Jonas et son ami Zacharie en contact avec des tribus cheyennes… changeant à jamais leur perception de la vie dans les Grandes Plaines, mais aussi leur charactère d’hommes en devenir.



Louise est quant à elle une collégienne de douze ans qui habite à Paris et dont le père écrivain est en train de créer l’histoire… de Jonas ! À travers le temps et l’espace, les deux préadolescents vont miraculeusement parvenir à communiquer, faisant découvrir à Louise l’histoire fascinante de la Conquête de l’Ouest.



Malgré cet élément fantastique, le récit de la traversée du Etats-Unis est très réaliste et offre une description intéressante des conditions de vie des colons comme des tribus indiennes dans l’Amérique du milieu du XIXe siècle. Peureux mais lucide et désireux de ne pas décevoir son père, Jonas est un personnage tout de suite attachant dont la transformation progressive révèle un courage insoupçonné…



Les interventions de Louise, qui découvre les aventures de Jonas au fur et à mesure de l’écriture du livre, ont avant tout une vertu pédagogique, permettant d’expliquer certains éléments du contexte historique (elle se documente sur cette période et fait part à Jonas - et au lecteur - de ses découvertes). Mais elles créént aussi des possibilités intéressantes du point de vue de la narration, donnant naissance à un dialogue singulier entre deux personnages et deux époques, avec pour résultat une amitié improbable qui les influencera l’un comme l’autre.



Si le récit parallèle de Louise interrompt parfois un peu abruptement le flot du récit principal (le personnage de Mathias Stelman n’apporte par exemple pas une grande valeur ajoutée), la structure fonctionne globalement bien et permet à l’auteure de suggérer des pistes de réflexion intéressante sur l’histoire (principalement le sort réservé aux Indiens d’Amérique), l’éducation (à travers l’évolution de la relation entre Jonas et son père), l’écriture, et la liberté d’action des individus. Ainsi Jonas se pose-t-il la question :



« [J]e pense à mes échanges avec Louise. Je suis troublé par ses paroles. Je serais juste un personnage d’histoire, sans existence propre ? »



Avant de conclure :



« Je crois en moi désormais et je veux choisir le chemin que je vais emprunter. »



Une belle histoire d’apprentissage de la liberté - que même les adultes pourront apprécier.



J’ai aimé…

- La description des conditions de vie des colons et surtout des tribus cheyennes

- La façon subtile dont les personnages se transforment au contact des autres

- L’inclusion de références historiques (comme par exemple l’évocation de l’expédition Donner de 1840) bien intégrées à l’intrigue



J’ai moins aimé…

- La façon dont les interventions de Louise casse parfois le rythme du récit principal

- Le personnage de Mathias, qui n‘apporte pas grand-chose au roman
Lien : http://histfict.fr/810
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le Colonel Chabert
  26 mai 2018
Le Colonel Chabert de Honore de Balzac
Le Colonel Chabert est un ouvrage d'une exceptionnelle profondeur. Comme toujours, chez ce merveilleux écrivain qu'est Balzac, la société et la vie sont radiographiées. C'est peut-être ça qui fait un chef-d'oeuvre. La radiographie est cruelle, elle va jusqu'au plus noir, mais il y va avec un talent certain.
Commenter  J’apprécie          00
Le courage qu'il faut aux rivières
  26 mai 2018
Le courage qu'il faut aux rivières de Favier Emmanuelle
S'inspirant des 'Vierges jurées' de l'Albanie

profode, Emmanuelle Favier construit habilement et dans une très belle écriture la rencontre pleine de tendresse de deux jeunes filles ayant subi ou désiré endosser le statut d'homme. Mais, dans un pays oú demeurent les codes d'honeur et les dettes de sang, les pires chatiments menacent celles qui rompent leur voeux de chasteté.
Commenter  J’apprécie          10
Colette et les siennes
  26 mai 2018
Colette et les siennes de Dominique Bona
Très instructif, très long, surtout vers la fin.
Commenter  J’apprécie          00
Les carnets du major Thompson
  26 mai 2018
Les carnets du major Thompson de Pierre Daninos
Ce livre est parfois fastidieux à lire. Quoique, parfois amusant, ce livre reste sans profondeur, et un peu lourdaud. Pas mal, mais bon...
Commenter  J’apprécie          00
Devenir Auteur, de l'écriture à la mise en page..
  26 mai 2018
Devenir Auteur, de l'écriture à la mise en page pour publication de Nadine BACH JOCKERS
Premier tome d'une collection, Devenir Auteur De l'écriture à la mise en page pour publication, fourmille de conseils, d'indications et de présentations très claires de tout ce qu'un auteur doit faire avant la publication de son ouvrage.

Les exemples et les conseils sont parlants, d'autant plus que l'auteure les a tous mis en pratique, les informations sont précises et exhaustives.

Le livre s'adresse avant tout bien sûr aux débutants mais ne sont pas inutiles, loin s'en faut, pour les auteurs avertis. En effet, je publie des ouvrages depuis 2011 et ai malgré tout découvert des informations (en particulier sur la BNF). C'est en tout cas une excellente piqûre de rappel !
Lien : https://sharingteaching.blog..
Commenter  J’apprécie          00
La petite fille sur la banquise
  26 mai 2018
La petite fille sur la banquise de Adélaïde Bon
Qu'il est difficile de faire une critique sur le livre d’Adélaïde Bon La petite fille sur la banquise.

Ce livre qui nous parle d'attouchements sexuels, de viols, de pédophilie.

Ce livre touche à l'horreur et à l'indicible qu'à vécu , seule, cette petite fille sur la banquise.

On ne sort pas indemne de la reconstruction de la vie d’Adèle Bon.

C'est la reconstruction d’Adélaïde Bon après ces 9 ans , après ces actes ignominieux qui l'ont souillés à jamais

Cette petite fille est devenue Elle , comme -ci nous avions à faire à deux personnages qui ne se retrouvent pas.

Cette dualité est très forte et le regard que porte l'auteur sur ces deux personnages est d'une grande force émotionnelle.

Que la vie a du être forte pour faire face à toutes les réactions suite à ces attouchements et viols.

Que la vie a dû être dure pour retrouver une identité , un corps , un désir.

L'ensemble du livre d’Adélaïde Bon est magnifique , bouleversant.

Son cri de rage nous l'entendons, quand elle décrit la non prise en compte par les experts médicaux de ce qu'elle est, c'est à dire une victime.

Son cri de rage nous l'entendons quand elle dit qu'il n'y a pas de mot pour décrire les attouchements sexuels et le viol chez l'enfant.

Nous entendons son récit poignant du procès , nous sommes estomaqués , tourneboulés, émus au dessus de tous , par la litanie des témoignages sombres, terribles mais d'une force inimaginable. Nous touchons l'indicible.



Nous entendons sa révolte vis à vis des hommes et de l'humanité.

Et c'est parce que j'ai entendu tout cela et que j'en ai été touché, ému, questionné que je me permets de ne pas être en accord avec Adélaïde Bon quand elle dit : l'humanité toute entière est un enfant du viol, un enfant transi, sur la banquise, qui nous attend.

Je peux comprendre que vu ce qu'elle a vécu , et qu'elle est au fond d'elle cette violence.

Mais résumer l'histoire de l'humanité a un viol me dérange quelque peu.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dieu, Allah, moi et les autres
  26 mai 2018
Dieu, Allah, moi et les autres de Salim Bachi
Ce « récit » est une compilation maladroite d'épisodes de la vie de l'auteur, évoquant de façon bien superficielle sa relation avec sa religion, son pays, et les femmes. Un fourre-tout peu ordonné, écrit dans un style plat et peu accrocheur. On se lasse vite à force d'avoir compris avant que l'auteur ait fini de s'exprimer.

En un mot : je suis déçu.
Commenter  J’apprécie          00
Vendredi ou La Vie sauvage
  26 mai 2018
Vendredi ou La Vie sauvage de Michel Tournier
C'est un livre d'une grande vivacité que nous offre Tournier, et je suis le premier à m'en féliciter. En effet, c'est un ouvrage agréable à lire, et un livre profond. Les deux personnages principaux-Vendredi et Robinson-en sont très réussis. Leur ampleur philosophique plaît autant que leur finesse psychologique.
Commenter  J’apprécie          00
Lettres sur la botanique
  26 mai 2018
Lettres sur la botanique de Jean-Jacques Rousseau


Voilà bien longtemps que je n’avais pas relu Rousseau. Ce petit notule rustique et poétique nous invite à une promenade solitaire à travers bois et guérets ,campagnes et forêts, vallons et champs, pour herboriser en compagnie de Jean-Jacques Rousseau, mais c’est aussi une amicale invite à nous poser pour rêver, savourer la nature « loin du bruit du monde » , apprendre à regarder, réfléchir, nous initier à la patience…

Commenter  J’apprécie          60
Les démons tome 3
  26 mai 2018
Les démons tome 3 de Fedor Dostoievski
André Markowicz se lança dans une entreprise titanesque: retraduire tout Dostoïevski en bousculant ses prédécesseurs qui avaient, disait-il, trop lissé et francisé l’écrivain russe. Sous le vernis, André Markowicz mettait à nu le diamant brut des émotions, de la phrase russe, au risque de choquer. «J’essaie que chaque phrase ait de la chair», disait-il quand paraissait Les Possédés, rebaptisé par lui Les Démons. A redécouvrir.
Lien : https://www.letemps.ch/cultu..
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1696 critiques

LeFigaro

1892 critiques

LeMonde

1817 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1605 critiques

Bibliobs

1330 critiques

LePoint

707 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3598 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1723 critiques

LaLibreBe...

1141 critiques