AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226440542
Éditeur : Albin Michel (03/04/2019)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Ce journal de vie est le mien, celui d’une femme, d’une mère et d’une philosophe qui s’interroge. Comment vivre dans un monde où tout s’achète et tout se vend en un clic ? Un monde dont le seul but est de fabriquer des besoins ? Un monde sans foi ni loi, où on ne se pose plus la question de ce que l’on peut faire ou doit faire ?
L’envie d’y croire est une impulsion qui nous porte, nous élève, nous renforce. Souvent une intuition, parfois une conviction, ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Vielivre
  30 août 2019
Critique littéraire – L'envie d'y croire – Eliette Abécassis :
Eliette Abécassis, romancière, réalisatrice, essayiste, traite dans son essai L'envie d'y croire de notre société d'aujourd'hui. Elle se questionne, s'interroge sur l'avenir d'un monde où tout se fait en un clic, où tout se vend, tout s'achète en un clic, dans notre société où « mes enfants sont devenus les enfants du smartphone ».
Elle s'interroge de façon simple sur la portée des smartphones, de l'envoi des SMS, sur notre vie au quotidien. Ce petit objet qui obsède notre journée par son bip devient pour Eliette Abécassis la nouvelle religion de notre société.
Si elle nomme Michel Serres dans son essai, elle précise le point de vue divergent qu'elle porte à sa Petite Poucette. Contrairement à lui, elle pense que notre société a besoin d'ordre pour s'établir, que nos enfants ont besoin de professeurs pour structurer leur pensée, pour « cultiver l'esprit critique ».
Elle pointe, avec justesse, le besoin de renouer avec le lien, de croire, car la foi est moteur dans une société en perdition de sens. La foi rassemble vers un même but qui est le bien commun.
Eliette Abécassis ne parle pas de foi en Dieu, mais une foi en l'être humain, une foi en nous, une foi en soi.
Intéressant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mangouste86
  20 janvier 2020
Un sentiment mitigé pour cette réflexion sur l'état du monde. Ce livre est traversé par une naïveté certaine sur bien des points et par quelques fulgurances.
Je sors donc de cette lecture un peu désenchanté. Comme cette époque finalement et c'est peut-être la vertu de cet essai que de traduire notre société percluse de contradictions et de radicalisations.
Ce livre a je pense le mérite de poser des questions parmi lesquelles celle-ci : sommes-nous encore capables d'entrer en relation les uns avec les autres et de nous enrichir de nos différences ?
Commenter  J’apprécie          40
noid
  12 novembre 2019
Même si je rejoins parfois l'autrice dans ses conclusions, de trop nombreux a-priori, présupposés et amalgames m'ont gâché le plaisir de cet essai et le font tomber dans une soupe un peu réac' et c'était mieux avant.
Certes, les repères et la notion de foi se modifient, les religions s'adaptent et les positions se polarisent ou se désintéressent, les couples sont soumis à des stress nouveaux, les comportements culturels évoluent et les systèmes éducatifs peinent… Pour autant le portait de la société que brosse Éliette Abécassis me semble quelque peu caricatural
Mais bon, un essai est toujours matière à penser par soi-même et les préoccupations me semblent fort légitimes !
Lien : https://www.noid.ch/lenvie-d..
Commenter  J’apprécie          60
blanchedep
  25 novembre 2019
Qu'une femme publique, féministe, contemporaine, écrive un livre pour dénoncer les dérives du téléphone portable, des écrans, des réseaux sociaux, et qu'elle appuie son commentaire par un témoignage personnel, cela ne pouvait que me réjouir. Et au fur et à mesure que la lecture progresse, je ne pouvais qu'être d'accord avec son constat. J'espérais que ce constat allait déboucher sur des propositions concrètes qui encouragerait la lecture, la discussion entre les personnes, les jeux de plein air, la culture générale… Malheureusement, je suis resté un peu sur ma faim, et les solutions proposées ne me semblent pas à la hauteur de la situation constatée.
Lien : https://blog.peuterey-editio..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
pgremaudpgremaud   22 juillet 2019
Il y a vingt ans a peine, je n'avais pas d'ordinateur ni de portable ni d'adresse mail. Pour voir des films, j'allais au cinéma, je louais des cassettes vidéo dans le magasin de quartier avec ma carte d'abonnement annuel, je regardais des films en version originale. Je faisais mes courses au marché ou au supermarché du coin. Comme toutes je me rendais dans les boutiques pour acheter des vêtements. Pour se voir entre amis, on s'organisait des dîners ou des apéros. Mes amis étaient réels, de vraies personnes en chair et en os. C'était l'époque où j'avais encore du papier, des cahiers, une plume, un stylo pour travailler, passant des journées entières dans les bibliothèques, qu'elles soient parisiennes, provinciales, petites, grandes. J'empruntais des livres ou les lisais sur place, je m'y sentais bien. J'étais même capable d'aller au bout du monde pour consulter un ouvrage !
(...)
Autrefois on me racontait l'histoire d'un enfant dont -le professeur, un maître aveugle, lui enseignait la vie. Il n'avait ni téléphone ni appareil électrique. Pauvre, il se nourrissait de soupes. Sa démarche, tête baissée, et le silence qui se faisait autour de lui à son passage perdurent dans les mémoires : chacun cessait son activité, attendant que le maître parle. Si certains allaient lui baiser la main, il la retira}t aussitôt, gêné par cette marque d'admiration. Il avançait sur sa canne qui avait probablement appartenu à son père. Elle était le symbole de la transmission. Cet enfant, c'est mon père. Ce maître aveugle fut son professeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pgremaudpgremaud   22 juillet 2019
L'homme a besoin d'absolu : c'est ce qui nous rend proprement humains. il doit avoir une fréquentation quotidienne de l'absolu, que ce soit par l'art, la religion ,la science ou l'amour. La liturgie est non pas l'incarnation de l'absolu, mais son témoignage (...) En tout homme, en tout enfant, en tout être, il y a un besoin, irrépressible, originel, indépassable, une envie de croire. Qui est là, quand tout est oublié. Il nous pousse à aimer, à vouloir le meilleur de nous-mêmes, pour nous-mêmes, pour nos enfants. Qui nous fait voyager, changer de vie, repousser les limites de l'impossible, découvrir d'autres horizons. Qui nous fait espérer un monde meilleur, qui alimenta notre révolte, notre rébellion, qui est à la racine de l'empathie et du sentiment d'injustice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VielivreVielivre   30 août 2019
"Nos enfants ne sont jamais là où ils sont mais toujours ailleurs, dans un autre espace-temps". (Envie d'y croire. Eliette Abécassis)
Commenter  J’apprécie          10
VielivreVielivre   30 août 2019
"Nous sommes devenus nous-mêmes extrêmes dans nos comportements, nos débats et nos actes". (Envie d'y croire. Eliette Abécassis)
Commenter  J’apprécie          10
VielivreVielivre   30 août 2019
"Les réseaux sociaux développent en même temps qu'ils détruisent les échanges humains". (Envie d'y croire, Eliette Abécassis)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Eliette Abecassis (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eliette Abecassis
"Nos rendez-vous", d'Eliette Abécassis, est paru le 2 janvier 2020 aux éditions Grasset.
autres livres classés : gafamVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La rivière à l'envers tome 1

Qui est le héros (ou l'héroïne) ?

Hannah
Tomek
Marie
Bastibalagom

11 questions
293 lecteurs ont répondu
Thème : La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur ce livre