AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Clémentine Beauvais (Traducteur)
EAN : 9782092593981
400 pages
Nathan (01/07/2021)
4.04/5   88 notes
Résumé :
Emoni a de l'or au bout des doigts. Entre ses mains, saveurs et épices composent des plats incomparables. Mais Emoni a aussi une petite fille de 2 ans, et elle jongle entre son rôle de jeune mère, les cours au lycée et le travail le soir pour aider sa grand-mère à payer les factures.
Emoni a 17 ans, et elle ne pense pas qu'elle pourra continuer ses études, ni devenir cheffe dans un restaurant. Dans sa vie faite de responsabilités, il n'y a pas de place pour r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 88 notes
5
18 avis
4
24 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
0 avis

iris29
  01 décembre 2021
Happée , dans un rayon de ma librairie, par cette superbe et joyeuse couverture , j'ai alors découvert que ce roman avait été traduit par l'auteure française Clémentine Beauvais ( Les petites reines ). Comme je sais la dame fort occupée (elle est enseignante chercheuse en Angleterre , en plus d'écrire des bouquins), je me suis doutée que si elle avait pris le temps de traduire ce roman, c'est qu'en premier lieu : elle l'avait aimé, et comme j'aime beaucoup Clémentine Beauvais...
"Sur le vif " raconte l'histoire d'Emoni tombée enceinte à quatorze ans, qui lorsqu'on fait sa connaissance en a dix-sept. Elle s'évertue à élever sa fille de deux ans, en plus de suivre les cours au lycée, tout en travaillant dans un Fast-food pour aider sa grand-mère à faire bouillir la marmite.
Elles habitent toutes les trois, ensemble. La mère d'Emoni, afro-américaine, est morte en lui donnant naissance et le père, incapable de faire face au deuil, est reparti à Puerto Rico et ne revient qu'une fois par an. Il ne les aide pas. Famille métisse à Philadelphie dans un quartier pauvre, Emoni essaie de s'en sortir vaillamment, faisant taire les préjugés liés à son statut de mère-adolescente avec beaucoup de dignité et d'obstination , la plupart de ces gamines ne poursuivant pas leur scolarité jusqu'au lycée. Oui, Emoni est une fille sérieuse , combative et très travailleuse.
Aussi, lorsqu'un cour de cuisine ouvre dans son lycée, va-t' elle saisir sa chance ; c'est que, ce qu'aime faire Emoni , par dessus tout, c'est : cuisiner.
Cette fille "a de l'or au bout des doigts". Instinctive, intuitive, créative, Emoni est déjà très douée. Et si les élèves arrivent à lever des fonds, ils partiront une semaine en Espagne, en stage dans la restauration... Un rêve pour Emoni, un rêve inaccessible au niveau financier car Emoni se débat déjà, au quotidien, afin de joindre les deux bouts , et n' a ni les moyens, ni le temps de gagner davantage d'argent...

C'est un roman qui séduit par son côté chaleureux, sa positive attitude et par son écriture , certainement excellemment traduit par Miss Beauvais...
Alors, au delà du style, je me suis demandée pourquoi lui ? Pourquoi, sur tous les romans pour ados qui sortent, une écrivaine française avait choisi de traduire celui-là ? Tout d'abord Elizabeth Acevedo s'est faite connaître avec un premier roman "Signé Poéte X", qui a reçu de nombreux prix, auxquels s'ajoutent ceux qu'elle a reçu pour son activité de slameuse. Je n'ai pas lu son premier roman, et ne connais pas cette facette d'elle.
Mais j'ai bien aimé cette histoire positive, tout en n'ayant pas un coup de coeur...
Je crains, que ce roman ne soit pas très réaliste.
J'ai trouvé ce personnage de jeune lycéenne un peu trop parfait, un peu trop stoïque (jamais elle ne craque ). Oui, l'auteure nous indique qu'elle est très fatiguée, mais tous les obstacles sur son chemin s'effacent un à un , grâce au travail et au mérite..
L'auteur ne met pas assez en avant la petite fille, ne nous parle pas assez de Babygirl, des petits progrès si nombreux à cet âge , du langage qui se met en place. Et même si elle consulté des filles-mères, pour ce roman, ce thème-là n'est pas assez exploité. Elizabeth Acuvedo de dispersant sur d'autres thèmes, comme l'homosexualité de la meilleure amie , traité de façon rapide, ainsi qu'une romance gentillette , alors que ce qui arrive à son personnage principal occupe déjà pas mal de thèmes.
Ce qui importe à l'auteure , ce qu'elle met en avant, c'est ce qui se passe en cuisine, les créations d'Emoni, sa passion.. Ce livre étant articulé en trois parties ( Acide / Salé / Doux amer) , comportant des recettes cuisine et des dessins de fruits, plantes aromatiques à chaque début de chapitre.
Elizabeth Acevedo a su saisir ce qui préoccupent les lycéennes, à savoir : les dossiers pour les facs, une orientation professionnelle, la découverte de soi, de ce qui nous plaît, la vie lycéenne, les amies, les petits copains, la sexualité et surtout : la famille . Celle dont on vient, celle qu'on subit, et celle qu'on se construit, pas parfaite, parfois bancale, mais la sienne... Une positive attitude, une grande maturité dans les décisions qui pèsent sur ces très jeunes épaules quand aux relations avec le père (et la famille) de sa fille, sur son propre père abandonnant. Oui, Emoni est d'une grande maturité..
Mais ce roman se distingue aussi de ses confrères car, en plus de parler des origines, par un petit voyage en Europe. C'est rare pour un roman pour ados américain de parler d'autres pays que les USA, c'est rare qu'ils sortent de leur zone , qu'ils se tournent vers le monde , vers un ailleurs. C'est rare qu'ils explorent leurs origines qu'ils s'intéressent à "l'autre"...
Chaleureux, positif, gourmand : un roman dont l'héroine est un modèle de bravoure, de courage, de maturité, de sérieux, de travail, et de générosité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5913
sylviedoc
  01 juillet 2021
J'ai découvert l'écriture lumineuse et sensorielle (si on peut qualifier ainsi une façon d'écrire) d'Elisabeth Acevedo l'an dernier avec "Signé poète X", qui m'avait séduite, surtout avec la belle traduction de Clémentine Beauvais. Ce duo récidive ici pour mon plus grand bonheur, et je remercie une fois de plus Babelio de me donner l'occasion de découvrir cette nouveauté par le biais de la MC jeunesse. Merci bien sûr aussi aux éditions Nathan.
Le charme opère dès qu'on découvre cette belle couverture, des fruits, des fleurs et ce superbe visage métis avec ses boucles et son foulard pour les retenir, tel que se décrit Emoni lorsqu'elle cuisine. Emoni, elle a 17 ans, elle est lycéenne à Schomburg Charter, un lycée de Philadelphie ("Philly") et vit dans un quartier populaire, en parfaite harmonie avec sa grand-mère avec laquelle elle adore cuisiner depuis sa plus tendre enfance. Elle n'a pas connu sa mère, décédée à sa naissance, et son père vit loin d'elle à Porto-Rico, ne revenant que quelques jours chaque année. Ce jour-là, c'est la rentrée, dernière année de lycée pour Emoni, et premier jour de crèche pour Emma, dite "Babygirl". Parce qu'Emoni n'est pas qu'une lycéenne, c'est aussi une jeune maman d'une petite fille de deux ans, et en plus de cette vie déjà bien pleine elle travaille également chez Burger hit pour aider sa grand-mère à payer les factures. Pas facile tous les jours de cumuler trois vies à l'âge où les autres jeunes filles sortent avec leurs copains et se demandent quel fac les acceptera l'année suivante... Mais Emoni a une passion depuis son plus jeune âge : la cuisine, et plus particulièrement les mélanges de saveurs qu'elle invente, puisant dans ses origines afro-américaines et portoricaines, s'inspirant de recettes que lui envoie sa tante et qu'elle revisite à sa manière, alliant "à l'instinct" épices et ingrédients trouvés dans les placards de la cuisine. Et voilà que son lycée propose une option "arts culinaires" qui semble faite pour elle, et lui offrirait en plus l'opportunité d'un séjour en Espagne pour y découvrir la gastronomie hispanique. le rêve ! Mais ce rêve a un coût, et implique des sacrifices pour Emoni : il faudra travailler plus d'heures au lycée, et aussi chez Burger Hit pour payer ce voyage, que lui restera-t-il pour passer du temps avec sa fille ?
Là-dessus un nouvel élève débarque dans sa classe, sourire ravageur aux lèvres et charme fou. En plus il est très vite attiré par cette fille de prime abord plutôt inabordable ("on ne sera pas amis", lui assène-t-elle d'emblée). Même si elle n'est plus avec Tyrone, le père de son bébé, elle lui reste fidèle et a bien d'autres soucis de toute façon. Malachi s'intéressera donc bien vite à une autre.
Nous les suivons ainsi que leurs camarades pendant cette année scolaire décisive, où ils passeront les fameux tests qui détermineront dans quelles facs ils pourront postuler. Parmi ces camarades il y a notamment Angelica, meilleure amie d'Emoni depuis de longues années, elles se soutiennent mutuellement dans les moments difficiles. On rencontrera aussi des professeurs attentifs et bienveillants comme on aimerait en voir auprès de nos enfants. Bien sûr il y a aussi quelques personnages un peu moins sympas, mais même eux finissent par trouver grâce à nos yeux !
J'ai vu dans une critique un lecteur qualifier ce roman de "feel-good pour ados". Oui, il y a de ça, et alors ? C'est un livre qui est bien écrit, certes on y trouve pas mal d'expressions utilisées par les jeunes et de mots hispaniques (par exemple la grand-mère est appelée " 'buela" par Emoni), mais honnêtement ça ne gêne nullement la lecture ! Moi j'aime ce vocabulaire qui sollicite les sens, très visuel et olfactif, j'adore pouvoir m'imaginer ces plats jusqu'à presque en sentir le goût dans ma bouche, j'ai ressenti le trouble d'Emoni quand elle prend conscience de son attirance pour Malachi, bref je me suis totalement immergée dans cette histoire et je me suis évadée avec cette lecture. Bien sûr on peut pinailler et dire que dans la vraie vie tout ne se passerait pas comme ça, et c'est vrai, j'en ai connu des ados mamans, et leur vie ne ressemblait pas vraiment à celle d'Emoni. Mais il n'y a rien de totalement invraisemblable non plus, et l'auteure s'est documentée sur les différents sujets qu'elle aborde. Parmi ces sujets, j'ai oublié de mentionner l'homosexualité féminine, mais c'est traité de façon tellement naturelle que ça ne m'a pas vraiment interpellée.
Ce qui m'a plu également, ce sont les trois recettes qui ouvrent chacune des parties du livre : L'acide, le salé, et le doux-amer, c'est une bonne introduction à ce qui suit. Les chapitres sont courts, avec des titres percutants, et de petites illustrations récurrentes au-dessus. de temps en temps, le rythme est coupé par un mail d'Emoni à sa tante Sarah, où elle lui raconte ses dernières explorations culinaires. le tout est très agréable à lire, et je proposerai sans hésiter ce roman à mes futurs élèves l'an prochain, que je sois en collège ou en lycée. Il peut être proposé à partir de 13-14 ans, mais intéressera aussi les lecteurs plus âgés, les thèmes abordés étant compatibles avec leurs centres d'intérêt.
Tout près du coup de coeur, Elisabeth Acevedo a su me séduire avec ses deux premiers romans, je lirai le prochain avec plaisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5714
Zephirine
  21 juin 2021
Le ton est donné dès la première page car le roman s'ouvre sur une recette portoricaine de tembleque, une crème de coco.
Emoni a un don, celui de cuisiner des plats inventifs et parfumés. Elevée par sa grand-mère Buela, elle doit se battre sur plusieurs fronts à la fois. Elle termine le lycée tout en élevant sa fille encore bébé et travaille dans un fastfood pour payer ses études. L'avenir ? Elle n'ose y croire mais rêve de devenir cheffe comme l'amie de son professeur d'art culinaire. Mais le quotidien lorsqu'on est une très jeune maman n'est pas toujours facile.
Les origines de l'héroïne renvoient à celles de l'autrice, Elizabeth Acevedo, afro-américaine d'origine portoricaine. Elle a pioché dans ses souvenirs pour nous raconter l'histoire de cette famille éclatée.
De nombreux sujets sont abordés au fil des pages : Il y a, bien sûr, les mères adolescentes et les préjugés que cela provoque. On trouve aussi, à travers les amis d'Emoni, le thème de l'homosexualité, la sexualité et l'amour chez les ados et la jalousie. le racisme aussi est abordé. La cuisine est très présente, c'est le fil de l'histoire qui entraine l'héroïne vers son destin et le roman est émaillé de confection de plats et de recettes échangées avec sa tante Sarah.
Les dialogues sont alertes et donnent de la vivacité au récit. L'écriture est sincère et directe, la lecture agréable. J'ai trouvé les personnages attachants et même les plus agaçants arrivent à nous toucher. Emoni a une maturité incroyable pour une adolescente et sa détermination à tout réussir : être une mère parfaite, réussir ses études, gagner sa vie et se faire aimer des gens qui l'entourent, relève de la gageure. Ce n'est pas très réaliste mais c'est rassurant pour le lecteur adolescent.
Ce que j'ai préféré, c'est l'ambiance autour de l'art culinaire et la description des plats qui met l'eau à la bouche.
Le livre refermé, on a très envie de tester une ou deux recettes d'Emoni !
Je remercie les éditions Nathan et Babelio pour la découverte de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
LightandSmell
  16 juillet 2021
La force des liens intergénérationnels et de l'amour maternel…
Ayant beaucoup apprécié The Poet X, je me suis plongée avec enthousiasme dans ce roman dont j'ai apprécié les thématiques et la manière dont l'autrice les aborde. Alors qu'on parle d'une adolescente de 17 ans, mère d'une petite fille de deux ans, on aurait pu s'attendre à quelque chose d'assez dramatique, le rôle de maman à un âge où on n'est pas encore soi-même adulte pouvant se révéler difficile. Mais l'autrice a opté pour une histoire lumineuse et chaleureuse qui réchauffe les coeurs et donne envie de prendre la vie à bras-le-corps.
Ainsi, si jamais ne sont occultées les difficultés d'Emoni devant ses multiples responsabilités, le ton se veut résolument positif, ce qui convient à merveille au caractère de cette maman ado qui ne se retourne jamais sur le passé, mais qui regarde toujours droit devant elle. Elle le doit, du moins elle le pense, à sa petite Emma qui est son rayon de soleil et dont elle s'occupe très bien, quitte à s'épuiser pour lui assurer un bel avenir. Elle sera heureusement épaulée par sa grand-mère qui l'a élevée comme sa propre fille. Très proche de ma grand-mère, j'ai été touchée par leur relation, leur complicité et ces gestes de tendresse qui se passent bien souvent de longs discours. J'ai également adoré le subtil parallèle que l'autrice fait entre la relation entre Emoni et sa fille et entre Emoni et sa grand-mère, rappelant le rôle important de cette dernière dans la vie de l'adolescente…
Il faut dire qu'avec une mère décédée prématurément et un père engagé dans la communauté portoricaine, mais bien peu présent dans la vie des siens, Emoni a bien eu besoin du soutien de son aïeule qui a toujours fait de son mieux pour l'élever selon de belles valeurs, malgré ses faibles moyens. L'argent, ou plutôt le manque d'argent est d'ailleurs quelque chose qui prend une certaine place dans le roman, cette question menaçant l'avenir d'Emoni. Car si la jeune fille, qui fait des étincelles en cuisine et dans son cours d'arts culinaires, rêve de devenir cheffe et d'éventuellement aller à la fac, elle doit, en plus du lycée, travailler pour nourrir sa fille et aider sa grand-mère à assurer les charges du quotidien.
À cet égard, j'ai été révoltée par le papa d'Emma dont Emoni est séparée : il semble aimer sa fille et prendre plaisir à s'en occuper durant son droit de garde, mais bizarrement, c'est bien sur Emoni que repose toute la charge mentale et financière. Une situation qui reste une réalité pour bien des mères célibataires… On notera aussi la jalousie déplacée de Tyrone qui n'hésite pas à multiplier les relations, mais qui ne supporte pas qu'un garçon s'approche de la « mère de sa fille » et de sa fille. Heureusement, de fil en aiguille, Emoni saura se détacher des attentes de chacun et rappeler qu'elle n'est pas que la mère d'Emma, elle est ça et tellement plus à la fois !
Une jeune héroïne attachante et génie de la cuisine qui saura trouver du soutien dans son entourage…
Emoni est un personnage touchant pour lequel on développe d'emblée une profonde et sincère affection que ce soit pour son courage, son amour pour sa fille qu'elle élève avec une réelle maturité et bienveillance, sa force de travail ou sa détermination à toute épreuve. Si parfois elle doute, jamais elle ne se lamente, elle tente juste de concilier au mieux toutes les facettes de sa vie : le lycée, son travail dans un fast food, son rôle de soutien de famille et de mère, son rôle de petite-fille, celui de fille malgré un père qui n'a jamais vraiment assuré ce rôle, et son amour pour la cuisine. Un amour qui la porte au quotidien et qui rend sa cuisine tellement magique. Si le mot est fort, il semble pourtant caractériser tous ces souvenirs qui assaillent les personnes qui goûtent les plats d'Emoni, des petits concentrés d'émotions.
Est-ce le talent inné et incroyable d'Emoni pour manier les épices, son âme généreuse qui la pousse à mettre un peu d'elle-même dans chacun de ses plats, ou la manière dont elle arrive à sublimer chaque recette qui rend sa cuisine si spéciale ? À moins que ce ne soit un peu de tout cela… Peu importe finalement, l'essentiel étant que cette fille est faite pour devenir cheffe, elle respire cuisine, elle pense cuisine, et nous apparaît très vite indissociable de tous ces plats qu'on découvre tout au long des pages. Ce roman est un peu une délicieuse ode à la gastronomie, et plus particulièrement à la gastronomie portoricaine et espagnole qu'Emoni arrange à sa sauce, sublimant à sa manière des recettes traditionnelles pour en faire quelque chose d'autre, une sorte de pont entre le passé et le présent, les gens et les cultures.
Mère célibataire, mais pas mère isolée, Emoni pourra compter sur différentes personnes pour la soutenir et l'aider à construire un avenir qui lui correspond : sa meilleure amie qui lui apporte une belle bouffée d'oxygène et lui rappelle qu'elle a le droit de profiter de la vie, sa grand-mère, un professeur de cuisine qui va lui apprendre que la cuisine, c'est aussi de la technique et des règles à respecter… Et puis, n'oublions pas un nouvel élève qui va, petit à petit, faire fondre les barrières qu'Emoni a dressées entre elle et les autres, mais surtout entre elle et les garçons. Je n'en dirai pas trop pour vous laisser le plaisir de la découverte, mais j'ai adoré Malachi, un jeune homme souriant, mais qui a connu un drame, bienveillant, amusant, tendre, compréhensif et diablement lumineux. La relation qui se noue entre les deux lycéens est amenée de telle sorte qu'il est impossible de ne pas y succomber que l'on soit adolescent ou adulte. C'est vraiment le genre de modèle positif que j'aimerais trouver plus souvent dans la littérature adolescente.
Une narration fluide et rythmée pour un roman abordant sans pathos des thématiques importantes…
Je reconnais avoir préféré la narration en vers libre de The Poet X, mais on retrouve néanmoins dans ce roman tout le charme de la plume de l'autrice, avec ce côté percutant qui va droit au coeur. Il y a quelque chose qui sonne terriblement vrai dans les mots de l'autrice, au point de nous donner le sentiment non pas de lire l'histoire de personnages de fiction, mais celle de personnes de chair et de sang. Et cela change tout quant au rapport que l'on entretient avec chacun d'entre eux ! Les lecteurs apprécieront également les dialogues vifs et l'alternance de chapitres courts et rythmés qui apportent un certain dynamisme et rendent la lecture particulièrement fluide. Petit bonus, la petite illustration qui accompagne chaque en-tête de chapitre sans oublier la manière dont chaque chapitre porte un titre concis, mais porteur de sens. Un bon moyen de guider la lecture et de donner envie de se plonger dans le récit.
Le ton du roman se veut volontairement positif, mais cela n'empêche pas l'autrice d'aborder des thématiques importantes, toujours avec beaucoup de naturel : la maternité à un jeune âge et les difficultés qui y sont associées, le sens des responsabilités et du sacrifice, l'amitié, l'amour, l'homosexualité féminine, les difficultés dans les quartiers pauvres, le colonialisme et ses conséquences, le racisme, les préjugés notamment sur les origines et la couleur de peau, Emoni devant rappeler que si elle est à moitié portoricaine par son père, elle est également afro-américaine et donc noire… Si l'autrice évite les drames en nous proposant un roman alliant thématiques de fond et légèreté, il est vrai qu'on a parfois le sentiment que les difficultés sont un peu trop facilement surmontées. Cela ne m'a pas dérangée outre mesure, mais je pense que certains lecteurs adultes pourront regretter un petit manque de réalisme à ce niveau.
En conclusion, un peu comme Emoni et la « magie » au bout de ses doigts qui fait de chacun de ses plats une expérience multisensorielle et mémorielle unique, l'autrice confirme ici son talent pour proposer des histoires uniques vibrantes d'humanité qui résonnent en chacun d'entre nous. Porté par héroïne courageuse et travailleuse qui prouve qu'on peut être lycéenne et une super maman, Sur le vif, c'est la recette épicée et savoureuse d'un roman empli de gourmandise, d'émotions, de vie, de passion, de tendresse, et de beaux moments de complicité, d'amour et d'amitié. Des denrées précieuses et indispensables pour traverser les épreuves et avancer sans se retourner afin de faire de son rêve une réalité.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Fanny1980
  24 juin 2021
Elizabeth Acevedo a eu un réel succès avec son premier roman, « Signé poète X », que je n'ai pas lu, mais dont les atouts semblent l'écriture en vers libres, dans le mouvement « ownvoices » (l'auteur appartient aux mêmes minorités que les personnages), roman jeune adulte engagé, récompensé par le National Book Award, catégorie littérature jeunesse en 2018.
Quatre éléments qui ne pouvaient que fortement me motiver lorsque Babelio et les Editions Nathan m'ont proposé de recevoir le deuxième roman de l'autrice qui va paraître en France le 1er juillet 2021, « Sur le vif ». Je leur adresse d'ailleurs un grand merci pour cette lecture !
Emoni, afro-américaine par sa mère décédée et portoricaine par son père, vit à Fairhill, quartier défavorisé de Philadelphie en Pennsylvanie. Elle a dix-sept ans, une fille de deux ans et est élevée par sa grand-mère paternelle. Lycéenne, elle est passionnée de cuisine et souhaite devenir cheffe.
Le texte est fluide avec parfois une certaine musicalité et des réflexions sur l'imbrication des différentes cultures, même si Elizabeth Acevedo n'a pas fait le choix pour ce roman ni d'une écriture en vers, ni de placer les personnages dans une famille comme la sienne d'immigrants dominicains.
Le rythme que l'autrice a su donner - quand on a débuté le roman, on ne peut plus le poser – permet de comprendre comment elle a reçu, dès sa première oeuvre, une des distinctions littéraires les plus prestigieuses des États-Unis.
« Sur le vif » correspond à de la littérature jeune adulte : les protagonistes sont des lycéens avec leurs amitiés fortes, leurs premiers amours, les questions d'identité sexuelle et de racisme.
Le thème de la mère adolescente est omniprésent avec l'amour pour son enfant, les responsabilités qui en découlent, l'aide nécessaire de la famille, les difficultés pour tout concilier dans une période qui est aussi celle de la construction de la personnalité pour ceux qui sont devenus parents si jeunes.
Le message porté est très optimiste et on peut parfois se demander si c'est réaliste… Cependant, c'est une lecture qui rend heureux et n'est-ce pas aussi ce que l'on attend parfois de la littérature ? En conclusion, une lecture qui pourra vous accompagner dans les vacances estivales et vous donnera, en plus, de bonnes idées de recettes de cuisine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   29 novembre 2021
J'ai du mal à retenir certaines leçons, j'avoue, mais celle-là en particulier m'a pris des années : un père comme le mien, faut pas lui faire trop de place dans sa vie. Parce qu'il rentre à coups de coude et il écarte les murs, et quand il part, le vide est trop grand - cet espace dans ton coeur où il devrait y avoir un parent.
Commenter  J’apprécie          162
ZephirineZephirine   19 juin 2021
- Très bien. Prends toutes les épices que tu veux et décide de la découpe. On la servira à ta manière. Gallina à la Americana.

Elle lève un sourcil et je comprends que c'est un défi. Elle veut voir si je vais tenir. J'ajuste ma toque et je m'approche du placard. Je n'ai pas à me retourner pour savoir que la cheffe a un sourire sur le visage.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   01 décembre 2021
Et j'essaie de me dire la même chose : il faut aller de l'avant, c'est la seule direction qui vaille ; retourner en arrière, c'est juste bon pour les saumons.
Commenter  J’apprécie          240
iris29iris29   01 décembre 2021
Il se penche et enroule ses longs bras autour de moi, et je sens la chaleur fuser au milieu de mon dos, là où il me serre, jusqu'à mon visage. Je le serre moi aussi, très fort.
Des problèmes. Ce mec va me créer des problèmes.
Commenter  J’apprécie          151
iris29iris29   30 novembre 2021
Il y a des soirs où j'ai envie de pleurer jusqu'à tomber de sommeil, trop de fardeaux, mais même mes yeux sont trop fatigués pour produire des larmes correctes.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Elizabeth Acevedo (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Acevedo
Découvrez une interview d'Elizabeth Acevedo sur son dernier roman Poète X!
SIGNE POETE X Dans un monde qui ne veut pas l'entendre, elle refuse de rester silencieuse. Résumé : Harlem. Xiomara a 15 ans et un corps qui prend plus de place que sa voix : bonnet d'et hanches chaloupées. Contre la rumeur, les insultes ou les gestes déplacés, elle laisse parler ses poings. Étouffée par les préceptes de sa mère (pas de petit ami, pas de sorties, pas de vagues), elle se révolte en silence. Personne n'est là pour entendre sa colère et ses désirs. La seule chose qui l'apaise, c'est écrire, écrire et encore écrire. Tout ce qu'elle aimerait dire. Transformer en poèmes-lames toutes ses pensées coupantes. Jusqu'au jour où un club de slam se crée dans son lycée. L'occasion pour Xiomara, enfin, de trouver sa voix. Dès 14 ans.
Plus d'informations sur l'ouvrage ici : https://www.nathan.fr/catalogue/fiche-produit.asp?ean13=9782092587294
Suivez toutes les actualités de nos Romans Grand Format Fiction Ado sur notre page instagram et facebook Lire en live et sur notre site www.lireenlive.fr
+ Lire la suite
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les défis instalectures

Comment s’appelle le Jumeau de Xiomara ?

Jean
Paul
Xavier

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Signé poète X de Elizabeth AcevedoCréer un quiz sur ce livre