AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370711329
Éditeur : Le Temps des Cerises (14/10/2017)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Mon petit peuplier » (1961) Un paysage grandiose dans les hautes montagnes du Tian-Chan, en Kirghizie, aux confins de la Chine, des camions qui circulent par tous les temps sur des pistes défoncées, une succession de défilés, de cols, de sommets et de précipices, les bords du grand lac Issyk-Koul, voilà le décor de la première nouvelle. Elle relate une triste histoire d'amour, entre un intrépide camionneur et une jeune paysanne. Après la Seconde Guerre mondiale, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
cmpf
  29 janvier 2018

Je suis particulièrement contente d'avoir reçu ce livre dans le cadre de Masse critique, et j'en remercie les éditions le temps des cerises pour ce cadeau et leur célérité ainsi que Babelio.
Je découvre avec ce recueil de nouvelles l'écrivain Tchinguiz Aïtmatov qui doit être le premier auteur kirghize que je lis.
La première nouvelle s'intitule Mon petit peuplier. Il y a d'abord la découverte de ce pays de montagnes tout près de la Chine, à travers les missions de routiers qui livrent les kolkhozes isolés, par des routes difficiles presque impraticables en hiver. C'est aussi celle des traditions encore vivaces dans les années soixante en particulier concernant le mariage des jeunes filles. Car il s'agit d'une histoire d'amour, racontée en trois récits qui se complètent.
Le héros Ilias n'est pas un homme particulièrement sympathique, il est impétueux, assez irréfléchi et pourtant on compatit à ses malheurs lorsqu'il perd “son petit peuplier”.
J'ai aimé cette présentation sous forme de deux confessions à un homme qui fait le lien.
Dans la seconde, L'oeil de chameau, un jeune instruit se retrouve porteur d'eau sur “les terres vierges” une steppe d'absinthe qu'il faut labourer et semer. L'entente est difficile avec l'un des travailleurs.
La troisième donne son titre au recueil. C'est l'histoire bouleversante d'un jeune homme presque analphabète qui entreprend dans le village que son père avait quitté d'ouvrir une école. Bien qu'il soit envoyé par le gouvernement russe, il fait face au mieux à l'indifférence mais souvent à l'opposition des paysans incapables d'en comprendre l'utilité. La plus grande de ses élèves est particulièrement douée mais orpheline elle vit chez une tante qui la bat et l'humilie. Pourtant grâce à Diouïchène, son instituteur, elle partira à la ville et deviendra quelqu'un sans jamais oublier son premier maître qu' elle ne reverra pourtant pas.
C'est l'amour de la beauté de son pays de steppes et de montagnes que l'on retrouve dans chacune de ses histoires. J'ai trouvé cette plongée dans un univers qui m'est totalement inconnu très dépaysant, il s'en dégage une certaine poésie malgré la misère matérielle, et intellectuelle dans la dernière.
J'ajoute que la couverture choisie par le temps des cerises, une peinture de Kazimir Malevitch est plus engageante que celle de la précédente édition.
Je crois qu'il ne se passera pas trop de temps avant que je lise Djamilia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Patmarob
  13 février 2018

Les éditions « les bons caractères » et « le Temps Des Cerises » rééditent le livre de Tchinguiz Aïtmatov « le Premier Maître » paru en 1963 (traduit en français en 1964). L'ouvrage rassemble trois nouvelles : « Mon petit peuplier », « L'oeil du chameau », et « le premier maître ». La dernière nouvelle a été portée à l'écran en 1965 par Andreï Kontchalovski (sous le titre éponyme). L'auteur, Tchinguiz Aïtmatov, est kirghiz (né en 1928, il est décédé en 2008). Tchinguiz Aïtmatov était un écrivain reconnu en URSS dans les années 1980. Il a exercé des fonctions politiques : député du Soviet suprême de l'Union soviétique, conseiller de Mikhaïl Gorbatchev, il a été ambassadeur de l'URSS puis de la Kirghizie indépendante. Ses origines, son parcours lui confèrent une expérience personnelle polyvalente et riche : il a travaillé comme paysan, agronome, journaliste, traducteur… Ce parcours se manifeste, dans le livre, par les caractères terriblement humains des personnages et la description fusionnelle du pays natal de l'auteur. La nature est omniprésente, pays de haute montagne la Kirghizie est totalement enclavée. Les saisons sont marquées par le grand froid hivernal, la sécheresse estivale, la courte saison végétative. le milieu naturel s'impose dans le livre, l'auteur y manifeste son admiration pour une nature immense, aux couleurs pures et changeantes, aux sonorités aquatiques chahutées par les vents…Les descriptions de Tchinguiz Aïtmatov sont de véritables tableaux visuels et sonores. Les nouvelles sont inscrites dans l'histoire de l'URSS. Pour survivre dans ce milieu extrême, l'homme est contraint à un travail acharné, multiplié par l'état soviétique qui impose un développement à marche forcée. Après la Seconde Guerre mondiale, l'URSS accentue la pression économique dans ses périphéries : les stations de camions se multiplient et ravitaillent les kolkhozes isolés. le combat est épuisant, dans « le premier maître », le camionneur dompte son véhicule dans les lacets sans fin d'une route qui vainc l'altitude. Par solidarité puis par défi, il s'obstine à vouloir atteindre le col avec une remorque… Dans « l'oeil de chameau » le personnage participe à la mise en valeur agricole des steppes d'Asie Centrale avec un matériel rudimentaire. L'espérance anime les acteurs. La peinture de Kasimir Malevitch, « Tête de paysan » illustre la première de couverture. « le premier maître » souligne la volonté d'éducation du régime. En 1924, arrive dans un village perdu, un jeune ouvrier communiste qui se bat pour ouvrir une école. Il se heurte aux traditions et sauve une jeune fille d'un mariage forcé… Elle reviendra, académicienne, pour inaugurer la nouvelle école. L'isolement, les contraintes du pays forgent des hommes aux caractères rudes, aux réactions brutales mais les personnages du livre sont profondément humains. La réalité, les difficultés sont surmontées avec courage et détermination. L'espoir domine : la rencontre amoureuse, la certitude que le travail portera ses fruits, la nécessaire éducation émancipatrice … renforcent l'optimisme des personnages. Une certaine naïveté, la « foi des charbonniers » animent les acteurs et marquent leur crédibilité. Au final, « le premier maître » est un livre à (re)découvrir. Inscrit dans un espace géographique original, tissé par l'Histoire, il permet d'aborder une littérature peu connue. Merci à Babélio pour son opération « masse critique », aux éditions « les bons caractères » et « le Temps Des Cerises » Ce livre répond à leurs objectifs : « faire connaître les livres qui, par-delà les différences de pays, d'expérience ou d'époque, aident à comprendre la société et les hommes, à trouver le lien humain et la solidarité qui unissent les individus et les peuples, au-delà de ce qui les sépare » pour les éditions « les bons caractères » et « ouvrir un espace d'expression, hors des sentiers battus de la pensée dominante. » pour « le Temps Des Cerises ».

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JimmyCz
  27 février 2018
Mon petit peuplier :
Magnifique histoire de vie, la plus longue de l'ouvrage, histoire d'amour et descente aux enfers mélancolique d'un homme. Un homme qui désirait tellement posséder le monde entier qu'il ne comprît pas qu'il possédait déjà son monde à lui.
L'histoire d'un chauffeur routier emprunt de son pays et de ses désirs d'ascension sociale, d'un homme ambitieux là où le coeur des hommes est à l'opposé du désert naturel. La spontanéité et la franchise des personnes m'ont surpris, peut être suis trop occidental ou est ce la nouvelle qui est ancienne je ne sais pas, toujours est il que ces personnalités directes et si brutes ont quelque chose parfois de poétique et parfois d'exubérant ce qui n'est pas déplaisant cela ajoute du corps au récit.
J'ai été vraiment emballé par cette nouvelle. Et très ému.
L'oeil du chameau
La nouvelle qui m'a le moins plu et pourtant j'ai beaucoup apprécié ce moment. L'histoire d'un jeune étudiant qui décide e travailler dans un kolkhoze loin de chez lui et qui va littéralement en baver. Quête existentielle et expérience initiatique dans un monde abrupte, peuplé de personnes abîmés, il demeure une joie en l'avenir très proche de l'idéal communiste promis à tant de gens qui en sont morts.
On sent poindre l'ironie et un petit message envers le stackhanovisme avec la mise ne opposition d'un romantisme individuel.
C'est touchant, cela me fit penser à certaines oeuvres dites de nature wrinting américaines.
Le premier maître
Récit magnifique, encore une fois, de et auteur que je ne connaissais pas. L'histoire d'un homme qui se servit des principes du soviétisme pour faire le bien à la hauteur de ses facultés, l'histoire d'une élève devenue une grande figure intellectuelle qui se remémore son mentor, l'amour pour celui-ci qui lui apprît à apprendre, à comprendre, la nostalgie et finalement une relation qui ne sera pas toujours positive. L'atmosphère est sensiblement la même d'un récit à un autre on y retrouve une exaltation des émotions, du souvenir, et une mélancolie quant à la place de chacun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Video de Tchinguiz Aïtmatov (1) Voir plusAjouter une vidéo

Tchinghiz Aïtmatov : Djamilia
Olivier BARROT, présente "Djamila" de Tchinghiz Aïtmatov, (éditions Folio) depuis les bords de mer d' Odessa (Ukraine). Photo NB de l'auteur. Olivier Barrot lit un extrait de ce roman d'amour , la lecture est parfois en off sur plans de la plage, promeneurs à cheval, du livre posé sur le sable bordant la mer noire et navire en mer.
autres livres classés : KirghizistanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Littérature et politique

"Famille, je vous aime : Politique et vie privée à l'âge de la mondialisation". Qui est l'auteur de ce livre?

Michel Onfray
Bernard-Henri Lévy
Luc Ferry
Franz-Olivier Giesbert

10 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : politique , écrits politiquesCréer un quiz sur ce livre