AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842193008
Éditeur : La Baleine (23/12/2000)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Je suis incarcéré depuis un mois dans cette taule de merde. J'écris mon histoire. Je l'invente. Je marque bien les différences. Les bons et les méchants. La pluie. Le noir qui gagne sur la lumière... Dehors, il poisse. Le pays étouffe sous l'emprise des salopards. Les porcs et les poules crèvent déjà de l'épidémie de grippe galopante. Comment résister ? Babas et pépés sont presque dissous dans la flaque lorsque survient une méchante éclaircie : Le Grand Festival de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
hoel
  14 février 2014
Il faut buter les patates, paru chez Baleine dans la collection Ultimes polar en 2001, est le second roman de Gérard Alle.
Paru en 2001 chez Baleine, ce second roman de Gérard Alle est sous-titré « polar fermier ». Tout un programme. Ajoutez à cela une citation de Victor Hugo mise en exergue (« le fait est que les Bretons ne comprennent rien à la Bretagne. Quelle perle et quels pourceaux ! ») et un premier chapitre plantant le décor bien comme il faut et on comprend d'emblée dans quelle ambiance on va être plongés. Dans la boue de la Bretagne profonde, celle où les cochons sont plus nombreux que les habitants et où l'agriculture intensive fait les dégâts que l'on sait.
Un habile saut dans le temps nous fait rapidement comprendre que Michel se morfond en prison, sans qu'on ne sache pourquoi. Retour au présent. Hervé, un jeune qui souhaitait s'installer comme agriculteur, a disparu. C'est louche. Michel et Yves vont partir à sa recherche avec l'aide de Joël, un hippie contestataire fort en gueule.
L'intrigue tient la route, les personnages sont attachants, et comme dans un Poulpe – l'auteur en a d'ailleurs écrit un peu après, Babel Ouest, le seul titre bilingue de la collection, moitié français moitié breton – Gérard Alle en profite pour dénoncer. Ici, la cible est le modèle agricole intensif et tout ce qui va avec : les ravages qu'il a provoqués en Bretagne, pour les hommes comme pour la nature, mais aussi les collusions entre les patrons de l'agrobusiness et les édiles locaux. On dépasse les quotas, on pollue à foison, on nourrit les bêtes aux farines animales... mais tant qu'on crache au bassinet, on est couvert par les huiles, au grand dam des écolos.
Si l'ensemble se lit bien, le lecteur pourra peut-être regretter que les dosages ne soient pas les mêmes du début à la fin. Alors que le roman commence comme un roman noir social, les touches d'humour se font de plus en plus présentes et le récit se termine en comédie loufoque, où certaines situations cocasses feront assurément passer un bon moment de rigolade. L'auteur s'amuse avec la langue française, passant sans mal de descriptions plutôt classiques à une gouaille paysanne. Il parvient même à nous faire l'accent québécois par écrit, ce qui n'était pas gagné d'avance.
Paru il y a une douzaine d'années, Il faut buter les patates entre encore étonnamment en résonance avec l'actualité bretonne. Les manifestants du roman arborent des casquettes et non des bonnets rouges mais pour le reste, les choses n'ont guère changé. Les lecteurs de l'Ouest saisiront les clins d'oeil adressés par Gérard Alle, tel ce festival de rock ambitieux créé par un certain Tristan Cloarec pour redynamiser le territoire.
Lien : http://hanniballelecteur.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
paulmaugendre
  17 septembre 2018
Dans ce coin de Bretagne voué à la culture mais surtout à l'élevage des porcs et des poules, Michel se bat pour garder le lopin de terre que cultivaient ses parents. Mais face au maire, Raymond Cloarec, propriétaire de la plus grosse ferme de la région, possédant le plus gros élevage de porcs du canton, directeur de la Coopé, le plus gros employeur du secteur, et ses amis, éleveur de volaille, député ou dirigeant de la Fédé, le Syndicat officiel des agriculteurs, ce n'est qu'un fétu de paille qui ne demande qu'à s'embraser.
On ne va quand même pas lui confisquer impunément ses quelques lopins de terre pour engraisser le neveu du maire, surtout si des gros bras le tabasse. La guerre larvée va bientôt devenir guérilla avec l'aide de quelques amis réfractaires et de baba-cools nichés dans les marais. le premier coup de pied dans la fourmilière sera donné lors du mariage entre les rejetons des deux éleveurs, le cochon et la poule roulés dans la farine (c'est une image mais elle était d'actualité à l'époque !). le feu d'artifice éclatera lors d'un concert de rock ayant pour vedette une célèbre chanteuse canadienne.
Les personnages de ce roman sont solidement plantés sans manichéisme, et les lecteurs pourront reconnaître quelques figures célèbres, évoluant en tant qu'invités d'honneur, dans un contexte où les magouilles, les corruptions, les prévarications font florès.
L'appropriation des parcelles de terre des petits pour continuer de prospérer à peu de frais n'est qu'une des faces de ce polar rural qui met aussi en évidence d'autres sujets d'actualité, tels que les farines animales, la douce fragrance du lisier, sans oublier le dur labeur des journalistes localiers qui ne peuvent enquêter sur les petites malversations cantonales sous prétexte que cela n'intéresse personne et qu'ils sont payés pour parler des repas du 3ème âge, des comices agricoles, des miss rurales, de la pluie et de beau temps, et surtout pas remuer le fumier.
Un polar rural qui nous change un peu de la banlieue, nous montre, peut-être grossi à la loupe, ce que la France profonde vit quotidiennement.


Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Patroth
  26 novembre 2014
Plus un roman social écolo qu'un polar , mais le sujet toujours d'actualité tient bien la route....
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 février 2014
Comme dans toute administration, les meilleurs et les originaux, ceux qui pourraient devenir des héros, ont toutes les chances de rester dans le rang. Bien sûr, il reste les pourris. Mais être flic, c’est déjà beaucoup. Pas la peine d’en rajouter Tout me porte donc à penser qu’il n’y a pas plus de héros et de pourris chez les flics que chez les péquenots et je ne trouve donc aucune raison valable pour faire jouer aux flics un rôle excessivement important dans mon aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
crapettecrapette   04 juillet 2018
Campagnes concentrées. Poules entassées. Cochons hallucinés. Consciences concassées. Grands festivals d'illusions contre petits bistrots qui s'essoufflent. Le monde ne se refait plus au comptoir de l'estaminet. Rêves en fumée. Tissu qui s'effiloche. Faillites retentissantes ou épidémies salutaires ? Peu importe.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 février 2014
Les gens d’ici, ils sont pas comme toi, ils sont comme moi, ils aiment leur pays. Et plus il est pourri, plus ils l’aiment. Plus tu leur dis qu’ici c’est foutu, qu’il faut foutre le camp, plus ceux qui restent sont fiers d’être là. Ils ont la rage.Aucun moyen d’agir, aucune imagination, mais la rage.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 février 2014
Le temps des pestes, du choléra ou de la vérole, revint en mémoire. Ce n’était plus de l’histoire ancienne. C’était hier. Comme en ces temps de malheur, les mois noirs succédaient aux mois noirs, identiques. Froids et humides. Comme en ces temps de misère, on s’attendait à voir apparaître un autre méchant oiseau noir, au détour du chemin : quelque prédicateur,assis sur les marches du calvaire. Toujours là, dès que le malheur assaille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 février 2014
Ils ont déclaré la guerre. Faut pas se laisser faire... Et puis, ça me plaît. Dans le temps, c’est pas que j’aimais chicaner,mais quand même, je laissais pas ma part au chien, non plus J’ai pas changé. On vieillit... On change pas tant que ça, dans le fond.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Gérard Alle (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Alle
La littérature est-elle indispensable pour rendre visible l?existence des personnes « ordinaires » ? Que peut faire l?artiste-écrivain avec les « récits ordinaires »?
- Christian Ryo, directeur de Livre et lecture en Bretagne, remplace Pauline Miel, web éditrice du projet « Raconter la Vie » fondé par Pierre Rosanvallon et publié aux éditions le Seuil - Gérard Alle, écrivain et documentariste et Laurence Pelletier, metteur en scène, pour le projet ?Circulez y a tout à voir? à Séné (Morbihan) - Marie Dilasser, écrivain, pour Paysage Intérieur Brut écrit dans le cadre de « Portrait avec paysage », action menée par le Théâtre de la Folle pensée à Saint-Brieuc.
Table ronde du jeudi 20 novembre 2014 - à l'occasion des Rencontres "Le livre, la lecture et la littérature demain?..." organisées par Livre et lecture en Bretagne et la Bibliothèque des Champs Libres à Rennes.
Plus d'infos sur http://lalecturedemain.wordpress.com
+ Lire la suite
autres livres classés : festivalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1649 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre