AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368900705
Éditeur : Le Passeur (04/09/2014)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le bonheur représente un antidote à la peur de mourir qui habite l'homme depuis la nuit des temps, mais rien de plus important et de plus insaisissable à la fois.
Si les philosophes en ont fait un objet d'étude, depuis peu, la psychologie et la science tentent, à leur tour, de répondre aux questions que chacun se pose à propos du bonheur.
En quoi consiste-t-il ? Quels sont ses bénéfices sur notre santé et nos performances ? Et surtout, comment s'en rap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Nayac
  18 septembre 2016
Le titre du livre est ambitieux. L'ambition... et l'attente du lecteur, sont encore renforcées par le sous-titre "de quoi on a besoin pour être heureux, comment y parvenir et comment le rester".
C'est peut être un peu trop demander à la retranscription d'un dialogue, une disputatio, très (trop) policé, entre C André et M Steffens.
Néanmoins, C André nous apporte en quelques formules des éclairages intéressants de ses positions et pratiques de médecin psychiatre.
Par exemple:
bonheur = bien être + conscience (qu'il admet comme peut être une conception limitées du bonheur mais qu'il justifie par la nécessité d'offrir une solution accessible à ses patients.
l'humain est un être de désirs dont les désirs ne sont jamais assouvis (avec un clin d'oeil au mythe de Sisyphe)
... tout en mettant en garde devant la passivité que pourrait entraîner une attitude trop contemplative.
J'ai été nettement moins convaincu par les propos de M Steffen. Peut être d'ailleurs plus par la forme des arguments (ou plutôt des affirmations), un sentiment d'une forme de prosélytisme ne respectant que partiellement la question posée comme sujet.
Pour autant, j'ai apprécié la convergences des deux "parties" au débat sur le caractère relationnel du bonheur; "une très grande partie de nos bonheurs, peut être les plus intenses, les plus importants, les plus mémorables, vient des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Jacotte_Fenwick
  08 février 2015
Cadeau de mes fils pour Noël, en soi une petite aventure. Imaginer ces deux garçons de vingt ans dont je ne sais presque rien, que je ne fais que deviner avec une incertitude croissante, discuter (négocier ?) devant le rayon livres d'un hypermarché de celui qu'ils vont m'offrir à moi, leur mère, est une expérience qui pourrait (tiens, oui) faire un livre. Mais ce n'est pas l'objet du présent opus, dialogue transcrit entre un médecin psychiatre à Sainte-Anne, chargé d'enseignement à Paris X et auteur de Vivre heureux, de l'art du bonheur, Les états d'âme… et un agrégé de philo, prof en classes prépa, conférencier, chroniqueur et auteur du Petit traité de la joie, Vivre ensemble la fin du monde et d'études approfondies sur Nietzsche et Simone Weil. Et chrétien, ce que ne mentionne pas la quatrième de couv mais qui apparaît à la 3e page de l'intervention dudit et qui finit par prendre toute la place. Ben oui, le dialogue est quand même « commandé » par l'association Disputatio et le Centre théologique universitaire de Rouen « dans le cadre prestigieux des fêtes Jeanne d'Arc ». Autant dire que le Christophe, non-croyant avoué et tout juste assumé (« face à cette position, je me sens impressionné, intimidé », p. 69), a fait preuve d'une belle bravoure en acceptant le duel. Mais non, pas duel, tout cela est très bienveillant et tolérant. Mais le débat, malgré les très civilisés « je vais donc maintenant goûter au bonheur de me taire et de me reposer, et surtout à celui d'écouter Martin Steffens » (p. 35) et autres « Merci à Martin pour ces deux bémols qui vont me permettre de préciser ma pensée » (p. 77), n'a pas lieu, parce que pour l'agrégé chrétien le bonheur c'est être au monde, quel qu'il soit et tout moche et douloureux qu'il soit, par la volonté de son Dieu, point barre, et que le psychiatre fait ce qu'il peut, en face, pour faire valoir une position un peu plus large, moins ambitieuse et donc moins excluante, résultant de sa pratique quotidienne face au désespoir. « Bonheur = bien-être + conscience » (à chaque fois que ça se présente), ça a peut-être l'air un peu simple, et il y a des moments et des parcours où ça ne pèse peut-être pas lourd, mais ça me semble mériter d'y réfléchir. La foi, je ne vois pas comment. Mais c'est peut-être le stade d'après.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
frandj
  10 août 2016
Cet opuscule transcrit une "disputatio" publique entre Christophe André, médecin psychiatre bien connu, et Martin Steffens, philosophe que je ne connaissais pas. En fait, il s'agissait là du dixième débat organisé à l'intérieur de la cathédrale de Rouen.
Le bonheur est un sujet d'importance capitale; l'homme moderne semble être d'autant moins heureux qu'il peut satisfaire ses pulsions. Mais le titre de ce livre « Qui nous fera voir le bonheur ? », bizarrement tiré de l'Ancien Testament (le Psaume 4), sous-entend ceci: le (vrai) bonheur serait là, à portée de notre main, mais nous ne voudrions pas le voir et il serait nécessaire qu'on nous le montre. Oui, mais qui serait ce « on » ? Sans surprise, Christophe André suggère que chacun doit faire lui-même cet effort; il pose l'équation simple: « bonheur = bien-être + conscience ». Mais M. Steffens a beau jeu de souligner les ambiguïtés de cette formulation; il suggère, lui, que le bonheur inclut nécessairement la relation à autrui (ce qui est indiscutable), mais aussi le lien personnel de chaque homme avec Dieu.
Finalement, la discussion se détourne de la question un peu oiseuse de « qui » peut nous faire voir le bonheur. Les deux débatteurs entrent plus directement dans le vaste sujet du bonheur, de sa nature, de la gestion de notre vie, de l'effort à accomplir pour être heureux (ce qui ne signifie évidemment pas satisfaire tous ses désirs...). Alors que l'un affirme fermement sa conception chrétienne, l'autre préfère garder une certaine réserve liée à sa profession et à sa personnalité propre. Cette réflexion est nécessaire, fondamentale. Rien de "génial" et surtout pas de "recettes", mais cette discussion mérite d'être lue et relue. Il n'est pas souhaitable de la résumer, car elle est à la fois brève et intense. N'importe qui pourra lire (et méditer) avec profit ce débat qui concerne chacun d'entre nous, directement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Claudevtt
  04 avril 2016
Savourer sa vie
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christophe André (121) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe André
Prenez le temps de méditer avec Christophe André : Méditation et attention
autres livres classés : bonheurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Christophe André ?

Quelle profession exerce Christophe André ?

neurologue
pédiatre
psychiatre

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Christophe AndréCréer un quiz sur ce livre