AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081302543
Éditeur : Flammarion (15/01/2014)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 17 notes)
Résumé :
"Exécuteur en chef des arrêts criminels de la République". C'est le métier de son père. Durant son enfance, le jeune garçon attend chaque nouvelle exécution partagé entre la culpabilité complice du drame et le soulagement de rester seul avec la jeune Daria. Quand son père lui demande de venir l'assister pour sa dernière exécution, quatre ans avant l'abolition de la peine de mort, il comprend qu'il n'en fera pas son successeur. Avec une précision implacable, Christia... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  04 mars 2016
Un père , un fils mais pas n'importe quel père , celui - ci est le dernier bourreau français , le terme officiel étant l'exécuteur en chef des arrêts criminels de la république .
Le père a épousé la nièce d'un exécuteur et c'est d'ailleurs grâce à cet oncle qu'il aura ce travail si particulier.
Pas simple d'être le fils d'un tel homme , surtout que la seule personne qui donne un peu de tendresse , la mère va mourir d'une maladie grave .
Voilà nos deux hommes père et fils dans un quotidien bien triste , sans amour , sans presque aucune parole , le père espère que son fils va lui succéder mais hélas ce dernier n'est vraiment pas fait pour ça , il est trop sensible , n'est pas bourreau qui veut
Les dernières espérances du père vont prendre un coup fatal en 1981 , date où la peine de mort est abolie en France , pour lui c' est vécu comme un trahison , il ne perd pas simplement son travail mais également une partie de son identité , cet homme n'a jamais imaginé que la peine de mort serait abolie .
Père et fils n'arriveront jamais à se rejoindre , le père est froid , distant comme la lame de la guillotine.
L'écriture est du même acabit , froide , sèche , d'une concision qui touche au sublime .
Une lecture troublante dont on se souvient longtemps.
Premier livre de Christian Astolfi mais qui est en réalité son deuxième roman , roman qui fait partie des six romans du prix Horizon .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
VivianeB
  28 avril 2014
Un petit roman d'un auteur que je ne connaissais pas. Un livre sur la non-communication, le non-amour. Froid et surprenant et pourtant qui se laisse lire avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          100
Francedewepion
  08 février 2016
Il s'agit d'un livre
racontant l'histoire d'un gamin vivant dans l'ombre de son père qui exerce le métier de .... bourreau. Ce sera le dernier de France.
Cet homme est froid, n'éprouve pas de sentiments. le gamin ne peut que se souvenir de sa mère lorsqu'il a besoin d'un peu de chaleur ou d'attendre une exécution car ces jours -là , il se retrouve seul avec sa nounou.
Roman un peu décousu et froid qui nous en apprend un tout petit peu sur le déroulement d'une peine capitale.
Lu dans le cadre du Festival et Prix Horizon du 2e roman de Marche-en-Famenne (Belgique)
Commenter  J’apprécie          30
Kimysmile
  17 mars 2016
Une peine capitale de Christian Astolfi est un roman particulier qui traite de la peine de mort, juste avant qu'elle ai été abolie en France.
Tout comme le sujet, le roman est froid, dur et sans émotion. Au début, j'ai été décontenancé par tout ça, mais je me rends compte, alors que je l'ai lu il y a un moment déjà, que ce roman me trotte dans la tête… L'histoire est simple mais la relation père/fils est tellement impressionnante de froideur qu'on tourne les pages sans pouvoir s'arrêter.
J'aurais aimé un rebondissement qui aurait permis au personnage de Paulo de se rebeller, mais ici tout est dans le retenue et le non-dit. J'ai même du mal à y poser des mots. A vrai dire, je ne l'ai même pas spécialement aimé, je peux juste dire qu'il ma troublé… Un court roman dont on ne sort pas indemne.
Commenter  J’apprécie          10
absolu
  03 novembre 2014
C'est un huis clos à trois puis à deux, oui clos par le père, figure paternelle tournée vers le non, l'ordonnancement, en marche vers la machine qui dévisage les corps condamnés.
Un huis clos plein d'une présence qui ronge plus que l'absence, d'un regard sombre comme une ombre, aussi tranchant que la lame de la guillotine, qui impose le silence sans jamais dispenser la moindre tendresse.
Pour survivre, l'enfant, entre deux exécutions, traverse les jours en apnée, hurle sans un bruit devant le miroir, à s'en décrocher la mâchoire. Attend une tragédie pour rejoindre la surface, crache la boule de cendres coincée au fond de sa gorge et remplit ses poumons d'un peu d'ivresse, d'humanité. Il secoue la couverture lugubre et dénoue ses cauchemars, parle, vit, un peu. Se souvient de sa défunte mère. Vite. Avant qu'Il ne revienne.
Il quittera la maison comme on sort de prison. Retrouvera, figure humaine dans le bruit et la poussière de plomb. Éprouvera un sentiment de liberté. Une liberté conditionnée par Son regard.
Lien : http://www.listesratures.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Les critiques presse (1)
LeFigaro   07 février 2014
Christian Astolfi a écrit là un bien étrange et fascinant roman, traversé de bonheurs d'écriture rare.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
livreclemlivreclem   24 mars 2014
"Que savaient-ils au juste de mon expérience de la douleur, de notre longue intimité ?"
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : filiationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Christian Astolfi (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Les Contes de la Bécasse

Comment se nomme le narrateur dans La Rempailleuse?

Monseigneur Dolin
M.Mathieu D'Endolin
M.M Du Guesclin
M. Maxime du Dolin

10 questions
48 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre