AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782876451865
195 pages
Éditeur : Fixot (01/01/1994)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Dans la classe de Marie-Jo, les enfants ne sont pas tout à fait comme les autres.
Ils sont tous aveugles, et tous handicapés.
Bouleversée, Marie-Jo jure de les sortir de la léthargie dans laquelle ils s'enfoncent.
Patiemment, aidée par Dovit, la "maman de service", elle leur apprend à lire, elle les emmène faire du ski...
Puis un jour, arrive Antoine.
Il est aveugle et paralysé des membres inférieurs.
Il apporte avec lui son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Eowyn85
  08 septembre 2013
Ce roman m'a été recommandé par des amis. Je les remercie pour cette découverte, ces purs moments de douceur, de fragilité, de tendresse et d'émotions.
Bon sang, Marie-Jo Andouard est quand même une incroyable bonne femme ! Quelle passion, quelle ardeur, quel enthousiasme ! Un modèle pour les enseignants désireux de s'investir à fond dans leur pratique: ne pas baisser les bras et espérer...
Ce roman est percutant, à la fois drôle (on sourit) et triste (les larmes aux yeux et la gorge qui se serre...), surtout à la fin.
On ne sort pas indemne de cette lecture et personnellement j'ai très envie de rencontrer cette Mujo et de lui dire MERCI.
Commenter  J’apprécie          40
SLammer
  18 avril 2020
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Eowyn85Eowyn85   03 septembre 2013
- C'est Marie-Jo, ta maîtresse.
Pas de réponse. Puis au bout d'une éternité, pour moi, Bruno répète, toujours bougon :
- Mujo !
C'est idiot, mais ça me fait plaisir. Le diminutif que Bruno m'a offert n'est ni un surnom d'amitié ni un mot de tendresse, il est totalement involontaire. C'est juste un défaut d'élocution, une impossibilité à s'exprimer correctement, et pourtant, je me sens rassérénée grâce à lui. Me voilà baptisée. Je fais partie du groupe, de leur groupe. Du coup, si l'on peut dire, j'oublie ma maladresse, le geste de rejet du gamin, et je me sens envahie d'une immense bonne volonté. Je suis Mujo, Mujo je resterai. Comme Dovit ou Plume-Plume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Eowyn85Eowyn85   03 septembre 2013
J'étais arrivée heureuse, je m'étais dit, comme toujours: "Ça va être simple, vais entrer en disant : "Bonjour les minots", et ils vont tous se précipiter vers cette nouvelle voix, ma représentation dans le vide, mon code de l'invisible. Alors je leur chanterai une chanson, je leur apprendrai la musique, comme à ma petite grand-mère, je leur donnerai les sons, les harmonies pour rêver, je leur apporterai un autre monde d'espoir...Ce sera merveilleux, formidable, tous ces enfants qui m'attendent à qui je vais apporter la joie de vivre." Je m'étais dit tout ça, pauvre "poudre aux yeux" prétentieuse que je suis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Eowyn85Eowyn85   03 septembre 2013
Dovit raconte des blagues au gamin, qui sourit, blotti contre elle. Je les regarde et j'ai le coeur qui bat...Il est à nous, il est à moi. Qui peut comprendre ? Chaque fois que j'ai tenté, depuis, d'expliquer cette chose étrange, le courant qui passa entre Antoine et moi, entre cet enfant de cinq ans, fragile comme un nouveau-né, intelligent comme un adulte, handicapé au-delà du supportable, croyais-je, chaque fois je me suis heurtée à l'incompréhension totale. Maintenant, je n'essaie plus jamais de m'expliquer. A l'époque, je n'étais pas encore consciente de tout cela : j'avais une mission à accomplir. Elle n'a duré qu'une saison ; enfer et paradis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Eowyn85Eowyn85   03 septembre 2013
(...) les accrochages avec Jean-Pierre sont de plus en plus pénibles. J'en suis malade. Je sens bien que je n'ai pas entièrement raison. J'ai outrepassé mes fonctions. Ai-je le droit de m'introduire dans la vie d'Antoine ? D'essayer d'aider ses parents ? De m'en occuper le week-end et les jours fériés, de l'emmener partout avec moi ? Comment font les autres ? Ceux qui n'ont pas de passion ?
Ils dorment leur vie. Pas moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Eowyn85Eowyn85   08 septembre 2013
- Mujo ! Tu as dit un gros mot !
J'enchaîne aujourd'hui sur une autre farce, moins cruelle celle-là.
- Ce n'est pas moi, c'est Huguette !
Dehors, Huguette ! Elle est vilaine, Huguette ! On ne dit pas de gros mots dans cette classe !
Cette pauvre Huguette, complètement inventée, les fait beaucoup rire. Antoine surtout :
- C'est même pas Huguette. Eh ! C'est toi !
Huguette sert d'exutoire à tout le monde. Huguette parle mal fait tout mal, Huguette prend la porte, ou la fessée, ou un zéro...
Huguette, c'est bien moi, aujourd'hui.
Mujo a zéro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : Handicapés physiquesVoir plus
>Problèmes et services sociaux. Associations>Problèmes sociaux>Handicapés physiques (23)
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La famille Stark (Trône de fer - Game of thrones)

Quel est l'emblème des Stark ?

Un loup
Un lion
Un chien
Un corbeau

15 questions
86 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de Fer, Intégrale 1 : A Game of Thrones de George R.R. MartinCréer un quiz sur ce livre