AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9798717137072
457 pages
Auto édition (06/03/2021)
4.71/5   7 notes
Résumé :
Les 7 Visages se préparent à accueillir un nouveau fléau : le Déluge, une arme naturelle créée par le monde pour se débarrasser des Hommes. Mais alors que la menace se profile, un monstre s’échappe de sa prison, un autre est libéré, et des serments sont brisés. Au sein des ténèbres, nombreux sont les rois et héritiers désireux de briller, quitte à rompre la loi fondamentale de l’Equivalens…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
TigrisLeonum
  24 mars 2021
Je ne sais pas ce qui m'a attiré l'oeil en premier. La beauté de la couverture, les questions qu'ont soulevées le résumé dans ma tête, le nom de l'auteur que je suivais déjà sur Instagram… Bonne question. Toujours est-il qu'en voyant l'auteur chercher des chroniqueurs, je savais que je devais me porter volontaire. Je veux dire, de la Fantasy, un fléau pour se débarrasser des Hommes, des monstres, la promesse de batailles épiques… J'aurai fini par lire ce roman quoi qu'il arrive ! Et le titre (que mon correcteur automatique refuse d'écrire correctement, d'ailleurs) qui est tout aussi mystérieux que le résumé… Bref, j'arrête de tergiverser et je vous donne mon avis complet sur le roman. Let's go !
On commence le récit avec une discussion entre deux personnages mystérieux : le fameux monstre du résumé et un autre qui pour le moment, reste dans l'ombre. Puis, on enchaîne le premier chapitre avec Nubès et Héra, deux vieux amis qui discutent de l'avenir du pays car ils semblent au courant qu'une menace va leur tomber dessus : le Déluge. C'est avec ce premier chapitre qu'on commence à en apprendre plus sur le monde du roman, ce qui m'a paru fluide et agréable. Plutôt qu'un « expositional dump », comme on dirait dans les films, c'est une série de conversation entre deux amis qui posent l'univers et ces dangers, ce qui rend cet amalgame d'information naturel et qui permet une meilleure immersion dans le récit. Qui plus est, Nubès joue encore un rôle important tout au long du roman.
On découvre par la suite d'autres personnages. Aza Elpis, esclave-cuisinière que personne ne pourrait supporter en 2021 parce que c'est une vraie ordure (pour rester polie) ; 128, une jeune fille amnésique qui travaille dans les cuisines sous les ordres d'Aza et que tout le monde déteste parce qu'elle a les yeux bleus (et visiblement dans ce monde, avoir les yeux bleus veut dire que tu as « les yeux de la mort »). Elle m'a fait de la peine, parce qu'elle semble vraiment adorable mais personne ne veut d'elle à cause de ses yeux… J'ai été ravie de la voir évoluer, puisqu'au final elle a un rôle quasiment principal dans le roman. J'ai adoré voir son évolution, passant de la jeune femme un peu effacée à une jeune femme souriante et pleine de vie. Pour rester dans les personnages, nous avons également Sirius Cratos, le Roi de Némésis. Et disons que sa première apparition dans le roman est plutôt « badass », si je puis me permettre le terme. C'est un personnage assez touchant et attachant, avec de bons comme d'assez mauvais moment. le roman le dépeint comme un roi juste et sympathique, restant très humain malgré le fait qu'il ne le soit pas.
En terme d'intrigue, on passe assez rapidement des intrigues politiques à l'intrigue Déluge/Menace, que je nommerai intrigue principale. Bien sûr, étant donné que c'est un premier tome, le roman nous permet surtout de comprendre les bases de l'univers, le système politique et les conflits qui vont très probablement prendre de l'ampleur dans les suites, mais j'ai trouvé ça extrêmement intéressant. Et pourtant, j'ai horreur de la politique dans les romans parce que je n'y comprends jamais rien, mais je trouve qu'ici, ça passe. le roman est assez long (après, je l'ai lu en numérique, donc il paraît plus long qu'en papier), mais il prend le temps de tout mettre en place, chaque personnage, chaque situation, nous présente les royaumes et personnages qui seront importants dans l'histoire, tout en trouvant le temps de nous présenter des situations et conflits intéressants. A aucun moment le lecteur risque de s'ennuyer parce qu'à mon sens, il y a toujours quelque chose qui se passe ou de profile. Jusqu'à la dernière page de ce premier tome, le suspens continue.
Pour rentrer dans les détails juste une seconde, j'ai trouvé très drôle de se faire dérouler le Festival de FEU dans la ville de Prométhée.
Après, au-delà de la politique, le roman nous permet également de suivre le chemin de Jihen et 128 [qui a désormais un prénom, mais je vous laisse découvrir lequel lors de votre lecture] afin de faire en sorte que le Déluge (dont on sait désormais que c'est un humain, une personne et non un cataclysme naturel) ne se débarrasse pas des Hommes. Et c'est une route bien longue, remplie de deuil, de tristesse et de problèmes.
Au final, ce roman fut une très belle lecture. Je ne m'attendais pas forcément à apprécier ce roman autant, mais on en est là. C'est bien écrit, avec une plume fluide et agréable, des personnages touchants qu'on voit se lier d'amitié petit à petit. On pleure avec eux, on a mal pour eux, lorsque certaines histoires personnelles sont révélées, on a envie de leur faire des câlins et la fin du roman donne envie de commencer le second tome immédiatement pour avoir des réponses. J'ai adoré en apprendre plus sur l'Equivalens mais aussi sur les « Deux-Faces », ces êtres à moitié humain qui porte ne eux un élément (Eau, Air, Feu, Terre). J'ai hâte de connaître le sort de nos chers personnages dans la suite ! En bref : un roman à lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
encore_un_chapitre_et_dodo
  30 mars 2022
Comme dans toutes les sagas Fantasy, on est plongé en plein coeur de l'action dès les premières pages. Il y a beaucoup d'informations que le lecteur ne sait pas traiter car il est en train de découvrir l'univers dans lequel il évolue. On nous parle de Déluge, de Séisme, d'Instinction, de Citadelle, de Deux-Faces, d'aslan, de sarlems…
Pour autant, cette profusion d'informations, que le lecteur ne sait pas encore traiter, ne l'empêche pas de tourner les pages, encore et encore.
A mon sens, c'est la que réside la magie de la plume de l'auteur : il balance son lecteur dans un univers ultra riche, ultra dense, et celui-ci patauge dans l'histoire avec un enthousiasme débordant, en se demandant simplement vers quoi il va aller.
Les informations sont distillées petit à petit, toujours sur un parfait timing. Les explications viennent éclaircir ce qu'on a commencé à comprendre (ou pas d'ailleurs) mais jamais complètement, toujours pour nous laisser sur le qui-vive.
L'avantage aussi, c'est que le personnage principal, Mélibée, ne connait rien de ce monde, les premiers temps de sa vie se résumant à une cuisine sous la houlette d'un maître coq absolument tyrannique.
Mais avec elle, dans cette cuisine, on apprend beaucoup de choses (les tensions transfrontalières, le conflit imminents, les dissidences, les méfiances, Notamment sur la géopolitique d'Ananké).
Suivant Mélibée, le lecteur découvre avec elle cet univers. Et plus elle comprend, plus le lecteur comprend.
Ce qui crée un lien fort avec cette gamine de 12 ans, cette petite chose qui ne comprend pas son rôle dans tout ça, sa place et pourquoi elle (dans un premier temps, du moins…).
En terme d'action, le récit commence doucement. Il ne se passe pas vraiment grand chose d'épique. Mais en se remplaçant sur l'échelle de Mélibée, on va de chambardements en chambardements, entrecoupés de certains moments de répit qui permettent de souffler.
Et puis, d'un seul coup, BADABOOM. Explosion, révolution, tout est sans dessus-dessous.
Ces bouleversements permettent à Mélibée de grandir, de sortir de l'enfance, de mieux comprendre sa raison d'être. Elle permet aussi de révéler certains personnages secondaires très intrigants (j'ai désespérément voulu en savoir plus sur le Corbeau, sans que ma soif ne soit vraiment étanchée).
Parce que l'autre force de cette histoire (c'est vraiment une histoire très musclée), ce sont les personnages. Ils sont tous uniques, avec leur caractère et leurs idiosyncrasies. Leur façon même de parler !
Aucun n'est parfait, aucun n'est exemplaire. Pourtant, certains sont dignes de servir d'exemple.
J'ai particulièrement aimé Heimdall avec sa façon de transformer les expressions que l'on connait pour les dire à sa sauce. On dirait presque le Prince de mots tordus.
Comme le Corbeau, il est impressionnant et un peu terrifiant aussi. Mais il semble avoir un grand coeur.
Finalement, celui qui me laisse le plus perplexe, c'est Nubès. Je ne sais pas de quel côté (je ne sais pas s'il est du côté que j'ai choisi).
Globalement, la narration se fait entre Mélibée et Nubès, être assez mystérieux et opaque. Et ce n'est que sur le bouquet final que l'on comprend comme les deux sont liés, ce qui répond à la question sous-jacente qui apparaît dès les premiers chapitres.
L'auteur partage un univers d'une richesse folle, avec son histoire, ses croyances et ses peuplades évidemment, mais aussi ses anecdotes, ses proverbes.
Si je peux me permettre une recommandation si vous vous lancez dans cette histoire : toutes les informations dont vous aurez besoin arriveront en temps voulu, ne vous laissez pas décourager. Ça vaut vraiment le coup !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fildediane
  14 avril 2021
La plume de l'auteur, Valentin Auwercx, est tout bonnement addictive. J'ai lu son roman très rapidement !
Ces quelques 330 pages renferment un univers à part entière, riche, fascinant et au bort de l'explosion.
J'ai été conquise dès les premières pages, déroutée avec l'unité de temps mais je me suis vite reprise avec un peu de réflexion.
Les personnages sont fort, caractéristique selon leur région, leur psyché mais surtout ce qu'il faut retenir c'est que les apparences, comme souvent, sont trompeuses.
L'Equivalens est en quelques sorte l'équilibre mais pas seulement; Cet équilibre maintient l'humanité en vie, grâce à cet équilibre, de grands fléaux ne peuvent pas agir à leur guise. Mais lorsque qu'un de ses monstres de puissance réussit à sortir de sa prison, la fragile paix et sureté du monde des 7 visages se retrouvent proche du chaos. Malheureusement, un problème n'arrive jamais seul, et une puissance infinie va éclore avec toute la haine de l'humain qui la submerge…
Dans ce récit, l'auteur aborde les thèmes du rejet, de la peur, de l'incompréhension face à une espèce différente de l'homme; pas moins intelligente peut-être plus d'ailleurs, certains sont puissant et c'est peut-être là que le bas blesse. Cela provoque cette peur d'être anéanti, cette jalousie de posséder cette puissance. D'un autre côté, le côté sauvage et méprisant de certaines autres espèces encouragent l'animosité…
Quant aucune espèce ne fait l'effort de comprendre l'autre, de se mettre à sa place, on arrive vite à un conflit ouvert, à des trahisons, des complots… mais on ne se focalise peut-être pas sur les bonnes échauffourées; Dans l'ombre, une main improbable orchestre tout ce chaos d'une main de maître…
Quelques passages m'ont tordu le coeur tellement fort, d'autre m'ont fait véritablement sourire et je me suis surprise à vouloir entendre ce violon à deux archets. La plupart des protagonistes sont vraiment attachant, d'autres s'ils sont méprisables au premier abord, avec leur histoire on comprend mieux leur comportement qui n'est pas si sauvage mais au contraire bien calculé…
Un dernier point que j'ai beaucoup apprécié, c'est cette petite touche de Steampunk; Entre le travail d'un certain métal allié à une pierre éthérite. Cet assemblage fait des merveilles.
Attention, auteur sadique, les personnages en bavent toujours plus et c'est jamais fini…
En Bref
Un récit fantasy fascinant, addictif et passionnant;
Avec des personnages perdus, des personnages empli de doute, à la psyché torturée, des personnages qui ont vécu de grand traumatisme, mais certains ne se sont pourtant pas aller à la sauvagerie, certains ont su faire grandir en eux l'équilibre et la bienveillance; d'autres qui n'assume pas leur héritage et vont apprendre à leur dépend ce qui l'en coute de véhiculer le doute….
Merci a à l'auteur Valentin Auwercx, pour cet univers passionnant, surprenant et vraiment particulier !
Lien : https://fildediane.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SelenaSwan
  07 avril 2021
Pour commencer, je tiens à remercier l'auteur pour l'envoi de son roman. C'est avec plaisir que je me suis plongée dans l'univers d'Ananké et que j'ai traversé les 7 Visages aux côtés de Jihen et de Mélibée.
Le pitch ? Les 7 royaumes d'Ananké redoutent le retour du Déluge, une force dévastatrice mystérieuse qui sévit a intervalles réguliers. Pendant ce temps, une jeune esclave solitaire va bientôt être mêlée à une aventure hors du commun, sans savoir qu'elle détient peut-être l'avenir du monde entre ses mains. Car l'Equivalens, cet équilibre précaire qui relie le monde, est menacé par des forces magiques bien décidées à faire régner le chaos et la désolation...
Je dois avouer avoir eu un peu peur lors de ma lecture des deux premiers chapitres, car je craignais de devoir assimiler tous les détails de ce monde d'un coup. Car le monde imaginaire de Valentin Auwercx est loin d'être un brouillon vague et flou. Non : tout est décrit et travaillé avec précision. Les découvertes sont placées au bon moment et avec minutie, ce qui permet de comprendre au compte goutte les croyances et la hiérarchie qui existent dans Ananké.
La magie est présente tout au long de l'histoire et sa place est parfaitement dosée : ni trop, ni peu. J'ai adoré découvrir les coutumes des Gloutons et les particularités des Instincts. La plume de l'auteur m'a fait penser à celle de George R.R. Martin mais en beaucoup plus fluide ! Car oui, ce roman est à la hauteur des classiques de la fantasy, avec des créatures fantastiques, des institutions magiques et des mystères obscurs.
Découvrir ce monde à travers les yeux de la jeune Mélibée est un bon choix car cela permet d'avoir une vision simplifiée des choses et de pouvoir comprendre au fur et à mesure les relations entre les autres protagonistes. Sa personnalité est vraiment bien dépeinte et je l'ai trouvée très attachante. Jihen aussi a été mon personnage favori, toujours bienveillant et protecteur, tout en cachant ses faiblesses et ses failles.
Bref, ce roman est une pure merveille du genre fantast et j'ai vraiment hâte de découvrir la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lunamethyste
  31 mai 2021
Incroyable, voilà ce que j'ai à vous dire concernant cet ouvrage. Equivalens est une merveille. Je n'avais pas été aussi fascinée par la construction d'un univers depuis Harry Potter et c'est une potterhead qui vous parle.
L'auteur nous plonge avec facilité dans son monde, et les petites cartes aux débuts m'ont mises la puce à l'oreille quant à la qualité du travail fournis. Et cette plume, je suis obligé de vous en parler ! Splendide. Valentin Auwercx a un véritable don. Si d'ici quelques années ses écrits n'ont pas été reconnu et apprécié à leur juste valeur par le public, et bien, je ne comprendrais certainement pas pourquoi. Pour moi, les 7 visages ont un avenir prometteur. Une lecture fluide, riche en vocabulaire, tout ce qu'on aime alors si en plus de ça l'intrigue est monstrueuse, et qu'on se rend compte que chaque détail compte, alors là, c'est le tiercé gagnant.
Ses personnages sont si complets, si intéressants, si passionnants. Généralement, nous avons tous un coup de coeur pour un personnage durant une histoire, mais dans le cas présent je me suis attachée à nombre d'entre eux et encore une fois la dernière fois que c'est arrivée, c'était avec les Weasley et Draco Malfoy.
Ce livre est une drogue légale, à consommer sans modération. Je le qualifierais d'additif.
D'ordinaire, je parle toujours un peu de l'histoire dans mes critiques, mais aujourd'hui je ne le ferais pas, tout simplement parce que j'ai envie que vous découvriez ce roman de a à z sans spoiler. Vous méritez de sourire, de rire, de rêver et d'avoir le coeur serré autant que je l'ai eu durant ma lecture. Foncez tête baissé si vous hésitiez encore à lire Equivalens. Vous n'aurez aucun regret, ou peut-être que si, si vous ne faites pas le bon choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
PtiCrayonPtiCrayon   07 mars 2021
L’humanité avait sept visages. » Il lia ensuite le geste à la parole : « Un avait un énorme sourire. Les yeux du deuxième étaient rouges comme des rubis. Le troisième n’avait pas d’oreilles. Le quatrième était infantile. Le cinquième, dénué de nez, évoquait la mort. Des poils recouvraient le sixième. Et le septième harmonisait les traits les plus communs des six autres. L’histoire ne précise pas lequel de ces 7 visages était l’Ipso Primo, mais ça, ça n’a aucune importance, car au commencement, chacun des cheveux d’Ananké était identique… Les tout premiers hommes étaient bons, ils divertirent Ananké, et pour les en remercier, Ananké s’offrit à eux. Du reste de ses cheveux, elle façonna tous les autres êtres vivants que nous connaissons – les animaux, les insectes et même les monstres… Elle donna ensuite sa jambe droite à Lycos le sage, qui en fit le vent. Elle offrit sa jambe gauche à Égée la rigoureuse, qui s’en servit pour bâtir les montagnes. Elle céda son bras droit à Minos le juste, qui l’utilisa pour réchauffer la terre. Elle procura son bras gauche à Erix la poète, qui éleva les océans, et sa tête à Iphis la penseuse, qui sema la végétation. Les hommes s’approprièrent Ananké, et Ananké continua à les porter sur son cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PtiCrayonPtiCrayon   07 mars 2021
Elle était encore trop petite, trop innocente, pour comprendre que la différence dérangeait l’ordinaire ; que telle la pépite d’or perdue dans la pierre, la singularité faisait la splendeur. C’était une réalité immuable. Les misérables jalousaient les fortunés, qu’ils soient de corps, de cœur, ou de biens.
Commenter  J’apprécie          10
r5vikcsyec_1612704199962r5vikcsyec_1612704199962   08 mars 2021
Il paraissait usé par la vie comme l’épeautre pouvait l’être par la pluie. Il avait fait son temps, et de toute évidence, cette nouvelle ère n’était plus sa saison.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Valentin Auwercx (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valentin Auwercx
Vidéo de Valentin Auwercx
autres livres classés : roman d'aventureVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2056 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre