AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782923713090
Mémoire Encrier (27/03/2009)
3.8/5   23 notes
Résumé :
Bâtons à message / Tshissinuashitakana de Joséphine Bacon. « Innue, Joséphine Bacon est une poète innée. Celle qui veut bien qu'on l'appelle aussi Bibitte part et parle de cette page primordiale : chaque être - qu'il soit pierre, arbre, oiseau ou humain - est un mot vivant de la langue de la Terre. S'il vit, c'est qu'il est déjà dit, prononcé, depuis bien avant lui. Tous les Manitous, les vrais, ceux qui ne passeront jamais à la télé, sont là, convoqués tour à tour ... >Voir plus
Que lire après Bâtons à message - TshissinuashtakanaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
J'ai véritablement découvert la poésie de Joséphine Bacon dans le contexte d'un concert de l'Orchestre symphonique de Montréal, cette année, dirigé par Dina Gilbert, intitulé « Voix de femme: ode à la vie », auquel elle participait. En direct et en préenregistrement, on pouvait l'entendre réciter, entre les oeuvres, des poèmes tirés de ses recueils, et j'ai eu un vrai coup de coeur. Dans Bâtons à message, son premier recueil, une édition bilingue, elle aborde les thèmes entre autres des pensionnats, de la perte du territoire et de l'identité, du respect à la nature et à l'animal.

« Je me suis fait belle
pour qu'on remarque
la moelle de mes os,
survivante d'un récit
qu'on ne raconte pas » (p. 82)

En ces temps d'écoanxiété à laquelle nous ne pouvons échapper, je trouve beaucoup de réconfort à côtoyer ces auteur(e)s qui nous rapproche de la terre. Elle a gagné le Prix des lecteurs du Marché de la poésie de Montréal en 2010 pour ce livre.
Commenter  J’apprécie          150
Les premiers poèmes de Joséphine Bacon recueillis dans un livre sont plus messages à déchiffrer, nécessaire sortie de l'ombre d'une culture massacrée (l'autrice est Innue, placée en orphelinat canadien pour "éducation"...), même si les images convoquées et l'énigmatique ne manquent pas de poésie. On a envie d'entendre la langue innue et mowak présentes dans cet ouvrage bilingue, la postface est très intéressante, le lexique nous emmène auprès des Esprits de cette terre, et cette parole écrite se reçoit coeur ouvert :
"Quand une parole est offerte,
elle ne meurt jamais.
Ceux qui viendront
l'entendront."
Commenter  J’apprécie          80
Par la grande pionnière de la traduction de l'innu en français au Québec, un bref et intense recueil de poèmes pour dire en peu de mots puissants ce qui fut et ce qui est, là où l'on vivait et où l'on vit – malgré la colonisation.


Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/06/07/note-de-lecture-batons-a-message-josephine-bacon/

Dans la culture ancestrale des Innus, les bâtons à message, plantés au bord des pistes selon un encodage fort précis et connu de toutes et de tous, permettaient de laisser aux autres nomades qui viendraient à emprunter le même chemin, de précieuses informations.

Joséphine Bacon, née en 1947 au Canada, dans la communauté innue de Pessamit, à l'embouchure du fleuve Saint-Laurent, échappe par chance à l'acculturation forcée lors de son séjour en pensionnat (où sont utilisées un ensemble de méthodes, jusque dans les années 1980, vivement dénoncées comme un véritable et grave scandale depuis quelques années), parvenant à garder un contact fort et rare à l'époque avec ses racines innues. Se retrouvant à la rue à Montréal, à 21 ans, après d'infructueuses tentatives pour trouver du travail, elle devient peu à peu traductrice innu-français-anglais pour la génération d'ethnologues québecois (Rémi Savard, Sylvie Vincent, José Mailhot, notamment) entreprenant à cette époque un balisage authentique du grand Nord, en s'efforçant d'y être de plus en plus respectueux des peuples premiers. Après avoir collaboré avec plusieurs cinéastes, elle devient elle-même documentariste avec « Ameshkuatan – Les sorties du castor » en 1978.

« Bâtons à message », publié en édition bilingue français-innu chez Mémoire d'Encrier en 2009, est son premier recueil de poésie. Passeuse infatigable, elle y célèbre avec une immense économie de moyens des traditions immémoriales baignées de rapport intime à la nature, des violences subies et non effacées, des espoirs ténus mais réels.

Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          40
J'ai fait l'expérience de ce livre en audio.
La voix de Joséphine Bacon est tout simplement envoûtante.
J'ai adoré pouvoir écouter l'Innu.
J'aimerais beaucoup le lire « pour vrai » pour pouvoir m'arrêter aux passages incroyables qui ont capté mon attention pendant que je l'écoutais dans ma voiture mais que je n'ai pu consigner quelque part.

Malgré tout, je vous suggérerais de l'écouter dans un moment où vous n'avez pas à être super vigilant (ex : en train de conduire 😅) pour avoir une expérience maximale.

PS l'audio est sur l'application de Radio-Canada Ohdio. (RC OHdio)
Commenter  J’apprécie          10
Joséphine Bacon est une grande poétesse autochtone, issue de la Première Nation Innue ("homme"). Elle n'a cessé de chercher à sauvegarder sa langue ancestrale tout en insufflant une puissance délicate à ses mots français
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Les ancêtres m'ont dit:
"Ton âme a rêvé bien avant toi.
Ton coeur a entendu la terre."
Commenter  J’apprécie          360
Toi qui m'a
appris à être
toi qui m'a donné
le savoir,
toi qui m'a appris
à rester sur mon chemin,
dis-moi aujourd'hui
où je dois aller
afin de trouver
le sentier
des anciens

Toi qui m'as faite
gardienne de la langue,
toi qui m'as chargée
de poursuivre la parole,
je sais que tu me vois .


J'implore ton aide.
Commenter  J’apprécie          60
Où sont passés les arbres
qui poussaient quand
je grandissais ?

L'intérieur des terres
a été vidé

je pleure, je vide
mon âme
de souffle court,
assez pour respirer

La vrai terre
la forêt
qui m'appelle

je m'assois
pour trouver
la paix.
Commenter  J’apprécie          80
À Cloé et à Gilles

Dessine-moi l'arbre
que tu es

Dessine-moi la rivière
que tu as racontée

Dessine-moi le vent
qui t'a fait voyager

Dessine-moi le feu
qui brûle en nous

Dis-moi que je suis ton au-delà
toi, l'animal blessé,
tes ancêtres m'ont conduit à moi
pour me raconter les images
de tes rêves

Reste un peu dans ma mémoire
toi, l'homme, l'animal blessé,
reste un peu dans ma mémoire.

Tes murmures sonnent
la sagesse d'une vie vécue,
ton regard devine la paix ,
ton coeur bat au rythme
des battements d'ailes de l'aigle
Commenter  J’apprécie          30
Tue-moi
si je manque de respect à ma terre

Tue-moi
si je manque de respect à mes animaux

Tue-moi
si je reste silencieuse
quand on manque de respect
à mon peuple
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Joséphine Bacon (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joséphine Bacon
Retrouvez tous les balados du Salon dans tes oreille ici: https://bit.ly/3sVYd6R
Joséphine Bacon et Janette Bertrand dis­cu­tent de leur par­cours qui ont mar­qué la lit­téra­ture. Ces femmes occu­pent une place de choix dans la cul­ture québé­coise et con­tin­u­ent d'être de véri­ta­bles sources d'inspiration!
Avec Joséphine Bacon, Janette Bertrand, Claudia Larochelle.
Le Site Web du #SalonDuLivreDeMontreal : https://www.salondulivredemontreal.com/
Retrouve-nous sur tous nos réseaux sociaux
INSTAGRAM: https://www.instagram.com/salonlivremtl/ TIKTOK: https://www.tiktok.com/@salonlivremtl FACEBOOK: https://www.facebook.com/salondulivredemontreal/
#slm2023
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (49) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1195 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}