AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782897120955
100 pages
Mémoire d'Encrier (20/10/2013)
4.27/5   31 notes
Résumé :
Après Bâtons à message, Joséphine Bacon nous fait découvrir son territoire de manière plus marquée : la toundra. C’est une expédition où nous sommes guidés à vivre les moindres émotions que procure la toundra. La poésie nous permet d’entrer, de respirer la terre et de fouler ces espaces qui entrent en nous comme une grande prière. Par ce livre de poésie (innu & français), Joséphine Bacon confirme son talent de passeuse de la culture innue. Et cet imaginaire qui s’ap... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,27

sur 31 notes
5
6 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Piatka
  14 février 2018
C'est l'histoire d'un petit recueil de poésie, trouvé sur mon chemin, un jour de neige égaré dans l'hiver parisien.
Point de toundra à l'horizon, ni de caribous, encore moins de loups,
Juste quelques gorgées de thé brûlant pour oublier froid et vent.
Et voilà que ce thé de la Toundra, breuvage des ancêtres innus d'une poétesse canadienne
A aboli le temps, élargi l'espace.
Plus de murs, vaste l'horizon, immense l'espace
Langue syncopée de Terre nue, de feu, de glace
Brisures de vent, poussières boréales
La sagesse de Joséphine berce mon coeur
La musique de l'étoile du caribou éclaire mes pas
Il n'y a plus d'obstacle à l'infini
Toundra !
« Je ne suis pas l'errante de la ville
Je suis la nomade de la Toundra » devenue.
Aux rythmes de vers essentiels qui m'entrainent
« Je vis au présent le passé des ancêtres »
Poésie sauvage, tendre, émouvante et lumineuse
Hymne à l'identité innue, à la nature parfumée de couleurs
J'entends ta liberté !
« Si un jour tu vas à la toundra, tu sentiras que la Terre te porte. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7823
sabine59
  06 mars 2021
J'ai écouté la voix.
J'ai vibré au son du tambour.
Sans les comprendre, j'ai lu et aimé les mots en innu aimun, échos aux poèmes écrits en français. Incantatoires, hypnotisants.

Joséphine Bacon nous entraîne dans la toundra de l'enfance, celle vers laquelle elle revient, toujours. Sur la côte Nord du Saint-Laurent.
Et ses textes purs et essentiels nous touchent. Ils ramènent au monde minéral, à la nature sauvage, aux ancêtres planant autour de la communauté innue. Ils célèbrent les origines, que l'auteure ne cesse de préserver à travers ses écrits et ses traductions. Ils nous font entrevoir un monde de spiritualité où l'homme fusionne avec son environnement, nous font entrer dans la danse , nous " murmurent un chant ancien"... Les images sont saisissantes de justesse, de beauté:
" Au loin le chant des loups
Tel un fado qui pleure l'absence"

Ou
" Je suis seule avec ma prière
Je cherche l'étoile du caribou
Mon guide"


Je vous promets un voyage sensoriel, où les aurores boréales flamboient, où les rivières chantent, une évasion musicale, des mots inspirés et sincères, dédiés à un peuple indien. Alors prenez , vous aussi, un thé dans la toundra, vous ne le regretterez pas...



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          397
Marylou26
  21 novembre 2021
Dans le prologue d'Un thé dans la toundra, troisième recueil bilingue de poésie de Joséphine Bacon, la poétesse raconte comment elle a rencontré la toundra pour la première fois, en 1995, lors d'un rassemblement d'aîné(e)s à Schefferville. Elle lui rend hommage à travers ces poèmes, et nous invite à marcher dans ses pas, à défaut de la parcourir en vrai. Elle revient sur ses thèmes de prédilection : la dépossession de la terre, la perte du mode de vie et de la culture, la vieillesse… À travers son expérience de reconnexion, elle nous invite à être de quelque part, pour citer le titre de son deuxième recueil.
« Nous partageons
Un thé
Dans la toundra
Un réconfort
Face à l'infini. »
(p. 46)
Commenter  J’apprécie          150
denisheudre
  14 juin 2015
Joséphine Bacon, poète du Canada (Amérindienne de la province Innu) a de la neige et du vent dans les veines, mais aussi des mots. Née en 1947, également réalisatrice et parolière, est considérée comme une auteure phare du Québec. Arrachée à sa famille de nomades à l'âge de cinq ans pour entrer au pensionnat pour y apprendre à écrire et compter, elle se considère comme « une enfant de la Toundra ».
Ce qui aurait pu la détruire psychologiquement l'a rendue fière de ses origines qu'elle a pu étudier, puis faire connaître dans son pays et au-delà. La majuscule est importante, car la Terre chez les Innus est vraiment la mère de chacun. Leurs croyances, longtemps méprisées par les évangélisateurs de tout ordre, ont au moins le mérite de placer la Terre au-dessus de tout « pieds nus / je sais que je suis chez moi », « j'arrive enfin / A la terre qui espère / Ma venue ». le regard bleu de Joséphine Bacon porte en lui l'extrême empathie et la générosité qu'elle porte sur les humains, mais aussi sur les mondes animal, végétal et minéral. Un regard bleu où brille l'étincelle sombre de la souffrance passée de ces peuples premiers, décimés dans cette grande mondialisation du génocide, dénoncée aussi par Jean Metellus en Haïti.
Lien : http://www.unidivers.fr/jose..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Norlane
  21 janvier 2021
Joséphine Bacon nous invite à ses côtés dans la toundra canadienne, les mots en français sur une page, la langue innu-aimun sur l'autre.
On n'est pas là pour papoter en prenant le thé, on est là pour écouter. Écouter ce mystère amérindien qu'on ne peut saisir tout à fait, fait d'espace naturel, de liens ancestraux, de chants intimes. Se poser à côté de la poète et attendre l'arrivée du caribou.
C'est un livre où revenir pour entendre tous les sons.
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
LaPresse   22 décembre 2014
Dans le très beau prologue (en prose) du recueil, Joséphine relate justement sa «première fois» dans la toundra, en 1995, accompagnée d'un chasseur et de sa femme, à des kilomètres de Montréal. [...] Entre ce prologue et la dernière page du bref recueil de vers, Joséphine évoque quelquefois les femmes autochtones disparues, parfois les rites perdus, mais surtout la beauté de la toundra.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   10 février 2018
Tu es musique
Tes nuages sont sans frontières
Quand ils s’approchent
Leurs odeurs se parfument de brume
Tu danses la pureté des gouttes
Les yeux éteints
Je perçois ta beauté
Tes mélodies
Je dépose du tabac
En offrant sur une pierre
Je te suis redevable 
Pour ma liberté 
Commenter  J’apprécie          460
nath45nath45   22 novembre 2020
Ce matin
Il neige à gros flocons
Je m’attarde à mon rêve
Je suis au pensionnat

Septembre, je pars avec mes parents
Sur le territoire
Je suis le saumon qui remonte les chutes
Et fraie les eaux pour la pondaison

Cette fois, impossible
Car je dois apprendre à lire et à écrire
Mon savoir devra apprendre à prendre le temps
Je dois être absente
De l’enseignement de mon identité

Aujourd’hui est aujourd’hui
J’enseigne mon identité
Dans une salle de classe

Je redeviens moi
Dans un rire

J’ignore si demain me gardera intacte
Je dis que l’espoir de se laisser être
Éloigne le désespoir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
YandiawishYandiawish   30 novembre 2013
J'amène mon bâton de parole
Et m'adresse aux étoiles
Je m'assois pour le repos de mes pieds
Je sais être seule pour entendre
Les aurores boréales
Je dandine
Dans le bleu du bleu
D'une nuit qui endort
Mon grand-père l'ours

L'horizon sera là
À m'attendre
Et me conduira à la rivière
Au courant
Trompeur parfois

J'arrive enfin
À la terre qui espère
Ma venue
Commenter  J’apprécie          160
PiatkaPiatka   11 février 2018
J’ignore si demain me gardera intacte
Je dis que l’espoir de se laisser être
Éloigne le désespoir
Commenter  J’apprécie          590
sabine59sabine59   06 mars 2021
Ce soir la lune déborde
Une mélodie raconte un son
Une incantation de tambour
Chante une terre
Un loup hurle sa joie
Les caribous sont là
Le coeur bat
Un rythme sonne un sourire
Une danse invite
À la musique
Où les pas laissent leurs traces
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Joséphine Bacon (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joséphine Bacon
Au print­emps 2021, l'animateur Michel Jean dévoilait le pre­mier recueil de nou­velles d'an­tic­i­pa­tion autochtone au Québec. Ce sont 14 voix issues des nations Innue, Crie, Atikamekw ou Wen­dat qui pren­nent vie dans ce livre phare rem­pli d'espoir, Wap­ke. Trois d'entre elles se retrou­veront autour de Michel Jean pour dis­cuter de leur créa­tion, Joséphine Bacon, Isabelle Picard et J.D. Kurt­ness. À ne pas man­quer! L'événement est présen­té en col­lab­o­ra­tion avec le Salon du livre des Pre­mières Nations.
Avec: Isabelle Picard, Auteur·rice J. d'Kurtness, Auteur·rice Joséphine Bacon, Auteur·rice Michel Jean, Animateurrice
Livre: Wapke
Le Site Web du #SalonDuLivreDeMontreal : https://www.salondulivredemontreal.com/
Retrouve-nous sur tous nos réseaux sociaux
INSTAGRAM: https://www.instagram.com/salonlivremtl/ TIKTOK: https://www.tiktok.com/@salonlivremtl TWITCH: https://www.twitch.tv/lismoimontreal DISCORD: https://discord.gg/7MP3veRP FACEBOOK: https://www.facebook.com/salondulivredemontreal/
#slm2021
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature innueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1059 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre